AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arrivé d'une errante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arantari
Invité



MessageSujet: Arrivé d'une errante   Dim 16 Juil 2006 - 16:25

Arantari arriva envin a Minas Tirith, la cité dont elle avait tant entendu parler. Elle qui cherchait un endroit pour arrêter son errence, du moins pour quelque temps, fut immédiatement conquise par la beauté du lieux.

Elle descendit de sa monture, et marchait à présent à ses côtés, regardant à gauche, a droite, partout où ses yeux le lui permettaient.

La jeune demie-elfe avait parcours de grandes distances, depuis des années déjà elle n'avait plus eu l'occasion de dormir sur un véritable lit et avait oublié ce que voulait dire "avoir un chez soi".

Son regard avait l'air de chercher quelque chose, mais elle-même n'aurait pu dire quoi. Une auberge peut-être ? Quelqu'un a qui parler ?

L'endroit était magnifique, certe, appaisant, mais Aran n'avait pas perdu ses habitudes, et tout en marchant, elle gardait la main posée sur la garde de son épée, juste au cas où... Elle était bien tentée de parcourir encore la distance qui la séparait de la cité, mais se demandait en fait ce qu'elle pourrait bien en attendre, ça place n'était probablement pas en haut, mais en bas, là où sont sensé rester les "errants"

Elle caressa le flanc de son magnifique étalon


"Tu dois avoir faim et soif mon beau, et tu as bien mérité un endroit pour te reposer"

Elle parlait souvent à sa monture, son compagnon de route, son fidele ami. Ensemble ils avaient déjà parcourru bien des pays, avaient survecu à bien des combats;

"Allez mon beau, il y a une auberge, je vais aller voir si je peux t'y trouver une place dans une étable"

Aran entra dans la jolie petite auberge, s'approcha de son tenancier, et demanda une chambre et une place pour son cheval. Elle sortit ensuite chercher sa monture, l'installa dans l'etable et s'en retourna à l'auberge. Elle s'appretait à rejoindre sa petite chambre


Dernière édition par le Jeu 20 Juil 2006 - 2:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aragorn II Elessar



Nombre de messages : 735
Age : 39
Race, Pays : Gondor
Metier : Roi du Gondor
Date d'inscription : 17/12/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Sauron ! Pour le salut du Gondor, je vais vous affronter !
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   Jeu 20 Juil 2006 - 2:30

[Hj : bien que mon perso soit le roi, j'ai pour coutume d'user de pnj pour faire les gens du Gondor en général, surtout les soldats, mais aussi les autres.
Dans ce cas je poste en bleu et je m'efface si un autre vrai joueur vient à nous rencontrer.
Si tu veux en savoir plus, la bio de certains de ces pnjs sont dans ma fiche perso.
voilà, message publicitaire terminé Razz ]

Arantari s'était arrêtée à l"Auberge de l'Arbre blanc", qui faisait la fierté de son propriétaire.
En effet quoi de plus prestigieux pour un honnête aubergiste que de posséder un établissement dont le nom rappelle toute la gloire du Gondor...

Le privilège de pourvoir mettre sur son enseigne la figure héraldique représentant l'arbre symbole du roi du Gondor lui avait été gracieusement accordé par le Roi en personne, le soir où il avait couché dans l'auberge, alors qu'il revenait de la victoire décisive à la Porte Noire.

Depuis ce temps, la chambre où le Roi avait dormi était nommée "la suite Aragorn", qui n'avait de suite que l'appellation car c'était en réalité une toute petite chambre d'une sobriété plus digne d'un rôdeur du nord que d'un Roi des hommes.
L'aubergiste était même allé jusqu'à exposer au mur, le gobelet dans lequel le roi avait bu, quant au cruchon qui avait contenu le vin qu'il avait bu, il n'était désormais utilisé que pour l'emplir du vin de l'an 1 du quatrième âge. Non pas que le cru fut excellent cette année là, mais il était cher de part sa valeur symbolique et rare aussi parce que la vigne avait souffert de la guerre.

Ce culte étonnant aurait pu semblé un peu déplacé si un autre que cette crême d'homme qu'était Sven Batiron en avait été le principal gouroux.
Agé d'une quarantaine, le crâne encore touffu, l'Homme était bien en chair mais pas franchement obèse. Il avait le sourire de ces hommes qui cachent leur intelligence derrière une apparente rondouillarde tournure de l'esprit.
Gentiment vaniteux la bonhommie l'emportait toujours chez lui sur les mauvais sentiments, c'est pourquoi dans le village et allentour on lui passait bien volontier ses excès d'adulation pour la figure de ce roi qui, si on l'écoutait, semblait être le dernier des Valars encore résident en terre du milieu.
Il avait une femme, un fils et deux filles qui travaillaient tous avec lui à l'auberge dont les affaires allaient bien.

Comme tous les commerçants heureux, Sven était un bavard qui aimait parler aux voyageurs qu'ils accueuillaient dans son "château", il bichonnait particulièrement les voyageurs qui semblait venir de loin car, disait-il "Cela étend plus au loin le champ de la renommée de mon auberge et par là même celle du Gondor. "
Ce qu'il avouait moins volontier mais qui était connu de tous, c'est que, comme tout bon aubergiste, il servait d'informateur au célèbre lieutenant Haakon, chef du Guet de la ville basse de Minas Tirith. Il est toujours interessant pour le chef de la force publique, de savoir qui s'en va et qui s'en vient aux abords de la cité qu'on doit protéger...

Mais en dépit de cette aide à la police qui est une coutume chez tous les aubergistes, il restait un commerçant avant tout et s'il parlait et faisait parler, c'était dans la plus totale et sincère honnêteté. Et puis il ne disait pas tout...

Aussi lorsqu'il avait aperçut Arantari avec son port de tête gracieux et ses attitudes de semi elfe, il n'avait eu d'autre soucis que de se mettre en quatre pour lui être agréable.

Quand elle demanda une chambre, il lui avait donné la plus belles de ses chambres de femme, qui était aussi la plus petite, au même prix qu'une chambre normal.

Alors qu'elle allait remonter se coucher, il était en train d'astiquer son comptoir et il la vit.
Il lui dit d'une voix enjouée :


Sven : "Vous allez vous coucher belle dame ? Souhaitez vous que l'on vous fasse monter à souper ? A moins que vous ne préfériez que je vous passe porter un baquet d'eau chaude et quelques onguents pour vous délasser après votre route ? Le premier bain est offert par la maison bien entendu..."

_________________


Incarne aussi Graganos l'orque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arantari
Invité



MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   Jeu 20 Juil 2006 - 2:46

(HJ : Merci, je me sens un peu moins seule... et j'ai modifié un peu mon premier message pour que la suite corresponde mieux)

Arantari s'apprêtait à monter se coucher un moment lorsque l'aubergiste se mit à lui parler. Elle n'allait certe pas manquer l'occasion de parler à quelqun, elle qui depuis des mois n'avait echangé des mots qu'avec sa monture (pas étonnant qu'elle en soit devenue si proche)

Elle s'approcha à nouveau du comptoire et s'installa en face de l'homme dont le physique apportait imédiatement une grande sympathie.


"Je vous remercier cher monsieur pour le bain, il me sera effectivement fort agréable de m'y détendre un moment. Mais tout d'abord, jai envie de m'instruire à vos côtes, si vous me le permettez. Je suppose qu'un homme comme vous doit entendre touts les récits du Gondor. J'en ai entendu un peu parler, certe, mais ce n'était que des récits de voyageurs à d'autres voyageurs et je ne peux croire toutes les histoires entendues.
"

Elle regardait l'homme dans les yeux, déjà passionnées par les récits qu'il allait lui conter"

"On m'a dit qu'ici reignait un Roi bon et juste, valeureux et courageux. Serait-ce donc possible qu'un seigneur soit à la fois un vaillant combattant et un homme qui gouverne de façon si noble ?"
Revenir en haut Aller en bas
Aragorn II Elessar



Nombre de messages : 735
Age : 39
Race, Pays : Gondor
Metier : Roi du Gondor
Date d'inscription : 17/12/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Sauron ! Pour le salut du Gondor, je vais vous affronter !
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   Ven 21 Juil 2006 - 0:51

En entendant les paroles de la jeune femme les yeux de l'aubergiste se mirent à briller de plaisir. Deviser avec les voyageurs, telle était l'occupation préférée de Sven Batiron et lorsque le voyageur était une belle jeune femme au sang mêlé à la race parfaite des Elfes, celà était encore plus jubilatoire.
La beauté des femmes fait toujours effet sur les hommes, quels qu'ils soit. Sur Sven cet effet consistait à lui délier encore plus la langue.

Il eut un bon sourire et dit d'une bonne voix :


Sven : " Hé hé hé, tout d'abord il n'y a pas de cher monsieur, il y a Sven. Mais si vous y tenez absolument, vous pouvez dire "cher Sven", ce sera ma seule concession !"

Il reprit son souffle et cessa d'astiquer son comptoir puis ajouta :

Sven : "Vous avez cent fois raison gente dame. Il n'est pas une seule histoires qui se déroule dans notre royaume sans qu'elle finisse par passer par ici. C'est pourquoi les Valars m'ont pourvu de grandes oreilles..."

Et il fit le geste d'écarter ses oreilles qui étaient en effet assez grande et naturellement décollées.

Sven : "Vous voulez mieux connaitre ce qui se dit sur notre roi ? Vous ne pouviez pas prendre gîte dans meilleure auberge pour cela, belle dame !
Je me présente : Sven Batiron, aubergiste de temps en temps et adorateur à plein temps de notre roi bien aimé, soupçonné d'idolatrie par le tonnelier qui n'est qu'un grincheux ivrogne qui boit à crédit !
Vous désirez savoir comment notre roi peut cumuler le talent pour la guerre et la justice ?
Madame, je vais vous conter une histoire à son sujet que ses historiographes n'écriront point dans leur livres panégériques et comme ils auront torts pourtant...
Mais auparavant et parce qu'avant de se lancer dans un récit, il faut prévenir l'assèchement... "

Il décrocha deux gobelets d'étain qui pendait sur une étagère derrière lui et les posa devant Arantari et lui même. Il chercha ensuite un instant sous le comptoir et en ressortit un cruchon de terre cuite qui portait un bouchon qu'il enleva de ses doigts agiles d'homme habitué.

Aussitôt une délicate odeur fleurie s'exhala et alla délicatement chatouiller les narines d'Antari.

Batiron versa ensuite avec précaution le liquide rosé que contenait le cruchon dans les deux gobelets en disant :


Sven : "Ceci n'est point vin de soif, mais vin de parole. Ses vertus font s'assouplir la langue et aide la salive à se mieux répartir en bouche.
Fort heureusement ce breuvage digne d'un alchimiste n'est pas seulement efficace mais délicieux... Mon beau frère m'en fait parvenir trois tonneaux par an et de ses meilleurs vignes...
Vous m'endirez des nouvelles"

Il invita Arantari à boire la première gorgée avec lui.

[Hj : non non, ce n'est pas du beaujolais nouveau Mr. Green ]

_________________


Incarne aussi Graganos l'orque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arantari
Invité



MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   Jeu 27 Juil 2006 - 12:22

Arantari accepta avec plaisir le verre que lui avait proposé l'aubergiste. Elle le porta à son verre et sentit le délicieux liquide couler le long de sa gorge. Son arôme était à la fois fruité et fort. C'était en fait un subtil mélange de force et de douceur.

"Voilà bien la meilleure des boissons qu'il m'est été donné de goûté depuis fort longtemps. Ce délegter les papilles avec une telle merveille est un réel plaisir pour les papilles et pout l'esprit"

La demie-elfe reposa son verre et ecouta attentivement le récit de l'homme, buvant chacune de ses paroles comme elle aurait avalé un délicieux hydromel. l'homme était en fait tout ce qu'elle s'était imaginé des taverniers du Gondor : accueuillant, sympatique et bon vivant. Bien que Sven ait eu une voie un peu plus portante qu'Arantari ne se l'était imaginé, il n'en restait pas moins courtois et de forte bonne compagnie. La jeune femme entrepris d'observer un peu plus le lieux. Elle posa un regard sur les tables et les chaises, toutes faites de bois, soigneusement sculptés. L'endroit, bien qu'un peu sombre à ce moment là, était décoré avec goût et apportait une sensation de bien être.


L'hybride, dont le vin déliait également la langue, commença à conter sa vie d'avant, son errance, ses combats. Elle raconta au pauvre tavernier qui l'écoutait à présent probablement plus par politesse que par intéressement , la façon dont elle avait tué une quinzaine d'hommes à elle seule lorsqu'elle avait assisté à l'exécution de sa famille et de ses amis. Elle venait de narrer son passé comme pour planter le décors du futur qu'elle s'imaginait déjà

"Et maintenant, maintenant que j'ai vu le sang coulé, que j'ai vu la terre souillée, j'espère pouvoir m'arrêter dans un lieu où la tranquilité reignerait en maître. J'aimerais pouvoir prendre le temps à nouveau de me ballader pieds nus dans l'herbe verte humidifiée par une fraîche rosée, courrir me plonger dans l'eau, me doucher sous une cascade, me baigner sans penser qu'un danger puisse survenir, ou simplement prendre le temps de parler comme ce soir, de me faire des amis, de rire, de rêver, enfin bref, j'aimerais vivre comme avant à nouveau. Pensez-vous, chez Sven, que cela soit utopique ? Pour le moment, je le pense encore moi-même : une rumeur gronde, la terre tremble et bien que, selon les récits racontés à des lieux d'ici, le mal ai été détruit, je vois encore une ombre planer sur ma vie. Et quand bien même il ait été vaincu, le mal etait déjà venu avant, il reviendra probablement car il est en chacun de nous, qui sait quand et par qui il sera réveillé ?"

La demie-elfe resta songeuse quelques secondes

"Mais bon, assez parler de moi, je préfère écouter les récits du Gondor qui sont bien plus intéressants que mes histoires de jeune errante"
Revenir en haut Aller en bas
Aragorn II Elessar



Nombre de messages : 735
Age : 39
Race, Pays : Gondor
Metier : Roi du Gondor
Date d'inscription : 17/12/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Sauron ! Pour le salut du Gondor, je vais vous affronter !
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   Sam 29 Juil 2006 - 1:32

Si bien souvent les taverniers, du Gondor comme d'ailleurs, ont les oreilles décollées, c'est pour que les récits des voyageurs leur pénêtrent plus facilement dans la cervelle.

L'histoire d'Arantari n'ennuya pas du tout le brave Batiron, bien au contraire, il écouta avec soin et concentration, tiquant à chaque fois qu'un nom de ville ou de contrée lointaine étaient prononcées.

Il avait bien sûr tout au long du récit sortit toutes les exclamation et onomatopés d'usages : les "Ahhh !", les "ohhh ! ", les "c'est terrible !" , "quel malheur !", " toutes ces petites choses qui sont la coutume d'un auditeur poli.
Mais ce qui impressionna Batiron, sans vraiment le surprendre car il le soupsonnait à son allure, c'était qu'Arantari fut semi elfe.

Les interrogations d'Arantari sur son avenir, ne pouvait provoquer qu'un seul type de réponse chez une nature optimiste comme celle de Sven Batiron, il dit en lui reservant un gobelet de vin :


Sven : " Je ne vois pas que ce royaume dont vous parlez soit une utopie. Il existe et il s'appelle le Gondor ! Le roi nous protège et si le mal revient, il le détruira. Et lorsque le Roi aura disparu, le plus tard possible, son fils prendra la relève et le détruira à sa place... Nous sommes en paix pour jamais madame"

Une voix forte et crâne retentit soudain derrière Arantari, une voix d'homme :

Voix : "Bien sûr que nous sommes en paix Aubergiste ! "Pour jamai"s, cela est une autre affaire... Heureusement que certains s'emploient à consolider ce "pour jamais", pendant que d'autres boivent en faisant la causette aux belles étrangères..."

Arantari se retourna [je pense Wink] et vit que dans l'encadrement de la porte se tenait un homme de haute taille à forte carrure.
Il était couvert de la poussière des chemins mais on devinait quand même sur sa poitrine, l'insigne des courriers royaux du Gondor.
Il était velu des pieds à la tête comme un Viking et son poil était blond avec des reflets roux sous le soleil que toute la crasse accumulée sur la route laissait tout de même encore voir.
Il avait l'air d'un Rohirim et pour cause s'en était un.

Il sourit de toutes ses belles dents blanches à Arantari, un sourire que la malice de ses yeux rendaient quelque peu équivoque...

Batiron le regarda avec la grimace du taulier qui voit entrer un mauvais payeur.


Sven : "Tien, te voilà donc revenu toi ! Dame Arantari laisser moi vous présenter Ragnarolf, courrier du Roi Aragorn et accessoirement surnommé "le fleau des auberges".
Je me demande s'il existe un être plus endetté que lui auprès des tavernes et débit de boisson du royaume et d'ailleurs...
On mumure même que lors d'un de ses voyages en Harad, on a frôlé la guerre parce qu'il est parti sans payer... C'est qu'on ne rigole pas avec les dettes chez les barbares Suderons..."

Ragnarolf s'approcha du comptoir d'un pas lourd, répandant une forte odeur de cheval alentour.

Il s'acouda et désigna de son gros doigt sale l'aubergiste, faisant mine de le menacer :


Ragnarolf : "Dis donc Rondouillon, tu n'essayerai pas par hasard de me faire perdre de réputation en racontant pareille baliverne ?
Peuh ! Comme si j'étais un mauvais payeur, ridicule ! J'ai simplement compris mieux que les autres ce que le mot "crédit" veut dire et j'en use de bon aloi.
Quant à l'histoire du Haradrhim, je t'ai déjà expliqué que cet âne de Suderon avait perdu un pari et qu'au moment de payer la tournée il m'a accusé de tricherie pour ne pas avoir à régler sa dette.
Piètre et médiocre technique de sauvage..."

Batiron : "Moui... je dirai plutot mauvais jeu d'ivrognes..."

Ragnarolf se tournant vers Arantari, il s'inclina bien bas en mettant la main sur son coeur.

Ragnarolf : "Madame, je me nomme Ragnarolf, attaché au service du courrier spécial de sa majesté le Roi.
N'écoutez point les méchancetés de ce ladre de Batiron, sous ses airs bonhomme c'est une brute en affaire..."

Batiron leva les yeux au ciel.

Ragnariolf : "Hé hé hé, mais si, mais si...
En tous cas madame, je suis à votre service et à votre entière disposition.
Si vous voulez ouïr les récits du Gondor, vous ne pouviez pas rencontrer meilleur conteur : de part ma profession de voyageur royal, je connais tous les récits de notre beau pays.
Cet individu qui vous sert à boire, ne fait que répéter comme un perroquet ce que je lui rapporte des contrées lointaines.
Mais par contre...
Si vous préférez vous baigner nue dans les cascades du Gondor, je pourrais sans aucune difficulté vous indiquer les meilleures endroits : je les connais... tous."

Il fit un clin d'oeil à la jeune femme, avant de réclamer à boire à Batiron qui lui versa le vin à contrecoeur mais aucun Aubergiste ne résistait à Ragnarolf...

_________________


Incarne aussi Graganos l'orque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arantari
Invité



MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   Lun 31 Juil 2006 - 0:03

Arantari sursauta légèrement lorsqu’elle entendit un autre homme parler derrière elle. Pour une fois, elle n’avait pas prêter attention aux murmures extérieurs, prise dans sa conversation avec le tavernier qu’elle trouvait fort sympatique. La voie du nouvel arrivé était impressionnante et elle s’imagina en une fraction de seconde la carrure de l’homme qui devait être fort et viril. Elle se retourna (et oui) et eut un sourire en coin, ravie de voir que son intuition de l’avait pas trompé.

Sven, qui grimaçait à l’arriver de cet homme, n’en perdit pas pour autant ses bonnes abitudes et fit les présentations et ne manqua pas de dépeindre un portrait fort en couleur de ce fameux courrier du Roi, ce qui amusa la jeune demie elfe. Il était en effet facile de voir que le tavernier n’appréciait guère les mauvais payeurs, ce qui se comprenait tout à fait

« Je suis enchantée, Sir Ragnarolf » repondit l’errante à l’homme qui venait de s’incliner devant elle « Je me nomme Arantari »

Elle baissa ensuite rapidement les yeux, rougissant en voyant le regard de celui-ci. Il faut avouer que la jeune femme n’avait pas l’habitude d’être regarder ainsi, même si il est vrai qu’elle était plutôt jolie du haut de son 1m59. Ses longs cheveux noirs, ce jour là, étaient détachées et tombaient le long de son dos, se mélangeant au tissu de sa robe longue, simple et blanche. Elle avait pris l’habitude, tout comme sa mère elfe le faisait, de garnir sa coiffure de bijoux qui se rejoignait par une fine chainette au milieu de son front. Bien que venant de parcourir des lieux en compagnie de son étalon, elle avait réussi à garder une grande part de féminité.

Il lui sembla, heureusement pour elle, que ni Ragnarolf, ni Sven n’avait prêté attention à la teinte rouge qu’avait prit ses joues, tout deux étant en fait pris dans un chassé croisé verbal qui amusa beaucoup la jeune errante. Effectivement, aucun des deux hommes ne voulaient avoir tort. De plus, son teint se colora un peu plus lorsque le courrier du Roi lui proposa de lui indiquer les cascades dans laquelle elle pourrait se baigner nu, précisant par la même occasion qu’il les connaissait toute. Elle tenta de reprendre une couleur de peau normal, ce qui n’était certe pas evident car la délicieuse boisson du tavernier lui avait également donné un coup de chaleur.

« Je vous remercie infiniment, Sir Ragnarolf, mais je me contenterai d’un bon bain dans ma chambre pour aujourd’hui »

Arantari était fasciné par les paroles échangés entre les deux hommes, bien qu’elle penchait en fait plus pour la version de Sven que celle du courrier du Roi, probablement parce que ce deuxième avait l’air plus impressionnant, plus rustre surtout que ce cher tavernier qu’elle vit finalement se résigner et servir un verre au mauvais payeur. Elle lui souria, comme si elle avait voulu lui faire passer un message secret

« Ce serait un réel plaisir pour moi de pouvoir vous offrir ce verre »

Elle espérait que l’homme ne refuserait pas et qu’ainsi, pour une fois, le tavernier puisse avoir droit à son dû.
Revenir en haut Aller en bas
Aragorn II Elessar



Nombre de messages : 735
Age : 39
Race, Pays : Gondor
Metier : Roi du Gondor
Date d'inscription : 17/12/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Sauron ! Pour le salut du Gondor, je vais vous affronter !
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   Mer 2 Aoû 2006 - 18:14

Ragnarolf en plus d'être un mauvais payeur était aussi un grand buveur, comme cela va souvent de paire.
Lorsqu'il voyageait en Eriador, les habitants du pays l'appelaient "le Hobbit du Sud", car comme les semi hommes, il buvait et mangeait comme dix. Ragnarolf faisant presque deux fois et demi la taille d'un Hobbit, cela amusait beaucoup les gens, surtout les Hobbits eux même.

Arantari lui proposa alors de lui payer le gobelet.

Avant d'avaler il lui dit :


Ragnarolf : "Que nenni, ma mie ! Que nenni ! Laisser donc, je suis sûr que ça lui fait plaisir de m'offrir à boire... "

Avant de porter le gobelet à ses lèvres, il sourit et ajouta :

Ragnarolf : "ça ne peut pas lui faire de mal qu'on le force un peu à être généreux..."

Il dégusta donc le vin de l'aubergiste avec grand plaisir et, quand il eut gouté, s'exclama de sa voix joyeuse et forte :

Ragnarolf : "Hé hé hé, Rondouillon tu es un cachotier. Ce petit vin là n'est jamais de sortie d'habitude lorsque je me présente."

Ragnarolf se pencha et approcha son visage d'Arantari en faisant mime de lui murmurer( mine car le mumure chez Ragnarolf est une voix normale chez un individu lambda Razz )avec son sourire moqueur :

Ragnarolf : "Voyez vous cela madame : il se garde ce vin pour séduire ses clientes les plus charmantes, pendant que moi, un de ses piliers, je n'ai droit qu'à la lie de ses tonneau de "côte de l'Umbar"[HJ : un vin bas de gamme infect] qu'il essaye de nous faire passer pour de l'Ambroisie de Fondcombe[Hj : vin elfique très réputé, le meilleur]."

Batirond cessa d'essuyer machinalement son comptoir et ouvrit la bouche pour protester :

Sven : "Hélà, est ce un crime de protéger son commerce ? Encore une fois, si je donnais ce vin là à tous les courriers avinés sans le sou qui passe par chez moi, je n'aurai plus qu'à fermer boutique."

Ragnarolf redressa son immense buste et se tourna vers Batiron.
En fait il avait profité du numéro de comédien qu'il jouait pour admirer le visage Arantari de plus près et respirer son odeur qui sentait bon... le chemin.
Mr. Green [Hj : mais ça sent bon ! Parfum, humus des forêts, poussière et transpiration féminine mêlés Wink Quel cocktail lol Razz ]

Ragnarolf : " Allons ! Cesse un peu avec cette histoire de mauvais payeur. Un régisseur royal passe régulièrement pour régler mes ardoises. La boisson fait partie des frais de ma charge."

Batiron grommela :

Sven : "On ne le voit guère souvent ce régisseur..."

Ragnarolf : "Bah ! C'est que j'aurai oublié de lui signaler mon passage par chez toi ! Je te promets que la prochaine fois que je le vois, je lui en parlerai."

Il avait dit cela en posant théatrâlement sa main sur son coeur avant de reprendre une gorgée. Puis posant son verre, il dit en souriant à la jeune femme :

Ragnarolf :" Vous voyez madame, je viens de m'en souvenir : c'est le Roi qui paye mes consommations.
Si vous le désirez c'est moi qui vais vous offrir le second. Enfin moi... le Roi ! Mr. Green Aubergiste, une autre tournée ! "


Après que Batiron, qui s'était résigné au sacrifice de ce cruchon, eut versé le vin dans les deux gobelets, Ragnarolf prit celui d'Arantari et lui tendit en disant :

Ragnarolf : "Et un gobelet pour la dame Arantari !
Arantari... C'est un très joli nom.. ça me dit vaguement quelque chose... Cela sonne comme sur les côtes du sud du pays.
Peut être même des îles du Sud. Je me souviens d'un Toilatari que j'avais croisé qui venait d'un petite ile à l'ouest de Tolfalas...
Suis-je dans l'erreur madame ?"

_________________


Incarne aussi Graganos l'orque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arantari
Invité



MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   Dim 6 Aoû 2006 - 22:13

Le visage de la jeune femme palit en une fraction de seconde. Elle sentait son poult s'accélérer, jouant une mélodie toujours plus entraînante qui rythmais également sa respiration. Le seul nom de Tolfalas lui fit fermer les yeux, comme pour empêcher une horrible vision qui la gagnait d'arriver à son but. Par ce geste, elle retenait également une marque de tristesse qui naissait au coin de son regard. Elle se battait, à cet instant, seule contre ses emotions : un terrible combat qui ne dura toutefois qu'un très court instant. La trève venait enfin de sonner, elle prit donc une grande inspiration et ouvrit à nouveau ses paupières. Sa main droite, qui avait déposé le gobelet devant elle, parcourait quelques centimètres du comptoir et ses doigts dessinaient d'étranges symboles invisible à l'oeil nu sur le bois frais. Elle se recala sur son tabouret, cherchant un peu plus de stabilité.

"Tolfalas, oui, c'est exact. Vous m'impressionnez beaucoup sir Ragnarolf. J'ai grandit dans un petit village qui a été définitivement rayé des cartes. Difficile d'imaginer qu'il y ait des choses qui ne change pas durant des siècles et qui pourtant, en moins d'une seule journée, disparaissent et finissent dans l'oubli. Mais la vie est ainsi faite et mêmes si beaucoup de changements ont eu lieu ces derniers temps, nous, nous sommes encore là".

Elle regarda le tavernier, lui souria, montrant ainsi sa dentition soignée.

"Heureusement qu'il y a des hommes comme vous, Sven, dont les oreilles écoutent et la langue raconte. Grâce à de si bons conteures, les gens se souviendront de nos, de vos récits."

Elle se tourna ensuite vers Ragnarolf

"Et vous, noble Courrier du Roi, vous permettez à votre façon que les récits des autres traversent les fontières et arrivent jusqu'ici"


Elle regarda autour d'elle, l'air pensive

"Ces récits sont notre passé, et ils permettent de nous construire un avenir et nous redonne espoir"

Elle tourna a nouveau le regard, le balladant entre les deux hommes


"Mais bon, tout ça c'est un peu trop mélancolique vous ne trouvez pas ? Je suis certaine que vous avez bien un ou deux récits héroïques et trépidants à raconter non ?"
Revenir en haut Aller en bas
Aragorn II Elessar



Nombre de messages : 735
Age : 39
Race, Pays : Gondor
Metier : Roi du Gondor
Date d'inscription : 17/12/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Sauron ! Pour le salut du Gondor, je vais vous affronter !
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   Jeu 10 Aoû 2006 - 2:23

Au compliment d'Arantari, Ragnarolf se rengorgea : il est toujours agréable de s'entendre dire par une femme que vous l'impressionnez. Cependant la suite de ses paroles étaient beaucoup moins gaies et il se rembrunit un peu en l'entendant parler de son village rayé des cartes.

Mais la fin de son alocution, pleine d'espoir fit sourire le géant.


Ragnarolf : "Vous avez entièrement raison madame, et la mélancolie ne fait plus partie des traits de caractère des hommes du Gondor ! ¨Pas vrai rondouillon ?"

Batiron opina du chef, pour une fois il approuvait ce que disait Ragnarolf...

Ragnarolf rit un peu et s'approcha brusquement de la jeune femme qui semblait toute petite et menue à côté de son grand corps.
S'accoudant au comptoir, il commença :


Ragnarolf : "Puisque vous le demandez, je vais conter un récit héroique et véridique : la rencontre de mes parents."

Sven leva les yeux au ciel et s'exclama :

Sven : "Ah véridique... Cette histoire de filtres et d'Elfe boiteux..."

Ragnarolf : "La paix Rondouillons ! Astique tes gobelets et ressert nous du vin, Dame Arantari a soif..."

Sven fit ce qu'on lui disait sans plus gromeler, il reprit un cruchon, d'un vin moins délicieux que le précédent mais de très honnète facture.
Il servit ses deux hôtes alors que Ragnarolf avait déjà commencé son récit :


Ragnarolf : " Mon père était un noble seigneur du Rohan qui possédait plus de cent lances(*). Ranator le sage, c'était son nom, régnait en maître sur une partie du Westfold. Il tenait ses terres du Roi du Rohan et était un des vassaux direct du grand Théoden. C'était un prince très puissant...
Avant d'acquérir son surnom de sage, il se comportait comme un imbécile, jouant aux jeux stupides auxquels jouent souvent les jeunes hommes de sa condition : chasse, beuveries, dangereuses courses à cheval. Bref mon père était jusque très tard un galopin.
Mais le pire de ses défauts était son gout trop précoce pour... disons... pour les caresses des femmes...
Il avait comme on dit "le haut de chausse en feu" et prenait, pas toujours avec leur consentement, toutes les donzelles qu'il croisait lorsqu'il sillonnait son territoire. Mon père m'a fait un nombre prodigieux de demi frères et demi soeurs que je n'ai même après 20 années de service pas encore tous recensés, enfin... bref, c'était un fieffé frippon !
Un jour qu'il cheminait, il apperçut devant lui une silhouette encapuchonnée aux formes féminines qui se déplaçait de manière un peu bancale, vous voyez comme ceci"


Il mima le mouvement à Arantari, puis en profita pour boire et reprit son récit.

Ragnarolf : "Mon père s'approcha rapidement, enflammé comme un busard à la vue d'une proie puis il héla la femme avant de descendre de cheval pour se précipiter vers elle comme il faisait toujours.
A cet instant, la femme retira son capuchon et mon père stoppa net : c'était une femme elfe ! On pourrait penser que la beauté parfaite aurait du le stimuler, mais au contraire elle le fit hésiter. Le visage de l'elfe était crispée de colère, en entendant ce qu'elle lui dit alors, mon père comprit qu'il était tombé dans une piège..."


Ragnarolf se mit à mimer la voix d'une sorcière elfe, ce qui fait par lui ressemblait plutôt à un cri de mouette.

Ragnarolf(immitant un elfe) : " Enfin je te trouve Ranator, on ne m'avait donc pas menti sur ta réputation. Un homme tel que toi ne mérite pas ce qu'il a ! Tu vas devoir prouver ta véritable valeur !"

Ragnarolf : "A cet instant elle retira sa lourde bure sous laquelle elle portait un de ces tissus fins et resistants que seul les elfes savent tisser.
Sans même qu'il eut le temps de réagir, elle prononça une formule magique dans sa langue Sindarin et l'aspergea d'un liquide qu'elle avait dans une gourde qui pendait à son flanc..
Mon père sentit son corps se refroidir brusquement jusqu'à grelotter alors que nous étions en plein été puis il fut frappé de cessité.
Il se mit à déambuler ainsi en aveugle jusqu'à ce qu'il percutât un arbre qui le laissa sonné.
Avant de s'évanouir, il eut juste le temps d'entendre la sorcière une dernière fois qui lui disait :


"Trouve ton chemin Ranator. Désormais, tu le peux..."

Lorsqu'il se réveilla il avait retrouvé la vue et l'intégralité de ses sens, il crut même à un mauvais rêve mais la bosse de son crâne lui montra la réalité de l'aventure.
Il rejoignit ses compagnons sans plus trop se soucier de cette étrange rencontre.

Pourtant lorsqu'il voulut reprendre ses jeux d'avant, il découvrit qu'il n'en retirait plus de plaisir.
Il continua pour ne pas perturber ses amis, mais il glissait progressivement dans la dépression de l'âme jusqu'au jour où il fit la connaissance, dans un village d'un de ses fiefs, d'une paysanne dont l'épaisseur des traits et le boitement faisait rire tout le monde. Cette femme était la rebouteuse du coin. Mon père s'arrêta chez elle un peu par hasard : son cheval s'était blessé pendant une de ces courses stupides.
Cette femme était rustre d'apparence, s'étant forgé une solide carapace à force de se défendre contre les quolibets. Pourtant il fut touchée par la manière dont elle traita la monture : avec une infini délicatesse, un soin entier. Il la surprit en train de lui parler doucement.
Sa bête guérie, il repartit, mais revint bientôt sous prétexte de lui payer le service car il était sans le sou la première fois.
Mais là encore il oublia la pièce promise, ce qui lui donna prétexte pour revenir encore. Puis il commença à venir la voir de plus en plus souvent, découvrant peu à peu la richesse que cette femme cachait sous sa carapace défensive, il enleva une à une les écailles, n'oubliant jamais d'oublier la pièce qu'il lui devait. A chaque nouvelle rencontre il découvrait un peu plus ce que c'était que de connaitre quelqu'un, il se surprit à lui faire la cour.
Leurs rencontres demeurèrent secrètes jusqu'à ce qu'il décidât de l'épouser.
Personne n'eut rien à redire, même si l'on fut surpris de ce mariage morganatique, mon père mit toute sa farouche volonté pour balayer les princesses que l'on voulait unir à lui.
C'est ainsi que la dernière de ses sujettes : une paysanne boiteuse nommée Hirmenturde devint ma mère.

Le jour de la noce, mon père lui offrit un collier médaillon dans lequel était enchâssé... la fameuse pièce d'argent qu'il ne lui donna jamais. Elle le garda sur son coeur jusqu'à sa mort et ce fut peu après ce mariage avec cette femme qu'il avait appris à connaitre patiemment, qu'on lui donna son surnom de "Ranator le sage". "


Ragnarolf reprit à boire et ajouta :

Ragnarolf : " Voilà, ceci est un récit héroïque du Rohan : certes il y manque la guerre et les combats mais j'en connais d'autres plus épiques..."


(*) une "lance" est un cavalier Rohirim et sa suite de valets d'arme, posséder cent lances signifient être capable de lever une armée de 500 à 1000 hommes environ, ce qui est considérable.

_________________


Incarne aussi Graganos l'orque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arantari
Invité



MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   Mar 15 Aoû 2006 - 15:00

La jeune demi-elfe fut immédiatement captivée par le récit du Courrier du Roi. Elle souriait à la moindre de ses imitations, se penchait en avant, dans sa direction, s’approchant ainsi plus de lui comme pour être certaine d’attraper en vol chacune des paroles que disait l’homme. Tout en le fixant, elle imaginait les scènes, les rencontres, la sorcière et tout commençait à paraitre si réel, mais il faut dire que le vin avait également nourrit l’imagination de la jeune hybride.

Les yeux de Cassandre se teintèrent d’une légère humidité à la fin du récit. Elle avait beau être une combattante avertie, parfois sauvage dans l’âme, elle n’en restait pas moins une femme. L’homme venait de toucher un point sensible qu’elle avait oublié depuis longtemps, depuis la mort de sa famille et de ses amis pour être plus exact. Bien évidemment, comme toutes les filles de son âge, elle avait aimé et avait été aimé en retour, mais la guerre lui avait arraché ce bonheur, faisant d’elle une guerrière, une fugitive et une errante. Ne souhaitant pas tomber dans la mélancolie, elle continua tout de suite :

« Ranator le sage, effectivement ce nom lui va à merveille car peu nombreux sont les hommes avisés qui préfèrent la noblesse d’un cœur pur aux courbes alléchantes d’une femme immorale. Mais dites-moi, Sir Ragnarolf, est-ce que l’expérience de votre père vous a servi à vous-même ? Avez-vous pris exemple sur sa sagesse ou êtes-vous vous-même dans l’attente d’une rencontre avec une sorcière pour découvrir celle-ci ? »

Elle lui souria, n’attendant en faite par une réelle réponse à cette question qui se voulait plus titillante que sérieuse

« Enfin, j’imagine qu’un homme comme vous, qui sait parler aux femmes, doit pouvoir conquérir leur cœur aussi facilement que leurs corps »

Elle souriait toujours, prenant un réel plaisir à être simplement là, à boire un vin délicieux en compagnie de deux hommes aussi sympathique l’un que l’autre bien que leur caractère ait été si différent. Elle venait de laisser derrière elle toute sa peur, allant même jusqu’à lâcher la garde de son épée, chose qu’elle ne faisait que très rarement. Puis, comme si elle venait de faire attention à un détail important du récit, elle se retourna à nouveau vers le Courrier du Roi

« Un récit du Rohan ? Vous n’êtes donc pas du Gondor sir Ragnarolf ? D’ici quelques temps, je souhaite partir en direction d’Edoras. On m’a dit que les terres y étaient magnifiques et les chevaux rapides. M’accompagnerez-vous sur cette route, si votre devoir vous y conduit ? »
Revenir en haut Aller en bas
Aragorn II Elessar



Nombre de messages : 735
Age : 39
Race, Pays : Gondor
Metier : Roi du Gondor
Date d'inscription : 17/12/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Sauron ! Pour le salut du Gondor, je vais vous affronter !
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   Lun 21 Aoû 2006 - 14:04

[Hj dsl pour le petit délai mais work is work Wink ]

La première question d'Arantari aurait du gêné et peut être faire rougir un homme qui, avec la vie qu'il menait, criait bien fort et citait en exemple les vertus de son père.

Si la question le gênait, il connaissait toutefois le moyen de dissimuler son trouble : il éclata de rire, un rire un peu trop tonitruant pour être naturel, puis il dit avec un sourire :


Ragnarolf : " Je dois vous avouez madame que je n'ai pas encore rencontré de sorcière elfique boiteuse et en attendant que sa sagesse me touche et bien... Disons que j'en profite pour me laisser toucher par une autre forme de sagesse... Moins vertueuse peut-être mais un peu plus caressante..."

Il avait terminé sa phrase en baissant la voix.
Il ajouta guilleret :


Ragnarolf : " Mais ne vous y trompez pas ma mie ! Mon père n'allait pas voir les femmes immorales : il ne batifolait qu'avec ses sujettes. Ce qui était particulièrement ignoble et déshonorant pour les demoiselles, et leur époux ou promis.
Non jamais mon père n'aurait fréquenté de femmes à moralité douteuses !
En revanche..."


Il eut soudain un sourire, le sourire et les yeux brillants d'un satané frippon auquel revenait en mémoire les bons moments passés :

Ragnarolf : "Moi oui... Peut être est ce pour ça que la sorcière ne s'intéresse pas à mon cas...
Mais ne vous effrayez point madame ! Lorsque l'on est courrier, que l'on voyage beaucoup et que l'on est sans le sou, on n'a guère souvent le loisir de payer les caresses. Les ribaudes n'ont point les largesses de nos bons aubergistes : elles ne font que rarement crédits !"


Sven ne dit rien mais fit une mine qui semblait dire :

"En voilà du bon sens !"

Ragnarolf : "Alors j'utilise mon verbiage pour séduire, il est vrai. Ce beau vocabulaire et cette aisance de parole dans un dizaine de langues que j'ai apprise à force de fréquenter les grands de toutes les cours du monde, de l'Harad à la montagne du fer en passant par la maison d'Elrond.
Je séduis les belles dames qui aiment les hommes de passages. Cela existe vous savez ?
Oui courrier c'est un peu être marin : une femme dans chaque port que je vais voir quand j'y passe si j'en ai le temps.
Vous devez connaitre cela vous qui êtes née sur une île..."


Sven murmura dans sa barbe :

Sven : "Vantardises..."

Ragnarolf : "En effet je suis Rohirim, mais le Rohan est un royaume vassal du Gondor : tous sujets d'Eomer est sujet d'Aragorn. Il faudra que je vous conte un jour comment cela est arrivé, cela je l'ai vu de mes yeux.
Si vous voulez aller à Edoras : nous serons enchanté de vous servir de guide, moi et ma jument adorée."

_________________


Incarne aussi Graganos l'orque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arantari
Invité



MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   Mer 13 Sep 2006 - 21:42

(HJ : Désolée, quelques problèmes de pc en rentrant de vacances et du coup j'avais perdu le lien... je prépare une réponse demain soir...)
Revenir en haut Aller en bas
Aragorn II Elessar



Nombre de messages : 735
Age : 39
Race, Pays : Gondor
Metier : Roi du Gondor
Date d'inscription : 17/12/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Sauron ! Pour le salut du Gondor, je vais vous affronter !
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   Sam 16 Sep 2006 - 0:07

[Hj : pas de soucis Arantari, on a tous eu, a ou aura des problème techniques.
Je suis là et te répondrai sans soucis, même si ça me prend un peu de temps Wink ]

_________________


Incarne aussi Graganos l'orque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivé d'une errante   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivé d'une errante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]
» Zorro est arrivée... sans se presser.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: GONDOR :: Minas Tirith - La cité du gondor :: La cité haute-
Sauter vers: