AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans les hauteurs de la Cité Blanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Dim 26 Nov 2006 - 1:13

[Suite de la chambre d'Eldy, c'est plus pratique ici]

Tindomiel écouta Eladiel lui livrer un peu de sa vie, une bribe de son histoire, la plus récente. Il y avait un temps pour tout. Quand elle eut fini, la jeune fille s'éclama:

-Deux jours seulement! Cela explique pourquoi nous ne nous sommes pas rencontrées plus tôt dans ce cas, mon frère et moi revenons de la vallée d'Imladris et nous sommes arrivés hier. [et dire que ça fait plusieurs mois! Mr. Green mdrr!] C'est un plaisir que de savoir que vous vous sentez à votre aise ici. C'est un effort constant de maintenir l'harmonie entre les personnalités, il ne faut pas se mentir, mais comme en général ils sont trop bien élevés pour se sauter à la gorge, on arrive à une civilité générale!

Tindomiel rit bien franchement. Les seigneurs du Gondor n'étaient pas hommes à accepter l'outrage facilement et pourtant si parfois on se risquait à glisser une main sur la garde de son épée, l'oeil du Roi lui faisait reprendre une place plus courtoise...
Les deux jeunes filles arrivèrent dans le grand hall quasi désert qu'elle traversèrent toujours en parlant gaiement si bien que leur voix se mit à résonner sur les colonnes, la voûte et le sol. Tindomiel s'arrêta brusquemment à un instant et fronça légèremment les sourcils, un poing sur la hanche, arborant une mine faussement fachée:


-Mais comment?! Qui ose?! Qui ose qualifier l'histoire de notre royaume comme ennuyeuse?! Touchez en donc un mot à notre archiviste royal, Nolemë, croyez bien qu'il aurait une toute autre vision de l'affaire! Il risque de vous demandez des noms! _la princesse sourit et ses couleurs révélèrent les deux fossettes qui se creusaient dans ses joues lorsque ses lèvres s'étiraient, un héritage de l'auguste papounet Razz_ Je vous conseille aussi de le solliciter pour une visite approfondie des lieux. Ne prenez pas peur de son air affable, il est déjà de nature discrète et la compagnie des parchemins et des livres ne le rendent pas plus bavard... Mais dès qu'il s'agit de dispenser son savoir _immense soit dit en passant_ il se trouve aussitôt aussi intarissable que la fontaine de la cour!

A peine ces mots prononcés que les deux battants de la grande porte s'ouvrirent devant leurs pas et portèrent leurs yeux sur l'Arbre Blanc chevelu de belles feuilles vertes et sur ladite fontaine. La lumière blanche les aveugla un instant et les ciller, puis elles descendirent les marches et Tindomiel continuait toujours de parler. [Bon Dieu mais qu'on la fasse taire! mdr!]

-Je comprend que les affaires d'Arnor ne laissent guère de temps à votre père de revenir dans le sud, mais cela témoigne dans le même temps la confiance que le Roi met en lui et les services fidèles sont toujours payés de retour. C'est de lui que vous tenez votre nature? Le don de soi a pour moi tout d'une vertu et il serait bien triste d'avoir à payer pour cela... Mais enfin, on peut dire que oui vous avez satisfait ma curiosité! _elle rit et poursuivit_ J'aurais mille autre questions à vous posez mais je crois que je vais devoir me montrer un peu plus patiente et polie!

Elles arrivèrent enfin à hauteur d'un groupe d'une demi-douzaine de dames dont l'échelle en terme d'âge était très large et qui s'étaient mises à l'ombre pour attendre la princesse oublieuse. En son absence, les plus âgées, avaient quelque peu soupiré mais à présent il n'en était plus rien et toutes considéraient son retour avc attention et peut-être plus encore la demoiselle qui venait avec elle.

-Mesdames! Excusez ma négligence! Les vents du Mindolluin ne m'auront plus!

Certaines, celles qui la connaissaient depuis l'âge des langes échappèrent un rire: la petite fille qu'elle avait été _ qu'elle était sans doute encore beaucoup à bien des égards_ avait la fâcheuse manie d'aller jouer sous les arbres des hauteurs en dépit de tous les vents qui y venaient frapper la montagne. Elle rechignait à se couvrir correctement et chaque année on pouvait compter sur une angine de poitrine ou bien une otite sévère, l'affaire était notoire dans le Palais. Enfin sur ce point, elle avait mûri, on pouvait bien lui accorder ce bénéfice!

Une procession s'engagea et la princesse se tint vaguement excentrée en compagnie d'Eladiel. Elle avait une furieuse envie de continuer la conversation qu'elles avaient engagé et les autres dames se trouvaient déjà à s'entretenir les unes avec les autres pour que ceci ne passa pas pour de l'impolitesse. Tindomiel jugea bon d'en dévoiler un peu sur elle. C'était un peu vain sachant qu'elle était une de ces personnes publiques sur lesquelles on sait tout ou presque, mais elle n'y songeait pas à cet instant précis, elle avait juste envie de rendre à la demoiselle la confiance que celle-ci lui avait témoigné en livrant une partie d'elle.

-Puisque je vous ais fait parlé un peu, c'est à moi de me donner à l'exercice à présent! J'approche de mes 15 ans, à pas de géants d'ailleurs puisque c'est l'affaire d'une semaine! (Bah oui à Fondcombe c'était déjà censé être bientôt! lol!) Ce qui fait de moi la cadette des enfants du couple royal. C'est une situation dont je m'accomode bien puisqu'elle comporte tous les avantages inhérents à une telle nature, sans en connaître trop de contraintes!

Enfin, il y avait contraintes et conatraintes! Cette promenade par exemple aurait pu tout avoir d'un marche funèbre pour d'autres caractères qui n'étaient pas celui de Tindomiel et qui n'avaient pas vécu dans ce monde où elle avait vécu et qui était le sien propre.

-Je vous ais dit tout à l'heure que je revenais de la Maison d'Elrond (ça se fait pas de dire Papi! Razz lol!] c'était précisément pour parfaire mes connaissances sur le savoir ancien et j'y ais appris en deux années bien plus que je n'aurais pu le faire en toute une vie.

Elle s'arrêta un instant et constata:

-Je me rend compte que c'est un exercice difficile que vous avez fait tout à l'heure! Il est dur de se raconter! _elle se creusa l'esprit et finalement leva le doigt_ Ah si j'oubliais! J'ais mon visage sur des pièces de monnaie! En cuivre certes...mais tout de même! _elle retroussa son nez en une petite moue_ Eldarion lui a droit à du bronze!

C'était la dernière nouvelle qu'elle avait appris dans la journée et elle se mit à éclater de son rire franc qu'elle dissimula vite derrière un pincement de lèvres alors que les dames commençaient à se retourner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eladiel
Invité



MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Dim 26 Nov 2006 - 2:15

(Je n'arriverai jamais à rivaliser contre de tels messages! Ce serait encore un miracle que j'en fasse la moitié! Razz)

Eladiel écouta les paroles de la princesse avec toujours la même grande attention dont elle fait preuve, mais, contrairement à de nombreuses fois, c’était loin d’être une attention de politesse. Au contraire! Elle était véritablement intéressée par les dires de la jeune femme. Eladiel regardait intensément son interlocutrice tout en faisant garde où elle mettait les pieds. Elle ignorait encore trop les différents passages du palais pour avoir une confiance quasi aveugle en ses pas. De plus, ce n’était guère le lieu ni le temps pour se blesser et encore moins pour avoir l’air ridicule, aussi bref l’instant peut être. Un moment embarrassant reste tout de même un moment embarrassant! En entendant la princesse parlait d’une manière tout à fait original à propos de la civilité, elle ne put s’empêcher de sourire grandement tout en essayant de réprimer un rire.

Arrivées dans le hall, Eladiel ne put s’empêcher de regarder autour d’elle avec admiration. Elle était déjà venue ici il y a quelques années déjà accompagné de son père. En quel honneur? Elle ne s’en rappelait plus énormément. Sa mémoire lui jouait défaut, mais elle était certaine d’avoir déjà vu ces grandes et magnifiques colonnes. Elle continua tout de même à parler avec Tindomiel. C’était vraiment plaisant de discuter avec elle et Eladiel passait du très bon temps. Ça lui faisait du bien de marcher et de parler après s’être donnée autant au ménage et à l’entretien.

Eladiel s’arrêta brusquement elle aussi, mais tout de même un peu en avant de la princesse, se retourna et la regarda. La jeune fille avait pris un air fâché et avait l’air de trouver scandaleux le fait que certains jeunes trouvent l’histoire du royaume des hommes carrément ennuyeuse, voire même soporifique! Eladiel était du même avis que la princesse, mais ne l’aurait certainement pas exprimer de la même façon. Elle regarda, surprise et un peu déstabilisé, les gestes de sa jeune interlocutrice. Tout de même, elle se reprit et mémorisa le nom de l’archiviste royale ainsi que les recommandations de Tindomiel.

-Je suis tout à fait d’accord avec vous, Altesse, mais je ne pense pas qu’il faut chercher à comprendre ces gens. Ils se rendront bien compte un jour que de savoir l’histoire de notre pays est très utile ainsi que très intéressant. Je suis d’ailleurs persuadée que la plupart des gens qui disent de telles choses sont des garçons. Mon cousin était notamment l’un d’eux, mais n’allait pas vous faire de mauvaises idées. C’est un charmant jeune homme, mais plus porter sur les travaux physiques que sur les études et le savoir. Il est très actif et pour lui apprendre l’histoire sur un siège d’école est une véritable perte de temps!

Avant qu’elle ne put s’apercevoir de quoi que ce soit, elle était rendue à l’extérieur toujours en compagnie de la princesse. Elle vit un peu plus un groupe de femmes de tous âges qui étaient probablement les dames de compagnie. Apparemment, elle avait vu juste lorsqu’elle vit la princesse s’avancer tranquillement vers ces femmes. Elle se remit rapidement à marcher tout en essayant de s’habituer aux rayons du soleil.

-J’ignore si c’est de lui que je retiens ma nature puisque ma mère ressemble énormément à mon père. Ils ont tous les deux un caractère fort semblable. Je peux autant retenir de l’un que de l’autre! Je peux vous affirmer que je suis plus que fière de mon père. Pour moi, c’est un grand homme. De plus, chacun de ses séjours ici sont mémorables. Je suis contente d’avoir pu répondre à vos questions et je serais ravie de pouvoir continuer.

Elle regarda en souriant la princesse ainsi que les autres dames de compagnie. Elle remarqua rapidement qu’elle semblait être la plus jeune du groupe. Ce n’était pas vraiment un problème pour elle, mais bon. Pendant que la princesse parlait aux autres femmes, une des dames vint vers elle et lui sourit chaleureusement.

-Vous êtes la nouvelle dame, n’est-ce pas? Bienvenue parmi nous, jeune demoiselle, dit-elle
-En effet, ravie de vous connaître, répondit Eladiel en faisant une petite révérence de salutations.

Sans plus attendre, elle se mit en marche en compagnie des autres femmes et se remit rapidement à parler en compagnie de Tindomiel dont elle appréciait de plus en plus la compagnie d’ailleurs. Elle fût enchanté d’entendre la princesse parler un peu d’elle.

-Vous êtes certainement une personne très chanceuse, Altesse. Ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir vivre en compagnie des Elfes pendant une si grande période de temps. Je ne doute point que vous avez appris des choses toutes plus intéressantes les unes que les autres. C’est certainement un des meilleurs endroits pour acquérir du savoir, Altesse.

Eladiel était franchement impressionnée. Elle avait déjà entendue parler de la Maison d’Elrond et ce n’était que bons commentaires par-dessus bons commentaires. Apparemment, c’était qu’une pure et simple merveille! Elle osait à peine imaginer à quoi cette fameuse Maison pouvait bien ressembler. C’était trop beau pour l’imagination tout ça!

Elle rit tout doucement entendant la réplique de la princesse. Celle-ci n’avait pas tort du tout. C’était bien difficile de parler de soi. Eladiel avait elle-même eu quelques difficultés, mais une fois lancer tout s’enchaîne.

En entendant la toute dernière phrase de la princesse, elle s’empêcha de s’esclaffer et pinça rapidement des lèvres pour passer le plus inaperçue ce qui n’était une mince tâche.

-Je trouve tout de même que c’est une formidable nouvelle que celle d’avoir des pièces de monnaie à son effigie, répondit-elle avec un sourire qui cachait de son mieux un rire. J’ignore ce que cela fait d’être la cadette d’une famille. Je n’ai jamais eu de frère ou de sœur plus âgé, ni plus jeune d’ailleurs. Parfois, je me demande ce qu’aurait eut l’air ma vie si ça avait été le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Lun 27 Nov 2006 - 19:18

[Oh hey moi je préviens je vais pas taper à chq fois autant, c'est mauvais pour mes empreintes digitales! :p mdr!]

Citation :
J’ignore ce que cela fait d’être la cadette d’une famille. Je n’ai jamais eu de frère ou de sœur plus âgé, ni plus jeune d’ailleurs. Parfois, je me demande ce qu’aurait eut l’air ma vie si ça avait été le cas.

Tindomiel tourna vivement sa tête vers Eladiel tandis qu'elle disait ceci et ne dissimula pas son étonnement. Forcément, elle était la troisième, les tirages de couettes et les coups de pieds dans le tibias ça faisait parti du paysage! Mr. Green

-Vraiment? Vous êtes fille unique? Si vous saviez comme j'ais pu souhaité être à votre place des milliers de fois dans ma vie! Mais à présent, une telle idée me fait frémir, il n'y ait rien que je ne donnerais pour ma soeur et mon frère. Même si je devais tout perdre demain, je rendrais bien grâce aux Valar de m'avoir donné 14 ans de bonheur, plutôt que de ne jamais les avoir connus.

Elle jeta un regard amusé et complice à la jeune fille:

-Mais ça, Eldarion ne doit jamais le savoir hein!

Il devait bien le savoir cet imbécile pour la faire marcher comme il faisait! Et elle, ça devait bien lui plaire quelque part de marcher... Rolling Eyes

-Rochiel parcourt les routes et les chemins et il est rare qu'elle revienne dans son port d'attache. Elle est ce qu'on appelle un esprit libre. J'aimerais avoir toutes les facilités qu'elle a et qu'elle tient de notre héritage elfique, mais voyez-vous moi je tiens plutôt du prosaïsme de notre peuple... _elle sourit et poursuivit_ Eldarion et moi somme plus proche en âge et de fait, sans doute, le somme-nous par l'esprit. Je ne saurais expliquer comment d'un regard il peut lire en moi et comme je lis en lui. Il est le joyau des Hommes et je le respecte à bien des égards car il est bien plus solide que je ne le serais jamais.

En un instant, ses pensées la ramenèrent à l'entretien qui devait se dérouler à ce moment même dans la pièce de travail de son père, si ce n'était déjà fini... Comme elle espèrait que le mur qui les séparait tomberait enfin, tout au moins pouvait-on espèrer une frissure. Eldarion ne devait plus souffrir ainsi...

Sans s'en rendre compte, le petit groupe était arrivé au pied des jardins en terrasse et commençait à gravir les marches lentement. Orienté plein sud-ouest, par cette belle journée d'été, le soleil cognait dur mais déjà on commençait à sentir un souffle frais courir à travers les tissus et dans les cheveux.
Le regard de Tindomiel se posa avec gourmandise sur un cerisier baigné de lumière sur la première terrasse et avec bonheur vit-elle les dames commencer à s'aventurer sur l'herbe verte. L'air de rien, elle fit mine de contempler le paysage un instant et attendit d'être un peu distancé par la procession pour se faufiler vers les branches chargées de fruits rouges et en extirper quelques grappes à la sauvette.
Elle rejoint vite le petit groupe qui ne semblait pas avoir assisté au flagrant délit de gloutonnerie de la princesse... Avec un air de conspirateur, elle tendit quelques fruits ronds à Eladiel et mordit dans un avec un air de franche extase. ca n'était pas le moment sans doute non plus defaire un concours de lancé de noyaux... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eladiel
Invité



MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Mar 28 Nov 2006 - 3:04

Eladiel ne cacha aucunement sa perplexité en voyant l’étonnement de la princesse avait apparemment eut en apprenant qu’elle était fille unique. Pourtant, elle savait pertinemment qu’elle n’était pas le seul enfant unique du royaume. Peut-être était-elle trop habituée à sa situation pour voir que certains étaient étonnés par celle-ci? Elle avouait ignorer la réponse, mais arrêta immédiatement son questionnement pour réécouter la princesse lorsque celle-ci reprit la parole. En entendant la princesse dire de garder l’information pour elle seule, elle mit un doigt sur sa bouche.

-Cela restera entre vous et moi, Altesse, confirma-t-elle avec un sourire complice.

Eladiel réfléchit quelques instants aux paroles de la princesse au sujet des esprits libres et de la force des gens. La volonté de dire sa pensée était tellement forte qu’elle ne put s’empêcher d’ouvrir la bouche et de dire les mots qui lui venaient à l’esprit. Encore une fois, sa nature directe était maître en elle et elle ne pouvait qu’obéir à la volonté de celle-ci, soit dire sa façon de pensée. Peut-être importe que ce soit à une princesse ou à un clochard, son cœur lui disait de parler.

-Je ne pense pas qu’avoir un esprit libre est nécessaire de parcourir les routes et de voir le monde. Nous pouvons être un esprit libre tout en restant toujours au même endroit. J’ai déjà connue une vieille dame qui me répétait sans cesse que l’imagination est la plus grande force de la terre, car elle nous permet de nous divertir par les temps noirs, de nous nourrir lorsque nous avons faim et de nous aider à améliorer le monde en temps de paix. Je pense qu’elle avait véritablement un esprit libre, car elle ne se conformait pas véritablement à la majorité.

Eladiel eut un sourire triste en disant ces paroles. Cette vieille femme venait tout juste de mourir avant son départ de sa maison. Le sujet était encore fragile pour elle.

-Je ne doute point que le prince soit un être solide…Mais je pense aussi que vous êtes aussi solide que lui, Altesse. La force peut prendre différente forme, ne croyez-vous pas? Peut-être que les hommes sont plus portés à démontrer leur force par les armes, mais qui s’occupait des enfants et de la survie des siens durant la guerre? C’était les femmes. Notre force est plus portés dans le contrôle de nos émotions. Peu importe la situation, la femme est en tout temps capable de la prendre avec recul pour voir au bien-être des autres. Je ne doute point que vous soyez une personne ayant une énorme solidité, Altesse.

Peu de temps après, elle vit la princesse partir à la va vite vers un cerisier magnifique. Elle ralentit un peu le pas pour voir ce que celle-ci allait faire. Elle ne peut retenir un sourire amusé en la voyant prendre rapidement quelques grappes de cerises et revenir vers le groupe aussi discrètement qu’elle s’en était séparée. Elle ne pouvait qu’admirer l’assurance, l’aisance et la discrétion dont avait fait preuve la princesse durant ce court instant. Elle resta quelque peu surprise en voyant que la jeune femme lui tendait quelques fruits. Sans attendre, elle les prit et les mangea avec faim tout en disant tout bas.

-Merci, Altesse. Elles sont délicieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Jeu 30 Nov 2006 - 20:30

Tindomiel n'en pouvait plus de plaisir tandis que la chair rouge de la cerise fondait contre son palais.

-Délicieuses, oui! Et ce n'est encore pas leur rendre assez justice! Je suis sûr que même à Valinor on ne peut trouver meilleures! Les fruits du jardin d'Elrond sont beaux et sucrés et il y en a toute l'année, mais croyez moi, elles ont ma préférence éternelle!

Bien étrange fait que de jurer fidélité à des cerises, mais vu l'étendue de la gourmandise de la jeune fille, ça n'était pas peu dire!
Alors qu'elle en attaquait une autre, elle réfléchit sur ce qu'Eladiel avait dit précédemment. Elle sourit:


-Cela est vrai ce que vous dites. Les femmes ont la force traquille mais à force de prendre sur soi les problèmes des autres, on finit par ne plus faire la différence et à tout prendre trop à coeur. Je suis de celles-là qui ont besoin d'être sans cesse rassurées, aimées, entourées... J'ais besoin que tout aille droit, sinon je perd pied. C'est ma faiblesse et j'ai besoin de mûrir là-dessus, je le sais. Mais peut-être le fait de le savoir est déjà un bon début!

Le petit groupe passa sur la seconde terrasse toujours remplie d'arbres à fruits et la princesse continua, baissant la voix de sorte que la conversation resta entièrement privée. Ce qui suivait n'était pas fait pour être entendu des hautes dames de ce pays:

-La majorité je m'y conforme parce que c'est ce que l'on attend de moi. Ce que le peuple attend, il faut le lui donner, même si cela se fait au mépris de soi. Ne vous méprenez pas, je l'accepte et je m'efforce de tout mon être de m'en montrer digne. _elle concéda avec un léger rire_ Bon bien évidemment, mes responsabilités sont moindres! Mais quand bien même! Notre société est un édifice et même si je n'en suis qu'une toute petite pierre, j'appartient au tout.

Elle se tut un long moment. Elle n'avait aucun mal à vivre avec cette idée, Eldarion lui en avait eu un peu plus et c'était sans doute proportionnel au poid de la structure qui reposait sur ses épaules. Cela changerait, elle en était certaine.
La princesse se retourna vers la jeune fille et apprécia:


-Votre pensée est fort construite, mademoiselle et c'est un plaisir que de bavarder avec vous! _elle désigna du menton le groupe devant elles_ Comment leur faire comprendre que nous savons composer sur d'autres sujets que chiffons?

Tindomiel gloussa et décida néanmoins d'accéler le pas pour ne pas se montrer irrévérencieuse vis-à-vis de leurs compagnes.

[Mes interventions seront un peu au compte-goutte dans les 2 semaines à suivre pour cause d'examens... Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aragorn II Elessar



Nombre de messages : 735
Age : 38
Race, Pays : Gondor
Metier : Roi du Gondor
Date d'inscription : 17/12/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Sauron ! Pour le salut du Gondor, je vais vous affronter !
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Jeu 30 Nov 2006 - 20:47

[Hj : bah alors quand est ce que vous jouez au cracher de noyaux ? Mr. Green Moi j'attends de voir si ma fille a bien retenu ses cours de balistique et sait viser correctement Razz ]

_________________


Incarne aussi Graganos l'orque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eladiel
Invité



MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Dim 3 Déc 2006 - 1:39

(HJ: ahah! C'est assuré que Tindomiel remporte la victoire si on fait ça un jour! Ça ne ressemble pas à Eladiel que de cracher des noyaux de cerises à travers une cour! Razz)

Eladiel dégusta savoureusement la cerise. Elle ne pouvait démentir le fait que la princesse avait une manière bien à elle de parler qui, elle devait bien se l’avouer, lui plaisait bien. Ce n’était pas soporifique ou ennuyant, mais tout le contraire. Sa jeune interlocutrice mettait toute la dynamique qui l’habitait dans ses paroles et dans ses gestes. Eladiel l’avait immédiatement remarquée et pensait déjà que c’était une des grandes qualités de la princesse royale.

-Je pense que le fait d’admettre une faiblesse ou un défaut est déjà un bon début pour que cela devienne une force ou une qualité. Il y a bien un début à tout!

Eladiel ne pouvait pas dire qu’elle était extrêmement étonnée des dires de la princesse ni qu’elle ne l’était aucunement. Elle savait que ce n’était pas toujours une joie que de devoir se conformer au protocole étant elle-même la fille d’un homme hautement placé, mais il reste qu’elle ignorait que la princesse pouvait avoir en elle un tel sentiment. Telle une fidèle amie connue depuis le berceau, Eladiel écouta attentivement Tindomiel qui, elle le sentait, se dévoilait un peu plus à elle. Elle se sentait privilégiée qu’une telle confiance et qu’une telle complicité se soient si rapidement installées entre les deux jeunes femmes et savait qu’elle ne devait aucunement abusée de la situation. De plus, c’était loin d’être son intention. Pendant que la princesse prenait un moment de silence, elle décida de prendre la parole.

-Vous êtes indiscutablement une bien plus grosse pierre qu’un simple serviteur, Altesse. Bien que vous ne soyez pas destinée à diriger le royaume un jour, les gens du pays vous aime et vous apprécie. J’en suis convaincue, affirma-t-elle dans un sourire amical et rempli de bienveillance.

Eladiel eut rapidement une ride soucieuse sur le front. Elle voyait que la princesse semblait perturbée par une chose qui lui tenait à cœur. C’était totalement visible, mais elle n’osa posé une quelconque question. En voyant la princesse reprendre la parole, Eladiel retrouva rapidement un timide sourire, mais qui montrait tant au gens qui la connaissait un peu. En entendant les paroles de la princesse, elle ne put réprimer son envie de rire et éclata d’un rire cristallin, mais essaya tout de même de se faire discrète pour éviter les réprimandes des dames plus âgées qui les accompagnaient.

-Je vous accorde que ce ne doit être de tout repos que de parler constamment de chiffon, mais je suis sûre que si on s’y prend de la bonne manière, on peut tirer de merveilleuses conversations avec ces dames.

Eladiel se pinça les lèvres pour s’empêcher de rire de nouveau. C’était bien comique d’imaginer un débat entre ces vieilles dames à propos de chiffons!

-Je vous remercie pour le compliment, Altesse. Et je peux en dire autant de vous. Cette conversation et cette ballade est certainement la meilleure chose qui me soit arrivé depuis que je suis ici si ce n’est pas la meilleure dans ma vie!
Revenir en haut Aller en bas
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Jeu 7 Déc 2006 - 20:42

[Ping! Sur la nuque d'une vieille dame! :p lol!]

Tindomiel sourit à Eladiel et dit avec une pointe d'humour:

-Eh bien! Je souhaite tout de même pour vous d'autres rencontres plus excitantes encore que la mienne dans votre vie qui sera fort longue, je n'en doute pas! Néanmoins, je vous confesse que le plaisir est partagé et que vous avez rendu cette promenade bien plus agréable qu'elle ne me semblait de prime abord!

Elle releva ses yeux sur les dames espèrant qu'aucun mot ayant de fâcheuses conséquences ne leur soit revenu aux oreilles. Oh bien sûr leur compagnie était loin d'être intéressante ou même déplaisante! Mais enfin, il y a des conversations pour lesquelles une jeune fille de 15 ans n'a guère de goût et dans lesquelles Tindomiel devait s'efforcer de faire bonne figure et de suivre le fil, ou du moins faire semblant... A l'âge où on a envie de rire pour n'importe quoi et plus que de raisons et de ne surtout rien entendre des problèmes d'adultes_ce que l'on sera de toute façon bien trop vite_ vraiment, il n'y avait rien de très engageant, mais enfin puisqu'il fallait s'y plier... La princesse répondit:

-Merveilleuses, leurs conversations le sont assuremment! Mais il n'empêche que j'y suis, en ce qui me concerne, bien peu à mon aise. Il est tellement question de surenchère de finesse et de qualité du mot que l'exercice perd de sa saveur. J'aime jouer avec les lettres mais seulement lorsqu'il y a du plaisir. Tout autre usage serait leur faire offense et dans les discussions de groupe, je les offense souvent et bien malgré moi! Quoiqu'il en soit, leur culture est manifeste et je ne peux que les respecter davantage.

Elle tourna les yeux vers Eladiel. Peut-être se confiait-elle trop, trop vite... Et puis elle imagina que la jeune fille, guère plus agée qu'elle, pouvait comprendre ses sentiments et ça, ça faisait un bien pas possible!
Elle poursuivit toujours dans son investigation amicale pour tenter de cerner un peu mieux Eladiel. Celle-ci gardait une certaine réserve ce qui n'était en soi pas bien blamable, Tindomiel n'était pas avare de paroles, rien ne l'obligeait à suivre son chemin, mais la princesse entendait bien assurer la demoiselle de sa bienveillance et de son intérêt pour elle:


-Voyons dites moi... Avez-vous quelconque passion? Si nous avons les mêmes cela pourrait nous assurer de bons moments à partager!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eladiel
Invité



MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Ven 8 Déc 2006 - 3:50

(désolé, mais j’ai vraiment un manque d’inspiration total!)

Eladiel regarda les dames alentour d’elle. Elle devait bien s’avouer que le genre de conversations avec celles-ci ne devaient certainement pas être sur les sujets de l’heure ou sur des sujets qui pouvaient intéresser le moindrement une adolescente de l’âge de la princesse. C’était un principe plus que logique d’affirmer une telle chose. De plus, la première impression qu’Eladiel avait eu de ces dames étaient assez strictes. On voyait bien que ces femmes étaient des femmes de fort caractère qui pouvait sûrement pour certaines être très conservateur. Les bonnes manières étaient de mises en leur compagnie, ça se voyait dès le premier croisement de regard et Eladiel l’avait rapidement compris. Voilà pourquoi elle se tenait relativement tranquille même si elle n’était pas porté à attirer l’attention. Elle n’avait jamais été une enfant très colorée et active.

-C’est déjà un très bon point que vous les respectez autant, Altesse. C’est tout à votre honneur. J’ignore si vous les offenser aussi souvent que vous semblez le dire, mais je pense bien que je vais le savoir d’ici là. Du moins, si vous réussissez à les offenser, j’ai bien peur qu’elles aient rapidement une mauvaise impression de moi. Je ne suis pas des plus habiles avec les mots malgré tout le grand intérêt que je leur porte.

Eladiel sourit à la princesse et réfléchit quelques instants. Honnêtement, elle ignorait totalement qu’elles pouvaient être ses passions. Elle ignorait aussi si elle avait le droit de dire tant de choses à son sujet. De plus, elle n’avait jamais vraiment été porté sur la confidence. C’était habituellement elle qui écoutait les gens parler de leur vie, leurs problèmes et de leurs rêves. C’était elle qui écoutait attentivement chaque mot prononçait par ces quelques malades qui l’avaient choisi comme confidente. Elle essayait de son mieux de se montrer digne de la confiance qu’ils mettaient en elle. Seulement, aujourd’hui, les rôles semblaient s’être inversée et c’était elle, Eladiel, qui se confiait. Sans plus attendre, elle décida de se révéler. Après tout, Tindomiel était de son âge et elle lui inspirait extrêmement confiance comme rarement une autre personne ne l’avait fait dans sa vie.

-Eh bien… vers mes onze ans j’ai commencé à aller visiter les gens de la Maison de Guérison. Je faisais régulièrement du bénévolat. J’aidais les gens de mon mieux et je sentais que c’était apprécié malgré le peu de remerciement que l’on me faisait. J’aime aider les gens. Pour moi, c’est une activité très glorifiante. Je pratique aussi l’équitation. Mon père m’avait offert un magnifique cheval pour mes douze ans. J’adore parcourir la plaine, surtout au printemps. De temps à autre, il m’arrive de lire ou encore de dessiner. J’ignore si j’ai un véritable talent pour le dessin, mais ça me détend et c’est pour moi une raison suffisante de le pratiquer. En général, je pense bien que mes passions se limitent à cela. Je dois dire que j’aime bien apprendre et découvrir aussi. Bien que peu de gens s’en doutent, je suis de nature curieuse, mais au niveau des connaissances. Lorsqu’il s’agit d’apprendre, j’ai l’habitude de quitter ma réserve naturelle et de me faire un peu…comment dire…un peu plus voyante je dirais.
Revenir en haut Aller en bas
Elendaë Hildorwen



Nombre de messages : 79
Race, Pays : Elfe, Gondor/Minas Tirith
Metier : Dame de compagnie de la famille royale
Date d'inscription : 12/03/2006

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Et vous, mes enfants, quand vous aurez grandi... Qui me restera-t-il?
**Aime/N'aime pas**: Le souvenir de Numenor/Le désordre

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Ven 8 Déc 2006 - 21:36

[Allez, hop, je m'ennuie, je vous ressort Elendaë et Annaëlle de leur tiroir!]

Assises un peu plus loin des deux jeunes filles, et plongées dans une conversation annimées, deux apparentes toutes jeunes demoiselles discutaient à grands renforts de gestes. Toutes deux grandes et élancées, les cheveux blonds volants au vents, vue de dos, elles se ressemblaient de façon presque troublante. Et pourtant... Vêtue de son irremplaçable robe marine, Annaëlle écoutait avec attention la leçon qu'elle était en train de recevoir d'un Dame Elendaë particulièrement bavarde.

En effet, le dame elfique, revenue de peu de Fondcombe, n'avait encore eu l'occasion de croiser et de lancer quelques ordres à sa jeune "élève", et appréciait grandement cet instant de tranquillité et de complicité. Et une fois de plus, leur débat s'était rapidement animé pour devenir une joute orale aussi amusante à regarder qu'à écouter. Ni Elendaë, ni Annaëlle n'était facile à convaincre, et argument après argument, elle discutaient de futilités... et ne manquaient pas de régulièrement s'en rendre compte et laisser aller un éclat de rire.

Probablement alertée par le bruit, ou peut-être ennuyée par la discution qui, il faut l'avouer, commençait à virer débile, Elendaë se retourna en souriant.


"Tiens! Bonjour, Princesse. Et bonjour Dame... Eladiel, c'est ça?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coema.forumactif.com
Eladiel
Invité



MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Sam 9 Déc 2006 - 2:30

Eladiel se retourna vers la voix qui lui disait bien quelque chose. Elle était certaine de l'avoir déjà entendue quelque part, mais pour l'instant l'ignorait. Il ne lui fallut que quelques secondes tout à fait pardonnables pour reconnaître la femme qui l'avait acceuilli au palais il n'y avait pas si longtemps.

-Bonjour, Dame Elendaë. Oui, Eladiel. Vous ne vous êtes point trompée, rajouta-t-elle en souriant à la dame. Au fait, je voulais vous remercier de votre accueil. Je ne me rappelle plus si j'ai pris le temps de le faire ou non. Si non, je m'excuse de mon impolitesse à ce moment même.
Revenir en haut Aller en bas
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Mar 12 Déc 2006 - 17:43

Tindomiel écoutait patiemment la demoiselle se livrer un peu sur ses goûts. On ne peut guère connaître une personne sur sa seule lignée ou sur le fil de sa vie, cela ne reste que des faits bon pour les livres, pas pour les relations amicales... Au fur et à mesure que Tindomiel l'entendait parler de ses passions, elle se surprit à sourire légèremment et finalement conclut:

-A ce que je vois nous ne sommes guères différentes sur ce qui constituent les plaisirs de notre vie! Cela devrait nous assurer quelques bons moments en la compagnie de l'autre, je présume!

Le princesse se permettait une telle affirmation car il ne semblait pas qu'Eladiel ait témoigné à l'égard de sa compagnie quelconque dégoût ou malaise... Tindomiel avait toujours l'envie de plaire à son entourage, c'était ainsi, elle ne savait pourquoi mais c'était un besoin quasi vital, un peu puéril aussi bien sûr... Elle assura Eladiel d'un sourire et répondit:

-Pour ce qui est du dessin néanmoins, je n'en ais guère la patience, c'est terible mais vrai hélas! Pourtant j'aimerais poser sur le papier tout ce que mon esprit retient de beau et ainsi le partager ou bien le fixer pour toujours. Tout autour de nous est si fugace que je regrette souvent de ne pouvoir en conserver quelques traces autres que dans ma mémoire qui s'étiole... Si vous me faites cet honneur, je serais ravie de me pencher sur quelqu'uns de vos travaux un jour.

Elle vit au loin deux silhouettes posées sur un banc et reconnut la dame Elendaë et puis Annaëlle la douce, deux personnes qu'elle aimait tendrement. Elle poursuivit avant que d'arriver à leur hauteur:

-Les Maisons de Guérisons, je dois les visiter demain dans la matinée. Plus particulièrement l'aile réservée aux pupilles de notre pays. Ils me semblent à chaque fois plus nombreux, quand j'étais enfant je me rapelle que cela brisait mon coeur mais je n'ais jamais pu me passer d'y aller. On me laissait jouer à la poupée avec certaines petites filles, des enfants restent des enfants, peu importe où il ont grandit. Evidemment, j'y consacre toute matinée pour pouvoir faire le tour de tous les bâtiments. C'est sans doute bien égoïste, mais je me suis très vite rendue compte qu'il ne suffisait pas de grand chose pour donner le sourire à un autre et ça n'a de cesse de me transporter de fierté à chaque fois.

Les demoiselles s'arrêtèrent devant Elendaë et Annaëlle et Tindomiel s'inclina avec un brin de malice:

-Bonjour à vous, mesdames. Serait-ce à votre discussion enflammée que nous devons les beaux fruits que le jardin nous donne cette saison?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Lun 22 Jan 2007 - 20:59

[Petit post en attendant que les tontons soient reçus en bonne et due forme... Wink]
[Ah oui et Eladiel t'es toujours parmi nous?! lol!]

Un jeune page courrait dans les coins et les recoins du Palais.
On lui avait dit d'aller chercher la Princesse, alors il avait fait son chemin dans les couloirs vers la chambre de celle-ci. Point de Princesse. Fichtre! Il venait d'arriver et il tenait à sa place comme à la prunelle de ses yeux. Déjà, il se serait laissé allé à glisser sur le marbre du sol et à se prendre la tête entre les mains. On a beau avoir 16 ans et être un "homme", on oublie pas qu'on est la fierté familiale... Oui mais voilà, une vieille matrone était heureusement là et douée comme elle l'était pour secouer les jeunes recrues du staff royal, elle se chargea de faire se resaisir notre ami désespéré, car elle détenait l'information clé!
Et, miracle de la jeunesse, le jeune homme précieusement informé, courut de plus belle vers les jardins en quête de la demoiselle.

Il repéra vite la petite troupe qui évoluait dans une terasse supérieure des jardins. Encore des marches à monter! Diable! Si ce n'était un blâme, ce serait ses poumons qui le tueraient! Cependant, il trouva subitement une certaine contenance lorsqu'il arriva en vue de toute la compagnie. Le pas souple et léger, il en aurait presque oublié qu'il suait comme une motte de beurre perdue en plein Mordor... Ses joues rouges et sa respiration encore haletante le trahissait encore.
Il s'avança mais s'arrêta net. La Princesse, c'était qui dans tout ça? Toutes ces dames et damoiselles... Il écarta les ridées... Le nombre diminuait... Un peu... Ah! Il la savait blonde! Trois blondes...
Tant pis, tentant le tout pour le tout il s'approcha de celle qui lui inspirait une tenue toute royale. Il allait s'incliner lorsque celle-ci se tourna et appella Son Altesse... Le garçon faillit esquisser une moue: bourde évitée!

Il vit enfin Tindomiel marcher vers celle qui l'avait interpelé et ses yeux gris finalement se poser sur lui.


-Jeune homme?

Après le beurre, le page eut l'impression tout à coup de se retrouver comme une mite découverte dans une pile de draps... Il prodigua enfin ses hommages de circonstances et délivra son message sans défaillir:

-Les fils d'Elrond sont annoncés, Altesse.

Une phrase. Tout ça pour une phrase! (C'est sans doute ce que vous devez vous dire vous aussi! Mr. Green) Oui, mais le sourire dont le gratifia la demoiselle aux cheveux de blé à l'annonce de la nouvelle et la satisfaction du travail accompli firent naître de la fierté dans le coeur du garçon.
Décidemment, il s'en souviendrait de sa première semaine!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans les hauteurs de la Cité Blanche   Aujourd'hui à 22:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans les hauteurs de la Cité Blanche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nain aveugle dans les rues d'une cité sur pilotis [topic libre]
» Voyage dans les hauteurs Népaliennes
» Les Black Camel pénètrent dans cité des plaisirs!
» Combat dans la cité basse
» Chasse au Jedi dans la cité des nuages (Pv Yaelna)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: GONDOR :: Minas Tirith - La cité du gondor-
Sauter vers: