AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sauve-moi...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Vardë Moredhel

avatar

Nombre de messages : 1275
Age : 25
Race, Pays : Elfe Nandorin, banni de la Lorien
Metier : Vagabond mercenaire
Date d'inscription : 27/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Dites, mon Prince, à propos de votre père... Galadriel, Lothlorien, vous situez plus ou moins? hé bien, il se trouve que...^^
**Aime/N'aime pas**: Regarder la Soleil se lever/Tomber comme un cheveu dans la soupe

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Mer 9 Jan 2008 - 19:10

Satisfait de la réponse de Legolas, et même de la réaction dégoûtée de Maegaldar à son petit numéro de jeune martyr solide et tout seul, Vardë esquisça un sourire plus sincère, mais aussi plutôt cynique.
Ajustant les dernières sangles de son foutu équipement de récupération Drow, et probablement de troisième ou quatrième main, si pas tout droit sorti du centre de recyclage -la prochaine fois qu'il croiserait l'Elfe Noir qui l'avait aidé à s'en sortir, il lui demanderait quand même où il avait trouvé ce brol- il grommela quelques vagues phrases incompréhensibles en priant Illuvatar, et tous les Valars qui étaient susceptibles d'être les saints protecteurs des lanières en cuir que ce truc tienne, et de préférence sans lui labourer le dos, en se jurant qu'il essayerait de se trouver des vêtements neufs une fois en ville. Ne fusse que par respect pour le monde qui l'entourait, vu qu'il était en train de se recomposer...

Dès le premier pas, l'habitude de la marche effaça pourtant tous les petits désagréments et les bonnes résolutions furent momentanément perdue dans l'énervement qui accompagnait toujours le banni lorsqu'il devait partir d'un lieu où il avait posé ses fesses ne fusse que dix minutes. Ce n'était pas un secret, la vie de nomade n'était pas ce qui lui convenait le mieux...
Heureusement, une discussion vint interrompre le cours de ses idées. Réellement curieux quand à en savoir plus du rôdeur, il écouta avec attention. Puis, une question. Ca faisait si longtemps que Vardë n'avait plus eu de compagnons de route à entendre bavarder à côté de lui qu'il mit un moment à se départir de son air de contentement stupide et à comprendre qu'on lui adressait en fait la parole.
D'un regard, il vérifia que Legolas ne s'apprètait pas à répondre, histoire de cultiver le peu de politesse qui lui restait, puis haussa les épaules d'un air amusé.


"Pour jouer la carte de la sincérité, je n'avais envie que de compagnie, et Minas Tirith est une destination agréable pour un vagabond comme moi. Je n'ai pas mis longtemps à décider de vous suivre, mon Prince."

Son ton indolent et son attitude décontractée suffisaient à faire disparaître tout soupçon de mensonge. Le titre, lui, n'était ni appuyé, ni lancé d'une intonation particulière. C'était juste une habitude. Dans ses réflexes à peine centenaire, Legolas s'appelait "mon Prince" au même titre que Meneltur s'appelait "Ada".
Et puis, le jeune Elfe avait l'air tellement béatement heureux que s'en était attendrissant.

_________________

Interpète également Ellendaë Hildorwen, Elladan & Elrohir & Elrond et Aran des Sables
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troupeymaje.skyblog.com
Legolas

avatar

Nombre de messages : 883
Age : 30
Race, Pays : Elfe sylvain de la forêt Noire
Metier : Archer
Date d'inscription : 11/04/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Je cherche la clef des évasions vers ces pays désirés et c'est peut-être la mort..."
**Aime/N'aime pas**: Les rousses ! / N'aime plus la mer...

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Lun 14 Jan 2008 - 16:48

[Désolée si je t'ai fait répéter Maegaldar. Voyons en celà une mémoire vacillante de la part de mon elfe non moins vacillant... Mr. Green Disons que j'ai tendance à un peu oublier l'historique de ce post qui s'étend sur des semaines maintenant. J'en profite d'ailleurs pour m'excuser par avance des diverses répétitions dans la narration, espérons que vous oubliez un peu vous aussi... Confused ]

Les rapports humains sont ainsi faits que l'on est souvent amené à changer de sentiments et d'attitudes envers ceux qu'on côtoie. Il est déjà difficile de se fixer et de tenir un objectif dans le concret d'une marche, il est d'autant plus délicat de trouver une façon récurrente de réagir face à des gens qui nous sont presqu'étrangers.

Legolas ne se tenait donc plus sur ses gardes vis à vis de Vardë et il recouvrait petit à petit son sentiment premier, celui de la découverte de l'autre, de la curiosité sans arrière pensée.
Maegaldar, quant à lui, ne lui avait jusqu'alors inspiré que de la retenue et de l'intérêt. Il ne se demandait pas encore d'où pouvait venir un rôdeur tel que lui, ce qu'il avait traversé et ce qu'il voulait au Roi. Non, il souhaitait juste converser agréablement, histoire de voir un caractère se profiler. Bien sûr, tout celà n'était que de l'à peu près, du vil dégrossissement, comme quand un sculpteur taille à large coup de burin la première esquisse de sa statue. Les subtilités apparaissent ensuite... Les déceptions et les surprises également. Il en avait déjà eu un avant goût auprès du Moredhel.

Il acquiesça juste à la réponse du Dunadan et respecta un temps de silence pour laisser le temps à Vardë d'intervenir. Il ne souhaitait guère le froisser et il n'avait plus soif de querelle, juste de sage tranquilité à vrai dire. Ce que lui offrait parfaitement cette causerie marchante, ou cette marche causeuse, c'est selon !

Que le jeune elfe aux cheveux noirs fût un vagabond ne l'étonna point. Son allure ne laissait présager qu'une telle éventualité. C'était un peu le chaudron qui se moquait de la casserole mais Legolas n'était pas encore totalement au fait de son état physique et vestimentaire.
Son esprit était occupé à trouver une réponse appropriée à Maegaldar. De celle qui esquissait sans dévoiler.

Il fit un petit signe de tête à Vardë, histoire de signifier qu'il avait apprécié la volonté de son cadet de le suivre, alors même qu'ils ne savaient rien de l'un et de l'autre. Seulement, il vint à l'idée de Legolas que Vardë n'aurait certainement pas proposé de l'accompagner s'il l'avait reconnu plus tôt...

Il se râcla un peu la gorge, qui avait tendance à vite s'asécher, dès lors qu'il demeurait un instant sans parler, vestige de ses années d'errance en mer, sans avoir quiconque à qui parler, à même en oublier la notion de dialogue. Enfin, il consentit à dire, bien que celà ne l'engageait pas à grand chose, ce qui le poussait à revenir à Minas Tirith :


- Je souhaite rendre un hommage à une personne qui me fut chère... - il ne s'attarda pas plus longtemps sur cette évocation doucement euphémistique - et je dois moi aussi rencontrer Aragorn.

Pour le coup, il ne savait pas trop pourquoi il le voulait. Il ne savait pas s'il ressentait encore la forte amitié qui les avait liés... Il espérait surtout que celà lui éclaire une nouvelle route, donne un sens même éphémère à ce retour qu'il n'avait jamais souhaité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Maegaldar Anertoar

avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 28/10/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**:
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Ven 18 Jan 2008 - 23:59

[Pas de soucis pour cette si petite répétition ça ne m'a absolument pas dérangé et a permis à ce "jeune" mortel d'en savoir un peu plus sur vous autres immortels^^]

La réaction plus sincère de Vardë fut appréciée du dunadan. Oui il préférait largement cette touche de cynisme qu'il devinait que l'hypocrisie. Surtout que le cynisme il était bien placé pour l'apprécier. Oh certes il n'était pas de joyeuse nature, on le voyait rarement, très rarement, enjoué, mais le cynisme il l'avait pratiqué dans le passé proche. Il considérait ce trait non comme une marque d'irrespect mais plutôt comme l'humour de ceux qui étaient bien forcés de développer ce sentiment en pensant à leur vie, et ainsi par extension qui l'appliquaient à certaines situations.

Bienvenue fut également la marque de politesse entre les deux elfes qui permettaient à la situation de se détendre. Non surprenante elle était toutefois louable. Il ne sentait pas dans celle-ci la fausseté précédente. Alors autant que l'atmosphère se fasse plus légère.
Et puis cet air si ingénu et heureux de l'elfe brun en voyant que l'on s'intéressait à lui fit naître une étincelle d'un amusement chaleureux en Maegaldar. Il était touché au fond de son être par cette expression et accorda même un très léger sourire franc au Moredhel. Oui oui, l'esquisse d'un sourire ! Pas une déformation sardonique des lèvres ! Voilà qui était nouveau. Le premier signe qui pouvait s'apparenter à un véritable sourire depuis leur rencontr.
De plus qu'il soit, pour reprendre ses propre mots, un "vagabond" s'exprimant avec "sincérité" ne pouvait que renforcer cette sensation. En tant que vagabond, il l'estimait; pour sa sincérité, il appréciait. Visiblement les manières diplomatiques et hypocrites ne le comblaient pas ce qui était mieux que ce que le rôdeur avait un instant craint.

Alors répondit Legolas, de sa voix encore sèche si on la comparait à son accent d'antan. Les mots touchèrent également le dunadan. Ainsi il allait affronter sa douleur à Minas Tirith. La soulager peut-être? L'espérait-il? Ou bien était-ce plutôt par un certain devoir intérieur, guidé par le coeur? Pour faire revivre un instant l'être cher? Et comme d'habitude dans ces circonstances, le dunadan commença à mélanger ses questionnements à sa propre douleur, s'imaginant recueilli en face d'une tombe sous laquelle giseraient ses proches perdus. Simple rêve car de tombe il n'y avait pas. La nature était leur cercueil. Nul signe ne pouvait lui permettre de les imaginer sous la terre, l'écoutant, le voyant.

Un soupir inaudible lui échappa. Une vieille douleur voilà ce qu'elle était. Vieille... Sa vie ne serait pas éternelle il lui fallait en profiter, affronter l'avenir. Faire sa vie sans se noyer dans la tristesse survenue.
C'est pourquoi il détourna ses pensées de ses souvenirs morbides et inutilement douloureux pour songer à la seconde partie de la réponse de Legolas.
Ainsi en plus d'une destination globale concordante, ils avaient en plus un but semblable : une entrevue avec Aragorn. Quelle rencotre veritablement étonnante...

Une idée jaillit soudainement dans l'esprit de Maegaldar. Il la laissa se développer, pesant rapidement le pour et le contre, puis renonçant à se compliquer l'esprit il s'adressa à ses deux compagnons, les incluant tous deux.


"Nos buts ont donc une partie concordante.
Je n'avais guère imaginé cela mais allons le futur est à construire à partir du passé certes, mais sans s'y enliser.
Aussi si vous le voulez nous pourrions demander audience au roi de concert. Oh certes ne voyez en aucun cas une cage dans ma demande. Si vous concevez des réticences à cette idée, exprimez-le je l'accepterais sans peine. Chacun doit être libre d'agir ainsi que bon lui semble. Et même plus que l'accepter je le comprendrais."

Il se tourna alors directement vers Vardë.
"Je ne sais si vous avez déjà rencontré le seigneur Aragorn. Je ne sais rien non plus de vos pensées à son sujet. Mais s'il vous plairait de vous enfoncer dans la Cité Blanche jusqu'à la salle d'audience du Roi, ma proposition d'y cheminer ensemble tient pour vous aussi."

Ce qui au moins pouvait ressortir de son attitude était bien qu'il n'avait au moins aucun parti pris. De la querelle entre Legolas et Vardë il ne montrait pas de réminiscence. Il n'avait aucunement été intégré dedans et ne portait ainsi aucun grief contre l'un ou l'autre. En outre il ignorait le destin de Legolas depuis trop longtemps pour prendre immédiatement position.
Et puis en vérité sa vie ces dernières années lui avait entre autre appris à se forger une opinion personnelle de la valeur des êtres. Non, quoique que ce put être surprenant il attendait d'en apprendre davantage à leurs sujets pour se fonder des opinions déterminantes. Quelque puissent être leur passé, leur lignée, et leur appartenance aux Eldars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vardë Moredhel

avatar

Nombre de messages : 1275
Age : 25
Race, Pays : Elfe Nandorin, banni de la Lorien
Metier : Vagabond mercenaire
Date d'inscription : 27/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Dites, mon Prince, à propos de votre père... Galadriel, Lothlorien, vous situez plus ou moins? hé bien, il se trouve que...^^
**Aime/N'aime pas**: Regarder la Soleil se lever/Tomber comme un cheveu dans la soupe

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Dim 20 Jan 2008 - 13:28

La conversation berçait déjà Vardë, qui se calmait de pas en pas, et c'était rendu compte, non sans une pointe d'amusement, que la foulée des trois nouveaux compagnons de route était devenue régulière et égale. Le genre de petit détail insignifiant, mais qui pour un solitaire prenait tout de suite beaucoup de sens.

Timidement, presque, il releva le sourire du rôdeur à son égard, et baissa la tête par réflexe enfantin. Il n'était pas habitué aux marques de sympathies, et celle-ci le toucha d'autant plus qu'il la sentait sincère. Même s'il savait qu'il ne baisserait pas sa garde pour autant.

La réponse de Legolas le fit froncer des sourcils. Le Prince avait doucement éludé une partie de sa pensée, ne rendant le jeune Elfe que plus curieux. Et la réaction résignée et triste de Maegaldar le surprit. La profonde douleur qu'il ressentait auprès des deux adultes, et qu'il ne savait pas comment appréhender, le gênait. Leurs histoires avaient donc quelque chose en commun... Leurs buts aussi... Une fois de plus, l'adolescent eut la désagréable impression d'être de trop.


Citation :
"Je ne sais si vous avez déjà rencontré le seigneur Aragorn. Je ne sais rien non plus de vos pensées à son sujet. Mais s'il vous plairait de vous enfoncer dans la Cité Blanche jusqu'à la salle d'audience du Roi, ma proposition d'y cheminer ensemble tient pour vous aussi."

La sollicitude de l'Humain intimida, elle aussi, le jeune Moredhel. Il inspira profondément et réfléchit quelques secondes avant de répondre.

"J'ai déjà eu l'occasion de croiser la Reine, mais non le Roi, lorsque j'étais messager. Et je ne crois pas avoir de reproche à lui faire, puisque je ne sais rien de son être et de sa vie, sinon ce qu'on en dit.
Mais je n'ai rien non plus à voir avec vos histoires, et n'aurait nullement envie de vous gêner dans vos démarches ou dans vos paroles par ma présence. S'il vous aggrée que je vienne, j'accepte votre proposition. Mais si elle n'était que de pure politesse, ne vous faites aucun souci pour moi."

_________________

Interpète également Ellendaë Hildorwen, Elladan & Elrohir & Elrond et Aran des Sables
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troupeymaje.skyblog.com
Legolas

avatar

Nombre de messages : 883
Age : 30
Race, Pays : Elfe sylvain de la forêt Noire
Metier : Archer
Date d'inscription : 11/04/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Je cherche la clef des évasions vers ces pays désirés et c'est peut-être la mort..."
**Aime/N'aime pas**: Les rousses ! / N'aime plus la mer...

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Lun 21 Jan 2008 - 16:48

Legolas redécouvrait de plus en plus ses réflexes d'elfe rêveur et il prenait beaucoup de plaisir à cette marche. Les pensées dérangeantes s'effaçaient comme si le vent qui balayait son fin visage avait également le pouvoir de chasser ses chimères. Ses cheveux blonds battaient ses épaules et sa démarche se faisait légère et sûre à la fois, son organisme se ressourçait et il se sentait presque revigoré.

Il sourit donc à la sincère proposition du rôdeur :


- C'est une très bonne idée Maëgaldar.

Et fut réaspiré par les charmants paysages que ses yeux caressaient. Il avait eu sa renaissance corporelle, son âme semblait suivre à présent. Elle se nourrissait des couleurs, des sons et des odeurs, le chemin lui redevenait familier. En cet instant, il aurait presque pu croire recouvrer sa joie de vivre. Peut-être n'était-ce qu'un joli et agréable mirage mais il préférait s'y faire prendre.

Après s'être bien abreuvé à la source de son ravissement, son esprit contourna une nouvelle fois les souvenirs qui l'avilissaient et se pencha sur le proche futur qui déjà prenait les contours de la ville qui se dressait au loin.
Il se demandait si Aragorn aurait le loisir de les recevoir et surtout s'il avait changé. Il se sentait rassuré par cette vision de la Cité Blanche toujours aussi lumineuse et savait qu'il serait choqué s'il retrouvait un Roi transfiguré. Certes, il ne pouvait en être ainsi sachant son ascendance seulement, Legolas avait tendance à croire que son voyage s'était étiré sur un millénaire entier.
Et cette cité qui se montrait presque immortelle, rayonnante. Il était certain à présent d'avoir fait le bon choix en s'y rendant. Il fallait qu'il y aille, il fallait qu'il se retrouve là où quinze années auparavant, il s'était perdu.

Le calme régnait toujours sur son apparence extérieure et intérieure. Il jeta un oeil bienveillant à Vardë qui se montrait intimidé par la proposition de l'humain et il conçut, sûrement follement mais de son point de vue avec grande assurance, le projet de se racheter, un jour, aux yeux du Moredhel. Sur le coup, celà ne lui sembla pas une seconde impossible.
C'est alors tout naturellement qu'il ajouta doucement :


- Il me serait agréable à moi aussi de vous voir cheminer avec nous jusqu'au bout de cette aventure, Vardë...

Ce n'était ni la politesse ni l'effroi qui le poussaient à ne pas vouloir se retrouver seul jusqu'à Minas Tirith. Maëgaldar ne se montrait habité que de douce sollicitude et il ne voyait plus que Vardë comme il lui était apparu aux premières lueurs du jour, à son réveil. Non, ce n'était pas les usages qu'au contraire, il avait oublié, c'était bien cette âme qui reprenait son emprise sur l'être tout entier et qui manifestait le souhait de se lier un peu plus à ces compagnons que le destin avait poussé sur sa route.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Maegaldar Anertoar

avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 28/10/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**:
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Mar 22 Jan 2008 - 21:20

Le dunadan inclina légèrement la tête à la réponse de Legolas. Un geste de remerciement sobre, franc, simple. Le tout accompagné d'un regard.
On sentait tout de même dans ce maintien, la façon dont il avait effectué ce geste, les restes d'une éducation de qualité, tel qu'il est pratiqué dans de hautes sphères. Le fait qu'il soit un dunadan pouvait expliquer ceci aux yeux des elfes certes, mais son attitude, sa dureté extérieure ne dégageait pas une idée de courtoisie pleine de distinction.
Toutefois malgré cette conotation, on pouvait aussi percevoir dans son geste une franchise rigide et une économie de mouvement qu'il n'avait pu apprendre dans des réceptions mondaines. Non c'était plutôt là l'héritage d'une vie à la rude, peut-être en bonne compagnie certes, mais pas vécue dans le confort et l'opulence. Il mélait courtoisie et rigueur en un étrange assemblage.
Lui même se rendit compte de la forme de son salut, soulignant à part lui même avec une certaine ironie qu'il n'avait pas perdu tout réflexe de son passé. Des traits qu'il avait cru enfouis au plus profond de son âme et qu'il craignait de ne jamais réussir à ressortir étaient en fait embusqués sous son état de conscience pendant tout ce temps, et profitait de cette rencontre pour se montrer. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait converser en compagnie elfique.

Il préta alors attention à la réponse de Vardë qui le surprit un temps. Un court temps. Bien sûr une telle remarque était évidente. Le monde était trop plein de telles marques courtoises mais hypocrites. Il n'était guère étonnant que l'elfe mit en doute sa sincérité. Non en vérité il n'était pas du tout étonnant qu'il en doute. Lui et Legolas avaient sans doute baigné dans ce milieu exaspérant. Il était temps de revenir sur Arda et à la façon de penser des gens des milieux qu'ils aspirait à retrouver afin de remplir son devoir envers son Roi. L'homme qui avait rendu leur gloire à son peuple.

Une seconde brève surprise fut le doux renchérissement de l'efe sylvain. Voilà qui était bien. Le dunadan ne pouvait voir que la vérité dans l'expression de Legolas. Bien sûr il n'arrivait à deviner le motif exact de ce revierement mais il avait assez vécu de situations tendues pour souhaiter pouvoir cheminer tranquillement en la compagnie de ses deux compagnons du jour. Et apparemment la situation se calmait avec les efforts des deux protagonistes.

Tant mieux, tant mieux. Maegaldar était fatigué de subir les altercations de ses semblables au sein d'un même groupe.

Hochant la tête pour accompagner les paroles de leur doyen avec son assentiment il rénchérit d'une voix nette.


"Ce sentiment est assurément partagé. Sachez que je ne n'exprime jamais ce que je ne pense pas. Si je préfèrais me rendre sans vous au devant de mon Roi, je ne vous aurais pas proposer d'y aller conjointement.
Rien ne provoque davantage mon agacement que cette soi disant courtoisie hypocrite.

Tout comme ma parole, mes mots ne s'éparpillent pas aux quatre vents. Ma proposition n'était pas de pure forme. N'en doutez pas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vardë Moredhel

avatar

Nombre de messages : 1275
Age : 25
Race, Pays : Elfe Nandorin, banni de la Lorien
Metier : Vagabond mercenaire
Date d'inscription : 27/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Dites, mon Prince, à propos de votre père... Galadriel, Lothlorien, vous situez plus ou moins? hé bien, il se trouve que...^^
**Aime/N'aime pas**: Regarder la Soleil se lever/Tomber comme un cheveu dans la soupe

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Mer 23 Jan 2008 - 21:38

Citation :
- Il me serait agréable à moi aussi de vous voir cheminer avec nous jusqu'au bout de cette aventure, Vardë...

Le ton tranquille et sincère de Legolas avait fait tréssaillir inconsciemment Vardë. Il s'arrêta tout net. Toujours aussi timidement, voire plus si c'était encore possible, il releva un visage surpris, aux sourcils froncés.

"Sanda?"*

Son exclamation, un peu inquiète, sortait droit du coeur, et en la disant, déjà, il se sentit rougir d'avoir osé se laisser aller aussi bêtement.
Tentant de reprendre sa contenance, le jeune Elfe se remit à marcher d'un pas rapide et nerveux, cachant sa coloration pivoine en enfouissant presque son visage dans son écharpe.
Le Moredhel avait toujours vu son Prince un peu de la même manière que son propre frère aîné, Arkë: distant, le plus souvent en colère contre lui, ou alors moqueur, et incapable de le comprendre. On pourrait donc excuser sans problème son hébétement face à la sympathie de Legolas, auquel il s'attendait d'autant moins qu'il était conscient de l'avoir vexé, tout à l'heure...
Puis, autre chose l'avait frappé de plein fouet, assez pour lui faire perdre une partie de sa contenance: depuis quand le fils de Thranduil le vouvoyait-il? Il serait mort plutôt que de l'avouer, mais ça le gênait horriblement.


Citation :
"Ce sentiment est assurément partagé. Sachez que je ne n'exprime jamais ce que je ne pense pas. Si je préfèrais me rendre sans vous au devant de mon Roi, je ne vous aurais pas proposer d'y aller conjointement.
Rien ne provoque davantage mon agacement que cette soi disant courtoisie hypocrite.

Tout comme ma parole, mes mots ne s'éparpillent pas aux quatre vents. Ma proposition n'était pas de pure forme. N'en doutez pas."

Un seul mot, dit d'une voix rauque mais appaisée, passa le barrage de ses lèvres.

"Merci."

Cela lui parut une réponse largement suffisante.

*"Vrai?"

_________________

Interpète également Ellendaë Hildorwen, Elladan & Elrohir & Elrond et Aran des Sables
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troupeymaje.skyblog.com
Legolas

avatar

Nombre de messages : 883
Age : 30
Race, Pays : Elfe sylvain de la forêt Noire
Metier : Archer
Date d'inscription : 11/04/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Je cherche la clef des évasions vers ces pays désirés et c'est peut-être la mort..."
**Aime/N'aime pas**: Les rousses ! / N'aime plus la mer...

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Jeu 24 Jan 2008 - 14:50

La surprise de Vardë retourna le coeur encore fragile de l'Elfe et il crut un instant encore se trouver sur les mers agitées. Remis de son émotion et un peu honteux de ressentir si intensément chaque chose qui le touchait, la peine ou la joie, il sourit en retour, toujours avec cette même sincérité tranquille. La tranquillité, à chaque fois, demandait à être conquise sur quelques secondes et il commençait à regretter son apathie du début.

La ville continuait à se rapprocher et avec elle, les souvenirs revenaient s'imiscer entre les fibres déchiquetées de l'âme de Legolas. Il se sentait de plus en plus assailli par cette vision grandissante de Minas Tirith et il en concevait un certain malaise. Où était donc passée la douce félicité de la marche. Pourquoi les charmantes images se muaient-elles à présent en des visions d'horreur ?

Soudain, il tendit l'oreille. Au détour de la route, il crut entendre le son du luth et la voix qui l'accompagnait :
"Es-tu revenu pour moi, mon aimé ?".
Elle ne s'exprimait plus en Sindarin... Celà le troubla jusqu'à ce qu'il comprenne qu'il longeait les lieux de leur rencontre. Son coeur en fut encore plus chaviré et il préféra tourner sa tête de l'autre côté.

Il ferma un instant ses yeux qui n'étaient à présent que témoins des vestiges douloureux d'un passé qu'il ne souhaitait pas revivre.
Fou qu'il était de s'être précipité dans cette ville qui avait étendu sa blanche main aux allures innocente sur son destin pour finir par le briser. Force était de constater qu'il n'était pas encore assez résistants aux assauts de sa mémoire. Le serait-il un jour ?

Il fallait parler, dissiper ce feu qui naissait dans son ventre et lui faisait froncer les sourcils. La seule chose qui lui vint sur le coup fut tout à fait ridicule mais il ne s'en aperçut pas quand ses lèvres prononcèrent :


- Croyez-vous qu'il vous reconnaîtra ? Aragorn...

Oui, c'était une question qui n'avait pas grand sens mais il avait fallu que son cerveau compose une parade à sa noyade et il avait trouvé ce qu'il avait sous la main [vous venez d'apprendre qu'un cerveau a des membres, vous êtes contents n'est-ce pas ? Mr.Red].
Et surtout, cette question, bien entendu adressée à Maegaldar, Legolas se la posait également à lui-même. Son ami le reconnaîtrait-il maintenant que toute la grâce des premiers-nés semblait s'être éteinte en lui ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Maegaldar Anertoar

avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 28/10/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**:
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Dim 27 Jan 2008 - 20:13

Le mélange alternatif de candeur et de rancoeur du jeune elfe était destabilisant. Ses émotions venaient alors tellement clairement de lui même qu'il était difficile de résister à leur sincérité. La première impression qu'il avait donné, bien involontairement, était en train de fondre dans l'esprit du dunadan, qui même commençait à ressentir la naissance d'une sympathie croissante. Mais ce n'était pas un secret, il n'avait pas pour coutûme de faire étalage de ses sentiments au monde environnant, aussi aurait-il fallu s'intéressé de près à son expression pour sentir ce sentiment. Et les deux elfes étaient bien assez occupés par leurs propres pensées pour parvenir à briser cette barrière.

Pourquoi la maintenait-il? N'était-ce pas justement contraire à sa volonté de franchise?
Pas dans son esprit, car se dévoilait n'était pas mentir, seulement garder pour soi ses impressions. Et sa vie l'avait fermé petit à petit, de peur que l'on puisse se servir de ses émotions à ses dépends. Et même cela, ce n'était peut-être qu'une excuse pour une autre raison plus profonde, que même lui préférait faire semblant d'ignorer dans le secret de ses pensées.


A l'accélération du Moredhel il égalisa sans mot dire son pas. Aux souvenirs tourmenteurs qui assaillirent soudain Legolas, il ralentit ses foulées.
Presque instinctivement il harmonisait ses mouvements avec ceux de ses compagnons, sans se faire remarquer. Il n'était ni en avant ni en arrière. Il n'attirait pas le regard ni ne le repoussait. Tout un art de passer inaperçu, ou en tout cas de se fondre dans une masse.

Mais en l'occurence ils n'étaient que trois et ne passaient inaperçu que ses changements de rythme, ses adaptations au rythme des autres. Aussi aurait-il du s'attendre à la question de Legolas. Mais ce n'était pas le cas, et la soudaineté de son apparition le laissa un instant interdit.

C'était une bien bonne question que celle-ci, et il se l'était déjà posée maintes fois. Mais très vite alors que son cerveau sortait de sa brusque létargie pour redevenir fonctionnel, lui apparut une crainte cachée du prince de la forêt Noire. Sans doute était-ce involontaire, mais cette question il se l'était sans doute posée autant à lui même qu'au dunadan.

Aussi fut-ce d'un ton tranquille qu'il répondit. S'il pouvait rassurer l'Eldar il le ferait.


"Je ne puis émettre aucune certitude à ce sujet. Oh ce n'est pas que je n'y ai jamais songé. Bien au contraire. Mais qui saurait dire si tous les visages du passé lui sont restés en mémoire? D'autant plus que bien que l'ayant servi, je ne puis m'enorgueillir d'un aussi proche compagnonage que ne fut le votre.

Malgré tout je garde une entière confiance en sa capacité à percevoir la vérité, et je ne doute pas qu'il reconnaitra mon ascendance lorsque nous serons face à face. En vérité ce n'est pas là ma plus lourde inquiétude, loin s'en faut."


Oh non elle n'était pas là sa plus lourde inquiétude... Elle était beaucoup plus profonde.
Non, il ne fallait pas se perdre en de vaines conjectures. Et tant pour repousser ses pensées que pour extérioriser un certain dédain envers son état tandis qu'il avait pour prétention de se présenter au roi, il ajouta quelques mots avec un demi sourire auto-moqueur.
(ah ah nouveau dobble mot!)

Ceci étant dit, à l'approche de la Cité Blanche je tacherais de me rendre plus présentable. Je serais surpris qu'il reconnaisse un bouseux parfumé à la nature et caché sous une barbe non moins sauvage comme un digne représentant de son sang."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vardë Moredhel

avatar

Nombre de messages : 1275
Age : 25
Race, Pays : Elfe Nandorin, banni de la Lorien
Metier : Vagabond mercenaire
Date d'inscription : 27/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Dites, mon Prince, à propos de votre père... Galadriel, Lothlorien, vous situez plus ou moins? hé bien, il se trouve que...^^
**Aime/N'aime pas**: Regarder la Soleil se lever/Tomber comme un cheveu dans la soupe

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Sam 2 Fév 2008 - 18:44

Le ralentissement de Legolas fit tiquer Vardë à retardement. Ben, oui... Le jeune Elfe avait prit de la vitesse, et marchait à présent deux-trois pas devant le Prince.
Incapable de le voir, et de toute façon beaucoup trop occupé à maudire intérieurement son ridicule laisser-aller, il ne se rendit compte qu'il y avait un problème que quand Maegaldar quitta pour de bon son champ de vision.
Un peu sèchement, il fit volte-face, et fronça les sourcils en voyant le visage détourné de son aîné. Gêné, il préféra ne pas s'en formaliser. Il avait enterré la hache de guerre, mais ne tenait pas encore à oser un rapprochement trop fort avec le fils de Thranduil. Il avait peur de briser la magie qui faisait qu'ils ne s'étaient pas encore pris le bec...

Après avoir attendu quelques secondes pour se remettre à la même hauteur que le reste, il prêta une oreille assez distraite à la discussion entre les deux adultes. Il aurait difficilement pu y prendre part, sachant à peine de qui ils parlaient, et n'en avait aucune envie.
Par contre, la remarque de l'Humain quand à sa propreté arrache au Moredhel un sourire amusé. Goguenard mais sans méchanceté, il donna une petite tape sur l'épaule du Rôdeur.


"Off... Loin de voilà vexer quelqu'un, je crois que vous n'avez pas le monopole du manque d'hygiène, et ce n'est sûrement pas moi qui me plaindrai d'odeurs! Que voulez-vous, les salles de bains ne sont pas de légion en pleine forêt... Ni en pleine mer.
Je ne m'inquièterais pas trop de ce bas problème matériel. La qualité de l'accueil gondorien a tendance à s'amenuiser face à la crasse, c'est vrai, mais il est plus facile d'y trouver de quoi refaire sa présentation qu'à n'importe quel autre endroit."


Les paroles de Vardë pouvaient parraître peu sympathiques, mais elles reflétaient la plus stricte vérité: ni lui, ni Maegaldar, ni Legolas étaient en état.
Le problème de présentation de l'Elfe, pourtant, était d'une nature plus gênante, et lui avait valu quelques bleus la dernière fois qu'il y avait mis les pieds: suite à ses problèmes en Moria, il portait toujours encore l'uniforme d'un garde Drow. Et il était de notoriété publique que ceux-ci n'étaient pas les bienvenus au Gondor... Il songerait à aborder ce détail un peu plus tard.


[HJ: 1111° message, quel chiffre! MDR!]

_________________

Interpète également Ellendaë Hildorwen, Elladan & Elrohir & Elrond et Aran des Sables
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troupeymaje.skyblog.com
Legolas

avatar

Nombre de messages : 883
Age : 30
Race, Pays : Elfe sylvain de la forêt Noire
Metier : Archer
Date d'inscription : 11/04/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Je cherche la clef des évasions vers ces pays désirés et c'est peut-être la mort..."
**Aime/N'aime pas**: Les rousses ! / N'aime plus la mer...

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Lun 4 Fév 2008 - 11:49

La voix impassible de Maegaldar permit à l'Elfe de surmonter son mal et il put à nouveau respirer normalement, se concentrant sur chaque parole que lui délivrait son interlocuteur. Celà paraissait si simple et était pourtant si difficile dans la pratique : se tenir sur le fil, ainsi, sans jamais pencher d'une extrémité à une autre.

S'il avait voulu le rassurer, il y parvint donc. Peut-être pas en ce qui concernait Aragorn, qui n'était pas sa plus grande crainte en revenant à Minas Tirith, l'entrevue se plaçant de manière trop lointaine pour qu'il s'y attache encore, mais du moins sur sa capacité à continuer à avancer, dans la direction des tourments. Ainsi il les affronterait, grâce à des compagnons de route qui lui permettrait de passer outre et de s'y attarder qu'un court instant, pas assez pour qu'il en soit dévoré. C'était reculer pour mieux sauter, certes...

Il se prêta au jeu et considéra lui aussi son accoûtrement qui aurait fait pleurer n'importe quel Sindar de Mirkwood. Un Prince déchu et fantomatique... Il ne fit pas de commentaire mais se promit de trouver quelque chose à porter de plus décent pour la rencontre royale.
En passant rapidement ses doigts dans ses longues mèches un peu filasses, il se dit également qu'il faudrait remédier à sa coiffure de fou.

Il jeta un coup d'oeil à Vardë. A eux deux, l'un avec son costume Drow et l'autre avec ses frusques à la Robinson
[qui s'est sûrement égaré sur une île au large des terres du milieu...], ils avaient de quoi à jamais briser la belle image des elfes aux yeux des gondoriens.

Legolas avait repris le rythme de départ et se tenait plutôt serein, sur ce chemin qui continuait à serpenter en direction de la Cité Blanche, dévoilant toujours un peu plus de son architecture, dans un horizon encore plus proche. Elle ne lui apparaissait ni charmant, ni angoissante à présent, plutôt empreinte de mystère. Après ce long voyage, il en avait oublié ses recoins et ses trésors. L'appétit de la redécouverte se faisait le plus fort.
Il s'adressa à Vardë cette fois-ci :


- Celà fait-il longtemps que vous avez foulé le sol de Minas Tirith ?

Il avait évoqué son passage déjà plusieurs fois, le Premier-Né se posait donc quelques questions à ce sujet. Oh, bien entendu, libre à son cadet de ne point y répondre et d'éluder la question en rebondissant sur autre chose.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Maegaldar Anertoar

avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 28/10/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**:
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Dim 10 Fév 2008 - 16:27

Le dunadan vit que sa petite remarque avait fait long feu. Entre le renchérissement de Vardë et le regard tristement contemplatif de Legolas sur sa tenue, on pouvait dire que les préoccupations de leurs esprits s'étaient accordés avec ses mots. Ceci dit lorsque le Moredhel déclara négligemment qu'ils auraient tout ce qu'il leur serait nécessaire pour se vétir convenablement dans la capitale gondorienne, le dunadan sourit intérieurement. Il allait être surpris, et pas qu'un peu !
Car le sac innocemment transporté par l'épaule aguerrie du rôdeur ne contenait pas que des provisions. Soigneusement arrangé il ne payait certes pas de mine, installé le long de son carquois rempli, mais il était bien plus rempli qu'il ne l'avait jamais été durant ses maints vagabondages.

Aussi, si ses compagnons devaient songer à leur accoutrement en une question problématique, ce ne serait secrètement pas son cas.

Leur progression leur permettait d'apercevoir au loin les arches blanches de la bien nommée cité. Il était dangereux de juger du temps de marche nécessaire à partir d'une sele entrevue avec l'objectif, mais en prétant attention au paysage cela fournissait tout de même une indication fiable dans ce pays. Aussi Maegaldar commença-t-il à guetter les alentours attentivement. La nature fournissait maints et maints signes à qui savait les décrypter. Et le dunadan connaissait suffisamment le pays pour savoir qu'il lui faudrait trouver sa salle de bains improvisée avant d'atteindre le Mur du Pélennor et les champs qu'il entourait. C'est à dire dans un futur proche.
Du moins si la région n'avait pas changé en quinze années.

Alors que Legolas interrogeait cette fois-ci son elfique compagnon le regard du rôdeur fut attiré par un bosquet qui dévoilait timidement une combe ombragée. Un fin creuset dans la terre serpentant en amont et en aval indiquait la présence d'une eau courante. Avec un regard pour ses compagnons et un geste de la main qu'il jugeait suffisamment clairs, il sortit du chemin à destination de ce coin d'eau qu'il estimait se trouver à plus ou moins un kilomètre.
Sa sortie pouvait paraître brusque. Mais ce n'était ni par désintérêt de la réponse du Moredhel ni par agacement, simplement un réflexe de sa vie si longtemps solitaire qui remontait. Il ne jugeait tout simplement pas nécessaire de s'expliquer à voix haute, et encore moins d'avoir l'air de demander la permission. Il rattraperait ses compagnons plus tard, il s'en savait parfaitement capable si leur rythme restait le même.
Pour le moment il allait s'astreindre à se métamorphoser... A retrouver une allure plus digne de son ascendance. Plus digne de ce qu'il comptait représenter lorsqu'il se présenterait à Aragorn.

Pourquoi ne projetait-il pas de reporter ce geste une fois à l'intérieur de la cité? Un réflexe peut-être une fois de plus. Un désir de ne compter que sur ce qu'il connaissait et non pas de devoir s'en remettre aux services inconnus d'une cité qu'il ne connaissait pas malgré tout. D'autant plus qu'il ne savait guère si l'argent qu'ils possédait représenterait une somme confortable au Gondor.
Et il était tout à fait prêt à accepter pour cela un certain incofort, incofort qui l'avait endurci depuis bien longtemps et qu'il considérait désormais comme normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vardë Moredhel

avatar

Nombre de messages : 1275
Age : 25
Race, Pays : Elfe Nandorin, banni de la Lorien
Metier : Vagabond mercenaire
Date d'inscription : 27/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Dites, mon Prince, à propos de votre père... Galadriel, Lothlorien, vous situez plus ou moins? hé bien, il se trouve que...^^
**Aime/N'aime pas**: Regarder la Soleil se lever/Tomber comme un cheveu dans la soupe

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Dim 10 Fév 2008 - 22:16

La marche désormais bien ajustée à celle de ses compagnons, Vardë commençait à ressentir les effets bénéfiques d'avoir à nouveau quelqu'un à qui parler et avec qui faire route. Une situation qu'il n'avait plus vécue depuis presque un an.
Plus souriant et détendu qu'à l'accoutumée, il redécouvrait avec une certaine surprise à quel point il était un être social. Bon, évidemment, tout est relatif, mais n'empêche que la sensation satisfaisante d'avoir rempli un manque avait un effet bénéfique sur son humeur.
Et même s'il ne l'aurait jamais avoué -si seulement il s'en rendait lui-même compte-, Legolas y était pour beaucoup, étant de sa race et dans ses souvenirs.

La question que le Prince posa fut donc accueillie par un sourire cordial. Et la sortie de Meagaldar le surprit d'autant plus...


"Qu'est-ce que?"

L'humain faisait signe vers un point d'eau, oui, et alors? Il ne comprit pas le reste. Les sous-entendus n'étaient pas son fort. Mais le message global était plus ou moins passé, et puis, de toute façon, il s'adapterait volontiers à la réaction de Legolas qui devait avoir plus d'intelligence pour ces choses-là.
Et, le suivant, continua sa réponse à peine entamée.


"Pour ce qui est de la capitale du Gondor, la faim m'y à poussé l'hiver dernier. Mais mon séjour fut court, et je ne suis allé au-delà du premier cercle.
Et c'était la première fois que mes pieds m'y menèrent depuis bien une demi-décennie."


Son ton était sympathique, mais, pourtant, l'absence du l'humain s'y faisait drôlement ressentir. Séparant il y a quelques instants encore les deux Elfes de sa présence, et gardant autour de lui son aura de mystère mais aussi de jeunesse comme seuls les mortels peuvent la porter, il avait donné au jeune Vardë une certaine confiance, une impression réconfortante de ne pas être seul face au -ben, oui- vieux naufragé.
Qui avait maintenant fondu, laissant derrière elle un Moredhel un peu gêné et gauche, s'obstinant à marcher à une distance respectable de Legolas.

_________________

Interpète également Ellendaë Hildorwen, Elladan & Elrohir & Elrond et Aran des Sables
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troupeymaje.skyblog.com
Legolas

avatar

Nombre de messages : 883
Age : 30
Race, Pays : Elfe sylvain de la forêt Noire
Metier : Archer
Date d'inscription : 11/04/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Je cherche la clef des évasions vers ces pays désirés et c'est peut-être la mort..."
**Aime/N'aime pas**: Les rousses ! / N'aime plus la mer...

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Mer 13 Fév 2008 - 21:45

Legolas était plus ou moins dans ses pensées... Depuis que Vardë lui avait accordé un sourire, il se sentait étonnamment serein et il continuait à marcher, le nez en l'air, les cheveux au vent. Si bien que si ce "qu'est-ce que ?" ne lui était pas arrivé aux oreilles et malgré l'ouïe aiguisée qu'on prêtait à sa race, il aurait continué tout droit pendant un petit moment avant de s'apercevoir que Maegaldar était sorti du décor.

Le jeune elfe venait de lui permettre de ne pas passer pour un premier-né profondément idiot et il l'appréciait d'autant plus pour cela.
Il eut donc la possibilité de capter le signe du rôdeur et sans comprendre tout à fait son but, il crut pour le moment que ce dernier souhaitait se désaltérer à une source vive et fraîche. Que la raison fût plutôt vestimentaire et pratique ne lui vint que quelques instants plus tard, lorsque sans rechigner, il se dirigea à la suite de Maegaldar.

Vardë, cependant, paraissait beaucoup moins à son aise et le peu de temps qu'ils furent séparés de l'homme, une légère barrière se fit sentir entre eux deux. Une sorte de gêne sans doute. Mais étant unilatérale, Legolas se contenta d'un petit sourire et d'une phrase inutile
[après "un soleil rouge se lève" nous aurons ->] :

- Suivons-le, il est certainement animé d'une bonne raison pour sortir du chemin.

Bah oui, on ne se refait pas. Bref, passons. Heureusement, repris dans la conversation du Moredhel et marchant de nouveau à un rythme acceptable, ce qui faisait que leur compagnon en éclaireur reprenait désormais sa place dans le groupe, il conçut une réplique un peu moins bateau dirons-nous et ayant plus de sens :

- Ainsi, vous allez pouvoir en admirer de nouveaux atours. C'est une cité sans pareille dans le monde des humains.

Certes, ce n'était pas tout droit sorti d'un recueil de pensées philosophiques mais c'était toujours mieux qu'un énoncé qui défiait toutes les lois sur l'aspect performatif en pragmatique.

Maintenant qu'il pensait mieux deviner les idées de Maegaldar - bien qu'il ne pensa seulement qu'à un recoiffage-débarbouillage-spa du visage - il trouva judicieux de remédier au mieux à leur apparence avant de franchir les portes de Minas Tirith. Il valait mieux ne pas se faire jeter dehors de prime abord... C'est vrai, un trio de pouilleux, ça peut froisser l'humeur de la garde (surtout choquer son œil si elle est un tant soit peu versée dans le raffinement).

Et puis, le simple fait qu'il n'ait absolument pas un sou en poche pour se vêtir ne l'avait pas dérangé une seule seconde. Même, cela ne l'avait guère effleuré, ayant perdu depuis longtemps tous ses réflexes de vie en société. Peut-être que papa serait fier finalement !

_________________


Dernière édition par Legolas le Lun 10 Mar 2008 - 22:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Maegaldar Anertoar

avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 28/10/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**:
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Dim 9 Mar 2008 - 19:10

[Comme je le disais brièvement dans la shootbox ressucitée je m'excuse platement pour mon absence non prévenue car totalement non prévue. Je brise le suspense aujourd'hui ! Merci de votre patience. Wink ]


Les bruits légers que firent les deux elfes en sortant de la piste pour s'enfoncer entre les arbustes de la campagne gondorienne avertirent le dunadan de leurs mouvements. Il guettait toujours par réflexe les potentiels êtres vivants qui pouvaient se trouver derrière lui, hors de son champ de vision.
Son premier réflexe fut de ressentir une vague d'agacement. Il ne pouvait même pas prendre une initiative pour passer quelques instants seul sans être aussitôt suivi. Ah il avait perdu cette habitude d'être toujours accompagné !
Mais cette réaction ne dura pas. En effet il savait pertinemment qu'il avait proposé sa présence de son propre chef et qu'il n'avait pas en conséquence à nourrir de tels sentiments. Et oui telle était la vie lorsqu'elle était menée à plusieurs. Son soupir se changea en moue amusée, pensant à la surprise que risquaient d'avoir les deux Premiers-Nés. Il ralentit soigneusement le pas pour les laisser le rattrapper sans qu'ils n'aient à forcer leur allure.

Lorsque ce fut fait il brisa le silence, ayant décidé que la parole était plus efficace que les gestes lorsqu'on a pas affaire à des rôdeurs expérimentés avec qui on a passé une grande partie de sa vie à vivre dans la nature hostile.


"Ce coin d'eau derrière le bosquet devrait servir à merveille à nous rendre plus présentable et moins malodorant avant que nous ne demandions à être reçu non seulement dans les beaux quartiers de la Cité Blanche mais en plus par le Roi en personne."

Il doutait qu'un seul des deux elfes ait de quoi se vétir plus somptueusement mais au moins il serait appréciable de supprimer l'odeur que dégagent trois êtres qui ont vécu dans la nature pendant une certaine période, et qui ont donc adopté une odeur peu appréciée dans les milieux soignés, pour ne pas dire mondains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vardë Moredhel

avatar

Nombre de messages : 1275
Age : 25
Race, Pays : Elfe Nandorin, banni de la Lorien
Metier : Vagabond mercenaire
Date d'inscription : 27/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Dites, mon Prince, à propos de votre père... Galadriel, Lothlorien, vous situez plus ou moins? hé bien, il se trouve que...^^
**Aime/N'aime pas**: Regarder la Soleil se lever/Tomber comme un cheveu dans la soupe

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Mer 12 Mar 2008 - 19:01

Vardë suivit le mouvement, toujours aussi gêné, et répondit à Legolas d'un petit signe de tête, et ce, aux deux affirmations.
Quoique la deuxième, elle l'amusait un peu: comme s'il ne savait pas ce qu'était Minas Tirith... Vagabond et jeune peut-être, mais pas trop ignare ou trop peu touriste pour ne pas encore l'avoir découverte, et de haut en bas s'il-vous-plait.

Les deux elfes rattrappèrent vite Maegaldar, car tout sales qu'ils étaient, ils n'en marchaient pas moins d'un bon pas. Legolas devait encore sûrement avoir dans les jambes une certaine course-poursuite avec un certain humain et un certain nain, et le Moredhel avait fini par apprendre l'endurance et le sprint face aux flèches de Lothlorien.


Citation :
"Ce coin d'eau derrière le bosquet devrait servir à merveille à nous rendre plus présentable et moins malodorant avant que nous ne demandions à être reçu non seulement dans les beaux quartiers de la Cité Blanche mais en plus par le Roi en personne."

Le jeune réprima une moue amusée et se composa un visage faussement inquiet.

"Ai... Voilà un problème. Je crains que même en me jetant dans un baquet d'eau savonnée je continuerai à puer l'Orc autant que le Prince sent le sel. Quelqu'un a une solution?"

Avec une douce ironie, il observa ses vêtements.
Sales, rapiécés, déchirés, avec des morceaux manquants qui s'étaient convertis en bandages, couvertes à certains endroits encore de tâches colorées d'origine plus que douteuse, et surtout, pas vraiment dans un coupe à la mode -humhum... Vardë avait en effet de quoi se faire du souci.
Mais ça l'amusait.

Puis, le ruisseau se profila, serpentant à travers quelques caillous. Bon, ce n'était rien de plus qu'un pipi de chat, mais, en entendant le bruit, on devinait aisément que ça devenait une petite rivière un peu plus profondes à quelques mètres.
Ce qui était le cas.
Avec trois pieds de large et un de profond, le coin d'eau offrait déjà de plus larges possibilités de nettoyage. Si on aimait l'eau froide.

Sans trop s'approcher, Vardë esquisça un sourire attendri -oui, on peut être attendri par un cours d'eau...-, attendant un geste de ses compagnons.

_________________

Interpète également Ellendaë Hildorwen, Elladan & Elrohir & Elrond et Aran des Sables
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troupeymaje.skyblog.com
Legolas

avatar

Nombre de messages : 883
Age : 30
Race, Pays : Elfe sylvain de la forêt Noire
Metier : Archer
Date d'inscription : 11/04/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Je cherche la clef des évasions vers ces pays désirés et c'est peut-être la mort..."
**Aime/N'aime pas**: Les rousses ! / N'aime plus la mer...

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Jeu 20 Mar 2008 - 17:53

Ces considérations faites - Ah bon il sentait le sel ? Il n'avait donc pas recouvré un odorat très développé - il regarda à son tour ses pauvres vêtements déchiquetés. C'était intéressant de voir que les plus vives guerres intérieures peuvent de manière si flagrante dessiner l'apparence. On a déjà parlé de ce front princier qui ne portait plus la sérénité d'antan comme on arbore fièrement une couronne. Mais les vêtements, ciel ! Allez y reconnaître quelque chose de la finesse elfique.

Vardë lui, portait des habits d'orcs alors il était presque excusable, comment être joliment mis avec ces tissus sombres et rêches ? Mais le tissu elfique, aussi léger et aussi doux que le ruissellement d'une eau claire, comme celle qui s'étendait à ses pieds, n'avait rien à voir.

Malgré tout, on se devait de constater que ce tissu légendaire n'avait pas de garantie sur 15 ans de bataille au milieu des embruns et de tourments au cœur de la brume des humeurs...

[NDLR : 10 ans... 15 ans... Je sais plus à force, ça varie, excusez-moi]

Bref, le jeune elfe devait avoir raison. Malgré un bon bain d'eau froide, il n'aurait pas plus fière allure. Il voulait bien essayer certes... Et puis il craignait un peu qu'en ayant besoin de se dévêtir, même un minimum, ses pauvres habits tombent irrémédiablement en poussière, tout comme lui risquait de se diluer dans l'eau de cette rivière pour n'en plus jamais reparaître.
Il fit une légère moue et jeta un coup d'œil à Maëgaldar, histoire de voir s'il était un petit plus inspirés que ses deux acolytes de premiers-nés.

Il lui était arrivé de se débarbouiller dans les cours d'eau, de se laver dans les étangs. Surtout lors du voyage qu'il avait fait jusqu'en Forêt Noire, avec Elestel. C'était une autre époque.

Il se considéra une nouvelle fois, comme si la force de sa pensée était en mesure de lui apporter la solution à son accoutrement. Depuis quand n'avait-il pas retiré ces vêtements d'ailleurs ? Le départ ? Il devait vraiment dégager une drôle d'odeur à bien y réfléchir. Il releva le nez et fit un signe de tête en direction de la rivière qui continuait de chanter à quelques pas :


- C'est une idée...


Legolas n'était pas fortement convaincu comme ça mais bon... Il fallait le comprendre, le milieu aqueux n'était plus du tout son ami !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Maegaldar Anertoar

avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 28/10/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**:
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Sam 29 Mar 2008 - 13:43

Ah il fallait croire que ces deux elfes avaient vécu de nombreuses années de vagabondages solitaires. La situation amusait le dunadan. La soudaine prise de conscience de ses deux compagnons de leurs tenues étaient un peu trop dépenaillées pour qu'ils gardent louable figure dans un milieu civilisé avait quelque chose de comique. D'autant plus que ce n'était pas chose courante... Pour ce qu'il en avait vu les Eldars avaient un don pour ne jamais porter de vêtements sales, déchirés et malodorant quelque soit la situation. Même après de longues marches éreintantes... Enfin du moins jusqu'à maintenant !
La différence avec lui qui n'avait probablement pas cotoyé d'avantage qu'eux un milieu soigné ces dernières années était qu'il prévoyait cet évènement depuis longtemps, et qu'il avait tendance à toujours prévoir les évènements. Il n'aimait pas être surpris et ainsi se projetait fréquemment dans le futur, ce qui lui permettait d'avoir de la ressource dans ce cas précis.

"Quelqu'un a une solution?"
Un petit sourire revint montrer son existence sur les lèvres du rôdeur. Ah ça oui l'un d'entre eux avait une solution. Mais il n'en avait qu'une. Il n'avait pas prévu une telle rencontre sur son chemin.

Aussi ne répondit-il que nonchalamment.


"Solution immédiate ou non l'eau et la saponaire que je transporte feront du bien aux narines de ceux qui nous croiseront. Pour vos vêtements vous pourrez toujours faire la joie d'un marchand de la Cité Blanche si vous les jugez trop peu seyants."

Sur ces mots Maegaldar fit passer son paquetage par-dessus son épaule, et le déposa sur le sol herbeux. S'accroupissant il ne tarda pas à en sortir une bien grande feuille repliée et repliée sur elle même. La déroulant précautionneusement il révéla aux yeux des deux elfes une quantité respectable de saponaire, une fleur qui avait pour vertu de nettoyer agréablement avec une bonne odeur.
Il fit rapidement trois tas équitable de sa réserve et en prit un dans sa main droite. Se redressant il saisit son paquetage de l'autre main et, tout en leur faisant signe de la tête pour qu'ils se servent, il s'éloigna tranquillement des deux elfes jusqu'à un coude que faisait la rivière à quelques mètres, où il disparut.

Savaient-ils utiliser cette fleur? A vrai dire cette question ne s'était même pas posée dans son esprit. Encore et toujours un réflexe de solitaire. Et puis il était plus que probable que les deux elfes en connaissent son usage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vardë Moredhel

avatar

Nombre de messages : 1275
Age : 25
Race, Pays : Elfe Nandorin, banni de la Lorien
Metier : Vagabond mercenaire
Date d'inscription : 27/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Dites, mon Prince, à propos de votre père... Galadriel, Lothlorien, vous situez plus ou moins? hé bien, il se trouve que...^^
**Aime/N'aime pas**: Regarder la Soleil se lever/Tomber comme un cheveu dans la soupe

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Mar 1 Avr 2008 - 19:13

Et voilà qu'à nouveau l'humain prenait derechef les choses en main, plongeant Vardë dans un sentiment contradictoire. D'une part, l'autorité naturelle que dégageait cet adulte et qui l'agaçait un peu, et d'autre part, l'amusement tout elfique qu'il avait à voir un cadet jouer les aînés.
Mais il ne se permit pas pour autant une remarque: Maegaldar semblait habité à diriger des gens, et il s'avérait de plus le mieux placé des trois pour le faire.

Après un 'merci' et un beau sourire au rôdeur qui acceptait de partager sa réserve de saponaire avec eux, Vardë glissa au passage un clin d'oeil insolent à Legolas, puis disparut à son tour, partant dans le sens inverse de Maegaldar.


"Courage, mon Prince!"

Quelques mètres en amont, et quelques instants plus tard, le jeune elfe se laissa tomber avec un soupir dans la mousse. Il avait les jambes endolories d'avoir marché vite et était encore un peu perturbé par cette situation qui tenait bien plus du rêve que de la réalité.
Machinalement, il défit sa ceinture et posa son vieux sac, et dégraffa sa cape qui glissa au sol dans un léger bruissement de toile.
Après avoir hésité un instant, Vardë décida aussi qu'il valait mieux voyager avec une cape mouillée que d'arriver à Minas Tirith comme un pouilleux, et bloqua celle-ci avec quelques pierres dans le cours d'eau pour chasser le plus gros de la crasse. Puis, il fouilla dans son sac à la recherche de ses propres affaires de rafraichissement. Soulagé, il remarqua que sa tunique de rechange, moins vieille mais aussi moins commode que celle qu'il portait à l'ordinaire, y était toujours. Il l'extirpa et la posa à ses côtés, puis entreprit de détacher les lanières de son plastron en cuir.

Bref -passons la suite du nettoyage-, une quinzaine de minutes plus tard, son reflet dans l'eau de la rivière lui parrut satisfaisant.
Il avait rentré son pantalon dans ses bottes, cachant ainsi quelques années de boue et et l'étrange effet que ça pouvait faire de voir un elfe qui avait grandi de quelques centimètres sans changer de vêtements. Son dessus tellement défraichi qu'il était impossible de voir quelle était sa couleur d'origine avait été remplacé par une légère tunique en lin gris anthracite. Son visage avait à nouveau figure plus ou moins elfique, et ses cheveux proprement peignés étaient lachés jusqu'au milieu de son dos.
Avec un léger sourire approbateur, il enroula ses vêtements inutilisés dans son plastron, et fourra le tout dans son sac, puis récupéra sa cape qu'il accrocha le long de la bandouillère pour qu'elle sèche.
Enfin, il rattacha sa ceinture, et vérifia que tout son armement s'y trouvait toujours bien accroché et ramena les fourreaux légèrement vers l'avant. Quand on ne porte rien par-dessus, c'est un peu ridicule d'avoir son épée qui pend au niveau des fesses...

Il rejoignit bien vite le lieu ou il avait abandonné Legolas à sa propre toilette, et, devinant son ombre à travers le feuillage, lança sa voix suffisamment haut pour qu'il l'entende.


"Prince Legolas? Je ne vous dérange pas?"

_________________

Interpète également Ellendaë Hildorwen, Elladan & Elrohir & Elrond et Aran des Sables
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troupeymaje.skyblog.com
Legolas

avatar

Nombre de messages : 883
Age : 30
Race, Pays : Elfe sylvain de la forêt Noire
Metier : Archer
Date d'inscription : 11/04/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Je cherche la clef des évasions vers ces pays désirés et c'est peut-être la mort..."
**Aime/N'aime pas**: Les rousses ! / N'aime plus la mer...

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Mer 9 Avr 2008 - 20:53

Legolas avait toujours les yeux plongés dans le cours d'eau, plus dubitatif que jamais. On devait avoir appuyé sur le bouton pause. Il était légèrement penché en avant, mais en même temps son corps exprimait un mouvement de recul, ce qui lui faisait revêtir une position raide et instable.

L'autorité de l'homme ne le gênait pas. Il se montrait tel un enfant depuis qu'il était sorti de ce bateau. On lui disait de marcher, il marchait, on lui posait une question, il répondait... On lui disait de se laver heu... Il hésitait. Un môme vous dis-je ! Une autre facette de son caractère semblait ressurgir du néant. C'était un elfe vieilli mais aux élans d'adolescents. Vardë était certainement plus mâture que lui à ce moment précis.

Il sursauta d'ailleurs lorsque ce dernier lui lança son petit clin d'œil accompagné de sa légère remarque. Ça se voyait tant que ça qu'il rechignait au bain ? Il prit une longue inspiration et considéra à nouveau cette eau étrangère, cet élément qu'il croyait devoir apprivoiser avant de se donner à lui, de se rendre à sa merci.

Il regarda autour de lui. Les deux autres l'avaient abandonné alors après tout, pourquoi ne pas rester ici. Allez hop, tout droit Legolas. Il dénoua ses lambeaux de vêtements et se glissa dans l'onde, à pas lents, plus peureux que gracieux. Qui a dit "oh quel Prince courageux, cheveux au vent au cœur des combats" ??

S'étant effeuillé dans un sens, il entreprit de le faire dans l'autre au sortir de l'onde. C'est à ce moment que le Moredhel se fit entendre, quand Legolas tentait en vain de faire tenir une manche irrémédiablement déchiquetée... Il regarda son congénère d'un air misérable et marmonna :


- Non tout va bien.

On ne voyait que ça ! Il essaya de sourire, mais c'était comme cette manche, ses lèvres ne lui obéissaient pas. Son visage seul avait recouvré un peu de sa fierté d'antan, les yeux assombris en plus. Il ajouta :

- Je vois que vous êtes parvenu à un meilleur résultat que moi. Mes habits se rebellent...


Oui, sa chemise découvrait presque son épaule vu que cette manche était retombée une énième fois. Son pantalon vert ne l'était pas plus même humide et ses bottes avaient l'air d'avoir été mâchouillées par un oliphant en colère (ils étaient sûrement toujours en colère). Il passa sa veste avec un soupir qui, elle, était encore à peu près convenable et réajusta son arc dans son dos. Il avait noué ses cheveux en une demi-queue qui lui dégageait le cou et les joues. Il fallait que ça aille jusqu'à Minas Tirith !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Maegaldar Anertoar

avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 28/10/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**:
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Jeu 10 Avr 2008 - 20:37

Il ne fallut que peu de temps avant que les feuilles ne bruissent, annoçant le retour du dunadan. Oh certes il avait été plus long que ses compagnons elfiques mais il avait aussi plus à faire. Et le résultat était saisissant de contraste.

Conscient de la surprise qu'il allait créer Maegaldar s'arrêta un bref instant lorsque les deux elfes se tournèrent vers lui avec un beau synchronisme.
Disparue son épaisse barbe sauvage. Un ne voyait plus sur ses joues qu'un fin résidu de barbe noire soignée, le mieux qu'il se puisse faire avec une dague pour tout instrument. Le visage dégagé se révélait alors pour la première fois tel qu'il était. Les traits du visage, marqués, ne pouvaient laisser aucun doute sur son ascendance face à des Premiers-Nés.

Un rayon de soleil vint en ce même instant faire rayonner le noir sombre de sa chevelure. La couleur, enfin débarrassée de toute la poussière des chemins, était chatoyante sous l'éclat de la journée. Les cheveux pendaient en arrière, les mèches des côtés droit et gauche étant ramenés et arrière et entortillés agilement de façon à ce qu'ils y restent.

Mais là encore n'était pas le plus saisissant. En effet sa vieille tunique de voyageur brune avait laissé la place à une bure gris sombre aux couleurs étrangement mouvantes. La coupe du vêtement semblait avoir été finement orchestrée et créé pour le voyage et le combat. Serrant parfaitement le corps de Maegaldar, elle lui était singulièrement adaptée. Ci et là on pouvait distinguer en dessous une cotte de maille sombre mais de belle qualité, qui jusque là avait été dissimulée par ses vêtements. Aucun diamant ne brillait si ce n'est une broche taillée avec talent, qui avait la forme d'une étoile radiée. Elle contenait un gris plus clair, tendant vers le blanc, couleur de la lune dont la teinte n'était pas sans rappeler l'Ithildin.
Le motif dessinée devait avoir une bien profonde signification pour Legolas... En effet il n'était autre que le signe distinctif de la Compagnie Grise qui avait soutenu et accompagné Aragorn lors de la phase finale de la guerre de l'anneau. Et Il n'y avait autre que Legolas fils de Thranduil aux côtés du seigneur des dunedains. Ainsi Maegaldar se révélait en cet instant explicitement comme ayant fait partie de cette prestigieuse compagnie.

Aussi son regard s'arrêta un long temps sur Legolas, sans secret, attendant qu'il reconnaisse cette marque et assimile ces nouvelles informations... Et attentif à sa réaction...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vardë Moredhel

avatar

Nombre de messages : 1275
Age : 25
Race, Pays : Elfe Nandorin, banni de la Lorien
Metier : Vagabond mercenaire
Date d'inscription : 27/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Dites, mon Prince, à propos de votre père... Galadriel, Lothlorien, vous situez plus ou moins? hé bien, il se trouve que...^^
**Aime/N'aime pas**: Regarder la Soleil se lever/Tomber comme un cheveu dans la soupe

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Dim 13 Avr 2008 - 23:15

D'accord, si tout allait bien... Vardë sortit de fourrées et s'approcha de Legolas de quelques pas, en lui faisant un petit salut amical de la main.
Et surtout, après avoir abservé le prince, en se mordant la lèvre inférieure pour ne pas pouffer. Ca n'aurait pas été très sympa, mais son allure était tellement cocasse! Ce n'est pas tous les jours qu'on voit le grand héros de Vert-Bois-le-Grand se tenir la manche déchiquetée sur son épaule...


Citation :
- Je vois que vous êtes parvenu à un meilleur résultat que moi. Mes habits se rebellent...

Là, le jeune elfe était carrément au supplice. Pourtant, il s'efforçait de continuer poliment à faire comme si de rien était, malgré qu'il était tout-à-fait visible qu'il était prêt à éclater de rire.
Peut-être pour s'en excuser, le Moredhel s'avança jusqu'à être juste face au prince et lui adressa un léger haussement de sourcils interrogatif.


"Vous permettez?"

Il n'attendit pas d'approbation, mais était de toute façon suffisamment respectueux pour ne pas passer pour gênant.
D'un coup de regard et d'un effleurement du doigt sur le rebord du tissu, il constata l'ampleur du problème.


"J'ai du fil sur moi, mais je ne sais pas si c'est une bonne idée de recoudre. le sel à tellement rongé votre vêtement que c'est encore un miracle qu'il tienne."

Il l'aurait bien aidé à trouver un solution -quoique la situation n'était pas pour lui déplaire, très honnêtement-, mais Maegaldar arriva à se moment-là.

Le contraste n'aurait pu être plus grand. C'était à la limite risible: le plus haut placé d'eux tous passait pour le souillon.
Il aurait rêvé faire une remarque bien sentie, ou tout simplement se laisser aller à rire, mais manifestement ce n'était pas le moment.
L'échange de regard entre les deux adultes n'était que trop éloquent.
Et l'adolescent se contenta d'un haussement de sourcils qui posaient sa question à sa place.

_________________

Interpète également Ellendaë Hildorwen, Elladan & Elrohir & Elrond et Aran des Sables
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troupeymaje.skyblog.com
Legolas

avatar

Nombre de messages : 883
Age : 30
Race, Pays : Elfe sylvain de la forêt Noire
Metier : Archer
Date d'inscription : 11/04/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Je cherche la clef des évasions vers ces pays désirés et c'est peut-être la mort..."
**Aime/N'aime pas**: Les rousses ! / N'aime plus la mer...

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Lun 21 Avr 2008 - 15:01

Legolas avait eu une lueur d'espoir dans le regard lorsque Vardë lui avait proposé du fil pour recoudre sa manche. C'était fou comme d'infimes détails lui semblaient être d'une importance capitale... Il ne s'agissait même plus d'importance mais d'obsession. Il sentait qu'il ne pourrait pas se sortir cette histoire de vêtements de la tête tant que ce ne serait pas solutionné. Où était donc passée cette sagesse légendaire ? A bien y réfléchir, peut-être qu'il ne l'avait jamais eue. C'était un elfe assez jeune après tout. Bien sûr, pas aussi jeune que celui qui se tenait à côté de lui avec un visage trop concentré pour être honnête. Sauf que lui n'avait pas du tout envie de rigoler ! Son sens de l'humour avait été érodé par le sel, à l'image de ses habits troués et délabrés.

Maëgaldar entra alors dans son champ de vision. Extraordinaire contraste face à ce Prince dont le sourcil fronçait et dont le mutisme frôlait la vexation pure et simple. L'homme était aussi resplendissant que le premier-né était ridicule. Il fallait se rendre à l'évidence : Vardë avait bien raison d'arborer ses yeux moqueurs...
Cependant, quelque chose de brillant accrocha les yeux de Legolas. C'était la pie attirée par le joyau... Seulement, il ne tendit pas ses pattes crochues vers l'objet, il se contenta de le scruter. Le chemin de sa pensée ne fut pas bien long, bientôt il comprit ce qu'était cette broche que Maëgaldar portait fièrement.

Alors, toutes ces considérations vestimentaires n'eurent plus grand poids. Il oublia qu'il ressemblait au plus affreux des épouvantails et il laissa lentement retomber son bras contre son corps, tant pis pour cette manche rebelle.
Tout dépenaillé qu'il était, un sourire ému lui monta au visage. Il avait en face de lui un membre de la Compagnie Grise. Le passé qui lui semblait encore si lointain il y a quelques minutes lui frôla gentillement l'épaule. Il se sentit pleinement rassuré et apaisé. C'était étrange et tellement naturel à la fois. Il avait connu ce Dunedain. Peut-être lui avait-il même parlé... Qu'il ne s'en souvînt pas jusqu'alors n'avait pas grande importance. La guerre de l'anneau avait brassé bien des visages. Bon nombre d'entre eux reposaient à présent sous terre. Mais Maëgaldar appartenait à une histoire dont il était fier, à une époque où il s'était vaillamment illustré.

En quelque sort, en affichant la sienne, Maegaldar venait de lui rendre son identité.

Legolas ne pouvait que lui en être reconnaissant. Il dit avec une extrême douceur :


- Que vous côtoyâtes Aragorn me semblait suffire pour vous considérer comme quelqu'un de confiance... Mais à présent, comment ne pas vous appeler mon frère ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Maegaldar Anertoar

avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 28/10/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**:
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Mer 23 Avr 2008 - 18:33

[C'est quand même pas la plus belle soie de Minas Tirith qu'il porte Razz Ca reste un habit terne de rôdeur qui ne veut pas se faire remarquer des masses.]

Ce fut comme si un coup de tonnerre avait retentit à l'intérieur de son corps. Les mots prononcés par Legolas firent frissoner le dunadan dans la moindre parcelle de son corps et lui redressèrent la tête sous une immense fierté. Certes le Premier-Né était dépenaillé, mais il n'en restait pas moins ce qu'il était. L'habit ne fait pas le prince...

Ce fut avec un respect aussi grand que sa grattitude qu'il inclina profondément et longuement la tête. Cela faisait si longtemps qu'il avait quitté ce passé glorieux que le voir revenir au galop dans toute sa réalité le touchait avec force.
C'était en vérité un hommage qu'il ne pensait tellement pas mériter que l'avoir prononcé était un don d'une valeur inestimable que venait de faire Legolas, sans peut-être s'en rendre compte.

Ce fut d'une voix voilée, plus rauque que de coutûme qu'il lui répondit doucement.


"L'honneur que vous me faîtes est trop grand car j'ai de longues années d'abandon à me faire pardonner.
Mais pour ces mots vous avez toute ma grattitude, seigneur."


Il inclina une nouvelle fois la tête avec respect. Pour un oeil extérieur la situation avait largement de quoi sembler étrange. Un elfe totalement dépenaillé et en bien triste état physique se faisait appeler seigneur avec des marques de déférence évidentes.

Le pauvre Vardë devait bien se demander ce qui pouvait bien se passer. Et malgré l'émotion dont il était empli le dunadan ne l'oubliait pas.
Aussi fut-ce vers lui qu'il se tourna ensuite, tandis qu'il s'approchait des deux elfes.


"Je ne sais si vous connaissez le symbôle qui orne cette broche.
Il s'agit en vérité d'un signe prestigieux pour mon peuple que portaient à l'époque de la Guerre de l'Anneau une compagnie vouée à aider le Seigneur Aragorn : la Compagnie Grise.
J'en faisais alors partie au plus profond de la guerre, lorsque nous chevauchâmes dans le sud, en Rohan, pour offrir nos épées et notre soutien à Estel.
Nous avons voyagé et nous sommes battus conjointement par de biens sombres chemin des plaines du Riddermark jusqu'aux Portes Noires. Legolas accompagnait alors Estel."


A chaque mot qu'il prononçait la fierté rayonnait dans ses yeux. Cependant... mélée à cette lueur vivace les deux elfes pouvaient deviner un sentiment étrange sur le visage du dunadan qui habituellement les cachaient si bien. Quelque chose qui ressemblait à... de la honte, de l'incertitude.

Et sans surprise Maegaldar reprit bien vite la parole.


"Ceci étant dit je mentirais en m'arrêtant là. Pour être honnête je ne sais pas si le port de cette broche m'est encore légitime. C'est pour cette raison que je me rends à Minas Tirith, la présenter au Roi, et attendre son jugement."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vardë Moredhel

avatar

Nombre de messages : 1275
Age : 25
Race, Pays : Elfe Nandorin, banni de la Lorien
Metier : Vagabond mercenaire
Date d'inscription : 27/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Dites, mon Prince, à propos de votre père... Galadriel, Lothlorien, vous situez plus ou moins? hé bien, il se trouve que...^^
**Aime/N'aime pas**: Regarder la Soleil se lever/Tomber comme un cheveu dans la soupe

MessageSujet: Re: Sauve-moi...   Dim 27 Avr 2008 - 22:16

L'agacement de Legolas face à au sourire en coin de l'adolescent était évident, et ne faisait finalement qu'encourager Vardë, qui devait mobiliser toute sa sagesse à peine centenaire pour ne pas éclater de rire.
Au fond, Meneltur devait avoir raison quelque part: son fils était bel et bien une petite peste insupportable, et il tirait mine de rien une joie malsaine à faire enrager le Prince aussi facilement... Ca pouvait avoir quelque chose d'une piètre et ridicule vengeance sur le seul représentant de sa race qu'il avait à portée de main, mais c'était un fait.

Les paroles douces de Legolas pour l'humain achevèrent momentanément sa petite crise de stupidité enfantine.
Côtoyez le Roi des Hommes? Rien que ça! Fichtre! C'était loin de ne rien représenter aux yeux du jeune elfe, sensible à l'honneur et à l'amour de sa patrie -quoique lui préférait la Lothlorien sans les Galadhrims...


Citation :
-Je ne sais si vous connaissez le symbôle qui orne cette broche.

Son estime de Maegaldar, après un instant de montée, redescendit spontanément au à son emplacement originel.
Le prenait-on pour un simple d'esprit ou pour un enfant? Par tous les Valars, ce n'était pas parce qu'il avait encore la finesse androgyne des adolescents et leurs éclats subits d'humeur qu'il en devenait bénêt! La dernière fois qu'il était allé à Minas Tirith, il s'était déjà fait la remarque qu'il n'aimait pas trop que ça se croit important parce que ça avait une barbe, mais il s'abstint cette fois-ci, par pure diplomatie, de toute commentaire.

La suite de l'explication lui passa complètement à côté de l'esprit, malgré qu'il fixait l'humain d'un regard impénétrable. Il la connaissait. Ce n'était pas pour rien qu'il venait de la Forêt Noire, où les exploits du Prince étaient encore une telle source de fièrté que n'en pas connaître les moindres détails passait pour de la stupidité, et ce malgré sa disgrâce auprès du Roi. Son père lui en avait seriné les oreilles assez longtemps durant. Et puis, les gondoriens, il commençait à les connaître, à force d'avoir fréquenté régulièrement leur capitale ainsi qu'Imladris durant les 20 dernières années, surtout les hivers où il faisait trop froid pour rester sur les chemins.

La logorée de Maegaldar fut donc saluée d'un un peu sec 'je sais' accompagné d'une légère moue de dédain et de fièrté.

La suite, par contre l'intéressa, et il releva à nouveau un sourcil curieux en signe d'intérêt, avide de savoir. Pourtant, quand l'humain eut fini, il se contenta d'un sourire tranquille.


"Voilà donc qu'à nouveau nous faisons le jeu des ressemblances. Quoique vous ayez au moins un courage que je n'ai pas.
Et je crois qu'en cela, il n'y a pas de honte qui a à traverser votre voix, car qui de nous peut se dire encore en toute légitimité parmi les siens? Ou du moins en toute tranquillité?
On dit le Roi Elessar bon et sage, mais de cela, vous en savez sûrement plus que moi. Et si vous trouvez bon de vous en remettre à son jugement, ce n'est là à mon sens qu'une preuve de noblesse et de vaillance de coeur, et nous pas l'acte d'un homme à dénigrer.
Mais soit..."


En faisant vivement volte-face, il haussa les épaules.

"Ce ne sont là que les paroles d'un enfant, et vous en faites ce que bon vous semble!"

En souriant, il tourna la tête vers ses deux compagnons.

"Allons donc, marchons! Ma dignité se trouve loin d'être amoindrie à avancer en votre compagnie, mais ma patience fourmille dans mes jamabes..."

_________________

Interpète également Ellendaë Hildorwen, Elladan & Elrohir & Elrond et Aran des Sables
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troupeymaje.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sauve-moi...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sauve-moi...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sauve moi de moi, je te sauverai de toi... [Théo-logie]
» Quiconque sauve une vie sauve le monde entier [Kate]
» La logique sauve de l'ennui [Ruby]
» Quelle est la base du développement ?
» Des cas miraculeux du séisme; Montana et autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: GONDOR :: Pélargir - la cité portuaire-
Sauter vers: