AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entrée du palais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Entrée du palais   Jeu 6 Sep 2007 - 3:31

Faramir et Leticya arrivèrent à Minas Tirith. La jeune femme regardait avec des yeux d'enfants la grande cité blanche. Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'y était pas venu qu'elle avait l'impression d'y mettre les pieds pour la première fois. Les soldats, à la vue de leur Intendant, ouvrèrent les portes sans discuter et ils purent ainsi gravir rapidement tous différents niveaux de la cité. Ceux-ci n'avaient aucun de mal à reconnaître Faramir, mais tous se demandaient qui était la jeune femme qui l'accompagnait. Personne n'osait poser une question et tous allaient selon leurs opinions jusqu'à ce que certains entendirent le nom de Leticya. À ce moment, ils surent que la fille de leur Intendant étaient de retour en Gondor et commencèrent à lui sourire. Leticya, obnibulé par ce qu'elle voyait, finit par se rendre compte que des gens la saluait et leur répondit joyeusement comme à son habitude.

Ils arrivèrent en haut de la cité à l'entrée du palais. À ce moment, Faramir confia son cheval et Éonuk au palfrenier du palais et s'en alla vers les portes d'entrée avant de se retourner vers Leticya.

- Où comptes-tu aller exactement, ma fille? demdanda-t-il en parfait père poule.
- J'ai plus que hâte de revoir Tindomiel, Père. Cela fait plusieurs années que nous ne nous sommes pas vu et j'ai tant de choses à lui raconter! Nous allons probablement nous promener dans les jardins ou dans les couloirs. Il ne sera pas difficile de nous retrouver. Je vous promets de rester dans l'enceinte du palais, Père.

Faramir sourit à sa fille en voyant la maturité qui se dégageait des paroles de celle-ci.

- Dans ce cas, passe du bon temps, Leticya. J'ignore quand j'aurai fini. J'irai te chercher ou te faire quérir par quelqu'un.

Il se revint vers sa fille qu'il embrassa sur le front avec toute l'affection qu'un père pouvait avoir pour sa fille et repartit vers les portes pour se rendre au bureau du Roi.

Leticya, elle, restait bêtement en plein milieu de la place à regarder le paysage tout autour d'elle. Elle voulait regarder chaque détails pour s'en rappeler le reste de ses jours s'il fallait qu'elle se réabsente encore pour un bon moment et, tout en observant, plusieurs bons souvenirs lui remontèrent à l'esprit. En particulier ceux qu'elle avait vécu en compagnie de sa chère amie Tindomiel qu'elle souhaitait tant revoir depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Ven 7 Sep 2007 - 0:50

Deux paires de pas résonnaient sur le marbre gris du couloir de l'aile royale. Une lente et assurée, presque nonchalante, l'autre rapide et nerveuse.
Tindomiel talonnait de près son précepteur qui allait devant elle. Si près qu'elle manquait de le faire trébucher, bouillant de ne pouvoir lui passer devant.
L'occasion était d'importance et elle avait tenue à se faire jolie en revêtant sa robe de mousseline aux couleurs d'arc-en-ciel et en tressant ses mèches dorése.

Elle n'y tenait décidement plus:


-Plus vite Nolemë, plus vite!

-Comment ça? Votre Altesse ne songe point à me voir courir comme une damoiseau à travers tout le Palais j'espère...

-Deux ans, Nolemë, deux ans! Vous voulez me tuer, par les Valar!

Le vieil homme ne dit rien mais leva les yeux au ciel et n'en pensa pas moins. Malgré l'air placide suspendu sur son visage, il s'amusait intérieurement. Si la blondinette avait dû effectiment trépasser à chaque fois qu'elle prononçait cette phrase d'impatience! Décidemment, plus elle allait, moins il la comprennait. Elle avait toute la vie devant elle et semblait courir après sans cesse, sans aucun repos. Rien que de la voir faire, le précepteur s'en trouvait fatigué...

-J'aimerais mieux voir Son Altesse courir après la lecture du tome VIII de La Chute d'Arnor...

Tindomiel piqua un far et esquissa une petit moue dans le dos de Nolemë. Elle souffla d'une petite voix:

-C'est que le tome VII est bien, bien plus volumineux que les VI autres...

Nolemë se fendit d'un sourire. Bien sûr qu'il était plus long... Il le savait bien. Et particulièrement indigeste d'ailleurs. C'était simplement tellement touchant de voir la Princesse honteuse de passer pour une cancre qu'il ne résistait que rarement à la tentation... Chacun ses petits plaisirs... Razz

Mais déjà les deux immenses portes battantes qui marquaient l'entrée sur le grand Hall, depuis l'extérieur _et la sortie sur la Cour de l'Arbre Blanc, depuis l'intérieur_ tournaient sur leurs gonds avec lenteur et majesté.
Nolemë s'écartant sur le côté pour la laisser passer, Tindomiel ne se fit pas prier et s'élança vers le dehors.
Le contraste entre la fraîcheur des murs du Palais et la chaleur de l'été la cloua pourtant sur place. La luminosité du soleil de plomb sur les dalles blanches de la Cour lui fit cligner des yeux.
Il lui fallut le temps à ses pupilles de s'accommoder et entre deux battements de paupières, elle put distinguer une silhouette.
La jeune fille ne pouvait pas dire que celle-ci lui était connue, mais lorsque le visage se dessina dans la lueur de l'après-midi, elle rit. Elle avait 15 ans mais il était toujours le même, celui que seul peuvent avoir les enfants ivres de joie.


Il n'y avait personne dans la Cour, sinon les gardes et Nolemë. Personne pour voir l'entorse protocolaire de la Princesse qui se précipitait pour serrer dans ses bras la fille de l'Intendant. Mais ça n'était pas la fille de l'Intendant qu'elle saluait, mais une amie, sa plus vieille amie. La première et la véritable qu'elle avait jamais eu sans doute.
Deux ans qu'elles ne s'étaient pas vues. Elle, à Imladris, Leticya, en Rohan, leurs chemins s'étaient séparés à cause de leur apprentissage. Fort heureusement, les messagers et les pigeons voyagaient bien en ces temps calmes et avec des lettres, la distance n'était plus une barrière pour leurs deux esprits complices...

L'étreinte durait et durait, il semblait que Tindomiel n'était pas prête à lâcher prise.


-Béni soit Eru! C'est un tel bonheur de te revoir enfin, ma chère amie! Il me semble que c'est hier que nous plaisantions pour la dernière fois au balcon de ta chambre!

Finalement, elle se recula et observa admirative son amie de pied en cap avant de planter ses yeux gris dans les siens, les joues creusées de ses fossettes:

-Et pourtant, tu as tellement changé, Leticya... Tu es devenue... _elle paraissait chercher le bon mot_ une Dame!

Elle rit de nouveau comme si elle avait dit une farce. Cela lui semblait si étrange comme phrase! Mais non, ça n'était pas une Dame, elle ne pourrait jamais l'être! Pas à ses yeux du moins. Elle était son amie, tout simplement!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entrée du palais   Ven 7 Sep 2007 - 3:35

Leticya n'avait d'yeux que pour la cour extérieure de l'entrée. Elle était à cet instant la seule présente à cet endroit si l'on excluait les soldats de la garde qui semblaient tous mourir de chaleur par cette journée. D'ailleurs, elle-même ressentait le malaise que le manque d'air et le soleil ardent pouvaient créer chez une personne. Elle tourna sur elle-même lentement en admirant de plus belles le paysage et le territoire du Gondor qui s'étendait à perte de vue. Tout était magnifique, en excluant la vision du Mordor bien entendu. Alors que la brunette commençait à réaliser à quel point tout ça lui avait cruellement manqué, elle entendit un bruit qui venait briser le silence religieux qui s'était installé. La personne ayant déclenché le dit bruit se trouvait dans son dos, donc Leticya ne pouvait voir de qui il s'agissait. Lentement, le coeur battant et espérant que ce fut la personne qu'elle espérait revoir depuis tellement de mois déjà, elle se retourna sur elle-même pour faire face à la porte du palais. Celles-ci s'ouvrirent et laissèrent place à deux silhouettes que Leticya ne pouvait clairement identifiés à cause du soleil qui se trouvait directement devant elle ce qui rendait sa vision très flou et difficile. Inconsciemment, elle replaca les quelques mèches de cheveux qui s'étaient envolés dans tous les sens lors de sa route et posa sa main droite en visière afin de mieux apercevoir les personnes qui se trouvaient à plusieurs mètres d'elle. C'est alors qu'elle se rendit compte que les Valar avaient exhaussé son souhait. Devant elle se trouvait la princesse de Gondor et d'Arnor: Tindomiel.

- Tindomiel! cria-t-elle d'une voix où l'on pouvait facilement voir toute la joie de ces retrouvailles tant espérées.

La fille de l'Intendant attrapa rapidement les plis de sa robe de sa main gauche pour facilité sa course jusqu'à son amie, alors que celle-ci venait la rejoindre de la même manière. Elles avaient toutes deux oublié le protocole obligeant les jeunes filles à marcher tranquillement et à ne pas trop élever la voix. C'était plus fort qu'elles. De toute manière, même les gens les plus protocolaires de la Terre du Milieu n'auraient pu gronder l'une ou l'autre des filles tant le moment était touchant.

Leticya se jeta dans les bras de Tindomiel alors que celle-ci faisait de même. Elles s'enlacèrent pendant plusieurs minutes qui semblèrent durer une éternité avant de se séparer pour s'observer mutuellement.

- Je ne veux point paraître de mauvaise compagnie alors que nous venons de nous retrouver, mais je me dois de te contredire. La dernière fois que nous nous sommes vus, il me semble, ma chère Tindomiel,que c' était sur les plaines de Pelennor...Enfin, peu importe! Nous sommes de nouveau ensemble et c'est tout ce qui compte!

La brunette rit de bon coeur en voyant à quel point sa chère amie n'avait aucunement changer sur certains aspects. Par contre, Leticya la détailla rapidement du coin de l'oeil et dû s'avouer que la princesse avait bel et bien changer. Avant, c'était une parfaite gondorienne typique. Maintenant, l'on pouvait voir la touche elfique en elle, héritage de sa mère Arwen, fille d'Elrond. À bien y penser, c'était quasiment la même situation qu'elle. Elles avaient toutes les deux et au même moment retrouver leurs racines maternelles.

Leticya éclata de rire en entendant son amie de toujours la qualifier de Dame. Pendant quelques secondes, elle se demanda si c'était bel et bien vrai, mais n'osa pas aller plus loin dans ses réflexions pour ne pas gâcher le moment présent.

- Mais toi aussi tu as énormément changé, Tindomiel! Regarde-toi par Eru! Tu...tu...tu es plus elfique que tu ne l'as jamais été avant depuis que je te connais! Et dis-toi bien que c'est un très bon compliment, ma chère amie.

Elle replaça rapidement le bas de sa robe qui la gênait légèrement et prit les mains de son amie dans les siennes et les serra fortement comme pour être certaine qu'elles étaient bel et bien ensemble.

- Tu te rends compte? Nous sommes ici et encore ensemble. Comme il y a cela deux ans alors que nous étions encore des jeunes filles insouciantes prenant pour acquis ce que la vie nous offrait. Maintenant, nous avons passé deux années loin des nôtres, loin l'une de l'autre, et nous sommes toujours aussi enfantines l'une envers l'autre!

Leticya repartit d'un rire léger et tout aussi enfantin que leur comportement. Cela lui faisait un bien fou et lui faisait réalisé une nouvelle fois à quel point tout ça lui avait manqué même si elle avait réussi à combler le vide par autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Sam 8 Sep 2007 - 21:29

Tindomiel qui, certainement comme toute jeune fille de son âge, était sensible aux compliments sentit ses paumettes s'empourprer.

-C'est seulement la robe, sais-tu que c'est un présent de la Dame de Lumière? _elle pouffa_ Je me demande si à elle seule elle ne doit pas avoir plus de valeur quele Gondor tout entier!

Aaaah parler chiffons... C'était futile, c'était superficiel, mais nécessaire pourtant à la Princesse car elle n'avait finalement personne avec qui partager son innocence. Les femmes du Palais autour d'elles étaient souvent nettement plus âgées (à 15 ans on voit tout le monde vieux! Razz). Eldarion et elle étaient incontestablement proches mais dès qu'elle se mettait à parler de choses de filles, même s'il essayait de ne pas en donner l'air, elle voyait bien ses yeux s'égarer et son esprit s'enfuir vers d'autres pensées bien plus viriles...
Sa mère, oui, sa mère était toujours là pour elle et elles passaient de précieux moments ensemble, mais... enfin... ça n'était pas pareil quoi!

Lorsque Leticya et Tindomiel s'étaient quittées, elles n'étaient que des enfants, maintenant elles étaient des jeunes filles. Leurs deux années d'écart d'âge ne s'était jamais fait sentir de façon cruelle, leur naissance les isolait d'entrée du reste du monde, elles évoluaient dans la solitude et la réserve des sentiments, si elles ne se comprenaient pas entre elles, qui les comprendrait?


-Toutes les chevauchées Rohirrim et toutes les sagesses elfiques ne peuvent changer qui nous sommes aussi profondément! Seulement nous apporter un peu plus de crédit aux yeux des nôtres...

Son air se fit malicieux et complice, puis tenant les doigts de son amie, l'adolescente l'amena à traverser la Cour de l'Arbre Blanc:

-Ne restons pas ici, ce soleil va nous rôtir sur place! Nous serons mieux dans les jardins pour discuter, tu ne crois pas? Car je te le dis, nous avons trop de temps à rattrapper et je vais te faire parler jusqu'au crépuscule!

La menace était dite avec un large sourire et un gloussement dans la voix, mais elle n'en était pas pour autant à prendre à la légère!

Elles marchèrent côte à côte jusqu'à la Tour Blanche et de là elle disparurent derrière le mur contournant le Palais pour arriver aux jardins. Disposés en terrasses, ils offraient la quasi-totalité des variétés de plantes et d'arbres que l'on pouvait trouver sur toute la surface de la Terre du Milieu.
Si l'on s'enfonçait un peu plus loin, il y avait cet endroit charmant, très prisé de la Reine Undomiel et de ses enfants où un petit ruisseau fringuant des montagnes déboulait du Mindolluin avec fracas et venait se perdre dans un étang où flottaient des nénuphars et où s'abreuvaient les branches des saules pleureurs.

C'est ici que les deux amies firent halte sur un banc ombragé. S'asseyant, Tindomiel poussa un petit hocquet et secoua la tête désolée:


-Oh mais quelle sotte! Donne moi d'abord des nouvelles de tes parents et de ton frère! Ta mère et ton père sont venus il n'y a pas si longtemps, c'est que le Roi et son Intendant sont aussi inséparables que leurs filles, même si je les crois s'entretenir de faits autrement plus graves que nous! Quoique...

Elle s'imagina brusquement le Seigneur d'Ithilien et son père échangeant fous rires et babillages et remue aussitôt la ête en fronçant ses sourcils pour chasser de son esprit cette vision des plus troublantes!

-Ton frère en revanche... Voyons laisse moi réfléchir... Eh bien c'est simple, je crois que cela fait à peine un peu moins que toi! Comme le temps passe!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entrée du palais   Sam 8 Sep 2007 - 23:09

Leticya avait le sourire d’accrocher aux lèvres depuis des minutes qui parurent une éternité à ses yeux. Elle eut un sourire un peu coquin en voyant le teint légèrement rosé au niveau des joues de son amie après qu’elle eut fait un compliment à Tindomiel. Elle s’empêcha de faire un quelconque commentaire pour éviter de mettre encore plus dans l’embarras son amie retrouvée.

Comme si les deux amies étaient connectés mentalement, Leticya se dit que c’était bien la première fois qu’elles abordaient d’aussi près le sujet du choix vestimentaires et de tout ce qui se rapporte de loin ou de près à la beauté féminine. En fait, Leticya n’avait jamais eu une personnalité très coquette. La simplicité était son mot d’ordre, mais ce n’était pas moins des tenues soignées et de bon goût que comportait sa garde-robe.

La brunette ne put qu’acquiescer par un signe de tête au commentaire de Tindomiel. Celle-ci avait bien raison lorsqu’elle disait que ni la culture elfique ou rohirrim ne pouvait changer totalement notre personne profonde, mais ne pouvait que rajouter un petit quelque chose qui faisait grimper notre cote de noblesse. Leticya trouvait ce genre de situation assez…triste. Elle avait rencontré des gens incroyable en Rohan, mais qui ne partageait pas la même classe sociale qu’elle. Uniquement à cause de cette raison, ils n’avaient pas les même connaissances qu’elle ni les même ressources. C’était dommage, selon elle. Au plus profond de son cœur, elle sentait le besoin de remédier à cette situation. Malgré ses pensées légèrement mélancoliques, elle revint rapidement à la réalité et donna toute son attention à son amie d’enfance, qui la comprenait mieux que quiconque en cette terre.

Leticya laissa échapper un éclat de rire uniquement à cause de l’image que les paroles de son amie avait introduit dans son esprit. Elle s’imaginait, Tindomiel et elle, à leur place actuelle en train de rôtir comme les poulets rôtissaient. C’était assez étrange comme vision certes, mais elle était bien plus drôle.

Sans broncher, elle suivit Tindomiel à travers le palais qu’elle redécouvrait avec des yeux nouveaux. Arrivés dans le jardin, Leticya prit le temps de regarder une à une les fleurs qui s’y trouvaient. Certaines lui disaient quelque chose, mais d’autres étaient totalement inconnues pour elle jusqu’à ce jour. Elle prit une note mentalement de s’informer pour des livres renfermant toutes les plantes inimaginables qui se trouvent en Gondor, en Ithilien et en Arnor, bien que le dernier territoire ne soit pas très propice à la croissance des fleurs par son climat relativement froid. La fille d’Éowyn fut très impressionnée par la beauté du paysage. Le petite ruisseau, les saules pleureurs, les nénuphars, le petit étang : tout était d’une magnificence époustouflantes. Elle alla s’asseoir au côté de son amie qui s’était installé sur une petit banc qui se trouvait à être caché par un arbre. Toute cette atmosphère était propice aux confidences.

- Je pense que nos pères sont liés par une profonde amitié comme la nôtre, Tindomiel. Seulement, c’est aussi une amitié de travail et non seulement personnelle. Ils se doivent de s’occuper du royaume avant tout. Je doute qu’ils se parlent de choses comme nous le faisons toi et moi, dit-elle en riant. Pour ce qui est de mes parents, ils vont très bien. Je suis venue accompagnée de mon père. Il devait aller voir le tien pour raisons personnelles. Probablement pour faire un rapport sur les reconstructions en Ithilien. Ils m’ont réservée un accueil des plus chaleureux! Ils me manquaient cruellement lorsque j’étais à Édoras, tout comme toi d’ailleurs. C’était difficile de vivre sans votre présence à tous les quatres. Mon frère, lui, se porte bien. Il a commencé sa formation d’Intendant si je puis dire et tout se passe à merveille. Il a beaucoup de chose à apprendre, mais il s’en tire merveilleusement, enfin selon moi. Ma mère était plus qu’heureuse d’avoir des nouvelles de son frère, le roi Éomer. Ils communiquent par lettres depuis longtemps, mais comparé à des nouvelles de vive voix, je suppose que ça faisait toute une différence pour elle. Je la comprends énormément au fond.

Leticya sourit à son amie et laissa son regard se diriger vers l’endroit paradisiaque où elles se trouvaient. C’était tout un soulagement pour elle de voir que rien n’avait véritablement changer entre les deux jeunes filles. Au fond d’elle, elle avait ressenti de la peur face à ces retrouvailles. Elle craignait de ne plus retrouver la Tindomiel qu’elle avait connue et qu’elles ne s’entendent plus aussi bien qu’avant. Ça aurait été très difficile à accepter pour Leticya. Maintenant que le premier cap était franchi, elle ne ressentait plus aucune crainte et savait que leur amitié allait probablement surmonter toutes les épreuves que la vie leur réservait à toutes deux.

- Et toi? Demanda-t-elle en ramenant son regard sur Tindomiel. Comment se trouve ta famille? Ton frère est-il toujours aussi prévenant avec toi? La dernière fois, je me rappelle que tu avais dit à quel point tu aimais savoir qu’il tenait à toi, mais que sa surprotection pouvait parfois t’embêter, dit-elle avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Lun 10 Sep 2007 - 19:35

[Ouf me voilà! Je prépare ma rentrée, c'est du boulot! Razz]

Tindomiel écouta avec la plus grande attention son amie qui lui donnait des nouvelles de la famille d'Ithilien. Elle la savait déjà heureuse et unie, à l'image de la sienne, mais en entendre des échos était toujours un réel plaisir car la famille royale et celle de l'Intendant entretenaient toujours des rapports étroits qui dépassaient de loin les rapports de vassaux à suzerain.

Le Seigneur Faramir exécutait sa charge avec brio, même si l'Intendant avait bien moins de pouvoir que jadis. Il demeurait un seigneur respectable et respecté. Et puisqu'on juge une personne bien souvent à sa façon de se comporter avec nous, Tindomiel remarquait qu'il avait toujours un mot gentil pour elle, ce que les autres conseillers ou grand Seigneurs du Gondor ne faisaient pas souvent...

La Dame Eowyn était entrée dans la légende grâce à ses exploits durant la Guerre de l'Anneau et pourtant, à la voir presque 20 ans plus tard, la Princesse avat du mal à croire que tout ce qui avait été écrit été vrai. On la disait aussi forte qu'un homme et aussi belle et froide qu'une statue de marbre. Pour la beauté, les livres ne mentaient pas, mais pour le reste... Aux yeux de la jeune fille, elle avait toujours eu une luminosité autour d'elle qui la rendait presque elfique. Et puis elle avait peut-être cette flamèche dans les yeux qui ne trompait pas, mais elle était d'une douceur et d'une gentillesse infinie.

Lorsqu'elle eut terminé, Leticya demanda à son tour des nouvelles de la famille royale et plus particulièrement de son frère. En y penseant, Tindomiel leva les yeux au ciel avec une moue comique:


-Il est plus casse-pied que jamais... _elle secoua la tête en riant_ Je plaisante bien sûr. Non je ne me plains pas de la relation que nous avons entre nous, Eldarion et moi. Lui aussi à sérieusement entamé sa formation et malgré toute l'énergie et le temps que ça lui demande, il trouve toujours le temps de partager du temps avec moi, des bons comme des moins bons moments. Finalement, être loins l'un de l'autre nous a rapproché, si c'était encore possible, dans un sens plus adulte... Je comprends des choses venant de lui que je ne saisissais pas, ou mal, par le passé.
Récemment, il a été pris de sérieux doutes et manques de confiance en lui, il m'a fait très peur pour tout dire. Cela va bien mieux depuis que mon père et lui se sont vus et je suis incroyablement soulagée et heureuse aussi de voir qu'il ne souffre plus autant.


Les rires et les plaisanteries de Tindomiel avaient laissé place à une émotion toute palpable. Malgré toutes les chamailleries qu'ils s'échangeaient, il y avait ce lien entre eux, presque gemellaire, qui ne vacillait jamais.
Finalement, se rendant compte qu'elle prenait tout cela bien trop à coeur, la Princesse laissa ces mauvais jours de côté et se reprit en affichant une mine nettement plus réjouie:


-Il travaille dur pour se montrer digne des attentes que l'on pose sur lui, et il ressemble déjà à un Roi à mes yeux. Des fois, je me prend à penser qu'il sera tout au moins aussi bon que mon père, peut-être même meilleur... C'est dificile à imaginer, là, comme ça, mais il bénéfécie de tant de choses qui ont manqué à Elessar. A commencer par un père aimant, et surtout vivant!, qui lui ouvre le chemin.
Je suis vraiment fière de lui, je sais qu'il se montrera à la hauteur, quoiqu'il en dise.


Voilà ce qui arrivait lorsque l'on lançait le sujet sur son frère. Elle parlait, elle parlait et parlait encore. La blondinette se força à se taire:

-Suffit! Sinon j'y suis encore jusqu'à demain! En ce qui concerne le reste de la famille, Atar est toujours aussi... barbu et sérieux... quoique j'ai bien remarqué que son menton se faisait un peu plus poivre et sel qu'auparavant! _elle adressa à Leticya un regard amusé et taquin_ Ammë quant à elle remplit ses journées tant que le jour tout entier lui suffit à peine! Bien que souvent, je perçois de la lassitude dans sa voix et dans ses yeux, je crois que comme la tienne, elle se languit quelque peu de son propre pays.
Ma soeur Rochiel enfin... Oh, elle est sans cesse sur les routes! De temps à autre, son cheval la mène par ici, et puis à peine le temps de cligner des yeux qu'elle est déjà ailleurs!

Elle rit franchement se souvenant de la dernière escale de Rochiel au port: elle avait faillit faire tomber ses parents en annonçant qu'elle restait simplement deux journées complètes! Leur tête était si drôle que Tindomiel avait faillit s'étrangler avec son potage!
L'adolescente embraya sur un tout autre sujet.


-Et le Rohan alors? Dans tes lettres, tu semblais enchantée, tu me disais que tu t'y étais fait des amis également, et cela m'a vraiment chauffé le coeur, je ne te souhaitais pas de te morfondre seule! Ton oncle et ta tante sont des gens prévenants, ils ne l'auraient jamais toléré!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entrée du palais   Ven 14 Sep 2007 - 23:47

(je suis désolé que ça ait pris autant de temps ^^'...)

Comme ne pas écouter attentivement tout ce que Tindomiel disait? C’était impossible. La princesse du Gondor et de l’Arnor possédait un pouvoir attractif sur elle. C’était assez étrange. La fille de l’Intendant était incapable de ne pas prêter attention à son amie. Était-ce Tindomiel elle-même qui avait une personnalité aussi accrocheuse ou était-ce tout simplement parce que Leticya adorait tant avoir des nouvelles de sa meilleure amie qu’elle s’intéressait à tout ce que la blonde pouvait bien dire.

La brunette laissa échapper un petite rire à la seule vision du prince Eladiron enquiquinant sa sœur cadette. C’était le genre de vision pouvant se réaliser dans les familles de classe moyenne. Ce genre de situation était quotidienne, mais dans la famille royale le protocole interdisait quasiment les marques d’affection. Le protocole était stricte, insensible, sans vie. Bref, tout ce que l’habitante d’Ithilien ne voulait pas devenir. C’était d’ailleurs la raison pour laquelle elle ne faisait pas preuve d’une attitude protocolaire avec les proches de son entourage.

- Je suis heureuse d’apprendre que ton frère que tu aimes tant se porte bien. À t’entendre, pendant une fraction de seconde, j’ai eu peur de te voir trop t’inquiéter pour lui. Mais on dirait bien que nos frères seront fin prêts à prendre la succession d’ici quelques années. Rien qu’à cette idée, mon cœur se brise. Nos jeunes années seront bientôt loin derrière nous… Dans un avenir prochain, nous aurons un mari à s’occuper, des enfants à élever, des servants à diriger, une maison à gérer. Te rends-tu comptes, Tindomiel, que nous serons séparer pour des périodes encore plus longues lorsque nous serons mariées? Enfin, ce sera dans plusieurs années encore. D’ici à nos noces, profitons de l’instant présent, n’est-ce pas ma chère amie?

Leticya s’était emporté par toutes ces projections futures. Parler de l’avenir de leurs frères signifiait en quelque sorte de parler du leur. Elle ne s’était jamais rendue compte à quel point le temps s’était envolé rapidement et maintenant regrettait tout ce qu’elle n’avait pu faire étant plus jeune, car trop malade. Malgré tout, la jeune femme d’un tempérament joyeux ne voulait pas se laisser abattre pour si peu. Elle devait voir au jour le jour et ne pas penser aux choses qu’elle ne peut pas encore changer vu que ces dites choses ne sont pas encore arrivées. C’était beaucoup alarmiste de commencer à s’inquiéter alors qu’elle était de nouveau en compagnie de son amie retrouvée. Selon elle, de telles paroles n’avaient aucun sens dans la situation actuelle. C’était la raison pourquoi elle continua à écouter Tindomiel parler tranquillement.

- Il est certes vrai que le Roi Elessar, ton père, n’a pas eu la vie facile. La Guerre de l’Anneau n’a rien fait pour l’aider à reprendre ce qui lui était dû, c’est-à-dire le trône et la couronne. Ton frère a tout pour gouverner magnifiquement bien son pays. Non seulement il peut compter sur les connaissances de son père, mais aussi sur l’amour de sa mère et le soutien de sa sœur. Peu importe ce que tu deviendras, Tindomiel, je suis certaine que tu appuieras comme jamais ton frère dans la dure tâche qu’est diriger un royaume.

Leticya accompagna son amie en riant avec celle-ci lorsque Tindomiel rapporta des nouvelles de sa sœur aînée. La brunette n’avait jamais eu l’occasion de faire plus ample connaissance avec Rochiel, princesse d’Arnor et de Gondor, vu qu’elle était constamment sur la route ou presque. Par contre, elle la connaissait relativement bien étant de l’entourage de la famille royale. Elle savait que Tindomiel aimait sa sœur Rochiel, mais que sa relation avec son frère était bien plus évoluée. De plus, Tindomiel et elle parlaient d’elle de temps en autre lorsque la princesse recevait des nouvelles.

À la mention du Rohan, les yeux de Leticya étincelèrent. Les souvenirs envahirent son esprit et la jeune gondorienne semblait regardé le paysage du jardin alors qu’elle revoyait en fait les magnifiques terres rohirric. Une vague de nostalgie et de tristesse envahit Leticya qui ne put s’empêcher de pousser un soupir.

- Tindomiel, si tu savais à quel point je m’ennuie de ce pays maintenant. Il est tellement magnifique. C’est…c’est…il n’y a pas de mots! C’est terriblement loin de tout ce que tu peux retrouver en Gondor et en Arnor. Là-bas, les gens sont terriblement attachants. On voit encore les marques que la guerre a laissée, mais les gens ne sont que plus heureux de vivre dans un monde en paix. Il y a de nombreux orphelins aussi. Ils étaient adorables et très attachants. Ils m’ont énormément aidé à surmonter ma peine de devoir être loin de ma famille et de mon pays… De plus, je suis devenue une cavalière émérite grâce à la Marche et à mon oncle, le Roi Éomer bien entendu. Un homme formidable. Il…C’était comme s’il avait immédiatement compris mon malaise face à tout ce terrain inconnu devant moi et m’a encouragé à toujours allé plus loin sans franchir les limites. J’ai aussi rencontré un ami merveilleux. Je suis certaine que tu te serais très bien entendu avec lui. Il se nomme Éothé et est cavalier de la Marche. C’est lui qui m’a montré à monter à cheval. Je m’ennuie souvent des longues conversations que nous avions tous les deux lorsque nous cavalions de village en village. Et la culture! La culture rohirric est fascinante! Tu ne peux imaginer le nombre de légendes que ce peuple possède. Ils m’ont tous adoptés. La plupart me disaient que j’étais désormais entièrement l’une des leurs malgré mon sang gondorien. Au début, le contact s’est souvent fait par l’entremise de ma mère. Ils me demandaient comment la Dame Blanche de Meduseld allait et tout. Ce fut de cette manière que tout commença.

Comme si Leticya venait de se rendre compte qu’elle parlait et parlait à n’en plus finir, elle s’arrêta abruptement. Elle se sentait légèrement mal à l’aise. Voilà qu’elle prenait la parole sans laisser de chance à son amie de parler à son tour. C’était très impoli et elle le savait fort bien.

- Je m’excuse, Tindomiel. Je parle et je parle sans me soucier de toi! Je dois te sembler une piètre amie pour oser prendre la parole sans te laisser aucune chance de placer un mot. De toute manière, je pense bien que je t’ai tout raconté en général pour avoir satisfait ton désir d’en connaître un peu plus sur mon séjour en Rohan. Et toi? Tu me disais souvent à quel point tout ce que tu voyais était impressionnant, en particulier les armes elfiques. Si tu savais à quel point j’ai eu peur que tu te blesses en manipulant une épée. Je sais que ça peut paraître insensé. Après tout, les connaissances elfiques dans le domaine de la guérison sont de loin supérieures à celle des hommes. Il était bien évident que tu allais être soigner de la meilleure manière qu’il soit si tu te blessais. Mais je pense que j’avais davantage peur de ne pas pouvoir être près de toi s’il t’arrivait malheur que de te savoir blesser. Maintenant, raconte-moi tout ce que tu as fait là-bas. Je suis toute ouïe.
Revenir en haut Aller en bas
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Mar 18 Sep 2007 - 12:10

Leticya se confondait en excuses et Tindomiel pouffait et plus elle essayait de se taire, plus les épaules de la Princesse se secouaient.

-Allons, c'est en t'arrêtant seulement là que tu me sembles bien rustre mon amie! J'ai lu tellement sur le Rohan, j'ai entendu contes et ménestrels du Rohan, et pourtant j'y si rarement eu l'occasion de m'y rendre et de voir par mes propres yeux toutes ces merveilles que l'on chante! Atar et ses compagnons en parlent souvent, même Eldarion est intarrissable sur la vaillance du peuple rohirric, si bien que c'est un pays que je crois connaître mais que n'ait jamais pu saisir, comme le crin d'un cheval sauvage! La journée a déjà bien entamé sa course, mais je t'en prie, à l'avenir, ne te retient pas de me narrer, toi, ce que tu as vu!

Et pis comme si elle avait dit quelque chose de surprenant, Tindomiel s'arrêta quelques secondes pour réfléchir à ses paroles précédentes et puis timidement elle se risqua:

-Et pourquoi s'arrêter à cela... J'entend par là... Voyons, ça ne serait peut-être pas si fou... Avant que de te raconter Imladris la Belle, j'aimerais pouvoir te promettre que je te la montrerai un jour et si tu le crois possible que tu me promette là même chose de Meduseld... Oh bien sûr, cela ne se fera peut-être pas demain! Et même si ce n'est qu'un rêve, quel mal y a-t-il à rêver? Si nous avons plus cela, que nous reste-t-il donc qui vaille la peine?

Son sourire et son regard semblaient flotter sur son visage car déjà son esprit voguait ailleurs, bien loin au pays des cavaliers aux cheveux de paille et aux lances luisantes. C'était peut-être une lubie d'adolescente, mais quand on connaissait la jeune fille, on savait que ses rêves étaient indiscociables de sa réalité, qu'ils foisonnaient en elle, ne demandant pas toujours à se réaliser, mais au moins à ne pas être tués.

D'un petit geste vif de la main, elle balaya toutes ses chimères et se replongea dans ses souvenirs:

-Comme toi ma douce Leticya, ces deux dernères années m'ont apporté tant et tant, il me semble qu'avant cela je ne savais rien! Et je ne parle pas que de connaissances, de savoirs, je parle de qui je suis, ou plutôt qui j'étais. Je crois avoir changé sur certains points, je n'irais pas jusqu'à dire que j'ai mûri car bien souvent certaines de mes réactions me font croire que non! Mais je crois qu'il existait un immense champ de lacune en moi auparavant et en découvrant cette si vaste partie de mes racines, je me suis découverte aussi.

Elle partit d'un vif éclat de rire qui parut résonner entre les arbres:

-Ah les armes elfiques! Ces choses sont aussi belles qu'elles sont dangereuses! Et pour te conforter tout de suite dans tes craintes, sache que je me suis effectivement coupée à maintes et maintes reprises, si bien que le maître d'arme avait fini par me confectionner tout exprès des répliques en bois! Que veux-tu que je fasse avec une arme entre les mains! Ce serait comme mettre une tapisserie dans celles de mon frère! Et encore j'arrive moi-même à me piquer le doigt avec l'aiguille!
Je dois dire que cet apprentissage, qui ne fut pour être exacte qu'une initiation, m'a malgré tout beaucoup appris sur la concentration, l'anticipation et les réflexes. Et après quelques pansements, je me suis prise à y trouver du plaisir. Lors de la dernière séance, j'ai malgré tout eû droit à quelques félicitations, que je soupçonne gentiement d'être de simple courtoisie! Et je me suis vue remettre par le maître d'armes deux coutelas de toute beauté! Soigneusement rangés dans leurs étuis de cuir, cela va sans dire!


L'arc ne l'avait pas guère non plus révélée et si elle visait bien, elle n'avait pas la force nécessaire pour bien le bander et inévitablement, la flèche retombait pathétiquement à moins d'un mètre... Son air s'était fait lointain et songeur alors que sa mémoire se recomposait:

-Ma vie fut heureuse à Fondcombe et vraiment j'espère ne pas paraître ingrate de toutes les bontés que l'on a eu envers moi, en disant que malgrétout, je sais que ma place n'est pas là-bas. Non, je n'étais pas semblable aux Eldar, nous n'avions pas le même sang, pourtant les gens de la Maison d'Elrond ont tout fait pour que je me sente chez moi et je me suis également fait de nombreux amis. Mais vois-tu, comme les Premiers-Nés se languissent de la Mer, je me suis souvent languie de ma terre du Sud.
Tout là-bas n'est que douceur et raffinement, les paroles sont chuchotements, le délice des sens est partout. Oui je peux le dire, les Elfes vivent à la fois dans le Visible et l'Invisible, et en cela je crois avoir hérité d'eux. Mais ils vivent surtout dans le passé et ça, ça n'est pas moi.


Comment pourrait-elle s'expliquer mieux... elle n'en avait aucune idée. Peut-être...
Elle se dirigea vers l'extrémité du jardin en faisant signe à son amie de la suivre. Là où elle s'arrêta, le muret lui arrivait au milieu du tronc et en se penchant un peu on pouvait voir le mur qui chutait d'aplomb plusieurs dizaines de mètres plus bas. La Cité Blanche s'étalait et les toits semblaient pousser comme des champignons. Entre eux, on pouvait distinguer des petites formes, des silhouettes humaines qui se faufilaient dans les ruelles étroites et sombres, qui couraient parfois. Il y avait une vie en dessous si riche qu'elle remontait la parois pour arriver jusqu'aux yeux et aux oreilles des adolescentes. Les odeurs même se frayaient un chemin vers les sommets.


-Je n'avais jamais compris pourquoi parlait-on du Don d'Illuvatar à l'endroit des Humains._ elle rit franchement_ La mortalité! En voilà un beau cadeau en effet! Et enfin j'ai bien compris. Si je devais mourir demain, je n'aurais pas voulu voir le jour à un autre endroit que celui-ci. Pourquoi crois-tu qu'il est le Pays de la Pierre, c'est parce que ses enfants sont solides comme le roc. Comme l'Arbre Blanc, par temps de tempête, ils oscillent mais leur racines sont trop profondes pour rompre. Tout à un goût plus fort ici, la vie en particulier. J'aime ce pays, j'aime ses gens, je les ai toujours aimés mais je ne le sais vraiment que depuis peu.

Elle se retourna vers son amie et lui offrit sa plus belle mine:

-Nous avons eu la chance d'être le fruit de deux cultures et d'en prendre le meilleur à chaque fois! _puis elle tordit légèremment son nez fin _ Tu vois un peu comme tu me fais parler sérieusement! Tu as commencé en disant que nous n'étions plus des enfants et puis tu as parlé d'époux et de progénitures, de noces même! Par pitié! Nous en sommes encore bien loin je l'espère! Le temps des tourments de l'esprit vient bien assez tôt pour courir déjà après!

Tindomiel avait beau s'en jouer, s'il y avait bien un destin pour elle, c'était celui-là. Elle le refusait en bloc car elle ne se rendait qu'à peine compte du temps qui passait, dans son idée, elle resterait bien toujours la fille de ses parents. Au fond, les préceptes faisaient bien leur chemin, qui pourrait-on duper en faisant croire qu'une fille de Roi pourrait choisir en dépit de tout son propre destin? La jeune fille prenait cela avec philosophie, elle n'était pas de nature à se rebeller contre des choses vaines. Chacun avait sa place et son rôle à jouer dans ce monde et si ce devait être le sien d'être fille, soeur, épouse ou mère de Roi, il ne lui vendrait jamais à l'esprit d'aller contre. Quoiqu'elle puisse en laisser paraître. Et ce seulement car elle avait la certitude qu'elle avait le temps de voir venir l'écueil!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entrée du palais   Dim 23 Sep 2007 - 21:23

(Tu sais que tu me donnes du fil à retordre? Razz Je ne réussirai jamais à t'égaler niveau post Razz )



La joie qui émanait de tout l’être de Leticya en avait pris un dur coup en quelques secondes à peine. Elle savait bien quel était son destin ainsi que celui réservée à sa tendre et chère amie Tindomiel. Tous le savaient, mais personne ne semblait s’en soucier. C’était bien triste à voir, selon la jeune femme. Pourquoi les gens semblaient ne pas vouloir regarder plus loin que dans le mois à venir? Leticya était peut-être un peu trop philosophique ou elle ne savait trop quoi, mais c’était ce genre de question qu’elle ressassait constamment depuis quelques temps déjà. Elle voulait évidemment en faire part à son amie, mais doutait que ça puisse la soulager de quoi que ce soit.

Elle rêvait de pouvoir promettre à Tindomiel de lui faire visiter le Rohan de fond en comble et de lui montrer toutes les merveilles que ce magnifique royaume possédait. Elle voulait tant pouvoir lui présenter les enfants si attachants et les conteurs des villages, mais surtout pouvoir lui faire rencontrer Éothé. Cet ami qui avait réussi avant une patience divine à la transformer en cavalière émérite et qui avait de plus réussi à transpercer la carapace qu’elle s’était créé là-bas.

- Tindomiel, si tu savais à quel point j’aimerais te promettre de te faire découvrir ce pays rempli de mystère qu’est le Rohan, mais la raison me dicte de tout de même te faire remarquer que le temps joue contre nous. Tu n’es qu’à ta quatorzième année d’existence, ma chère amie, mais moi j’en suis à ma seizième. Mes parents ne m’ont pas encore tout à fait parler de mon futur rôle, mais je vois bien qu’ils le feront d’ici peu. Au Rohan, j’ai appris tout ce qui était en mon pouvoir d’apprendre afin de devenir une descendante d’Éorl, mais j’ai aussi appris beaucoup de chose sur le rôle de femme, de mère et d’épouse. C’est mon destin, tout comme le tien nous le savons bien, seulement le mien est plus rapproché.

Leticya prit une pause. Dire toutes ces choses lui faisait mal au cœur. C’était comme avouer à son amie de toujours que, pour la première fois depuis le tout début de leur amitié, elle ne pourrait pas accomplir quelque chose avec elle. C’était, à ses yeux, aussi pire que de renier ses parents et de quitter le foyer familial sans leur consentement. Bref, c’était quelque chose de terrible et quasiment d’inacceptable.

- Ma chère amie, tu ne peux savoir à quel point mon cœur pleure de ne point pouvoir te faire cette promesse. Mon cœur désirerait tant pouvoir le faire. De plus, j’aimerais tant voir Fondcombe. Tes paroles créent en moi des images toutes plus magnifiques que les autres, mais je sais bien qu’elles ne sont que poussière comparer à ce qu’est véritable cette cité elfique.

Elle laissa glisser sa main le long de sa robe et regarda le paysage qui s’offrait à elle. La beauté de l’endroit mit du baume sur le cœur de la jeune femme. C’était un léger soulagement comparé à la douleur qui la faisait souffrir, mais elle ne laissait rien paraître. Revenir vivre dans son pays était un plus dur coup pour elle qu’elle ne le laissait croire. Elle adorait le Gondor, mais elle ne savait plus trop quoi penser. Ces deux années avaient passées si rapidement qu’elle n’avait pas encore eu le temps de réaliser à quel point elle avait manqué de choses. Ce qu’était pour elle la vie en Ithilien avait radicalement changée.

- J’ai une question à te poser, Tindomiel. Toi comme moi avons ce que certains appelleraient de la chance d’être le fruit de l’union de deux peuples différents. Toutes deux avons grandi entre deux cultures différentes et toutes deux avons eu la chance de vivre parmi notre peuple maternelle durant deux années complètes. Maintenant voilà ma question, as-tu déjà ressenti un déchirant au plus profond de toi? As-tu déjà l’impression de trahir une partie de toi et en décidant d’habiter sur une terre plutôt qu’une autre? As-tu eu l’impression que ces deux cultures étaient plus une malchance qu’une chance, même si ce ne fut que pendant quelques secondes?

Leticya se leva lentement et tourna le dos à son amie. Elle pencha la tête et regarda un petit buisson où poussait de jolies petites fleurs de couleur rouge et rose. Elle ne voulait faire face à Tindomiel de peur de la réaction de celle-ci. Elle savait bien que ce genre de question pouvait sembler étrange, voir insultante car elle faisait référence aux aïeuls de toutes les deux. Seulement, la question était là et son cœur lui avait dit de la laisser sortir. La gêne empourpra légèrement les joues de Leticya. Malgré tout, elle sentit un énorme poids s’évaporer de ses épaules. Elle avait l’impression de respirer plus librement maintenant que la question était posée. Il ne restait plus que la réponse à attendre.

- Tindomiel, réponds-moi franchement. Fais le pour moi. Je t’en prie. Je me pose cette question depuis plusieurs jours, voir plusieurs semaines déjà, mais je n’ai pas encore trouvée la réponse. J’y pense à toutes les heures de la journée ou de la nuit. C’est plus fort que moi. Je me demande si c’est vraiment une bonne chose d’être née de l’union de deux peuples…. Plus le temps passe et plus je me mets à douter de la chance que cela procure….Non seulement je doute sur ce point, mais tout ça m’amène à douter sur la véritable raison de ma présence en Terre du Milieu…Réponds, s’il te plaît. Réponds-moi avec ton cœur, Tindomiel, mon amie. Je sais que, peu importe ta réponse, tu réussiras à me faire sourire et que je redeviendrai la véritable Leticya que je suis depuis ma naissance, pleine de joie de vivre et du désir d'aller toujours plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Ven 28 Sep 2007 - 17:54

Tindomiel s'était laissé embarquée, comme bien souvent, par tout l'enthousiasme qu'elle portait dans son coeur. Il y avait un trop-plein lorsqu'elle évoquait le Gondor, car le Gondor voulait tout simplement dire trop de choses à ses yeux. Si bien que dans sa folie, qui était encore bien toute enfantine, le ton qu'employait à présent Leticya avait la fraîcheur d'un ruisseau qui descendait en cascade depuis les montagnes. La joie et la lumière avait déserté le visage de son amie et la félicité fit de même sur celui de la toute jeune Princesse.
Son amie empruntait un ton grave et non dénué de tristesse ou de mélancolie, c'était réellement palpable dans sa voix et à la vérité, terriblement déstabilisant. Pourquoi ce si soudain revirement, il fallut à Tindomiel de solliciter toute son attention pour mieux comprendre. Elle écouta longuement, se retenant parfois d'intervenir au beau milieu du discours de son amie. Elle comprit qu'elle se posait énormément de questions, des questions qui peut-être jusqu'alors n'avaient jamais surgit dans son esprit et qui aujourd'hui rendaient son retour dans le pays de son père plus douloureux qu'on aurait pu l'imaginer.
Ses dernières phrases étaient particulièrement difficiles à entendre pour son amie et la Princesse s'empressa de réagir avec un ton un peu dur qui pouvait montrer que non, elle n'était finalement plus une enfant, mais qui trahissait pourtant son émotion:


-Tu veux savoir ce que j'en pense? Ce que j'en pense vraiment? Je pense que ça n'a aucun sens ce que tu me chante là! Qu'entends-tu au juste par “douter de ta présence”? Tu ne peux pas dire cela! Tes parents t'aiment de tout leur coeur, ta famille, tous ceux que tu cotoies doivent t'aimer, il ne peut pas en être autrement! Tu n'es pas stupide, je le sais, alors ne laisse pas de mauvaises pensées prendre empire sur toi!

Tindomiel avait rosi de son emportement. C'était peut-être un peu trop, mais elle ne pouvait pas laisser Leticya se faire ronger par des doutes ou une sorte de culpabilité bien saugrenue à ses oreilles. La Princesse marqua un temps d'arrêt où elle ne quitta pas de ses yeux gris ceux de son amie, puis finalement elle reprit d'un ton plus posé:

-Tu éprouves tant de doute que cela? Je veux dire... Pour être vraiment honnête, j'ai du mal à les saisir, mais nous avons nos différences, mon histoire n'est pas la tienne, je peux comprendre...
Pour te répondre, non je ne me suis jamais sentie partagée, déchirée entre les deux cultures dont je suis issue. Le sang elfique qui coule en moi est une part non négligeable et je ne la renie pas, sans lui je ne serais sans doute pas ce que je suis... Mais en choisissant la mortalité, ma mère a fait le choix pour nous, elle nous a exclu du destin des Elfes et je n'en éprouve aucune amertume! Alors, j'ai profité de la vie à Imladris comme on peut profiter de la sagesse et de la beauté qui entoure tous les Premiers-Nés. J'ai été heureuse, malheureuse aussi parfois, à leurs yeux j'étais la fille d'une Etoile perdue, glacée et je sentais bien souvent de la compassion, peut-être de la pitié à mon égard...
Mais je suis née humaine et mortelle et cela n'a jamais fait aucun doute dans mon esprit et je ne voudrais pas qu'il en soit autrement.


Son air était serein, la fatalité habitait ses paroles mais on pouvait sentir qu'elles n'étaient pas dénuées de passion. Elle adressa un tendre sourire à son amie avant de lui prendre la main:

-Quant à toi, Leticya, même si tout est différent, il n'en demeure pas moins que tu n'as pas à choisir entre deux peuples, pourquoi le devrais-tu? Tu ne trahis personne! Voyons, tu as été heureuse en Rohan, il n'y a pas de quoi s'en repentir en Gondor, ce n'est pas un crime! Et de même que si tu demeures en Ithilien, rien empêche ton coeur de vagabonder de temps à autre vers les plaines de l'Ouestfolde...
Pour moi, oui, je le vis comme une véritable chance d'être née avec un double héritage. Alors, je ne dis pas que c'est facile, mais... après tout, la vie n'est pas facile. Notre coeur s'élargit au fur et à mesure de notre vie pour accueillir de nouveaux visages, de nouveaux horizons, mais jamais ceux là ne chassent les anciens dehors! Et c'est cette chance là, que nous avons sur les autres de nos peuples, c'est que notre univers était déjà mille fois riche avant même que nous ayons posé notre premier regard sur le monde!


Vraiment, elle pensait chacun de ses mots et elle aspérait avoir rassuré son amie. En fait, celle-ci lui rappellait vaguement son propre frère, et les doutes constants qui le tenaillaient sans arrêt. Quelle ironie que leur cadette à tous les deux doive être leur épaule ou bien les secouer de temps à autres! Cette idée arracha un gloussement étouffé à Tindomiel qui finit par demander à Leticya:

-Ton retour dans ta demeure est occasion à se rejouir plutôt qu'à pleurer! Comment se fait-il que tu en sois venue à te poser de telles questions? Le Rohan te manque-t-il à ce point?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entrée du palais   Mar 2 Oct 2007 - 3:34

Leticya laissa échapper un rire ironique. Comment avait-elle pu penser de telles choses était la question qu’elle se posait à l’instant même. Entendre la pensée de sa meilleure amie avait réussi à enlever en elle un énorme doute qui lui pesait plus qu’elle ne le pensait jusqu’alors.

Les idées se clarifiaient, c’était bien vrai, mais il restait au fond d’elle quelque chose de tristesse, de mélancolique et de nostalgique. Le genre de sentiment qui prend du temps avant de s’effacer pour laisser place à un autre, parfois encore plus triste ou encore plus joyeux. Tout dépendait.

En ce moment, la jeune femme serrait la main de son amie avec une telle force qu’elle avait elle-même l’impression de se tenir à une bouée. En fait, se dit-elle, peut-être était-ce le cas. En parlant, elle désirait survivre et quitter ses sombres pensées comme n’importe quel naufragé désire s’accrocher à une bouée afin de quitter les eaux planes et glacées qui alourdis tous les membres les uns après les autres.

Avalant sa salive afin de clarifier sa voix et empêcher une larme de se faufiler entre ses cils, Leticya posa sa main de libre sur la sienne et celle de son amie qui étaient enlacées.

- Merci, ma douce Tindomiel. Tes paroles ont mis un baume sur mon cœur alourdi par le doute. Maintenant, je peux t’affirmer sans aucun doute que mes pensées sont plus légères. Merci…

Leticya prit un instant de silence. Elle réfléchissait à la question que son amie lui avait posé précédemment. Que devait-elle dire alors qu’elle ignorait depuis longtemps la réponse? Hésitante, elle ouvrit la bouche pour la refermer par la suite. Elle ne voulait pas s’étendre sur le sujet de peur de trop en parler et, finalement, ne rien dire et ne donner aucune explication. Après quelques secondes de réflexion en plus, elle réouvrit la bouche et, difficilement, le premier en sortie pour bientôt être suivi du reste.

- Tindomiel, j’ignore comment il se fait que je me pose tant de questions. L’avoir su, je ne t’aurais probablement pas poser la question…Enfin, je doute que je l’aurais fait. Cependant, je pense bien que tu as mis le doigt sur un de mes problèmes, car, oui, je crains en avoir plusieurs. D’ailleurs, c’est le lot de toutes personnes passant de l’enfance à l’âge adulte. Enfin, tout ça pour dire que tu as probablement raison en me demandant si le Rohan me manque à ce point. Tout cela peut te paraître incongru, voire inimaginable, mais c’est bien vrai. Le Rohan me manque plus que… j’ignore avec quel situation de mon passé je pourrais comparer ce sentiment, car il est plus puissant que tous les précédents. Là-bas, j’ai changé et j’ai vieilli. Là-bas, j’ai rencontré des gens merveilleux. Si tu avais vu la misère dans laquelle certaines familles vivent! Mon oncle, le Roi Éomer, fait de son mieux pour rétablir son peuple et leur rendre la vie plus facile, et je l’admire pour cela, mais j’ai vu tant de choses…. Des hommes marqués à la vie par la guerre… J’ai rencontré un forgeron. Aussi improbable que cela puisse paraître, il avait participé à la guerre du gouffre de Helm. À l’époque, il n’était âgé que d’une dizaine d’années. Si tu avais vu ses yeux! Noirs…de tristesse, de douleurs, de souvenirs trop douloureux. Il a vu son père, son oncle et son frère aîné se faire tuer par des orcs sous ses propres yeux. J’ignore encore comment il est arrivé à m’en parler…mais si tu avais vu son regard… Le malheur s’est abattu sur lui. Ça se voit…ça se lit! Ah, Tindomiel! Je revois ces enfants innocents qui me disaient le plus simplement du monde que leur père était mort à la guerre sans aucune émotion, car ils ne les avaient jamais connus. Je revois constamment dans ma tête toutes ces femmes qui regardent leur fils avec tant de peur, car elles voient en eux leurs défunts maris….

Sa voix était, tout au long de ses révélations, chevrotantes, mais aucune larme ne s’était pointé et n’avait coulé. L’atmosphère était lourd et aucun bruit, à part la voix de la jeune fille, ne pouvait s’entendre. Leticya finit sa phrase tellement bas qu’elle était à peine audible. Par contre, Tindomiel se trouvait assez près d’elle pour l’avoir entendu.

- J’aurais tellement voulu les aider encore plus…

C’était tout ce que pouvait dire Leticya. Elle ignorait quel propos elle pouvait ajouté. C’était aussi simple que ça en fin de compte, elle désirait aider plus que tout ces enfants et ces familles et avait au fond d’elle l’impression de les abandonner. Bien entendu, les réflexions de la jeune femme étaient plus complexes que ça, mais son mal du pays était probablement dû, en grande partie, au sentiment de culpabilité qui l’habitait.
Revenir en haut Aller en bas
Eldarion



Nombre de messages : 255
Age : 27
Race, Pays : Homme, Gondor
Metier : Prince héritier du trône de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 30/08/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: .:Peu importe la façon, l'amour triomphe toujours... :.
**Aime/N'aime pas**: Sa douce Kahlan, Taquiner sa soeur^^, s'entrainer au combat à l'épée avec Locklear.../ la jalousie de sa soeur, certains choix de son Père...

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Sam 6 Oct 2007 - 16:57

[Bon, allez, je m'incruste! Si c'est trop tôt, dites-le moi, et je mettrais mon message plus loin!^^]

Comme à son habitude, levé très tôt, Eldarion s'était habillé avec lenteur, le sommeil ralentissant encore ses mouvements pourtant toujours fluides pleins de force. Une fois prêt, il s'était dirigé d'un pas nonchalant vers la salle d'entrainement situé dans une autre aile du Palais, répondant d'un signe de tête aux gardes qui le saluaient. Il faut dire qu'à l'heure où il se réveillait, peu de monde était debout et surement pas sa soeur Tindomiel... Avec un sourire, le jeune Prince pensa à sa soeur, surement plus qu'impatiente de revoir sa grande amie, Leticya. Il ne pouvait que partager ce sentiment, vu qu'il avait toujours apprécié cette jeune fille, même si elles s'étaient souvent liguées contre lui pour le mettre en rogne ou le taquiner. Il était donc tout simplement heureux pour Tindomiel, car son amie lui avait beaucoup manqué, comme elle le lui avait souvent répété d'ailleurs...^^

Une fois arrivé dans la salle d'entrainement, il se retrouva nez à nez avec son sourffre-douleur préféré: Locklear[Pour en savir plus:
http://terre-du-milieu1.forumactif.com/La-citadelle-f35/La-salle-des-tresors-anciens-du-Gondor-t1170-15.htm]! Avec un grand sourire, il fit un geste provocateur incitant au combat au jeune homme aux cheveux bruns attachés en queue de cheval, qui lui fit une grimace pour le moins peu viril en retour... Et oui, gamin un jour, gamin toujours!^^Il y eut un grand silence puis les yeux bleus-gris d'Eldarion rencontrèrent ceux gris acier de Locklear, et ils se mirent à rire de leur comme un seul homme, simplement heureux de se trouver au même endroit.

"Alors, mon vieux, tu t'entraines pour t'améliorer?^^"

"Ah, ah, que c'est amusant, Votre Altesse! C'est quand vous voulez, vous n'avez qu'à me dire un seul mot..."

"Dans ce cas, en garde!"

Très vite, ils se retrouvèrent dans la salle, l'un en face de l'autre, enchainant esquives, attaques, parades, techniques en tout genre... Pendant près de deux heures, un combat acharné se déroula entre eux, puis dans une utlime attaque d'Eldarion, Locklear se vit désarmé et se retrouva avec la lame du Prince sous le cou... Devant la mine déconfite de son ami, Eldarion se mit à rire. Le taquiner était ce qu'il préférait faire et d'ailleurs il ne se permettrait pas de se moquer d'un homme qui donnerait sa vie pour lui sans hésiter une seconde... Il y avait une telle confiance entre eux que le Prince se sentirait mal d'en être privé.

Finalement, les deux jeunes hommes se séparèrent, puisqu'Eldarion devait rentrer se changer dans l'autre aile du Palais alors que Locklear était de l'autre côté. Après une bourrade amicale et un signe de main, Eldarion reprit sa roue vers sa chambre et apperçut au loin sa soeur qui essayait tant bien que mal de faire avancer le bon vieux Nolemë...

*Tiens, Leticya doit être arrivée... Pauvre Nolemë, supporter Tindomiel en effervescence n'est vraiment pas chose facile, surtout dans cette situation... Enfin... dans toutes les situations en fait...!*

Avec un sourire, il la regarda s'éloigner, avant d'à son tour continuer son chemin. Une fois arrivé dans sa chambre, il se lava [et oui, il se lave aussi parfois!^^] et s'habilla rapidement, en revêtant un de ses habits les plus simples, sans prendre en compte ,bien sur, l'arbre blanc en fils argentés brodé dessus et l'épée de facture elfique à son côté. Ue fois prêt, il sortit et prit le chemin que sa soeur avait emprunté plusieurs minutes auparavant. Au bout d'un moment il se retrouva à l'entrée des jardins et apperçut de loin les deux jeunes filles...


Tindomiel et ... et... Leticya?! Le regard étonné du Prince se posa sur la silhouette aux cheveux bruns près de sa soeur, consatant combien une fille pouvait changer en si peu de temps. Vous allez dire, et Tindomiel, elle n'a pas changé? Mais si! Seulement Eldarion la voit tous les jours, alors forcément...^^ Il resta longtemps immobile, à observer les deux silhouettes féminines se détacher sous la lumière du soleil, appréciant cette image de beauté et de fraicheur. Cependant, il sentait que quelque chose n'allait pas. Ses sens elfiques en éveil avaient repéré de suite cette tristesse émanant de Leticya et ce n'est que là qu'il s'apperçut que les deux amies se tenaient les mains comme si elles se soutenaient...
N'osant pas s'avancer, il resta en dehors, préfèrant attendre que l'une des deux le remarque, car il savait que Tindomiel serait bien meilleure que lui pour remonter le moral à son amie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entrée du palais   Sam 6 Oct 2007 - 20:21

(aucun problème! Tu arrives au bon moment)

La jeune femme se rendait bel et bien compte que la situation n'était pas aux larmes et à la nostalgie, mais plutôt à la joie et au bonheur. Elle serra un peu plus forts les mains de Tindomiel dans les siennes, leva la tête vers celle-ci et un sourire fendit son visage.

- Merci, Tindomiel...Je ne pourrais jamais te le dire assez de fois. Grâce à tes paroles, je me sens le coeur plus léger et je sais désormais ce que je dois faire.

Ses yeux retrouvèrent l'éclat qu'ils avaient perdus depuis quelques temps déjà et avaient définitivement abandonné la couleur ténébreuse pour faire place à la lueur caractéristique qui avaient poussé bon nombre de gens à faire des compliments à Leticya dû à la teinte spéciale de son iris que la nature lui avait donné à sa naissance.

Le silence s'installa entre les deux jeunes filles, mais c'était loin d'être celui qui s'était placé entre elles quelques instants plus tôt. Celui-ci était empli de sérénité et de plénitude.

Leticya détourna la tête afin de retrouver le banc où elle était assis ultérieurement. À cet instant, encore perdue dans ses pensées, elle vit la silhouette d'un jeune homme se tenant non loin d'elle et de Tindomiel. Surprise, elle laissa échappé un léger sursaut, mais n'eût point peur. Elle savait pertinemment qu'elle n'avait rien à craindre lorsqu'elle se trouvait au palais de Minas Tirith.

Un rayon de soleil réussit à se tailler une place entre les nuages et Leticya reconnut enfin la silhouette qui était nul autre qu'Eldarion lui-même.

- Bonjour, lui dit-elle simplement en souriant. Êtes-vous là depuis longtemps? demanda-t-elle, embarassé de savoir que quelqu'un d'autre que sa chère amie aurait pu connaître les idées quelque peu sombres qui l'habitait il y avait cela quelques minutes à peine.
Revenir en haut Aller en bas
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Dim 7 Oct 2007 - 1:20

[Eh bé eh bé les d'jeuns on me laisse plus en placer une! Razz]

Tindomiel sentit la main de Leticya serrer un peu plus fort la sienne et elle accentua également sa pression si bien que sous sa peau fine les articultions se mirent à blanchir.
Sur le visage de la Princesse, on pouvait lire non plus vraiment de l'inquiétude, car les paroles que prononça par la suite son amie leva le poid sur son coeur, mais en tout cas le sentiment qu'elle se sentait concernée par les troubles qui agitaient Leticya.
Elle avait l'air si désemparé que Tindomiel en avait presque peur, presque comme lorsque son frère avait fondu en sanglots dans ses bras. Du haut de son âge un petit peu plus élevé que le sien, la brunette avait depuis leur enfance une image de solidité aux yeux de Tindomiel. Elle la savait émotive comme elle-même pouvait l'être mais il est bien difficile de se rendre compte que les gens que l'on aime ne sont pas invincibles ou en tout cas des figures de roc comme on aimerait à le penser...

Elle l'écouta paisiblement raconter l'expérience qui l'avait tant secoué au Rohan et elle la comprenait bien sûr, comment, de sang noble ou non, pourrait-on rester insensible à la souffrance d'autrui? Oh oui, bien sûr ça serait mill fois possible... Mais ce n'était pas l'éducation qu'elles avaient reçu, ni l'une, ni l'autre. Bien au contraire, elles avaient été forcées d'ouvrir les yeux, bien trop tôt pour des enfants, sur les horreurs de ce monde pour pouvoir s'en détourner.
La voix vibrante d'émotion qui sortait de la bouche de Leticya toucha également Tindomiel en son fors intérieu:, elle avait vu le jour dans de mêmes temps troublés qu'elle, elle n'avait pas vécu la guerre (ou de si loin avec Galdarith) mais elle savait les ravages qu'elle pouvait faire. Elle fauchait les vies et les récoltes et elle laissait les coeurs et les terres brûlés.


Citation :
- J’aurais tellement voulu les aider encore plus…

Tindomiel sourit gentiement:

-Bien sûr que tu l'aurai voulu... Mais un enfant reste un enfant n'est-ce pas? Qu'il soit pupille du Rohan ou du Gondor ou même d'ailleurs... Une mère et une femme meurtrie, il n'y a pas un seul village sans doute qui n'en ait pas. Tu peux les aider, Leticya, même en étant ici et eux là-bas! Tu peux te rendre utile ici tout autant... Partout il y a des orphelins et des hommes qui souffrent, hélas la douleur est universelle... Mais le bonheur l'est tout autant!

L'adolescente marqua une petite pause et divisagea un instant son amie:

-Si tu veux mon avis, je crois que tu as tout simplement grandi, Leticya... Tu as mûri et tu sais à présent ce qui te donne la force de t'insurger et de te révolter, utilise cette force, ne la laisse jamais partir! Utilise la bien!
Accompagne moi aux Maisons de Guérison la prochaine fois que je les visiterai et tu verras que partout la tâche est grande mais qu'il n'y a que trop peu de bras...


Finalement, Leticya la remercia pour ses paroles, encore que ce n'était jamais là que le rôle d'une amie, et Tindomiel fut soulagée de voir la lumière revenir sur le visage de celle-ci.
Le silence qui s'installa ensuite entre elle l'amena à réfléchir sur son propre rôle, est-ce qu'elle était vraiment utile, elle? Enfant, aller aux Maisons de Guérison auprès des nécessiteux, des orphelins ou des malades la mettait un peu mal à l'aise disons le franchement. Quel enfant ne serait pas perturbé de voir un aute bambin sans aucune maman? Ou bien un vieil homme borgne qui esquisse un sourire bienveillant mais qui aux yeux de la filette devient un rictus de croquamitaine?
Avec le temps, elle a commencé à y prendre du plaisir car en plus des sentiments humains décuplés qui se dégageaient de l'endroit, la Pincesse avait l'impression d'être vraiment quelqu'un et de s'intéresser à des choses autrement plus importantes que les pinces qu'elle se mettrait dans les cheveux pour le dîner du soir...
Toutes ses actions n'étaient-elles pas qu'une goutte d'eau dans la mer ou un grain de sable dans le désert? Après tout, est-ce que cela changerait les choses?

Le sursaut de son amie ne lui échappa pas et alors que celle-ci tournait la tête, Tindomiel suivit la direction de son regard pour tomber sur une silhouette bien connue. Elle adressa à son frère bien-aimé le plus beau de ses sourires et se leva vers lui pour le tirer par la main et l'inviter à les rejoindre:


-Allons Telcontar, ça n'est pas la peine de te cacher! Je me demande ce que dirait Ammë si elle savait que tu espionnes les jeunes filles et que tu laisses trainer tes oreilles pour recueillir leurs confessions!

Elle se retourna vers Leticya pour lui adresser un petit clin d'oeil complice et posa un baiser plein de vivacité sur la joue d'Eldarion:

-Bonjour mon frère, tu es levé depuis la première heure n'est ce pas? Alors cet entraînement, avons-nous de quoi être en pâmoison devant tes exploits?!

Sur ce, Tindomiel porta de façon comique une main à son front mimant une dame sur le point de défaillir en poussant un petit soupir de langueur, puis elle éclata d'un franc rire joyeux. Il e manquait plus que ses parents et le bonheur était total.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldarion



Nombre de messages : 255
Age : 27
Race, Pays : Homme, Gondor
Metier : Prince héritier du trône de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 30/08/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: .:Peu importe la façon, l'amour triomphe toujours... :.
**Aime/N'aime pas**: Sa douce Kahlan, Taquiner sa soeur^^, s'entrainer au combat à l'épée avec Locklear.../ la jalousie de sa soeur, certains choix de son Père...

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Dim 7 Oct 2007 - 19:56

[Bon, un ptit dernier post avant de partir pendant une semaine... Surtout prenez votre temps cette semaine pour répondre!^^]

Bien entendu le jeune Prince ne pouvait rien entendre de là où il était puisqu'il avait fait en sorte que ce soit ainsi. Et puis il respectait assez les deux jeunes filles pour les laisser parler seules à seules... Seulement, évidemment sa soeur ne put s'empêcher de le prendre pour un espion! Non mais oh! Répondant au doux sourire de sa soeur par un autre tout aussi chaleureux, Eldarion se laissa mener par la main sans résistance, aimant ce contact si doux avec sa soeur bien-aimée.

-Allons Telcontar, ça n'est pas la peine de te cacher! Je me demande ce que dirait Ammë si elle savait que tu espionnes les jeunes filles et que tu laisses trainer tes oreilles pour recueillir leurs confessions!

Il fronça les sourcils et fit une grimace dans un geste peu mature, ne sachant que répondre à ses paroles. Il pouvait être très gamin parfois, et d'ailleurs c'était souvent et surtout en présence de sa soeur. Leur enfance passée à se chamailler était toujours très présente entre eux et ils ne loupaient jamais une occasion de faire un mauvais coup ensemble ou l'un contre l'autre. Même s'ils avaient d'autres préoccuptations, ils restaient très liés... Comme Leticya prenait la parole, le jeune homme posa son regard bleu-gris sur elle, appréciant la beauté de la jeune fille. Il ne pouvait nier qu'elle était devenue plus belle encore, rivalisant de beauté avec sa soeur, même si leur beauté avaient quelque chose de différents. Ce n'était plus des enfants qui se parlaient, c'était des jeunes gens presque adultes...

- Bonjour. Êtes-vous là depuis longtemps?

La gratifiant d'un sourire rassurant et chaleureux, le Prince répondit d'une voix douce, sachant pertinemment à quoi pensait Leticya:

-Oh non, je viens à peine d'arriver... C'est une joie que de te revoir! Je ne peux que reconnaitre que deux années ont fait de toi une jeune femme magnifique. Apparemment tu as beaucoup reçu du Rohan, je suis certain que ses années t'ont été bénéfiques. Vivre loin de chez soi n'est jamais chose facile mais c'est ainsi qu'on grandit et qu'on apprend!

Se tournant vers sa soeur qui venait de l'embrasser sur la joue, Eldarion sourit à son clin d'oeil, et l'écouta alors qu'elle prenait la parole:

-Bonjour mon frère, tu es levé depuis la première heure n'est ce pas? Alors cet entraînement, avons-nous de quoi être en pâmoison devant tes exploits?!

Evidemment, le Prince éclata de rire devant l'attitude si comique de Tindomiel, qui était très douée pour faire rire et sourire. Se raclant la gorge, le jeune homme décida de jouer le jeu et prit sa voix la plus profonde et la plus grave possible, puis bombant le torse dans une attitude plus qu'exagérée, il dit:

-Mais enfin, moi, Prince du Gondor, que croyiez-vous donc ma Dame?! Il est certain qu'aucun personne ne fait le poids contre moi! Mon épée est invincible, je suis invincible! Mais dites-moi, mes jolies damoiselles, qu'offrireriez-vous à un si valeureux et beau chevalier?

Il s'inclina avec excès devant elle et rajouta avc un sourire joyeux:

-Mon coeur est à vous, belles demoiselles!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entrée du palais   Dim 7 Oct 2007 - 20:48

Leticya regardait faire son amie en riant de bon cœur. Il y avait que Tindomiel pour agir ainsi. En même temps, alors qu’elle voyait à quel son amie était si proche de son frère, elle se demandait si une telle complicité pouvait, un jour, existé entre Elboron et elle. Les chances étaient mineures et elle en avait malheureusement pleinement conscience, mais gardait tout de même espoir que la situation change.

Mentalement, elle prit une note comme quoi elle devait à partir de ce jour profiter de tous les instants qu’elle pouvait partager avec son frère. Évidemment, il lui avait manqué lorsqu’elle vivait au Rohan, mais ce n’était rien comparé au vide qu’elle ressentait face à l’éloignement entre elle et Tindomiel qu’elle considérait comme sa sœur depuis maintes années déjà.

-Oh non, je viens à peine d'arriver... C'est une joie que de te revoir! Je ne peux que reconnaitre que deux années ont fait de toi une jeune femme magnifique. Apparemment tu as beaucoup reçu du Rohan, je suis certain que ses années t'ont été bénéfiques. Vivre loin de chez soi n'est jamais chose facile mais c'est ainsi qu'on grandit et qu'on apprend!

La réponse d’Eldarion la gêna, car c’était la première fois qu’on lui faisait un compliment aussi direct dans lequel on ne retrouvait pas les mots : la digne fille de ses parents. Bien qu’elle aima autant son père et sa mère, avec le temps, la comparaison lui tombait un peu sur les nerfs. Elle ne se considérait pas comme la fille de Faramir ou encore la fille d’Éowyn, mais bien comme était Leticya tout simplement.

- Je suis heureuse de te revoir aussi et merci du compliment. Il est bien vrai que le Rohan m’a apporté beaucoup et que ça m’a aidé à prendre conscience de plusieurs choses. Mais, à ce que je vois, je ne suis pas la seule à avoir changé. Il en est tout autant de toi qu’il en est de Tindomiel, dit-elle avec le sourire.

La jeune femme ne put réprimer plus longtemps son envie de rire. Un telle scène de la part d’enfants aurait été mignonne à voir, mais un tel discours provenant de la princesse et du prince du Gondor était à se tordre de rire.

Décidant d’entrer dans le jeu dans lequel étaient déjà plongés les deux autres jeunes gens, Leticya se retourna vers Tindomiel. Un sourire moqueur et joyeuse se forma sur ses lèvres.

- J’ignore ce qu’il en est de toi, ma chère amie, mais mon père m’a toujours répété de me fier qu’aux faits remarqués par plusieurs personnes ou encore rapportés dans des écrits. Je n’ai que la parole d’un jeune homme qui est au cœur de l’action. C’est facile d’embellir le combat dans une telle situation. Mérite-t-il vraiment notre plus grande attention?

Le ton qu’elle employait était légèrement exagéré ce qui rendait la situation encore plus comique. Si quelqu’un, à cet instant précis, se pointait, il pourrait facilement voir que les propos de Leticya n’étaient aucunement ceux qu’elle pensait véritablement. Elle ne doutait pas le moins du monde des talents à l’épée d’Eldarion et qu’il puisse gagner un combat.
Revenir en haut Aller en bas
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Sam 13 Oct 2007 - 19:34

Tindomiel pouffait sans retenue depuis que son frère avait joué le jeu de la farce et qu'il faisait à présent le coq de tournoi: torse bombé, oeil ravageur, sourire ultra blanc.
Elle mourrait d'envie à cet instant là de toucher du doigt son ventre pour le voir se dégonfler comme un ballon de baudruche.
Mais voilà qu'il s'inclinait, à présent, avec toute la grâce que ses chevilles pouvaient porter et qu'il mettait son coeur au pied des deux demoiselles qui pourtant _au moins aurait-il dû le savoir avec sa soeur_ étaient sans pitié aucune!


Tindomiel ravala son rire pour arborer soudain une mine réfléchie à l'excès. Elle jetta un regard en coin à Leticya qui était visiblement ravie aussi du spectacle qu'elle avait devant les yeux et son amie fut ravie de voir qu'elle aussi avait une envie folle de rentrer dans le petit jeu.
Citation :
Mérite-t-il vraiment notre plus grande attention?

Tindomiel croisa alors ses jambes et posa son coude sur son genoux dans une attitude toute pensive Perversemment pensive.

-Mmmmh... Il nous offre son coeur après tout... Peut-être devrions-nous le fouler au pied? Cela lui apprendrait que nous ne nous laissons pas séduire par de si piètres exploits... A-t-il vaincu un dragon? Morgoth en personne? Non, vraiment à moins d'un exploit digne de Beren lui-même, ce jeune paon ne saurait avoir notre attention, encore moins notre admiration, ni notre respect...

Tendant sa main devant elle, elle ébouriffa gentiement la tignasse noire du Prince en riant:

-Rélève-toi donc "joli coeur"! Voyons nous ne serons pas si cruelles, nous voulons bien te croire de bonne foi! _elle glissa toute de même à Leticya, de façon assez forte pour que son frère puisse tout de même l'entendre_ Encore que très honnêtement, je ne vois pas ce qu'il y a de sorcier à agiter un manche et une lame en acier...

Elle adressa ensuite un petit regard malicieux à son frère, car elle savait bien la force qu'il avait acquis en grandissant. Il était déjà agile enfant mais il avait gagné en muscles et en puissance alors que Tindomiel n'avait gagné euuuh... ben en rien du tout en fait... Sûr qu'à présent, s'ils devaient se chamailler comme autrefois, la Princesse n'aurait pas le dessus!
Elle se leva du banc et ouvrit la paume de sa main pour recevoir le manche de l'épée d'Eldarion et lui montrer sa dextérité à l'oeuvre (tu parles Charles! Razz). Encore fallait-il qu'il y consente car Eldarion et son épée, c'était une histoire d'amour que les ménestrels se tâtaient encore à écrire, mais ça n'aurait su tarder...


-Et pourquoi donc tant d'entraînement? Compte-tu repartir avec les Rôdeurs?

En réalité depuis qu'ils étaient revenus à Minas Tirith, Tindomiel n'avait pas encore songé à leur devenir... Ils avaient pris l'habitude depuis leur enfance d'être trimballés à droite et à gauche: un fois à Imladris, une fois en Lorien, une autre fois en Arnor et je passe les voyages au sein même du Gondor...
Pour une fois, l'avenir lui semblait stable et n'avoir qu'une ligne de mire: Minas Tirith. Autrefois les grands et longs voyages l'excitaient au plus haut point, mais maintenant qu'elle avait passé tant de temps loin de sa demeure, elle n'aspirait qu'à la folie de sa cité et au calme du palais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldarion



Nombre de messages : 255
Age : 27
Race, Pays : Homme, Gondor
Metier : Prince héritier du trône de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 30/08/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: .:Peu importe la façon, l'amour triomphe toujours... :.
**Aime/N'aime pas**: Sa douce Kahlan, Taquiner sa soeur^^, s'entrainer au combat à l'épée avec Locklear.../ la jalousie de sa soeur, certains choix de son Père...

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Dim 21 Oct 2007 - 19:33

Après un sourire adressé à Leticya pour son compliment sur leur changement respectif, Eldarion commença son petit jeu de faux prétentieux. C'était un jeu qu'il affectionnait, et qu'il réservait aux moments intimes avec sa soeur ou ici avec une personne autre qu'il appréciait tout autant. Il se doutait que les deux amies allaient en profiter pour s'amuser et le taquiner mais il appréciait cela. Et puis, il y avait toujours moyen de faire semblant d'être vexé après...^^Alors qu'il était incliné, il entendit la voix de Leticya s'élever à ses oreilles:

- J’ignore ce qu’il en est de toi, ma chère amie, mais mon père m’a toujours répété de me fier qu’aux faits remarqués par plusieurs personnes ou encore rapportés dans des écrits. Je n’ai que la parole d’un jeune homme qui est au cœur de l’action. C’est facile d’embellir le combat dans une telle situation. Mérite-t-il vraiment notre plus grande attention?

Toujours incliné, un large sourire s'étendit sur le visage d'Eldarion tandis qu'il attendait le verdict de sa soeur qui n'allait pas tarder à tomber. En réalité, en face d'autres jeunes filles, il n'aurait pas eu le courage de faire ce qu'il était en train de faire et encore moins se pavaner. Très discret, il était plutôt solitaire pour l'instant et rare étaient les jeunes femmes qu'il cotoyait. Relevant les yeux pour regarder sa soeur alors qu'elle prenait la parole, il fit semblant d'être anxieux quant aux paroles à venir, et il accentuait tellement ses expressions qu'on aurait presque dit qu'il grimaçait, lui donnant un air stupide :

-Mmmmh... Il nous offre son coeur après tout... Peut-être devrions-nous le fouler au pied? Cela lui apprendrait que nous ne nous laissons pas séduire par de si piètres exploits... A-t-il vaincu un dragon? Morgoth en personne? Non, vraiment à moins d'un exploit digne de Beren lui-même, ce jeune paon ne saurait avoir notre attention, encore moins notre admiration, ni notre respect...
La bouche grande ouverte, l'air faussement vexé, le jeune Prince détourna les yeux vers une autre partie du jardin, comme attristé par les paroles de sa soeur.Puis alors qu'il allait se relever et partir en tournant les talons pour jouer le jeu, il sentit la main de sa soeur sur ses cheveux....

"Hé.... Pas touche à mes cheveux!"

Il tourna de nouveau sa tête vers Tindomiel, un large sourire s'étendant de nouveau sur son visage, repoussant avec douceur la main qui lui ébouriffait les cheveux. Pas qu'il se coiffait vraiment, mais il avait l'impression d'être encore un enfant quand on lui faisait cela, et ce même lorsque c'était sa soeur qui faisait ce geste. Comme elle prenait de nouveau la parole pour lui dire de se relever, il le fit avec grâce, comme toujours, remettant son épée en place avec douceur, car oui, il y tenait à son épée.

-Rélève-toi donc "joli coeur"! Voyons nous ne serons pas si cruelles, nous voulons bien te croire de bonne foi!

Les yeux moqueurs et brillants de joie, il dit alors:

-Mais j'espère bien, après tout vous parlez quand même au futur Roi, mesdames....

Même si son ton paraissait sérieux, il ne l'était pas vraiment, plutôt du genre à ne pas se vanter sur sa situation plus qu'importante. Non il voulait simplement encore jouer, oublier toutes les obligations qui lui incombaient. Son regard dans le vague un moment, il ne fut ramené à la réalité que par la voix douce de sa soeur... Et alors qu'il allait lui lancé une bonne réplique, Eldarion capta le regard malicieux de Tindomiel et il sut tout de suite qu'elle n'allait pas tarder à faire quelque chose qui n'allait pas lui plaire. Immobile, il la regarda se lever du banc, et alors qu'il jetait un regard à Leticya pour s'assurer qu'elles n'avaient pas préparé un coup à deux, il sentit qu'on lui enlevait un poids sur son côté....
Par réflexe, il sauta sur le côté et se retrouva en face de sa soeur qui tenait dans ses mains... Son épée!

Ce qui était sur, c'est qu'elle avait de la chance d'être sa soeur, sinon il lui aurait sauté dessus sans ménagement pour récupérer son bien le plus précieux, son amie, sa protection ultime. Les femmes ne peuvvent pas comprendre mais il se sentait comme nue sans son épée et il n'allait donc pas laisser une demoiselle_même sa soeur_ jouer avec.


"Tindo, tu as intérêt à me rendre tout de suite cette épée..."

Son ton n'était pas menaçant mais on pouvait sentir que cette situation ne lui plaisait pas. S'approchant doucement de sa soeur, son regard n'était plus amusé mais sérieux:

"Tu sais très bien que je déteste ça!"

Tandis qu'il avait le regard fixé sur l'objet de sa tendre colère, il entendit à peine les paroles de sa soeur. Mais quand il comprit ce qu'elle venait de dire, il se stoppa, l'air désappointé, cherchant à savoir s'il s'agissait d'une vraie question ou si elle voulait simplement l'embêter. Perplexe, il répondit, oubliant légèrement son épée:

"Et bien, maintenant que tu en parles, il me faut partir quelques temps sous peu...."

Se rendant compte que son ton était un peu trop sérieux tout à coup, il s'empressa de partir sur un autre sujet, alors qu'il essayait d'oublier la quête qui l'attendait...

"Mais ne change pas de sujet! Donne-moi mon épée, sinon j'utilise l'attaque ultime! Et puis d'abord j'ai le droit de m'entrainer comme je veux, car et je te rappelle, il faut bien que quelqu'un te protège!"

Son regard était redevenu malicieux, joyeux, tandis qu'il tauinait gentiment sa soeur. Quant à l'attaque ultime, il fallait savoir que l'un comme l'autre étaient chatouilleux, et oui! Tournant son regard vers Leticya, il fit un grand sourire et s'avançant vers elle, il lui prit la main doucement avant de se mettre face à Tindomiel:

"Attention, j'ai un otage! Si tu veux que j'épargne ton amie, je te conseille de faire un échange!^^"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entrée du palais   Lun 22 Oct 2007 - 23:54

Leticya regardait l’échange avec des yeux rieurs. Elle se savait privilégié de voir la princesse et le prince de Gondor agir de cette façon, car c’était d’être ce que l’on pouvait qualifier de convenable dû à leur sang, mais, après tout, elle connaissait Eldarion et Tindomiel depuis des années même si elle était bien plus proche de la jeune fille que de son frère.

-Mmmmh... Il nous offre son coeur après tout... Peut-être devrions-nous le fouler au pied? Cela lui apprendrait que nous ne nous laissons pas séduire par de si piètres exploits... A-t-il vaincu un dragon? Morgoth en personne? Non, vraiment à moins d'un exploit digne de Beren lui-même, ce jeune paon ne saurait avoir notre attention, encore moins notre admiration, ni notre respect...


Leticya rigola franchement en voyant la tournure de phrase que sa chère amie utilisait. Il n’y avait bien qu’elle pour oser dire ce genre de choses de cette manière. C’était assez vexant comme commentaire, mais c’était aussi tellement long qu’on en venait à oublier le propos premier qui était visiblement que piquer un peu Eldarion qui continuait malgré tout de se prêter au jeu qu’il avait débuté.

-Rélève-toi donc "joli coeur"! Voyons nous ne serons pas si cruelles, nous voulons bien te croire de bonne foi!

Non seulement elle avait les yeux rieurs, mais elle riait désormais tout simplement. C’était rare de voir des échanges entre frère et sœur aussi simpliste et aussi drôle. Ça changeait Leticya d’air un peu en même temps de changer ses idées.

-Mais j'espère bien, après tout vous parlez quand même au futur Roi, mesdames....

Leticya ne fit aucun commentaire aux paroles d’ Eldarion même si elle désirait franchement lui dire qu’elle ne le verrait jamais comme le futur Roi du Gondor et éventuellement comme Roi du Gondor, mais plutôt comme le gamin qui s’amusait à faire son brave chevalier alors qu’il avait largement passé l’âge d’agir ainsi.

En voyant à quel point l’audace de Tindomiel allait loin, Leticya se disait qu’elle poussait probablement un peu trop. Comme n’importe quel homme, Eldarion considérait son épée comme la prunelle de ses yeux, ce qui était un comportement normal en soi. Ne s’en étant même pas rendu compte, elle fit une moue qui désapprouvait l’action de son amie, mais ses yeux la contredisait en ayant encore et toujours cette petite lueur moqueuse.

-Et pourquoi donc tant d'entraînement? Compte-tu repartir avec les Rôdeurs?

-Et bien, maintenant que tu en parles, il me faut partir quelques temps sous peu....

Elle sentit tout d’un coup que l’atmosphère avait radicalement changé et que la question qui aurait pu être anodine à première vue était fort sérieuse. En entendant la réponse du prince, Leticya détourna son regard vers Tindomiel afin de voir sa réaction. Elle savait bien à quel point la sœur tenait à son frère et que le départ de celui-ci pouvait lui faire énormément de peine. Elle se fit une petite note mentale afin de penser à en discuter un peu avec son amie lorsque la situation le permettra.

Elle était encore occupé à regarder Tindomiel lorsqu’elle sentit que quelqu’un lui prenait la main et qu’elle était légèrement débalancée. Elle n’avait aucunement vu le regard d’Eldarion qui aurait normalement dû l’avertir qu’elle allait être entraîné d’une manière ou d’une autre dans cette petite ‘’gueguerre’’ entre frère et sœur.

Et c’est ainsi qu’elle se retrouva entre Tindomiel et Eldarion qui lui tenait la main sans toutefois la blesser. Il ne la pressait que légèrement afin de ne pas la meurtrire, mais elle ne pouvait quand même pas se dégager. Elle était prise au piège.

-Attention, j'ai un otage! Si tu veux que j'épargne ton amie, je te conseille de faire un échange!

L’expression d’être prise au piège était bien juste. Alors qu’elle n’avait pas véritablement de rapport, elle était pris en otage par Eldarion qui souhaitait probablement l’échanger contre son épée. La première pensée qui la traversa fut : ‘’ Ah bah ça c’est fin! On ne me demande même pas mon opinion! ‘’

En voyant l’air moqueur du jeune homme, elle sut que le jeu était reparti et que, pour que cela dure, il fallait qu’elle embarque.

Avec un léger sourire que l’on aurait pu qualifier de vilain, Leticya regarda Tindomiel et lui fit un clin d’œil. Jouant le jeu de l’affolée qui ne désire pas voir perdre son camp, elle dit :

-Non, Tindomiel! Ne te préoccupe pas de moi! Je ne suis rien comparé à ce qui est en jeu!

Elle arrêta de parler pour penser : ‘’ Mais qu’est-ce qui est en jeu au fait!?! Enfin, continuons!’’

-Ne fais rien! Ne plis pas sous la pression!

Ses paroles étaient légèrement entrecoupées d’éclat de rire. Elle peinait à tenir son sérieux, mais adorait tout de même jouer le rôle de la femme brave qui se sacrifie pour ses croyances ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Ven 26 Oct 2007 - 16:26

Ouch! A peine l'avait-elle sortie de son fourreau celle-là qu'il lui fallait y mettre les dex mains pour pouvoir espérer la tenir. Et encore, sous l'impulsion que la jeune fille y avait mise à l'extirper, son poignet cédant sous le poids de l'arme, la pointe de la lame râcla péniblement le sol. Et pourtant, la Princesse ne faillit pas, c'était si tentant!
Tindomiel poussait tellement loin... Oh elle le savait bien! Déjà quelques années auparavant, elle s'amusait du cas que faisait son frère de son épée. Alors que c'était à l'époque une épée bien, bien plus petite et plus légère, une épée d'entrainement avec laquelle il paradait fier comme un coq! Elle s'était même entendu dire un jour: “Tu ne peux pas comprendre toi, mais une épée pour un guerrier c'est comme une partie de lui-même...” La blondinette avait pouffé, tout de même un peu vexée: “Pfff! Pas une partie de son cerveau en tout cas!” Voilà qu'Eldarion remettait le couvert?! Ah mais c'était trop beau pour ne pas en profiter et s'amuser encore un peu!

Alors qu'il s'approchait d'un pas vers elle la main tendue vers son épée, elle reculait d'autant, hilare. Oh pourtant son frère ne l'était pas lui! Voyons, elle pouvait voir de là les gouttes de sueur froide qui perlaient sur son front. Elle avait de la peine à tenir l'épée, qu'elle était lourde par la couronne de Morgoth! Elle sentait les muscles quasi inexistants de ses bras se contracter dès qu'elle essayait de la lever un peu haut du sol, mais elle se trouvait obligée de la reposer presque aussitôt.

Voilà Eldarion qui pestait, qui essayait même de l'attendrir en employant la manière douce... Mais il n'y avait personne dans ce palais qui aurait osé défier le Prince comme elle était en train de le faire! C'était peut-être bien ça son rôle à elle après tout!


-Oui, je sais que tu détestes ça et tu me le montres si bien d'ailleurs que je me demande si j'ai bien envie d'arrêter...

Un coup d'oeil à Leticya et elle put lire sur le visage de son amie que celle-ci aurait plutôt prôné la sagesse et rendu “l'autre partie de lui-même” à l'héritier du Royaume Réunifié. Mais Tindomiel n'était pas sage, elle était bien loin de l'être et même pour tout dire, c'était une vraie petite peste à cet instant précis, ses yeux n'avaient plus rien d'angélique et ses lèvres étaient retroussées en une moue malicieuse.

Citation :
-Et bien, maintenant que tu en parles, il me faut partir quelques temps sous peu....

Enfin elle avait trouvé le moyen de maintenir cette satanée lame à un peu plus que quelques centimètres au dessus du sol! Bling! Sous le coup de l'annonce, elle laissa la pointe retomber sur le sol et mordre un peu la terre.

-Quoi?

De toute évidence, en posant sa question, Tindomiel ne s'était pas attendu à ce que son frère y réponde par l'affirmative. Elle en resta une seconde abasourdie, cherchant la vérité dans les yeux de son frère, qui lui avait déjà oublié questions et réponses et qui reparti aussitôt dans le jeu. La Princesse fut soulagée de ce volte-face rapide qui lui laissait penser qu'il n'avait dit ça que pour la faire enrager et pouvoir récupérer son bien si précieux. L'adolescente poussa un rire franc convulsif qui résonna dans tout le jardin et son corps se crispa en une contraction d'anticipation:

-Ah non, pas l'arme ultime! Pitié!

La cadette du Gondor n'aurait pas fait long feu sous la torture pourvu qu'il y ait eu le supplice de la chèvre!

-Comme si j'avais besoin de toi Eldarion Telcontar Elessarion pour me défendre! Je te rappelle, au cas où cela ferait trop longtemps que tu n'en aurais pas fait les frais, que moi aussi j'ai mon arme ultime! Et crois-moi qu'on m'entendrait jusqu'à Valinor si je l'utilisais maintenant!

Le propre des bagarres entre frères et soeurs, c'est qu'il n'y a jamais vraiment de vainqueur puisque chaque camp à sa spécialité qui a le don de rendre fou le parti adverse. Eldaron excellait dans les chatouilles mais Tindomiel pour sa part était capable de pousser un cri si perçant et si aigu qu'après avoir percé les tympans de sa victime, seuls les chiens pouvaient sans doute encore l'entendre! La nature nous dôte comme elle le veut bien! Razz

En voyant son frère se précipiter sur la pauvre Leticya pour l'embarquer avec lui dans sa chute, Tindomiel redouble d'hilarité.

Citation :
-Attention, j'ai un otage! Si tu veux que j'épargne ton amie, je te conseille de faire un échange!

Citation :
-Non, Tindomiel! Ne te préoccupe pas de moi! Je ne suis rien comparé à ce qui est en jeu!

Elle tenta de se rassembler et prit une voix grave et lyrique:

-Etre fourbe et vil! Je m'en vais délivrer ma Princesse de tes griffes de Dragon! _c'était difficile de garder l'air sérieux, si bien que son beau discours était entrecoupé de gloussements. Elle s'adressa à Leticya_ N'ayez crainte ma mie, jamais je ne renoncerai à vous!

Puis finalement s'en était trop, l'adolescente s'épuisait à tenir cette massue et elle sentait ses mains pleines de sueur qui commençaient à se faire sérieusement attaquer par le cuir de la garde. Elle leva une main en signe de paix:

-Trève! Je demande la trève! Je suis vaincue!

Elle attendit que son frère s'empare à nouveau de son bien, elle n'était même plus en mesure de la lui rendre elle-même. Essouflée et les pomettes en feu, elle se laissa tomber avec bien peu de grâce, il faut le dire, sur le banc au côté de son amie et souffla:

-Je suis épuisée...

Pas assez visiblement pour se garder de pouffer de nouveau!

-Quand je pense que tu as cru m'avoir, faux frère, par des manoeuvres douteuses! Tu ne recules vraiment devant rien!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldarion



Nombre de messages : 255
Age : 27
Race, Pays : Homme, Gondor
Metier : Prince héritier du trône de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 30/08/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: .:Peu importe la façon, l'amour triomphe toujours... :.
**Aime/N'aime pas**: Sa douce Kahlan, Taquiner sa soeur^^, s'entrainer au combat à l'épée avec Locklear.../ la jalousie de sa soeur, certains choix de son Père...

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Dim 16 Déc 2007 - 20:53

[Encore une fois, désolée de ma longue absence!]

Eldarion, autant hilare que sérieux, tenait la main de son otage avec gentillesse et fermeté, tout en regardant sa soeur avec des yeux rieurs. Il avait bien remarqué que l'annonce de son départ l'avait quelque peu destabilisée mais il n'avait rien rétorqué, attendant pour cela qu'ils soient seuls tous les deux pour en parler.

-Comme si j'avais besoin de toi Eldarion Telcontar Elessarion pour me défendre! Je te rappelle, au cas où cela ferait trop longtemps que tu n'en aurais pas fait les frais, que moi aussi j'ai mon arme ultime! Et crois-moi qu'on m'entendrait jusqu'à Valinor si je l'utilisais maintenant!

Réprimant une grimace en disant long sur son avis quant à ce cri surpuissant que seul sa soeur était capable de pousser, le jeune Prince reprit bien vite son sourire moqueur et se concentra sur son otage. Il eut du mal à se retenir de rire quand il entendit Leticya qui jouait la brave femme prête à se sacrifier pour sa cause...

-Non, Tindomiel! Ne te préoccupe pas de moi! Je ne suis rien comparé à ce qui est en jeu!

Eldarion répliqua aussitôt:

-Tindomiel, je te conseille d'accepter mon marché! Veux-tu vraiment perdre ton amie? Demanda-t-il sur un ton demi-amusé, demi-faussement menaçant.

Après avoir sagement écouté sa soeur qui s'amusait elle aussi à jouer au preux chevalier, le Prince héritier sourit soudainement, comprenant, d'un seul regard, qu'il ne tarderait pas à gagner cette gentille guerre. Evidemment, même si Tindomiel avait une volonté tenace, il n'en était pas de même pour ses muscles qui faiblissaient à vue d'oeil à cause du poids de l'épée.

*C'est une victoire pour moi chère soeur!*

Un sourire aussi large que sa fierté se dessina sur son visage et il relacha son otage, tandis que sa soeur annonçait la trève:

-Trève! Je demande la trève! Je suis vaincue!

-Et bien, il était temps! Un peu plus et je ne sais pas ce qui serait advenue de ton amie, dit-il en souriant à Leticya.

Se précipitant pour récupérer son bien le plus précieux, il prit son épée d'une seule main, avant de vérifier d'un oeil expert si aucune égratinure n'était visible sur la lame autant que sur la poignée. Pas qu'il ne faisait pas confiance à sa soeur mais c'était presque un réflexe de vérifier que tout était en ordre. Finalement satisfait, il rangea l'objet de leur guerre amicale dans son fourreau.

Tournant son regard de nouveau vers les deux jeunes femmes assises de nouveau sur le banc, il ne put réprimé un sourire moqueur devant la mine fatiguée de sa soeur.

-Et bien , voilà ce que c'est de vouloir jouer avec des choses qui ne t'appartiennent pas! Il fallait y penser avant!

Evidemment, connaissant Tindomiel, il n'eut pas attendre longtemps pour l'entendre rire de nouveau, rire qui fut suivi de son propre rire, ne pouvant résister à cette démonstration de joie si soudaine.

-Quand je pense que tu as cru m'avoir, faux frère, par des manoeuvres douteuses! Tu ne recules vraiment devant rien!

-Mais quelles manoeuvres douteuses, ma chère? Je te prie de te rappeler que c'est toi qui m'a poussé dans mes retranchements. Et je n'ai fait que mon devoir de soldat en récupérant ce qui m'appartenait! C'est plutôt toi qui est douteuse, si tu veux mon avis! Rajouta-t-il en lui lançant un clin d'oeil malicieux.

Se tournant vers Leticya, il s'inclina cette fois humblement ans frioritures et dit alors:

-Pardonnez-moi ma Dame, de vous avoir ainsi pris en otage. J'espère que je ne vous ai pas offensée, dit-il en lui souriant gentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entrée du palais   Jeu 10 Jan 2008 - 2:56

Leticya, ne voulant pas s’imposer dans la discussion comme à son habitude, préféra être simple observatrice de la joute verbale qui se passait entre le frère et la sœur. Elle avait déjà assistée à ce genre de situation lorsqu’elle était plus jeune, mais elle adorait toujours autant ces petits moments.

Elle sentit la main d’Eldarion lâcher sa prise sur la sienne et vit qu’il lui souriait. Automatiquement, elle répondit à son « malfaiteur » par un sourire éclatant pour ensuite détourner la tête vers Tindomiel qui s’était assise sur le banc et alla la rejoindre.

Elle se pencha légèrement vers celle-ci et lui glissa à l’oreille un « Merci » à peine audible. Son amie allait comprendre, elle en était certaine. D’ailleurs, elles n’avaient plus besoin de mots pour se comprendre. Leur amitié allait bien au-delà de tout ça et, probablement à cause de sa descendance elfique, Tindomiel arrivait toujours à la cerner et avait une intuition que Leticya avait fini par oublier en Rohan.

Voyant qu’ Eldarion s’adressait à elle, elle se tourna vers lui et écouta attentivement ses excuses, avec, bien évidemment, l’envie de rire qu’elle réprima au plus profond d’elle. Elle traînait, plus jeune, avec Tindomiel et n’avait jamais été très proche du frère de celle-ci, mais le voir s’incliner devant elle était une situation assez comique pour elle. Leticya l’avait vu courir comme n’importe quel enfant à travers les couloirs et se faire réprimander par la gouvernante des enfants du Roi et le voir aussi poli avec elle lui semblait de trop.

Du tac au tac, elle lui répondit : « Au contraire, Sir, cela m’a fait un grand plaisir de pouvoir avoir contribuer à la revanche de ma chère amie votre sœur même si nous avons perdu. Seulement, laissez tomber les « Dame » et tout le reste. Appelez-moi tout simplement Leticya, si vous le voulez bien. ».

Alors qu’elle parlait tout en regardant Eldarion dans les yeux, elle remarqua non loin de celui-ci une magnifique fleur de couleur rose et blanc. Elle se leva, ne la quittant pas des yeux, et la cueillit délicatement d’une main experte pour ensuite revenir s’asseoir sur le banc.

- Elle est magnifique n’est-ce pas, Tindomiel?

Elle la regarda plus attentivement pour ensuite fixer son regard sur le visage de son interlocutrice.

- Et sais-tu où elle serait encore plus belle? Dans tes cheveux.

Sans attendre un seul mot de Tindomiel, Leticya se plaça de côté et entreprit de fixer du mieux qu’elle le pouvait la fleur dans la chevelure blonde de l’adolescente. Une fois cela fait, elle recula légèrement et examina son travail.

- Sublime…Tu devrais mettre des fleurs fraîches à la prochaine cérémonie donnée au palais. Je suis certaine que même ton père ne te reconnaîtrait pas. Ça te va comme un gant!

Elle se tourna, tout sourire, vers Eldarion pour savoir ce qu’il en pensait.

- Vous aimez? Après tout, vous avez votre mot à dire aussi.

Elle était tout de même craintive de la réponse. Après tout, elle trouvait que Tindomiel était en tout temps resplendissante. Peut-être que ce ne serait pas le cas d'Eldarion et qu'il ne trouverait pas cela jolie? Du moins, elle souhaitait uniquement qu'il joue franc jeu et qu'il dise véritablement le fond de sa pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Mer 23 Jan 2008 - 21:27

[Je propose de conclure ce topic puisque je pense que tout le monde est bien occupé et il vaut peut-être mieux ne garder qu'un seul topic pour nos personnages,on voit qu'on a du mal à jouer sur tous les fronts! Razz Ca n'empêche pas qu'on en refasse un à nous trois par la suite, ou bien un à vous deux même, bien entendu! Wink]

Tindomiel reprennait avec difficulté son souffle sur le banc en pierre chauffé par le soleil de cette torrde journée de fin d'été. Ses pomettes naturellement rosées étaient rouges plus que de raison et sur son front perlaient de grosses gouttes de sueurs, elle était décomposée et c'était bien de sa faute. Vraiment, une demoiselle n'avait rien à faire avec une épée entre les mains! C'était affaire d'hommes, promis, elle ne jouerait pas l'orgueilleuse sur le sujet désormais. Elle se souvenait qu'enfant, elle admirait l'épée de son père qui trônait comme une fière relique sur un mur de sa pièce de travail. On ne la descendait jamais... Ce que Tindomiel trouvait fort dommage, mais en réalité, la descendre signifiait qu'elle devait servir, donc la guerre. Il valait mieux qu'elle prenne la poussière en fin de compte... Pourtant une fois, alors que Galdarith faisait sa guerre en Ithilien _la petite fille n'en savait rien ou pas grand chose alors_ Anduril avait solenellement été décrochée. Tindomiel ne disait rien mais ses yeux ronds et brillants parlaient pour elle (elle savait bien que lorsqu'on demandait en général on avait pas. Et la règle valait mille fois plus encore pour les objets régaliens) Bref, Valtaïr l'avait autorisé à en toucher le pommeau puis à le tenir, lui laissant l'illusion de porter ladite épée alors qu'en réalité l'arme était sans aucun doute bien plus lourd qu'elle.
Ainsi donc son souvenir s'en trouvait faussé, ce n'était pas chose aisée de soulever et encore moins de manier une lame!

Elle rit de voir Eldarion s'adresser à Leticya en parlant de "dame", il devait prendre ses enseignements bien trop au sérieux! Il était bon élève, personne n'aurait pu l'en blâmer mais enfin Leticya n'était pas une "dame" voyons... Et pourtant si c'était bien ce qu'elle était, ou du moins ce qu'elle était amenée à être, mais le protocle à cela de bon de pouvoir être laissé de côté une fois le rideau de la représentation tombé. C'était le cas cet après-midi dans les jardins du Palais, il n'y avait personne pour leur rappeller ce qu'ils étaient et même si cela faisait partie d'eux, ils n'étaient jamais que trois jeunes gens réunis par des liens de fraternité pour certains et d'amitié pour d'autres...

Leticya se leva et alla cueillir une fleur. Il était vrai qu'elle était belle, elle avait même un nom: "amanisimë", "senteur bénie" ou "senteur d'Aman" ce qui revenait au même. Un plant avait été ramené par la Reine du pays d'Imldris lorsqu'elle s'était installée dans la Cité et il s'était assez bien adapté pour prospérer et donner chaque année des fleurs au parfum enchanteur.
A peine remises de ses émotions précédentes voilà que ses joues s'empourprèrent de nouveau. Tindomiel considérait l'humilité comme une vertu... qu'elle n'avait pas... Ou plutôt, disons que comme toutes les jeunes filles de son âge, il n'aurait pas été vérité de dire qu'elle n'était pas touchée, ni flattée par un compliment. Elle se savait agréable à regarder oui. Elle n'était ni diforme, ni mal faite et elle avait la chance de porter des toilettes qui faisait passer la plupart des autres vêtements pour des haillons. La chance n'était même pas tout à fait le terme... Voyons, c'était son rôle, point.


- C'est une merveilleuse idée, sais-tu?! Mais il me faudra malgré tout prendre garde aux fourmis ou aux chenilles qui peuvent s'y trouver parfois. J'imagine l'effet bien gâché si une de ces petites bêtes venait à ramper ou galoper sur mon front devant un ambassadeur...
Et comme pour répondre à ses paroles, voilà qu'une petite chenille d'un vert tendre vint à sortir de sa cachette raffinée faite de pétales pour aller faire un tour sur les cheveux blonds de la princesse. Et ce au moment bien précis où Leticya demandait justement l'avis à Eldarion sur la nouvelle parure de sa soeur. Les insectes faisaient sans doute partie du package... Razz
L'animation dans sa chevelure n'échappa pas à Tindomiel qui balaya d'un geste vif le haut de son crâne et vit la petite chose intruse retomber sur la soie de sa robe. Elle pouffa:


-Que disais-je déjà? _puis elle pointa une doigt gentimment menaçant vers son frère et son amie_ Ni gloussements, ni moqueries, ou bien je me charge de vous faire une couronne à vous aussi!

Elle retira la fleur de sa toison dorée et la reporta à sa boutonnière:

-Là! Je pourrais la garder à l'oeil et tous ses habitants! Mais prends en donc Leticya si cela te fait plaisir! Il y en a assez tu sais et je les crois volontiers tout aussi belles sur tes boucles noires...

A cet instant, le clocher sonna au loin (oui car il y a un clocher à Minas Tirith, je sais c'est étrange) et frappa quatre heures.

-Déjà? Oh l'après-midi passe si vite! Nous n'aurons pas le temps de faire la moitié de ce que j'avais prévu pour ton retour!

Tindomiel se leva et tendit sa main vers Leticya:

-M'en voudrais-tu de te faire quitter la fraîcheur des jardins?

Puis elle se retourna vers Eldarion:

-A ce soir, mon frère. Pense à m'accorder un moment avant la nuit, j'aurais à te parler...

Son air se voulait mystérieux, voire peut-être même dangereux. Mais qui peut avoir l'air dangereux lorsqu'un chenille vient juste de lui ramper sur le crâne? En réalité, Tindomiel restait alarméepar cette annonce qu'il avait fait, pourtant en jouant. Il allait repartir? Oui mais où? Et pourquoi? Le coeur de la jeune fille battait plus fort à cette idée.
Après les événements du soir précédent à la table du roi avec un certain conseiller hobbit, une ombre angoissée planait au dessus d'elle et la présence seule d'Eldarion lui apportait un certain réconfort. Avec son égoïsme d'enfant, elle ne voulait pas le voir s'en aller. Elle y survivrait bien sans doute, mais son esprit n'arrivait pas à différencier "devoir" d' "abandon"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldarion



Nombre de messages : 255
Age : 27
Race, Pays : Homme, Gondor
Metier : Prince héritier du trône de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 30/08/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: .:Peu importe la façon, l'amour triomphe toujours... :.
**Aime/N'aime pas**: Sa douce Kahlan, Taquiner sa soeur^^, s'entrainer au combat à l'épée avec Locklear.../ la jalousie de sa soeur, certains choix de son Père...

MessageSujet: Re: Entrée du palais   Sam 9 Fév 2008 - 21:08

Il était vrai que par habitude, le jeune Prince traitait avec égard chacune des personnes qu'il fréquentait et, de part son enseignement, devait donc se montrer respectueux et poli envers les femmes d'un certain rang. En réalité, il connaissait depuis longtemps Leticya mais c'était sans vraiment y penser qu'il avait utilisé le terme de "Dame" pour la désigner... Et puis il fallait dire qu'il s'était plutôt bien pris au jeu du chevalier servant... Ecoutant avec bienveillance les paroles de Leticya, Eldarion lui sourit gentiment et remettant machinalement en place sa tunique, il répondit tout simplement:

"Comme vous voulez, Leticya."^^

Quand celle-ci se mit à marcher en direction d'un parterre de fleurs, Eldarion ne put que remarquer son son goût pour les plus jolies fleurs car elle venait de prendre entre ses mains une amanisimë, beauté au parfum unique... Alors que son regard s'égarait sur les couleurs gaies des fleurs, Eldarion pensait dans un sourire que la beauté de celles-ci n'était rien comparé à celle de sa soeur... Du moins à ses yeux...
C'est alors que Leticya mis la fleur dans les cheveux de Tindomiel et en prenant la parole, le Prince héritier sortit de ses pensées, se tournant vers les deux jeunes filles tout sourire.


Citation :
- C'est une merveilleuse idée, sais-tu?! Mais il me faudra malgré tout prendre garde aux fourmis ou aux chenilles qui peuvent s'y trouver parfois. J'imagine l'effet bien gâché si une de ces petites bêtes venait à ramper ou galoper sur mon front devant un ambassadeur...

C'est à ce moment précis -évidemment- que Leticya demanda l'avis de ce cher Prince... Le même qui, en ouvrant la bouche pour répondre qu'elle avait entièrement raison et que cette fleur ne faisait qu'accroitre la beauté de sa soeur, resta bouche-bée quand une petite créature verte se mit à ramper précautieusement sur la belle chevelure dorée....

"Moi-même je trouve que..."

Passé le moment de surprise, un sourire moqueur se dessina sur le visage encore jeune du Prince qui s'apprêta à lancer une bonne réplique quand le doigt menaçant de Tindomiel se posa sur lui et Leticya. Se retenant avec peine de rire il lança un regard amusé à Leticya, qui, elle-même, devait trouver ça un brin aussi drôle que lui...

"Vraiment... Tu es... magnifique, chère soeur, je ne pourrais dire mieux!"Dit-il ,évidemment, sans une once d'ironie...

Une fois passé ce petite moment d'égarement, Tindomiel proposa une fleur à Leticya et alors qu'Eldarion, une fois de plus, semblait s'être égaré dans ses pensées ou plutôt assailli par tout ce qu'il savait devoir encore faire avant son départ, fut réveillé par le clocher. Sursautant légèrement, il se tourna vers Tindomiel qui lui dit alors:

Citation :
-A ce soir, mon frère. Pense à m'accorder un moment avant la nuit, j'aurais à te parler...

Pendant un instant leurs regards se croisèrent et Eldarion sut qu'ils allaient effectivement avoir une grande discussion dans leurs chambres après le dîner... Resté à savoir ce qu'il allait bien pouvoir dire... Car il n'avait pas droit de révéler l'objet réel de son départ. Le fait de devoir mentir à sa soeur le haissait mais leur Père lui-même lui avait recommander la plus grande prudence.

"Bien, à ce soir, Tindomiel..."

Le regard qu'il lui lança était bienveillant et plein de tendresse mais quiconque le connaissait vraiment aurait vu que ce départ proche le torturait plus qu'il n'y paraissait... Une fois que les filles se furent éloignées, Eldarion rentra tranquillement à l'intérieur du Palais, ruminant des idées noires mais tout de même fier d'avoir été choisi par son Père pour cette mission..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entrée du palais   Aujourd'hui à 23:26

Revenir en haut Aller en bas
 
Entrée du palais
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Palais de Caras Galadhon
» demande gif entrée
» Le palais Sans-souci en Danger
» (Haïti-Diplomatie) Le Palais veut des diplomates vendeurs
» Le Palais National un symbole puissant dans la mémoire collective

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: GONDOR :: Minas Tirith - La cité du gondor :: La citadelle-
Sauter vers: