AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 En Lothlorien, après un long voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: En Lothlorien, après un long voyage   Mar 30 Oct 2007 - 21:19

Tarfëaliorn avait apprit, alors qu'il se trouvait sur les contreforts du pays d'Angmar à présent détruit que sur cette terre maudite et ravagée par les guerres se trouvaient d'autre elfes comme lui. Ces elfes venaient du Beleriand, la terre disparue. Il ignorait qui le lui avait dit dans ces contrées isolées. Tous ce qu'il savait c'était à Imladris se trouvait le grand seigneur Elrond, et qu'en Lothlorien étaient Galadriel, la grande dame d'Aman. Tarfëaliorn se sentait apaisé.
D'autres elfes comme lui vivaient sur ces terres. Il fallait qu'il les rencontre. Il se le devait. C'était donc à cheval depuis l'ancien Angmar qu'il traversa la terre du milieu. Après avoir traversé l'Arnor, passé près de la mysterieuse Comté. Après avoir traversé le Gwathlo, puis les monts brumeux par le col de Caradhras comme beaucoup d'autre elfes avant lui, il arrivait devant les bois de Lorien.
La Lorien, si grande et pourtant si méconnue. Il savait que cette région était constamment surveillé. Il n'ignorait pas que la zone était sans cesse surveillé par des elfes majoritairement plus blond les uns que les autres. C'était inevitable, lui et sa chevelure chatain ne pouvait ne se faire que remarquer. Qu'importe. Il lui fallait continuer à s'engouffrer dans les sombres bois. Les archers de Lorien, s'il avait de la chance ne le tiendraient pas en joue. Il lui fallait atteindre Caras Galadhon. Il voulait voir la belle cité arboricole et enfin, voir les elfes qui comme lui avait connus l'ancien Beleriand.
C'était etrange pourtant. Cela faisait un long moment déja qu'il avait debuter son parcours dans la foret et aucun gardes à l'horizon. Enfin, si on peut parler d'horizon. Des troncs d'arbres partout. Quoi de plus normal pour une foret. Soudain, au détour d'un sentier, Tarfëaliorn entendit des chants et des lumieres apparurent au loin. Enfin, C'était Caras Galadhon. Il avait reussit son periple. Mais hélas, alors qu'il parvenait enfin à apercevoir les haut Mellyrns, des gardes lourdement armés l'interpellerent et l'encerclerent.


- Je suis Tarfëaliorn Belagorn de Doriath. Je viens de Lindon et je ne souhaite qu'une seule chose, pouvoir entrer plus loin en Lothlorien.

Cela semblait hélas ne pas suffire pour les archers de Lorien qui ne bougeaient pas. Il était toujours encerclé et s'il ne faisait qu'un simple geste, il risquait, même s'il était aussi dans la famille des Eldar, de se faire prendre en joue et pis encore. Peut-être risquait-il d'être tuer par ces même archers.
Revenir en haut Aller en bas
Nessameldë



Nombre de messages : 1963
Age : 30
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: En Lothlorien, après un long voyage   Mer 31 Oct 2007 - 2:31

Le vent faisait bruisser les longues feuilles de la Lorien. Le vent, vraiment? Pour tous ceux qui avaient déjà pu fouler l'herbe verte du Bois d'Or, il n'aurait pas été sot d'y réfléchir à deux fois. On disait que les yeux et les oreilles du Seigneur et de la Dame, peut-être même leur parole, étaient partout dans la forêt.
Et en effet, l'étranger ne l'était plus vraiment pour les quelques dizaines d'yeux qui scrutaient le moindre de ses mouvements, arc bandé et flèches luisantes sous la lune. L'obscurité n'entravait pas leurs mouvements, ni ne gênait leur observation.
L'étranger contemplait à présent la splendeur de Caras Galadhon piquée de milliers de joyaux pâles, si bien qu'on aurait pu la confondre avec la voûte céleste elle-même.

Pourquoi si loin? Ou plutôt pourquoi si près? Les gardiens de la Lothlorien tiraient bien avant que Caras Galadhon soit à vue. Mais l'étranger portait quelque chose en lui. Quelque chose qui leur faisait dire à tous que ce ne serait pas péché que de lui laisser le privilêge de porter le regard sur la merveille des merveille.

Mais avant qu'il n'aille plus loin, il leur fallait savoir, il leur fallait se montrer. Leurs sandales ne déplaçèrent aucune branche, ni aucune feuille lorsqu'elles touchèrent le sol avec grâce et légéreté.
Pourtant, l'étranger sentit leur présence et fit volte-face. Une voix grave et profonde comme le ruisseau de montagne s'éleva du petit groupe de soldats:

- Daro! Man eneth lìn? (Arrêtez-vous! Quel est votre nom?)

Voix qui n'était pas menaçante mais imposante par nature. Nendil, chef du petit groupe s'avança d'un pas alors que ses comparses ne bougeaient pas d'une pointe d'oreille. L'inconnu avait tout intérêt à se livrer au jeu de la vérité s'il ne voulait pas avoir à écouter le chant des cordes elfiques dont on vantait pourtant la pureté.

L'inconnu répondit. Dans leur langue bien sûr. Oui, il était de leur race. Mais il y avait plus encore. Une certaine lueur, Nendil aurait pu sans crainte parler de celle d'Aman, éclairait ses traits. Sa voix était comme les ridules sur la coupe d'un arbre, on pouvait deviner son ancienneté.
Doriath, il disait venir du grand Royaume de Thingol et de Melian? Voilà qui expliquerait l'aura qui l'entourait. Le garde en fut un peu déstabilisé, mais pour bien peu de temps. Il répondit à nouveau:


- Perdue est Doriath et bien loin est le Lindon. Qu'est ce qu'un sujet du vénérable Cirdan viendrait faire si loin de ses terres?

Il l'observa de pied en cap, lui laissant le temps de répondre, puis devinant ça et là sous sa cape et sous ses effets personnales quelques objets coupant, tranchant ou perçant, il dit:

- Avant que de considérer vous mener par devant nos Seigneurs, déposez vos armes _toutes vos armes_ à vos pieds, s'il vous plait.

Le ton était courtois. Nendil ne savait trop... L'Elfe n'était jamais venu auparavant, du moins de l'existence du jeune garde, mais peut-être était-il une lointaine relation des Seigneurs, du tant du Beleriand? Mieux valait se montrer ferme, mais point outrageant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En Lothlorien, après un long voyage   Mer 31 Oct 2007 - 14:02

Tarfëaliorn avait pu remarquer le ton courtois qu'utilisait le bel elfe qui semblait être le chef de cette garde. Il le regarda droit dans les yeux.
Ces elfes étaient si pâles et leurs beauté bien differente d'antan. Tarfëaliorn enleva delicatement l'épée de son fourreau. Elle semblait si ancienne. Elle venait de Doriath et appartenait à son père. En tant que parent d'Elu Thingol, il avait du sang royal et cette épée venait du Roi lui même qui la lui avait donner en mains propres. Il regarda l'Eldar plus précisement de sa haute stature de Sindar puis, posa son épées sur le sol, dans le somptueux tapis de feuilles qui recouvrait la belle forêt.

Il se releva avec majesté. Il était parent des Rois de Lothlorien. Il se devait de les rencontrer. Il sentit que les archers ne lui feraient aucun mal. Ils n'en avaient pas la puissance, ni le courage. S'attaquer à un Elfe de Doriath était une chose risquée et même s'ils avaient vécus toute leurs vie dans la forêt, jamais ils n'avaient connus l'immense royaume caché.

La forêt était leurs domaine mais elle l'était moins que pour Tarfëliorn. Les arbres pour lui n'étaient pas qu'un simple refuge. Ils étaient beaucoup plus. C'étaient des amis en qui il pouvait compter. Il respira profondement puis avança lentement vers le chef des archers.


- L'unique épée qui sur sol se trouve et l'unique objet qui me rattache à ma terre. L'unique objet que voici vient de Doriath qui dans mon coeur demeure. L'unique épée que voici n'est plus une arme depuis longtemps.

Il s'avança encore jusqu'à se trouver à moins d'un metre de l'Elfe. Il le regarda de toute sa splendeur. Jamais il n'était entré en Lothlorien. Jamais il n'avait vécut dans les foret de par delà les montagnes et pourtant, il se sentait comme chez lui. C'était comme si la forêt l'invitait à continuer son voyage en son sein.

- Laissez-moi passer je vous en pris. Les terres de l'ouest sont mon passé, mais les terres de l'Est sont mon avenir.

Tarfëaliorn avait bien remarquer que l'Elfe que les archers appellaient Nendil lui avait parler avec courtoisie et c'était donc avec courtoisie qu'il lui demandait de lui laisser la liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Nessameldë



Nombre de messages : 1963
Age : 30
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: En Lothlorien, après un long voyage   Jeu 1 Nov 2007 - 19:06

Même si le visage des Elfes qui entouraient l'inconnu demeurait impassible, ils n'avaient pas été sans remarquer ce que Nendil avait lui aussi pressenti. Les Eldar connaissent le mensonge et s'ils peuvent l'imposer à d'autres races, ils ne peuvent empêcher que leur coeur soit sondé par les leurs.
Il disait vrai lorsqu'il parlait de Doriath car ne peut avoir cette flamme dans la voix que celui qui y a véritablement erré. Nendil le savait bien car sa mère était jadis du royaume de Thingol et de Melian et l'étranger parlait comme elle le faisait, comme le faisait également le Seigneur Celeborn et la Dame Galadriel qui y avaient longuement séjourné eux-aussi.

Le soldat se retrouva à empoigner l'épée déposée sur le sol avec déférence avant de se redresser et de dire simplement avant de passer par devant l'Elfe:


-Tolo, ae anìrach... (Venez, si vous le souhaitez...)

Aussitôt, comme un seul homme, les pointes d'argent des flèches elfiques s'abaissèrent et l'on escorta le nouveau venu dans la descente vers Caras Galadhon.

Le voyage se fit en silence, mais y avait-il seulement besoin de parler? Les chants clairs qui s'élevaient entre les branches et les hautes cimes de la capitale flottaient dans l'air doux du soir, les lumières luisaient come des guirlandes d'étoiles suspendues à croire que Varda elle-même les avait détachées pour orner la cité éternelle. Le chant que l'on psalmodiait à cet instant était d'ailleurs une de ses multiples louanges, il y en aurait jusqu'au lever de la Soleil.

Alors que le petit groupe amorçait son ascension du plus grand mallorn, Nendil ouvrit la bouche:


-Nos Seigneurs sont absents de nos terres pour de longues semaines, mais soyez sans crainte, vous recevrez l'hospitalité de tous les Galadhrimm sans réserve.

Ils n'étaient pas encore tout à fait parvenu au sommet de l'arbre majestueux que le soldat s'arrêta et le petit groupe fit de même. En silence toujours. S'ensuivit une attente qui parut longue aux Eldar mais qui pour des yeux humains n'aurait semblé duré que quelques secondes.
Nendil revint, ouvrant la voie à un second personnage, tout de soie blue vêtu. (beuh c'est qui?! Razz)

Un personnage qu'il était difficile de ne pas appercevoir dans tous les coins et recoins de la capitale, surtout lorsque la Dame était au delà de la lisière du Bois.
Depuis longtemps on partait de la Lorien plus qu'on y entrait et aussi, événement rare à observer, Nendil avait pu lire de l'étonnement, voire même de la surprise sur les traits de Nessameldë. Plus encore lorsqu'il fit mention de Doriath.
Aucun messager de Cirdan n'avait été annoncé auparavant. Le tout valait bien que la dame s'extirpe de son action de grâce à Elbereth.


L'Elfe s'inclina lentement devant son congénère et dit de sa voix posée:

- Le suilòn, muindor. (Je vous salue, "frère")
Mon nom est Nessameldë. Que peut la Lothlorien pour vous?

A elle non plus, l'aura de l'étranger n'avait pas échappé. Il portait sur lui ce qu'on ne voyait plus guère chez les Elfes qui demeuraient encore sur les terres à l'Est de la Mer: la mémoire des temps passés, d'un monde perdu depuis longtemps... Dans son coeur bien éprouvé et las par des siècles d'existence, Nessameldë se piqua de curiosité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En Lothlorien, après un long voyage   Ven 2 Nov 2007 - 15:43

Tarfëaliorn s'arreta devant la belle Elfe. Elle avait en elle une aura des plus fabuleuse. Elle était si eclatante,à l'image de la belle cité cachée. Il en était sur, la femme qui se trouvait devant lui ne pouvait être qu'une Noldo de Gondolin aux sept noms. Il a regarda droit dans les yeux.
Les siens semblait petiller d'un feu ardent. Il avait enfin reussi à trouver ce pourquoi il avait traverser la terre du milieu. Ici, sous la voute majestueuse des arbres de Lorien se trouvait une Eldar de l'ancien monde, une eldar de Beleriand. Son souffle semblait s'être coupé devant cette elfe si pleine de grâce. Il s'approcha lentement puis s'abaissa devant elle en un signe de profond respect.


- Je vous salut dame de Beleriand. Je viens de par delà les sombres Monts Brumeux. Je viens d'Ossiriand a présent Lindon pour rencontrer, comme moi, un être des terres disparues.

Cela ne se voyait pas sur son visage, mais la vue d'une eldar en Lorien venant des terres de l'Ouest emplissait de bonheur le coeur et l'esprit de Tarfëaliorn qui, toujours couché parmis le tapis de vertes feuilles de la forêt avait un profond désir de parler à cette dame si ancienne, si pure.
Toujours dans les feuilles, il regardait la femme avec encore un profond respect.


- Je vous ai chercher depuis fort longtemps gente dame. J'ai parcouru le monde dans l'espoir de rencontrer d'autre survivant de l'ancien monde.

Tarfëaliorn se releva avec grace après s'êtr prosterné devant la belle elfe. Il reprit son épée, Belagalen entre ses mains et la replaça doucement dans son fourreau. Il regarda la femme avec admiration.

[hj : je ne pouvais pas répondre autre chose pour le moment]
Revenir en haut Aller en bas
Nessameldë



Nombre de messages : 1963
Age : 30
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: En Lothlorien, après un long voyage   Dim 4 Nov 2007 - 0:43

Il était certain pour les soldats qui entouraient les deux Elfes, et qui n'avaient jamais connu l'ancien monde tel qu'il était avec la Grande Colère, qu'il se passait chose fort étrange. Les merveilles de Beleriand se lisaient à jamais dans les yeux de celui qui avait eu la chance de les contempler et il n'était pas difficile de reconnaître un survivant de ce temps là lorsqu'un même survivant en voyait un...

Dans les traits de l'Elfe qui se présentait devant elle, Nessameldë reconnaissait presque tous ensemble: son père, son époux, les seigneurs Turgon, Celeborn, Cirdan et Elrond, et tous les Eldar qu'elle avait pu connaître avant la chute de Beleriand et de Morgoth. Plus que la grâce naturelle et innée que l'on voyait en tous les Premiers-Nés, ceux-ci portaient toujours une beauté supérieure qui témoignait des jours bienheureux qu'ils avaient pu vivre, même si l'éternité les avait marqué de son sceau de peines et d'épreuves. Il y avait cette petite étincelle de sagesse qui s'était perdu au fil des générations et que les jeunes pousses elfiques avaient perdu.

La joie du nouveau venu était lisible sur son visage qui s'était éclairé comme il avait reconnu en elle une ancienne de ce monde. Oh pourtant! Elle n'avait pas été à Valinor, n'avait pas connu la lumière des Arbres, ni la malédiction de son peuple par les Valar! Pourtant, il lui avait été donné une seule et unique fois de pouvoir entr'appercevoir l'éclat d'un Silmaril qui demeurait à jamais graver au fond de ses prunelles.
Un sourire glissa sur ses lèvres roses:


- Et nous sommes si peu! Si peu du moins sur les terres de l'Est... Les nôtres sont depuis bien longtemps retournés vers la Terre Bénie où ils profitent à jamais de la félicité des Valar. Il faut que nous soyons fous pour y préférer l'ombre et le danger d'Ennor...

Il fallait bien qu'elle soit folle oui, pour ne pas préférer la paix du jardin d'Estë et la paix de son âme... Avant que la mélancolie inhérente à ces années de bonheur autant que de souffrances ne la prenne comme à chaque fois, Nessameldë dit:

- Il est triste que la Dame et le Seigneur de ces lieux ne soient pas présents pour l'heure, la rencontre d'un de leurs frères est toujours source de joie à leur coeur! Puis-je connaître votre prénom, seigneur? Vous qui êtes, dès à présent et pour le temps qu'il vous plaira, l'hôte de la Lorien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En Lothlorien, après un long voyage   Dim 4 Nov 2007 - 14:39

Tarfëaliorn regardait toujours la belle Eldar qui semblait sourire. Elle était si belle et dans son regard on pouvait y voir la splendeur des pays de jadis. Lui aussi semblait si heureux d'avoir enfin pu rencontrer une autre personne comme lui lui.

Certe en Lindon il y avait maintes elfes venant des anciennes terres mais qui pour la plupart étaient nés et avaient grandit en Ossiriand. Ils connaissaient les souffrances des elfes des terres occidentales mais hélas, ils ignoraient tous des splendeurs des royaumes perdus.

En Lindon, Tarfëaliorn était tristement celebre pour ses merveilleux contes du temps passés. Il aimait raconter, et ceux avec son coeur emplie de sentiments profond pour son pays, les légendes de Doriath la grande et de Gondolin l'imprenable. Il oubliait sa vie faite de malheur et narrait, tel un conteur de Kor les aventures des seigneurs d'hithlum, ceux des Falas et de Brethil. Parfois même, dans ses rêves les plus fous, il imaginait le temps où Eru Iluvatar ramenerait son monde à la vie même si cela était impossible.
Et là, dans la belle foret de Lorien, sous ses yeux, il pouvait contempler ses rêves, ses espoirs mais aussi ses craintes. L'elfe qui lui souhaitait la bienvenue en ces terres protegées était pour lui comme une renaissance de tout un monde.
Il lui fit un leger sourire respectueux avant de dire :


- Tarfëaliorn Belagorn de Doriath est mon nom.
Mon coeur est à la fête gente dame. Vous rencontrer est pour ma personne un cadeaux des valar.


Il regardait la belle elfe avec plein d'humilité puis, regardant autour de lui, pouvant sentir le parfum des douces fleurs eternelles de Lorien et écouter le chant majestueux des oiseaux et des eldar dans les mallyrn, il reprit parole :

- Nul noldo, sindar ou teleri restant en ces lieux faient de malheur n'est fou. Aimer ces lieux est fort comprehensible pour qui sait voir la beauté et la joie qui se cachent derriere la tristesse et la laideur.
A présent vous connaissez mon nom mais j'gnore toujours le votre gente dame de Lorien.
Revenir en haut Aller en bas
Nessameldë



Nombre de messages : 1963
Age : 30
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: En Lothlorien, après un long voyage   Lun 5 Nov 2007 - 16:20

[
Citation :
Mon nom est Nessameldë. Que peut la Lothlorien pour vous?
Bah et ça c'est quoi?! Alzheimer menacerait-il les Elfes?! Razz Bref je détourne la question! Wink]

Une demoiselle à la beauté d'argent se tenait non loin de Nessameldë, délaissant un instant son interlocuteur, l'Elfe se tourna vers elle et lui glissa une petite consigne en quenya. Thinwen (et là j'espère que Vardy ne m'en veut pas d'utiliser sa douce! Razz) se faufila comme une plume entre les étages et s'en fut nul ne sut où.
Nessameldë se dirigea vers une banquette sculptée avec art dans le plus fin des bois d'Arda et invita Tarfaëliorn à faire de même sur un siège tout semblable.


- Depuis des temps immémoriaux, je partage le sort de la Dame Galadriel que je sers avec loyauté et fidélité. Les épreuves de la vie nous ont lié d'amitié autant que de confiance et je mets mes modestes talents à l'aider dans sa tâche...

Elle eut un sourire triste:

- Vous qui venez de Lindon, vous savez bien plus que nous autres de la forêt, que les nôtres partent toujours plus nombreux vers Aman et qu'un jour viendra où ce sera notre sort également.

Bien que son âme torturée par l'absence des êtres chers s'en trouverait appaisée, elle souhaitais ce moment autant qu'elle le redoutait. Plus le temps passait, plus elle se demandait si son retour vers l'Ouest ne se ferait pas dans les cavernes de Mandos.
La dame leva ses yeux brillant des larmes refoulées vers la cîme d'or des mellyrn et vers les chants des siens:


- Alors que restera-t-il de la Lothlorien lorsque les chants se seront tus? L'elanor et le niphredil pousseront-ils toujours dans les clairières? Las, pour nous déjà maintes fois exilés, n'y a-t-il donc pas de repos? (Ness, tu as oublié ton Prozac ce matin... Mr. Green)

Thinwen revint avec deux autres jeunes vierges qui portaient douceurs elfiques, liqueurs et infusion, et coupes d'argent. Elles présentèrent ces mets à leur hôte qui fut prié de se servir pour appaiser la fatigue du long voyage qu'avait dû être le sien. Puis, alors que Tériam (Thinwen) allait se retirer, Nessameldë lui demanda de s'asseoir à son côté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vardë Moredhel



Nombre de messages : 1275
Age : 25
Race, Pays : Elfe Nandorin, banni de la Lorien
Metier : Vagabond mercenaire
Date d'inscription : 27/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Dites, mon Prince, à propos de votre père... Galadriel, Lothlorien, vous situez plus ou moins? hé bien, il se trouve que...^^
**Aime/N'aime pas**: Regarder la Soleil se lever/Tomber comme un cheveu dans la soupe

MessageSujet: Re: En Lothlorien, après un long voyage   Lun 5 Nov 2007 - 23:03

[Meuh non, Vardy ne t'en veut pas! Il est très content qu'on ne relège pas sa Juliette au placard^^.]

_________________

Interpète également Ellendaë Hildorwen, Elladan & Elrohir & Elrond et Aran des Sables
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troupeymaje.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En Lothlorien, après un long voyage   Jeu 8 Nov 2007 - 21:38

[ahahah désolé^^en effet oui...je soupçonne Tarfëaliorn d'être malade...il va falloir enqueter pour le prouver maintenant^^]

Tarfëaliorn regarda la belle Dame parler de ses craintes. Cela était fort normal. Que serait ce monde tant chérie et tant haït après leurs départ fort proche. Ils avaient toujours vécu dans ce monde fait de guerres mais aussi de joies. Ils ne connaissaient rien d'autre et la belle terre immortelle n'était pour eux qu'un doux rêve, un conte raconté par les plus anciens.

Lui même ne se l'avouait pas mais il en avait très peur. Comment pouvait être ce monde ? Tirion la grande en Aman était-elle si merveilleuse ? Et, serait-il accepté aux rivages blancs ? Il se le demandais constammement. En Lindon, à chaque journée, les Eldars quittaient ce monde par milliers.
Chaque jour des flottes immenses telle des armées immortelle s'en allaient rejoindre un monde innaccessible pour tout oriental. Ils se devaient de traverser Belegaer, la grande mer, si froide et terrifiante.

Cette traversé était la pire crainte de Tarfëaliorn et l'idée de quitter ces terres pour la mer obscurcissait chaque jour davantage son coeur. Il avant tant apprit à la detester que savoir qu'elle était son salut était pour lui une chose d'impensable.


- Les mellyrns aux feuilles d'or pousseront un temps encore puis, tels des papillons pousseront et disparaitront pour ne devenir qu'un lointain souvenir. Comme les coquelicots d'Eregion, l'elanor et le niphredil deviendront éphemères puis, un jour, seules les plantes qui par les hommes maintes fois furent détruites pousseront en ces terres. [defaitiste^^]

Tarfëaliorn regardait la jeune Tinwen avec sympathie. Elle n'avait pas d'aura lumineuse comme lui et Nessameldë. Elle était surement née en Lothlorien et n'avait connue que ces bois enchanteurs.

- Point de repos pour les noldor de Beleriand. La paix eternelle est inconnue pour les sindar et teleri d'Ossiriand et des Falas dame Nessameldë. Vous qui venez des anciennes terres devriez le savoir. Jamais le long repos nous connaitrons. Les blessures de notre monde sont inguerissables.
Nous devons apprendre à vivre avec nos maux qui chaque jour nous rongent un peu plus.


La perte de Doriath était toujours présente en son coeur. Il n'avait point pu faire le deuil de ses parents et de patrie disparue. Il en était incapable. Cela lui était impossible. Il avait tellement apprit à aimer ces terres et à les detester qu'il se sentait comme une feuille sur l'immense arbre nommé Ennor. Il vivait avec elle et, si par malheur cela lui arrivait, mourrait aussi avec elle.

- Souffrez-vous encore la perte de votre pays gente dame qui, je le perçois, de la belle Gondolin à pu survivre ?
Revenir en haut Aller en bas
Nessameldë



Nombre de messages : 1963
Age : 30
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: En Lothlorien, après un long voyage   Lun 12 Nov 2007 - 13:57

Gondolin... A la mention de ce nom, la coupe remplit de nectar qu'elle portait doucement à ses lèvres se mit à trembler imperceptiblement.

Les paroles du grand Elfe qui venait comme elle des terres aujourd'hui submergées étaient comme un écho à ses propres craintes et à ses propres douleurs. Comment elle, qui avait déjà vu tant et tant de défaites, de pertes et de départs pourrait-elle encore espérer le bonheur sur ces terres. Oh bien sûr, il ne lui en fallait pas beaucoup pour que chaque journée en Lothlorien ne ressemble à un rêve envoyé par les Valar. Ce matin-là par exemple, sa journée avait débuté au son du chant d'une mésange perchée sur une branche basse. De quoi peut-on donc bien s'émerveiller au cours de son septime millénaire d'existence si ce n'est des choses les plus simples?


- Les maux dont vous parlez, je les porte en moi depuis bien trop longemps et pourtant jamais mon coeur ne s'y est résolu. Et aussi pénible que soit pour moi d'abandonner ce pays qui est devenu le mien par nécessité d'abord, puis de coeur ensuite, je crois les Terres de l'Est trop profondemment marquées par leur destin.
Ceux de mon peuple ont été maudits avant que de se diriger depuis Aman vers les Terres du Milieu et nombre d'épreuves ont-ils dû affronter avant d'y parvenir. Les Noldor n'on jamais pu trouver la paix où que ce soit à l'Est de la Grande Mer et ce sera le cas tant que les derniers d'entre nous n'auront pas obtenus le pardon des Valar... Pardon qui ne se fera qu'à notre retour sur les Terres Immortelles... Vous voyez que le chemin des Enfants d'Illuvatar sous les étoiles est déjà tracé...



Le prix pour avoir défié les Puissants était lourd et bien que Nessameldë n'avait pas connu ces jours sombres, elle n'avait jamais cessé d'éprouver du ressentiment à l'égard de Feänor et de sa lignée qui avait causé tant de mal aux siens et qui, d'une certaine manière, n'étaient pas étrangers à bon nombre de ses malheurs. Si elle portait la malédiction comme chaque enfant du peuple des Noldor, elle n'en demeurait pas moins fervente fidèle des Valar et peut-être même plus que la nécessité ne l'exigeait...

Après avoir un moment éludée la question qui avait semé un grand trouble dans tout son être. Nessameldë se redressa un peu plus sur son siège et se tut longuement avant de rassembler ses émotions et de parler:


- La Cité aux Sept Noms, merveille des merveilles de ce côté de la Mer, a disparu avec la plus grande cruauté qu'aucun mot d'Elfe ou d'Homme ne saurait qualifier jamais. Aujourd'hui encore, je ne puis penser à tant de beauté et de félicité anéanties sans sentir mon coeur saigner. Mais plus que la perte de ses belles pierres blanches et éclatantes comme des gemmes, il y en a d'autres qui lui sont liées et qui ne pourront pas trouver de guérison.

Une nouvelle fois, elle but un peu de son nectar sans y trouver pourtant de plaisir. Pour la jolie Tériam à son côté, la dame demeurait un mystère à bien des égards mais s'il y avait une chose qu'elle n'ignorait pas, c'était qu'en sa présence des sujets se devaient d'être gardé clôs derrière le voile du silence. Comme une statue faite de cendres, Nessameldë, par une seule bourrasque d'un vent pernicieux aurait pû tomber en poussière.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En Lothlorien, après un long voyage   

Revenir en haut Aller en bas
 
En Lothlorien, après un long voyage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Repos après un long voyage
» Retour d'un long voyage...
» Nuage de Perle ? Je suis partie, pour un long voyage, sans aucun baguage...? EC
» ? Un petit pas en avant peut être le début d'un long voyage ?
» reveil après un long voyage(PV Plumes des Neiges+libre )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: RHOVANION :: Lothlorien-
Sauter vers: