AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Chevauchée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gandalf

avatar

Nombre de messages : 128
Age : 29
Race, Pays : Istar, Valinor (Hypothétique)
Metier : Messager des Valar
Date d'inscription : 28/09/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: En cas de problème, toujours suivre son flair!
**Aime/N'aime pas**: L'herbe à pipe/ Le mensonge

MessageSujet: La Chevauchée   Mar 18 Déc 2007 - 23:11

La nuit commençait à déposer son voile sur les cîmes des Monts Brumeux, elle en atteindrait les racines dans quelques minutes seulement.
Le cavalier nacré chevauchait depuis maintenant presque une semaine, se reposant la nuit, quand il le semblait judicieux, et la journée quand la nuit était trop noire.
Mais l'Hiver était là, et ses vents violents dispersaient les nuages, révélant un ciel piqueté d'étoiles d'argent, qui semblaient se languir éternellement dans leur prison astrale.

Gandalf finit par ralentir, les Monts Brumeux étaient désormais derrière lui, bien que leur impostante stature le dominait encore, comme des sentinelles surveillant un individu louche...
Gripoil réclamait du repos, et le magicien dut reconnaître qu'il lui falait également faire une pause.
Il avait un peu dévié vers Fangorn, sans vraiment l'avoir voulu. Les arbres sombres et torturés constituait un abri, certes, mais il y avait dans Fangorn des dangers bien plus grands que de simples voleurs ou bêtes.

Le magicien blanc laissa choir son bâton, ainsi que son chapeau et sa cape de voyage grise. Prenant le temps de s'étirer un peu, de baîller, et de faire revenir un peu de sang dans ses jambes, il s'engouffra ensuite sous le couvert des arbres, afin de récolter du bois mort.
Il n'eut pas trois mètre à faire pour entrouver plus qu'il ne lui en faudrait pour faire un bon feu.
Mais avant de faire poindre la moindre falmmèche, il se touran vers la forêt, et mumura aux arbres les plus proches...

Bien que les paroles soit incompréhensibles, elles eurent un effet visible sur les habitants de Fangorn, qui passèrent de l'état voutés et menaçant, à une posture bien plus accueillante et fière.

Gandalf alluma son feu d'un mot, et Gripoil et lui se rassemblèrent devant.

Le silence était épais, aucun oiseau ne piaillait dans la forêt, aucune bête ne vagabondait parmi les fourrés.
Pourtant, le vieil homme ne pouvait s'ôter l'impression d'être observé...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nessameldë

avatar

Nombre de messages : 1963
Age : 31
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: La Chevauchée   Lun 24 Déc 2007 - 1:58

La lune, ronde et belle, se dissimulait pudiquement aux yeux des habitants de la Terre du Milieu derrière un voile de brume venu de la terre elle-même. Il semblait que les plaines, les rivières et les forêts flottaient sur le même nuage envoyé par Sulimo, ou peut-être bien Irmo, pour laisser s'envoler les rêves des enfants d'Illuvatar.

Il était tard, la nuit était épaisse et Nessameldë ne se sentait plus le coeur de voyager un peu plus loin. Voilà quatre jours qu'elle et sa monture avaient quitté les frontières de Lothlorien pour s'aventurer vers l'Ouest. La dame voyageait rarement pour le plaisir _quelle paix pourrait bien ressentir son âme loin de sa chère forêt?!_ plutôt par nécessité. Son point de mire était Imladris et la demeure d'Elrond, envoyée par sa maîtresse pour porter hommage de la Lorien à leurs frères de l'Ouest, la gaieté n'était donc pas exclue de cette chevauchée.
D'ailleurs depuis son départ, ni Anarfin, ni elle, n'avaient ressenti de fatigue ou de lassitude et c'était donc la première fois en plusieurs jours qu'elle posait pied à terre. L'orée de Fangorn se profilait devant ses yeux. Cette forêt ne lui inspirait ni quiètude, ni protection comme le Bois d'Or car il était sombre et l'on ne pouvait, en levant la tête, voir le ciel entre ses branches noueuses agitées par d'autres forces que le vent. Pourtant, elle renfermait les créatures de Kementari, Valie chère au coeur de l'Elfe, et pour cela, ce n'était pas sans fascination qu'elle observait la cîme des arbres millénaires.

Lentement, elle s'avança, Anarfin à ses côtés sans bride, ni mors, ni étriers. Alors qu'elle pensait à s'installer, à l'abris entre les racines d'un arbre voûté, une voix _qu'elle crût réellement un instant venir des Valar eux-même!_ vola, dansa dans l'air et fit frissonner toute la nuit. Et puis l'arbre recroquevillé contre lequel elle comptait trouver repos, se mit à s'étirer comme un dormeur et à se déplier de toute sa grandeur. La surprise d'un tel prodige fit s'écarquiller les yeux de l'Elda et reculer de plusieurs pas.

Puis, comme s'il s'agissait d'une illusion, le silence retomba aussitôt sur la vallée. Nessameldë qui avait déjà été témoin de bien de phénomènes magiques et de miracles durant toute son existence savait que de tels choses ne se produisent pas sans qu'il y ait quelqu'un ou bien quelque chose derrière cela... Mais après tout, Fangorn de par son essence même était un lieu de mystères et d'enchantements...

Elle s'avança un peu plus et crut distinguer, pour autant que l'épaisseur du sous-bois le lui permettait, la lueur dansante d'un feu. Etait-ce un mirage encore une fois? Mais non, impossible de se méprendre, l'obscurité la plus profonde de Fangorn ne pouvait dissimuler un brasier d'une telle vigueur. Avec prudence et non sans curiosité, Nessameldë marchait en sa direction, attirée vers la lumière comme un papillon de nuit. Jusqu'à ce qu'elle apperçut une silhouette assise qui se découpait devant les flammes. Une silhouette qui ne lui était pas inconnue, mais pourtant pas familière.
Elle ne ressentait pas de crainte, et pourtant elle n'osait s'avancer plus. Finalement, posant un pied dans la lumière elle y pénétra totalement.


- Puissent les Valar être loués d'une si heureuse rencontre. Car, je n'imagine pas que ce soit le hasard qui ait permis à nos routes de se croiser, Mithrandir...

Devant le Mage si souvent accueilli et éternellement bienvenu dans le royaume de la Dame et du Seigneur, Nessameldë s'inclina longuement avec déférence et resterait courbée jusqu'à ce que l'Istar, sage parmi les sages, consente à lui permettre de se redresser.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gandalf

avatar

Nombre de messages : 128
Age : 29
Race, Pays : Istar, Valinor (Hypothétique)
Metier : Messager des Valar
Date d'inscription : 28/09/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: En cas de problème, toujours suivre son flair!
**Aime/N'aime pas**: L'herbe à pipe/ Le mensonge

MessageSujet: Re: La Chevauchée   Lun 24 Déc 2007 - 15:05

Dans ces nuits où chaque bruissement de feuille est comme un coup de tonnerre, et que chaque respiration était semblable au souffle du vent...
Derrière lui Gandalf sentait les arbres s'apaiser, se détendre, et recommencer à ondoyer sous la fine brise de ce début d'hiver...

La froidure de l'hiver n'était pas encore descendu jusqu'au pied des Monts Brumeux, ce qui laissait le vieil homme moins transi de froid qu'il n'aurait dû l'être....

Gandalf réfléchissait, ou plutôt, il laissait vagabonder son esprit, parcourant ses souvenirs, certains joyeux, d'autres douloureux...
Son regard se tourna vers les montagnes dressées derrière lui.
Il se souvenait de cette nuit passée dans les Mines de la Moria, plus au Nord. Cette nuit où il avait perdu la vie...

Pourtant les Valar en avaient décidé autrement, Gandalf le Gris était bien mort, mais Gandalf le Blanc venait de naître.
Pourtant, ce n'est pas réellement ce qu'aurait voulu Gandalf.

En vérité, alors qu'il tombait à bas, le Balrog terassé, tout là-haut, sur la cîme la plus haute de Caradhras, un sentiment de soulagement l'avait pris quand son souffle s'était montré déclinant.
Oui, Gandalf le Blanc avait souhaité mourir pour ne plus revenir...
Il avait senti le poids de milliers d'années d'errance, de souffrance et de responsabilité se décharger de ses épaules, l'espace d'une mort.

Puis on l'avait ramené, les Valar avaient décidé de renvoyer ce sage Magicien, afin d'aider la race des Hommes dans ce qui semblait être le dernier combat pour leur liberté...
Et pourtant... Gandalf se souvenait de ce sentiment, éprouvé pendant quelques minutes avant de sombrer dans l'ombre.

Malgré son voyage intérieur, Gandalf gardait ses sens en éveil, du moins pour tout ce qui s'approchait à moins de cinq cent mètres avec l'intention de lui faire du mal, ou tout simplement avec une aura maléfique.
Peut-être est-ce pour cela qu'il ne sentit arriver l'Elfe qu'au dernier moment. Un peu tard, mais assez tôt pour ne pas avoir l'air surpris.


Nessameldë a écrit:
-Puissent les Valar être loués d'une si heureuse rencontre. Car, je n'imagine pas que ce soit le hasard qui ait permis à nos routes de se croiser, Mithrandir...

Mithrandir... Un nom qu'il n'entendait plus désormais qu'en Gondor, et encore, pas de toutes les bouches...
Alors qu'elle s'inclinait avec grâce et déférence, Gandalf se releva promptement afin se mettre à la hauteur de la jeune Elfe. Des traits fins, une posture digne, mais une attitude humble... Une Elfe de la Lorien...


-Relevez-vous, mon Enfant... Ai-je jamais demandé pareille cérémonie pour une simple salutation?

Il lança un sourire rassurant à la jeune femme, alors que lui-même se plia d'une révérence lente, sans être exagérée.
Alors qu'il relevait la tête, invita d'un signe de main son hôte à s'asseoir en face de lui, devant le feu...


-Asseyez-vous donc. Je vous sens harassée... Connaissant votre peuple, cela doit faire des jours que vous n'avez pas dormi...
Quant à notre rencontre, elle est assurément providentielle...


Oui, elle l'était. Car alors que l'information remontait jusqu'a son cerveau, il se rappelait quelle était sa mission, la raison de son retour. Le Conseil Blanc devait être reformé, et pour cela, il aurait besoin d'un représentant de chaque race. La jeune Elfe était la candidate idéale pour représenter le peuple sylvain. Mais il ne la harcèlerait pas encore avec ces questions administratives.

-Racontez-moi comment se porte la Lorien, sans sa Dame?

Sa voix résonnait dans la nuit, profonde. Et il ne se départissait pas de son sourire poli, mais néanmoins franc.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nessameldë

avatar

Nombre de messages : 1963
Age : 31
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: La Chevauchée   Sam 29 Déc 2007 - 1:03

[Me voilà, me voilà! Presqu'autant occuppée en vacances qu'en temps normal, je vous jure! :duh ]

Nessameldë saisit l'invitation à se relever de son salut et se redressa donc tandis que le Mage se courbait à son tour.
Non, en effet, Mithrandir n'était pas inconnu à la dame, quoique bien loin de faire parti de ses intimes. L'Elda se trouvait souvent à la droite de la Dame de Lorien, rien de moins, rien de plus. Elle n'avait pas le poid de la naissance, ni du sang, mais les années et les âges traversés avaient laissé leur empreinte de sagesse, de sorte que son avis soit à l'occasion demandé et, mieux, écouté.
Privilège de ceux qui se tiennent un pas en arrière des Grands, tout ce qui est, un jour, dit retombe à leurs oreilles sans qu'ils n'aient aucune décision cruciale à en tirer...
Les dernières décennies avaient maintes fois données l'occasion au Seigneur Celeborn et à la Dame Galadriel de susciter rencontres et discutions avec l'Istar, et bien rarement ne s'était-il seulement agit de pure courtoisie. Sauron, Curunir et les leurs n'en avaient laissé le temps à personne...

Elle prit place à l'endroit désigné par Gandalf et, devant le brasier flamboyant, resserra autour d'elle la cape couleur de nuit qui l'enveloppait.


-Vous connaissez bien mon peuple, Mithrandir. La fatigue glisse sur nous autres comme la rosée sur un brin d'herbe, néanmoins je sens la lassitude me prendre. Ma route est encore longue et on ne m'entend pas avant plusieurs jours encore, mon voyage peut donc souffrir une pause méritée...

Elle sourit brièvement et répondit à la question avancée par le Mage. Ses lèvres s'étirèrent un peu plus. Elle connaissait bien sûr, les bonnes, sinon excellentes, relations qu'entretenaient Mithrandir et sa Dame. Nessameldë se trouvait fort ravie d'être celle qui pourrait apporter quelques nouvelles aux oreilles du vieillard:

-La Lorien n'est pas privée de sa Dame pour longtemps en réalité. A mon départ, elle était annoncée pour la semaine suivante. Une visite au roi Thranduil a occupé ce mois passé. Si votre chevauchée doit vous mener non loin de nos frontières, vous savez sans nul doute, je l'espère, que vous serez accueilli comme l'un des notres...
Mais, oui, la Lorien se porte bien, loin de la guerre, des pillages et des attaques... Les Galadhrim n'ont pas perdu leur joie de l'habiter, même si, à notre plus grande douleur, ils sont de plus en plus nombreux à quitter la forêt et les Terres du Milieu pour rejoindre Aman...


L'Elfe se tut pendant un long moment. Voyons, elle ne croyait ps se tromper en pensant que... C'était étrange de voir Mithrandir sur ces terres après toutes ces années... On disait pourtant...
Son front lisse commençait à se plisser de concentration et avant de paraître contrariée aux yeux de l'Istar, elle se permit:


-Pardonnez ce qui pourrait sembler être de la curiosité un peu téméraire mais... Il y a longtemps que la rumeur courait sur votre départ de ces terres. On disait que vous aviez fait voile vers l'Ouest. La route se fait souvent dans un sens, et bien plus rarement dans l'autre...

Chez la Noldo multi-millénaire, l'Istar faisait naître un sentiment d'humilité que Nessameldë n'éprouvait pas toujours en face de quelqu'un. Elle le savait envoyé des Valar, il portait la lumière bénie en lui et en tant que fidèle servante des Très Hauts, elle ne pouvait qu'éprouver révérence, mélange d'admiration et de crainte, à l'égard du Mage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gandalf

avatar

Nombre de messages : 128
Age : 29
Race, Pays : Istar, Valinor (Hypothétique)
Metier : Messager des Valar
Date d'inscription : 28/09/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: En cas de problème, toujours suivre son flair!
**Aime/N'aime pas**: L'herbe à pipe/ Le mensonge

MessageSujet: Re: La Chevauchée   Sam 29 Déc 2007 - 5:47

Le sourire de Gandalf disparut avec les dernières paroles de la dame de compagnie. Oui, il était bien partit... Partit dans l'idée de ne plus jamais revenir... Partit dans l'idée de finir ses jours dans un lieu paisible et loin des soucis des Hommes...

Et pourtant...


Et pourtant ces soucis l'avaient rattrapés de par les eaux tumultueuses de la Grande Mer. Le frappant à la poitrine comme un coup de masse, il avait failli défaillir sous le choc, alors que la vague d'énergie maléfique l'avait atteint.
Oui, il était partit, mais c'était pour une durée bien trop courte à son goût...


-N'ayez pas peur de poser des questions... Surtout quand elles vous paraissent pertinentes. Je n'ignore pas que mon retour peut sembler étrange.
L'île d'Aman et les Terres Immortelles de votre peuple m'ont effectivement accueillies. Mais un Magicien ne prend pas de retraite, et il semblait que mon aide était requise ici, en Terre du Milieu...


Il s'humecta les lèvres, alors qu'un nouveau sourire s'étirait sur son visage ridé.

-Croyez bien que pour un Envoyé des Valar, on eu vite fait de préparer un bateau.

Un long silence laissa place aux bruits de la forêt... Autrement dit quasiment pas de bruit, si ce n'est le hululement d'une chouette, quelque part, preuve irréfutable que Fangorn s'était apaisé pour la nuit...

-Dites-moi, mon Enfant... Pourquoi le Destin nous réunit-il si loin de votre forêt tant aimée? Que fabriquez-vous sur ces chemins?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nessameldë

avatar

Nombre de messages : 1963
Age : 31
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: La Chevauchée   Jeu 3 Jan 2008 - 19:45

Prêtant à l'Istar une oreille plus qu'attentive, une oreille de Noldo donc avide de savoir, Nessameldë aurait voulu en demander plus encore. De quelle aide parlait-il donc? Se pouvait-il que... qu'il sache...? Bien sûr, elle n'en fit rien. Elle savait qu'on ne tire jamais d'un Mage ce qu'il ne souhaite pas vous dire. Et quand bien même, qui était-elle pour oser se mêler des affaires d'un Sage? Elle connaissait sa place, ce que celui-ci lui permettait et les limites imposées qu'elle avait toujours respecté avec minutie.

Elle accueillit donc la fin du récit brumeux de Gandalf avec un hochement de tête, puis comme le silence les enveloppait, elle s'empara d'une petite outre qui pendait à son côté, l'ouvrit et la tendit au Mage. Celle-ci contenait du "miruvor" que les Elfes aiment à boire lors de leurs longs voyages car le nectar étanche la soif pour longtemps et ses propriétés vivifiantes n'étaient plus à démontrer.

A ce moment-là, Mithrandir l'interrogea à son tour et la dame répondit:


- Fondcombe et la Maison d'Elrond sont ma destination. De la sorte, je n'ai ni le sentiment de quitter mon pays, ni d'en trouver un autre...

Laissant couler à son tour un peu de boisson elfique au fond de sa gorge elle songea à la missive de Galadriel qui lui avait intimé l'ordre de rejoindre Imladris et de s'entretenir de sa part avec son Seigneur. La missive n'était pas alarmante, pourtant elle pouvait sentir que c'était d'une main fébrile que sa maîtresse lui avait écrit... Si en effet ses doutes étaient fondés, alors on pouvait craindre le pire...
Le pire, Nessameldë le croyait déjà derrière eux, aussi s'efforçait-elle de ne pas trouver dans cette lettre plus que ce qu'il n'y avait.


Nessameldë marqua donc une longue pause avant de songer à reprendre. Etait-ce bien nécessaire d'en rejouter plus à l'attention de Gandalf? Vraiment cette affaire n'avait peut-être qu'une moindre importance... A vrai dire ce n'était pas à elle de juger de ces choses là. Elle connaissait la confiance que Galadriel mettait en l'Istar, pourquoi donc se taire?

-La réalité des faits est qu'il y a seulement quelques jours, une lettre de Dame Galadriel m'est parvenue dans laquelle elle me demandait expressement de faire route vers Imladris. Son message n'était pas dénué d'inquétude car dans un rêve, l'ombre d'une menace l'avait atteinte. Un menace encore lointaine mais une menace pour la paix de ces Terres...

L'Elfe s'arrêta et n'en dit pas plus, sentant sa gorge commençer se serrer d'appréhension. Allons, peut-etre que ça n'était rien du tout... Elle ne pouvait pas s'en convaincre sans cesse. Les songes de Galadriel avaient toujours connu réalité, tôt ou tard.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gandalf

avatar

Nombre de messages : 128
Age : 29
Race, Pays : Istar, Valinor (Hypothétique)
Metier : Messager des Valar
Date d'inscription : 28/09/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: En cas de problème, toujours suivre son flair!
**Aime/N'aime pas**: L'herbe à pipe/ Le mensonge

MessageSujet: Re: La Chevauchée   Ven 4 Jan 2008 - 17:18

Acceptant avec grande joie la gourde du nectar elfique, le Magicien y bu une longue gorgée qui eu tôt fait de le réchauffer. Le liquide semblable à de l'eau cristalline en apparence était d'une châleur agréable dans la gorge et semblait glisser lentement le long de son oesophage.
La fatigue s'estompa rapidement, et ses traits tirés semblèrent se détendre un peu. Le Miruvor était une boisson appréciable dans bien des occasion, désaltérante lors des chaudes après-midi d'été et requiquante lors des froides soirées d'hiver.

Il redonna la gourde à sa propriétaire, celle-ci s'en envoya une bonne lampée, dans un geste qui semblait pls une habitude qu'autre chose...
Elle commença à parler, et Gandalf l'écouta répondre à sa question.

Pendant un long moment, l'Elfe sembla hésiter à poursuivre son récit, comme si elle n'était pas sûr de la pertinence de ses propos, mais après de longues secondes, elle se décida à continuer.

Gandalf était certain que la menace dont Galadriel faisait part dans cette lettre était la même qu'il avait sentit dans cette forêt d'Aman, il y avait plus d'un mois maintenant...
Cependant, il n'avait pu la définir que de façon très vague, il ne pouvait ni réellement la situer, ni lui donner un nom...
Sa curiosité l'emporta sur sa volonté de ne pas montrer qu'il était ignorant...


-Cette menace dont vous parlez, je l'ai également ressenti... Néanmoins, ma perception des énergies s'est vu grandement dimimnuée depuis la fin de la guerre, je n'ai pu, jusqu'à présent, ni la définir correctement, ni la situer... Ou alors très approximativement...

Il marqua une pause, se déléctant encore du goût du Miruvor, persistant.

-Je me rend justement en Gondor, pour faire part de cette menace au Roi Elessar... Et en profiter pour le saluer du même coup...

Un sourire malicieux vient rétrécir la fente de ses paupières...
Même quand la situation semblait mauvaise, Gandalf n'était pas avare d'un sourire, d'une parole ou d'un geste rassurant.
L'Istar avait connu maintes vies d'hommes sur le point d'être brisées, et il savait toujours plus agréable de finir une vie le sourire au lèvres que le desespoir au fond du coeur...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nessameldë

avatar

Nombre de messages : 1963
Age : 31
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: La Chevauchée   Lun 7 Jan 2008 - 15:16

A présent qu'elle avait partagé ce secret qui reposait sur ses épaules avec une personne de confiance telle que Mithrandir, Nessameldë sentit véritablement son corps se libérer d'un poids, son coeur, qui lui paraissait peser bien lourd dans sa poitrine, devenir plus léger et elle trouva le moyen de glisser, ce qui ressemblait à un sourire, sur ses lèvres pâles.

Certes les prédictions de Galadriel trouvait souvent écho dans la réalité, passée, présente ou future, mais rien n'était évitable... Et si elle seule avait pu ressentir cette menace, alors peut-être, oui peut-être, qui rien n'indiquait une fatalité. Il faudrait être vigilant soit, mais maintenant que la nouvelle qui l'alarmait depuis plusieurs jours était partagée, la dame se sentait redevenir confiante.

Confiante... Jusqu'à ce que l'Istar, après un petit moment, reprenne la parole.
Alors, toute la confiance que Nessameldë s'était efforcée de retrouver, s'effondra aussi vite qu'elle était venue. Les mots que prononça ensuite Gandalf ne lui parvinrent aux oreilles qu'à la façon des cris de la mouette qui se perdent dans la tempête.
La houle était parvenue jusqu'au Mage dans sa retraite d'Aman... Tout ceci prenait une ampleur qu'elle n'avait pas jusqu'alors. Les songes de la très clairvoyante Galadriel pouvaient être alarmants, mais ceux d'un Maia tenaient tout, hélas!, de la prédiction...
Ses membres qui commençaient tout juste à se réchauffer à la douceur du feu devant elle ne ressentirent plus aucune chaleur. Le néant des sens et de l'esprit l'envahit et tout ce qu'elle put percevoir finalement ne fut que le sourire qui étira la bouche fournie du Mage et les quelques gouttes de miruvor qui perlaient sur sa moustache immaculée.

Puis ses esprits lui revinrent et elle se souvint, disant d'un ton qui n'était pas sans trahir le trouble qui venait de la prendre:


-Le Gondor, oui... Pierre-Elfique doit être tenu au courant de ce qui se trame...

Puis en un battement de paupière, elle se reprit tout à fait et retrouva la voix profonde et calme qui lui était propre:

-Dame Galadriel également n'a pu dire de quel lieu provenait cette force. Elle explique... _soudain, comme si elle venait de se souvenir de quelque chose, elle se saisit de sa besace de voyage et en sortit un parchemin soigneusement plié qu'elle tendit à Mithrandir_ Tenez, lisez plutôt...

La lettre de Galadriel n'avait rien d'assez intime pour que Nessameldë rechignât à la montrer à d'autres yeux, qui plus est dans une situation qui ne souffrait aucun délais. Outre les palabres d'usage qui ne comportent guère d'intérêt, voici les éléments que l'on pouvait y lire:


L'aube se levait à peine derrière les sommets de l'Ephel Duath. Mon visage était baigné par les doux rayons de la Soleil, le ciel était clair.
Comme je me tournais en direction du Midi, je pouvais voir la mer qui dansait à l'horizon dans la baie de Belfalas. La crête écumante des vagues brillait si fort que mon esprit crût qu'il y avait là-bas quelques diamants. L'eau n'était pas bleue, elle était verte...
Et puis, tandis que mon attention était toute tournée vers ce spectacle que je viens de vous décrire, en un instant un vent se leva de cette même direction. Un vent chaud, que dis-je brûlant, rien de ce que nous connaissons sur ces Terres même par la plus accablante des journées d'été. Au dessus de moi, le ciel d'azur se couvrit de nuages menaçants, noirs et lourds. Et enfin un cri dont je ne saurais dire à qui il appartenait, homme ou femme, déchira le silence, à moins que ce ne fut un coup de tonnerre de la tempête qui se déchaînait...
Tout ce que je viens de vous conter ne fut pas qu'en images dans mon esprit, tous mes sens étaient en éveil. Ce songe me laisse, depuis mon réveil, une impression toujours si forte, que je ne le crois pas dénué de fondement. D'autant qu'il n'est l'aboutissement que de semaines de tourments et d'inquiétude.



Suivaient ensuite les instructions visant à faire parvenir la nouvelle au Seigneur Elrond, car il était, selon elle, impossible qu'il n'ait point ressenti quelque trouble à son tour...


[Ouf! Bah cette fois le petit coquin ne m'a pas joué de sale tour! Mr. Green]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gandalf

avatar

Nombre de messages : 128
Age : 29
Race, Pays : Istar, Valinor (Hypothétique)
Metier : Messager des Valar
Date d'inscription : 28/09/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: En cas de problème, toujours suivre son flair!
**Aime/N'aime pas**: L'herbe à pipe/ Le mensonge

MessageSujet: Re: La Chevauchée   Sam 12 Jan 2008 - 14:31

Belfalas? Ainsi donc la menace venait des côtes... C'était assez préoccupant. Gandalf savait que la mer pouvait paraître paisible en surface, mais qu'elle n'était pas en manque de vie dans les profondeurs, Ulmo lui-même ne s'aventurait pas dans certaines crevasses sombres et profondes, car le Mal était partout, même au plus profond des océans.
Si une menace devait venir de la mer, ce serait certainement innatendu.

Mais rien ne précisait si la menace venait de la baie de Belfalas ou de Belfalas elle-même.
Alors qu'il relevait les yeux, Gandalf surpris le regard triste de la Noldo, qui semblait avoir perdu son sourire aussi vite qu'elle l'avait esquissé.

Il lui rendit la lettre, un sourire rassurant sur le visage.


-Je vous sais messagère d'un fardeau lourd à porter, Nessameldë.

C'était la première fois, depuis le début de leur discussion, qu'il l'appelait par son nom, car les paroles qu'ils allait prononcer, il les voulait rassurante et apaisante, et surtout il voulait qu'elle comprenne que c'était bien à elle qu'il s'adressait.

-Si nos routes se sont croisées, ce n'est pas par le fruit du hasard, mais par un caprice du destin. Vous êtes encore jeune en comparaison de nombre de vos pairs, vous avez eu vos moments de doute et d'effroi. Mais n'oubliez pas que même dans les situation où tout semble perdu, où l'on pense que le déesepoir est le dernier refuge, il y'a toujours une étincelle d'espoir qui ne demande qu'à s'enflammer.
Ne vous laissez pas affaiblir par des nouvelles qui ne sont encore que des hypothèses, car la Terre du Milieu n'est pas encore recouverte par les Ombres...
Considérez que votre tâche pourra sauver peut-être des centaines ou des milliers de vies. Je crois qu'il n'y a pas meilleur lueur d'espoir que celle-ci... Vous ne croyez pas?


Alors qu'il se penchait en arrière, pour s'adosser au corps de Gripoil, couché derrière lui, le Magicien sortit de sa manche sa longue pipe finement sculptée, et de l'autre une tabatière.
Tout encontinuant de fixer l'Elfe dans les yeux, il entreprit de bourrer l'instrument d'un geste expert...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nessameldë

avatar

Nombre de messages : 1963
Age : 31
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: La Chevauchée   Mar 15 Jan 2008 - 20:29

Nessameldë reprit son bien un peu à contrecoeur il fallait bien le dire, car elle aurait bien voulu laisser à Gandalf la charge de ses mauvaises nouvelles. Il y avait un dicton parmi les Grands de la Terre du Milieu qui voulait que là où le vieux barbu apparaissait et mettait en garde, les catastrophes ne tardaient pas à pleuvoir. L'Elfe, quoiqu'austère et placide sous bien des angles, n'avait jamais contre un peu de plaisanterie et ce proverbe souvent la faisait rire. Pourtant cette fois, il était vrai aussi qu'elle aurait aimé pouvoir remettre entre les mains fripées du Mage tout le sort de la Terre du Milieu. Après tout, n'était-il pas un envoyé des Valar? Certes, il n'était pas tout puissant pour autant... Mais souvent Nessameldë, tout dévôte qu'elle fût, se demandait pourquoi les Valar se désintéressait à ce point du sort des Enfants d'Illuvatar. Ceux qu'ils étaient chargés de guider, de protéger, d'aimer. Où était donc passé le temps où ils avaient de concert, déchaînés leurs foudres contre l'Ennemi?
C'était de ces moments, où les Elfes et particulièrement celle-ci, se trouvaient happés d'un désespoir qui ne semblait pas avoir de fond. Au contraires des Humains, ils étaient moins aptes à trouver dans l'obscurité, l'étincelle qui embraserait l'avenir.

Elle regarda Gandalf s'adosser nonchalament contre le Meara qui l'accompagnait et se mettre à fumer de l'herbe des Perian avec une décontraction qu'elle ne parvenait pas à comprendre. Comment faisait-il? Il avait vu passer bien plus d'âges et de guerres qu'elle-même et d'où tirait-il l'espoir de vaincre à nouveau? A chaque conflit qui se présentait, Nessameldë, avec la Dame et tous les représentants elfiques des Terres de l'Est cela va sans dire, avait oeuvré dans le but que ledit conflit soit le dernier. Et sans cesse, tout avait été à refaire. Comment dans ces conditions ne plus ressentir de lassitude dans l'hypothèse d'un nouveau conflit?

Nessameldë réfléchit un instant puis trouva malgré tout à sourire en disant ces mots:


-Je crois entendre Niennà parler à travers votre bouche, Mithrandir. Je prie sans cesse pour qu'elle, et toutes les forces voulues par Illuvatar, apporte aux Peuples Libres le courage et la force lorsqu'une nouvelle épreuve se profile.
La menace que vous et ma Dame pressentez est encore diffuse, mais souvenez-vous qu'au retour de Sauron et de l'Anneau, la réaction des Sages est arrivée déjà bien trop tard... Je souhaite qu'il n'en soit pas ainsi cette fois et je m'acquiterai de la tâche qui est la mienne sans trembler, mais non sans crainte.


Elle s'adossa lentement à son tour contre une vieille souche moussue et laissa courir son regard entre les branches qui frémissait doucement.

-Voyez-vous, quelque soit mon destin, je n'ai jamais eu d'autre désir que d'être autorisé à quitter ces Terres, qu'une fois libérées de tout Mal. Je ne peux empêcher mon coeur de se serrer en renonçant à ce voeu. Des guerres, des pleurs, du sang, il y en aura toujours... Des rires, des victoires, des jours de liesse, aussi. Le bonheur ne prend tout son sens qu'après avoir expérimenté le malheur, c'est ainsi. C'est un étt de fait que je ne comprend pas, mais peut-être qu'un jour je l'accepterai enfin...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gandalf

avatar

Nombre de messages : 128
Age : 29
Race, Pays : Istar, Valinor (Hypothétique)
Metier : Messager des Valar
Date d'inscription : 28/09/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: En cas de problème, toujours suivre son flair!
**Aime/N'aime pas**: L'herbe à pipe/ Le mensonge

MessageSujet: Re: La Chevauchée   Mer 16 Jan 2008 - 4:48

Le vieil homme comprenait le desespoir de la jeune Elfe. Il en prenait grande pitié, car bien qu'il eut consacré tout son coeur à l'Homme, il ne pouvait rester de marbre face à ce sentiment, qui, au fond, était bien Humain.
Alors qu'il tirait sur sa pipe, il l'observait, à travers le nuage de fumée âcre, écoutant Nessameldë exposer clairement son manque de confiance en l'avenir. Malgré toute sa bonne volonté, Gandalf n'était pas loin de penser comme la Noldo. En effet, lui aussi en avait assez de cette vie, lui aussi désirait plus que tout trouver la paix, et finir sa vie, afin de rejoindre une fois pour toute Iluvatar, le Père des Pères.

La musique qui lui avait donné vie s'était essouflée, son être produisait des accords dissonants, comme un chanteur à la voix éraillée. Son existence sur Terre n'était dûe qu'à l'intervention des Valar, qui le maintenaient en vie depuis ce jour fatidique où il avait chu, terrassé par le Balrog. Gandalf était un mort en sursit, une enveloppe pourrissante que l'on tenait telle une marionnette, et qui ne servait qu'à rassurer les peuples.

Gandalf le Blanc n'était qu'une poupée de chiffons...

Malgré ses sentiments, bien proches du désespoir eux aussi, Gandalf ne pouvait se permettre de se laisser aller à la moindre démonstration. Il était le messager, celui qui ne faillit jamais, l'éternel sauveur...


-Même la plus petite chose peut être de la plus grande importance.
Cela fait maitenant des lustres que j'arpente ces terres, croyez-vous que je n'en suis pas las?
Oui, Gandalf le Blanc est las de devoir voler à chaque fois au secours des Hommes, des Elfes ou des Nains. Pourtant, jamais je n'abandonnerai, c'est ma tâche, est aussi pénible soit-elle, pour rien au monde je ne l'abandonnerai. Je connais votre dévouement à la Terre du Milieu, ainsi qu'à votre Dame. C'est un dévouement dont vous souffrez, qui vous semble parfois absurde, pourtant il ne doit jamais cesser.
Comment fait-on pour tenir le coup, me direz-vous? Eh bien, chaque victoire apporte sa satisfaction, pouvoir garantir des périodes de paix est la plus belle.
Ne perdez jamais espoir de revoir un jour vos Terres, Nessameldë, car alors vous vous en couperez vous-même le chemin. Un jour viendra, où tout nos efforts seront récompensés, sachez-le. Les Valars sont plus attentionés qu'il n'y paraît...


Il finit sa tirade sur un sourire rassurant. Tout ce qu'il voulait, c'était redonner du courage à son interlocutrice, car celle-ci semblait réellement accablée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nessameldë

avatar

Nombre de messages : 1963
Age : 31
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: La Chevauchée   Ven 18 Jan 2008 - 18:36

En vérité, c’était bien la voix de Nienna qu’il lui semblait entendre dans celle de Gandalf. Elle balança sa tête appuyée contre le vieux tronc brisé et écouta le Mage plus attentivement, à la manière d’un enfant. Il fallait être inspiré par les Valar, et par la pitié et la compassion de cette Valie-là pour pouvoir parler ainsi et apaiser même la plus noire des lassitudes.
Au fur et à mesure du discours de Gandalf, Nessameldë sentait comme un baume se passer sur son cœur et son âme meurtrie. Il avait bien raison. Alors qu’elle aurait bien des fois souhaiter baisser ses bras et s’en remettre à la pitié d’Eru en prenant le premier bateau à lever l’ancre d’Edhelhond, elle ne pouvait s’y résoudre et demeurait toujours. Qui vraiment pourrait tourner le dos lorsque l’horizon s’assombrit ?
Elle sourit finalement :


-Oh, croyez bien que je ne doute pas de l’amour des Très Grands… Mais vous n’ignorez pas la malédiction qui pèse au dessus des miens. Je n’y réchappe pas, bien qu’étrangère à tout ceci... La Dame Galadriel a été pardonnée et elle peut faire voile vers l’Ouest dès qu’elle le souhaite. Quand bien même le voudrais-je, suis-je en seulement digne? Voyez que mon attachement à la Terre du Milieu n’est pas qu’affaire de dévouement, il me faut, hélas, trouver le pardon pour un crime que je n’ai pas commis...*

Et puis enfin, le chagrin et le poids de l’inquiétude s’étant fait plus légers grâce à l‘intervention de Gandalf, l’Elfe sentit son corps s’alourdir d’une fatigue qu’elle ne s’autorisait pas, jusque là à considérer. Resserrant un pan de sa cape tout contre elle, elle fixa dans le ciel l’étoile d’Eärendil, celle qui redonne l’espoir, et c’est ainsi que, les yeux grand ouverts, elle entra en contemplation et qu’elle se mit à trouver le repos et à rêver, à la manière des Eldar.


[*référence à la malédiction des Noldor]


[J’ai fait un peu court, mais je pense qu’on peut commencer à conclure notre entrevue qu’en dis-tu ?]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gandalf

avatar

Nombre de messages : 128
Age : 29
Race, Pays : Istar, Valinor (Hypothétique)
Metier : Messager des Valar
Date d'inscription : 28/09/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: En cas de problème, toujours suivre son flair!
**Aime/N'aime pas**: L'herbe à pipe/ Le mensonge

MessageSujet: Re: La Chevauchée   Dim 20 Jan 2008 - 19:08

[Oui, on va conclure... De toute façon, j'ai rendez-vous avec un certain Radagast le Brun^^]


Alors que le crépitement du feu était le seul son qui brisait le silence suivant les paroles de la Noldo, le vieil Istar sourit à nouveau. D'un air amusé...

-Les fautes de vos pères ne vous poursuivrons pas toujours, Nessameldë. Il arrivera un temps où les péchés seront effacés, et où les Elfes vivront à nouveaux dans l'entente des premiers jours...
Ce temps pourrait arriver plus tôt que vous ne le croyez...


Il se tut, plongeant son regard dans les flammes crépitantes, et s'emmitouflant un peu plus dans sa cape de voyage. Les nuages blanc émanant de sa pipe se raréfièrent alors que les minutes passaient, puis finirent par s'étendre complètement.
Le Magicien gardaient les yeux ouvert, pourtant, à sa respiration profonde et lente, a ses légers grognements intempestifs et étouffés, on devinait qu'il dormait.
Ainsi adossé à Gripoil, le Cavalier Blanc vagabondait dans des territoires dont très peu d'élus se souvenaient encore, comme la retraite des Valar, ou le domaine d'Iluvatar...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nessameldë

avatar

Nombre de messages : 1963
Age : 31
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: La Chevauchée   Sam 26 Jan 2008 - 21:23

[Bon comme j'aime bien finir les choses, je fais une petite conclu... Wink]

Plus tard cette même nuit, à l'heure où le soleil ne point pas encore à l'horizon, mais où ses rayons colorent déjà la voûte étoilée qui s'éteint lentement, Nessameldë se décida à reprendre la route.
Il ne lui avait pas fallu plus de quelques heures pour se défaire de sa lassitude de corps et d'esprit, elle était à présent toute disposée à voir le chemin vers Fondcombe défiler sous les sabots d'Anarfin pendant des jours et des nuits entières.
La monture et la cavalière furent bien vite prêtes et avant que de partir dans l'aube naissante, l'Elda s'adressa à Gandalf qui était également sur le départ:


-Namarië Mithrandir. Que les vents de Sulimo soufflent favorablement pour vous porter sur tous les chemins des Terres du Milieu et puisse votre message être entendue par tous les Peuples Libres.
Je vous remercie pour vos paroles qui ont su soulager mon coeur de son chagrin.


Elle s'inclina ensuite pour prendre congé du Sage et fit de même à l'attention de Gripoil, car elle savait les Mearas sensibles à ce genre d'hommages.
Puis une fois sur le dos de sa bête, elle la mena au pas entre les arbres noueux de Fangorn jusqu'à l'orée, puis s'élança d'un trot léger vers le sud et l'Isengard. Elle repartait avec plus de craintes qu'elle n'était arrivée, mais soulagée de savoir que, demain comme hier, les Peuples Libres se tendraient côte à côte dans cette épreuve.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Chevauchée   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Chevauchée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La chevauchée fantastique [PV Jack]
» Ted Nasmith
» La dernière chevauchée
» Chevauchée vive vers l'ouest gondor
» La chevauchée des champs de blé [pv Marcus & Rigborg]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: RHOVANION :: Terres du Rhovanion-
Sauter vers: