AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rien qu'une ombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Rien qu'une ombre   Ven 28 Déc 2007 - 18:26

Il faisait sombre et chaud lorsque Maglor acheva son voyage : une nuit d'été comme on en voyait beaucoup en Gondor, le ciel couvert d'étoiles. Et pour la première fois depuis de nombreuses années, le dernier fils vivant de Fëanor n'avait pas levé les yeux vers Gil Estel.

Le Noldo avait, dans les jours précédent, trouvé presque étonnant la notion d'avoir un but (autre que fuir ses semblables, cela va sans dire). Après maintes siècles à errer et à survivre, marcher droit et demander sa route était presque nouveau, car il avait depuis longtemps prit l'habitude de dévier de son chemin dès que quelque chose attirait sa curiosité moribonde. Mais plus maintenant ! Et plus pour les quelques semaines qui avaient suivit son choix. Car dans le Sud, bien loin du Gondor, la nouvelle était arrivée quelques sept ans auparavant : le royaume avait une Reine, une elfe, dont le nom était fort familier pour Maglor.

Etait-ce stupide d'abandonner Umbar, où il vivait à l'époque, juste pour voir une seule fois la Reine Arwen ? Sans même lui parler, et sans doute sans entendre sa voix ? Assurément. Mais Maglor n'en était plus à une stupidité près et était donc partit vers le Gondor.
Vous me direz que sept ans, c'est long pour faire pareil voyage. Je vous répondrait que quand vous aurez à contourner des miles et des miles de désert en slalomant entre les pirates, les marchands d'esclaves, les bandits, et les bandes d'orcs, le tout en vous trouvant à manger et en ne perdant pas votre route, vous reviendrez vous moquer. Et puis zut, quand vous avez vécut plusieurs milliers d'années et que vous ne saurez pas quoi faire des autres millénaires à suivre, vous avez le temps.

Mais bref, après donc de trèèès longs mois de randonnée, Maglor était arrivé aux portes de Minas Tirith. Comme toute personne ne voulant pas se faire remarquer, il était entré à l'heure de pointe, si bien que personne n'avait prêté attention à la grande silhouette encapuchonnée et un peu courbée qu'il était.

La citée l'avait un peu effrayé, sur le coup. Elle était très peuplé, bien plus que ne l'avait été Himring, et plus ramassé sur elle même que Tirion. Et que de bruit ! Ces hommes étaient vraiment des brailleurs puants. Si Maglor n'avait pas été si sale lui même à la fin de son voyage, il en aurait froncé le nez de dégoût.
Bon, c'était bien marrant de regarder, mais ce n'était pas dans les bas quartiers qu'il allait trouver sa petite fille.

Entrer dans la ville haute n'avait pas été compliqué. Les portes fortifiées de Minas Tirith étaient certes bien gardées, mais Maglor avait assez d'expériences en matière de sournoiserie pour échapper à l'attention de quelques pochtrons. La citadelle était une autre affaire et l'Elda avait finalement dû s'en remettre aux branches d'un vieux chêne après être entré dans un jardin par effraction.
Maglor détestait grimper. Et encore plus depuis le jour où Elros était resté coincé en haut d'un sapin et qu'il avait dû aller le chercher dans les branches pendant qu'Elrond se déshydratait à force de chouiner que son jumeau allait mourrir dans d'atroces souffrances.

La suite ne fut pas plus simple : la Citadelle était lourdement gardée et Maglor n'avait pas la moindre idée du lieu où pourrait se trouver la Reine. Subitement, il se sentait très, très bête de ne pas avoir mieux préparé son escapade. D'autant que la nuit tombait, rendant quasi nulles ses chances de la voir sortir du palais.
Déçu et très en colère contre lui même, Maglor avait trouvé refuge dans une des rares ruelles de cette partie de la ville, prêt à rester là tout le jour suivant et même celui d'après, dût-il en crever de faim (ce qui ne changeait pas de ses habitudes puisqu'il ne se nourrissait guère de toute façon). Le Noldo soupira mais, déterminé, se calla entre deux tonneaux de bois et s'endormit, ses yeux scintillants ouverts à la manière des elfes.

Bien entendu, il ignorait qu'il s'était précisément réfugié contre la réserve de vin d'une caserne et donc qu'il serait immanquablement découvert au petit matin... et que, reconnu comme un elfe sale et mal habillé, mais comme un elfe tout de même, il risquait fort d'attirer une attention tout sauf bienvenue.


Dernière édition par le Mar 1 Jan 2008 - 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vardë Moredhel



Nombre de messages : 1275
Age : 25
Race, Pays : Elfe Nandorin, banni de la Lorien
Metier : Vagabond mercenaire
Date d'inscription : 27/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Dites, mon Prince, à propos de votre père... Galadriel, Lothlorien, vous situez plus ou moins? hé bien, il se trouve que...^^
**Aime/N'aime pas**: Regarder la Soleil se lever/Tomber comme un cheveu dans la soupe

MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Mar 1 Jan 2008 - 19:10

[Je peux t'envoyer les jumeaux?]

_________________

Interpète également Ellendaë Hildorwen, Elladan & Elrohir & Elrond et Aran des Sables
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troupeymaje.skyblog.com
Elladan & Elrohir



Nombre de messages : 120
Age : 25
Race, Pays : Elfes Noldor; Fondcombe/Imladris
Metier : Princes d'Imladris
Date d'inscription : 03/01/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: El'dan:Moi? Oh mais non, jamais! Mon frère peut-être? El'hir: Quoi? Mais qui aurait bien pu vous raconter un truc pareil! Vous devez me confondre avec mon jumeau...
**Aime/N'aime pas**: Avoir le droit à l'insouciance/ Être seuls.

MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Ven 4 Jan 2008 - 0:04

[Je place cet événement au deuxième jour de présence des jumeaux dans les lieux.]

Et en cela, il était loin d'avoir tort... Sauf peut-être qu'il se serait attendu à pire. Car avec un Elfe pour Reine et l'éducation toute Première-Née du Roi, tout être pas trop gros, raisonnablement grand et aux oreilles pointues était immédiatement envisagé comme grand personnage à traiter en très grand respect.
Comme quoi, la naïveté et la politesse humaine...

Et c'est ainsi que, juste au moment où l'aube se pointait, trois jeunes Gardes de la Citadelle tombèrent nez à nez avec le Noldo multi-millénaire.
Passé le moment flottant d'appréhension, celui de crainte, et les quelques vagues chuchotis dans lesquels on pouvait reconnaître quelques mots du style 'on va appeler le chef ou on va pas appeler le chef?', le plus hardi, un garçon brun d'une vingtaine d'années, se décida enfin à s'avancer. Et à se racler assez bruyamment la gorge, tout en intimant d'un petit geste discret les deux autres de se mettre au garde-à-vous.
Bref, un réveil tout-à-fait charmant, et, pour couronner le tout, parti d'une bonne intention tellement touchante que même Sauron en personne n'aurait pas osé en vouloir au jeune Humain qui se décomposait à vue d'oeil en se souvenant qu'il y avait moyen d'avoir plus de tact face à un tel "monseigneur".

Dès que Maglor lui sembla en mesure d'écouter ce qu'il avait à lui dire, le garde se racla à nouveau la gorge -la poussière, peut-être...-, et essaya d'articuler sa petite phrase d'un ton blasé et assuré.


"Bien le bonjour, Monseigneur.
N'ayez crainte, nous ne vous cherchons aucune querelle, mais désirions simplement, tout humblement, vous demander ce qui aurai bien pu pousser un être elfique tel que vous à passer la nuit dans ce lieu, ma foi, -petit reniflement dégoûté- fort peu convenant à votre rang, vous qui vous devez d'être toujours hôte de marque dans la Citadelle."


Petit sourire poli et tout diplomatique, une main gantée de noir qui se tend pour proposer une aide pour se relever. Non, les gardes n'avaient rien de bélliqueux.
Rien d'idiot non plus, malgré les apparences. Et celui qui avait parlé n'avait manifestement quand même pas l'habitude d'être contredit, Elfe ou pas Elfe.
Et au-delà des lois -ou du moins demandes très-très incessantes- de politesse envers le gracieux peuple, se devinait néanmoins un assez clair 'bordel, qu'est-ce que tu fiches là, espèce de vagabond?'. Et cette question ne semblait pas soufrir de délai pour la réponse...


________________________________________________________________



Rien à faire, c'est vraiment quand on est loin de chez soi qu'on ressentait à quel point on tenait à sa maison. Et, tout en se grattant la tête d'un air encore endormi, Elrohir se demanda combien de fois lui et son frère avaient déjà dû se faire la réflexion depuis le début de leur voyage.
En particulier depuis leur arrivée chez Estel et Undomiel, pour être précis. Minas Tirith, tout en semblant en apparence de cette même délicatesse qu'Imladris, n'avait rien de la quiétude de la demeure de leur père. C'était à la fois terriblement gaie et intéressant de se retrouver au milieu de toute cette effervescence humaine qui rappelaient à leur gènes combien eux l'étaient en fait aussi, et à la fois horriblement fatiguant. Pour les nerfs, surtout...
Et alors, quand en plus, Elladan est en forme... Non, c'était un peu trop pour un seul Elfe.


"Ben, alors quoi, El'hir! Toujours pas habillé? J'ai faim, figure-toi!"

"Et alors? Va te remplir l'estomac tout seul, et laisse-moi méditer en paix, tu serais gentil."

Il n'avait pas encore fini d'articuler les derniers mots de sa phrase qu'il les regrettait déjà. Les laissant retomber en un vague gromellement, le Prince d'Imladris s'accouda lourdement à l'appui de fenêtre. Sans même avoir besoin de se servir de la vitre comme d'un miroir, il devinait son jumeau, derrière lui, qui le regardait d'un air abasourdi.
Un long silence resta suspendu entre eux, jusqu'à ce que, timidement, Elrohir se retourna.


"Ne le prend pas mal, va... Je n'ai pas très..."

Il ne put pas terminer. Elladan lui adressa un petit sourire indéchiffrable et le coupa brutalement, mais sans sembler aucunement vexé.

"C'est bon, épargne-toi le mal de me trouver une excuse. J'ai compris."

Les deux frères échangèrent un regard lourd de sens, et, exactement en même temps, lachèrent un soupir. Puis, chacun retourna à son occupation première, l'esprit mine de rien plus léger.

*Ca a parfois du bon de tout partager...
Bon. Où avais-je accroché mon pantalon, hier soir?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livre-des-etoiles.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Ven 4 Jan 2008 - 1:21

Les trois jeunes (et bien à plaindre) gardes se trouvèrent soudain face à deux prunelles très brillantes, très alertes et pas des plus rassurantes. Il est vrai que Maglor avait le sommeil vraiment léger, et que les premières notes du raclement de gorge le firent aussitôt sortir de ses rêves.
Un temps de réaction un poil perturbant, et plus encore quand on voyait l'état de l'elfe concerné.

Le seul mouvement du noldo fut de se replier juste un peu plus sur lui même. Ce geste de recul pouvait être interprêté comme de la surprise, voir de la peur, mais l'elfe en avait en fait profité pour approcher sa main droite de la poignée de son épée, tout en la cachant derrière ses jambes repliées. A la moindre tentative agressive, Maglor était ainsi sûr de pouvoir répliquer. Ce qui ferait forcément bobo.

La surprise qui se peignit ensuite sur les traits de Maglor était bien réelle, et pourrait aisément être traduite dans toutes les langues par : Niè ?
... Monseigneur ? Son rang ? Humpf ! Si Maglor avait voulut être un Seigneur, il serait resté en Harad, aurait séduit le roi du coin et serait déjà assez riche pour acheter la moitié du Gondor.

Maglor commença donc par offrir la réponse la plus adaptée quand vous OSEZ prendre pour un crétin un Fils de Fëanor : renifler d'un air fort méprisant et se lever sans aide, parce qu'il avait survécut à un paquet de guerres ET à une brûlure de Silmaril tout seul, alors Maglor n'allait pas accepter des mains insolentes maintenant. Et puis une fois debout, il était assez grand pour leur manger sur le haut du crâne, à ces trois petits.

"La fatigue me semble être la réponse la plus évidente," répondit Maglor avec une neutralité presque insultante. Après tout on dormait bien parce qu'on en avait besoin, non ?
Et oui, l'elfe savait très bien que ce n'était pas la réponse attendue.

Ce faisant, Maglor réfléchissait très activement à un problème beaucoup plus inquiétant (pour lui) que ce qu'il en laissait transparaître : comment se débarasser de cette bande de boulets sans que le Roi et la Reine ne soient prévenus de la présence d'un Elda dans le ville ? Si possible sans décapiter illico les trois gardes qui, au fond, ne faisaient que leur travail ?
Revenir en haut Aller en bas
Elladan & Elrohir



Nombre de messages : 120
Age : 25
Race, Pays : Elfes Noldor; Fondcombe/Imladris
Metier : Princes d'Imladris
Date d'inscription : 03/01/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: El'dan:Moi? Oh mais non, jamais! Mon frère peut-être? El'hir: Quoi? Mais qui aurait bien pu vous raconter un truc pareil! Vous devez me confondre avec mon jumeau...
**Aime/N'aime pas**: Avoir le droit à l'insouciance/ Être seuls.

MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Lun 7 Jan 2008 - 23:53

Sûr qu'aucun des trois gardes ne s'attendaient à une réaction aussi hautaine. Quoique, finalement, avec ses irrascibles longues-oreilles, on en avait déjà vu des vertes et des pas mûres...
Mais celui-là, il n'avait rien de foncièrement sympathique. Et en plus, il semblait on-ne-peut-plus louche. L'ainé finit par s'essayer à un peu moins de diplomatie et un peu plus de sincérité.


"Il y a des établissements pour ça. Il faut généralement avoir des raisons peu orthodoxes pour vouloir dormir dans une cave à vin..."

C'était un ton légèrement ironique, avec un sourire tranquille. Le jeune homme n'était pas inquiet. Bien au contraire. Et il arborait toujours la même attitude pacifique, à la limite de la nonchalance. Manifestement, il ne manquait ni de cran ni de confiance, ou alors, il était un excellent matamore...
D'un geste tranquille, il fit signe à ses deux accolytes qu'ils pouvaient disposer, et qu'il arrangerait ça tout seul. Très confiant, ou avec une idée derrière la tête...


Dès que les deux jeunes eurent disparu, l'Humain changea légèrement de physionomie, sans pour autant quitter la sincère sympathie. Peut-être juste un peu plus sur ses gardes.

"C'est pas moi qui vais vous chercher misère, foi d'homme! En fait, je préférerais même avoir à éviter la case 'faire mon rapport' ce soir. Si vous filez en vitesse, avant l'arrivée des autres gars, il ne se sera rien passé, si vous voyez ce que je veux dire..."

Tranquille, confiant, et en plus faignasse. La jeunesse dans toute sa splendeur, aurait dit l'Ancien...

______________________________________________________________________


La mauvaise humeur, c'est finalement encore plus communicatif que la bonne...
Et de celle des deux fils d'Elrond, c'était une petite servante venue leur annoncer que le petit-déjeuner était servi qui en avait fait le frais. La réponse, sèche et glaciale, l'avait prise de court, et l'enfant était partie sans demander son reste.

Et ce fut donc après être passés par la case "restes de lembas d'une fraicheur douteuse" que les jumeaux, après un échange de regards éloquents, décidèrent tacitement de partir se promener. Ca leur changerait les idées, et rafraichirait un peu leurs esprits oppressés par l'ambiance néanmoins pesante du palais.
Leur capes grises profondément enfoncées sur leurs visages, histoire de ne pas provoquer de petits surprises dues à leurs longues oreilles ou à leurs airs tout elfiques, ils filèrent comme des voleurs.
Arrivés près des premières ruelles, Elladan sourit subitement et attrappa son frère par les épaules.


"Tu te souviens quand tu avais disparu parce que Ammë t'avais passé un savon?"

Un deuxième sourire vint rayonner.

"Comme si c'était hier! J'avais si peur, tout seul dans la forêt. Si tu n'avais pas fini par me trahir et aller dire à Ada où j'étais caché, je crois que je serais mort de trouille."

"Tu étais vraiment couard, à l'époque! Enfin, c'était il y a quoi... deux-mille ans?"

"Plus. Mais mieux vaut couard que casse-cou. Au moins, moi je ne terminais pas mes journées perchées dans un arbre à attendre vainement que quelqu'un vienne me chercher!"

Tout à leur souvenirs, les jumeaux laissaient leurs pieds les diriger à leur guise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livre-des-etoiles.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Mar 8 Jan 2008 - 23:19

"Depuis quand les elfes sont-ils des créatures orthodoxes ?" murmura Maglor entre ses dents, mais il n'intervint pas plus et laissa les deux gardes s'en aller. Ainsi, si l'autre "vieux" décidait de lui coller au train, il n'aurait qu'à l'assomer et bon débarassas ; ce serait encore plus facile avec peu de témoins.

Et Maglor voyait cette option comme de plus en plus attirante. Ce type commençait à profondément souler le Noldo qui avait, rappellons le, une reine à aller espionner. Il n'était pas venu depuis l'Harad pour discuter avec les gardes ! Son regard devint légèrement vitreux alors qu'il revoyait toutes les méthodes connues de se débarasser des gêneurs sans les massacrer.

Réflexion, décision, mais pas d'action : le garde avait eu la chance de laisser tomber avant de se prendre quelque chose sur la nuque. Bonne pioche, voilà qui sauverait l'homme d'une honte certaine.

Réflexion, décision, action : Maglor ravala sa fierté, ferma la bouche sans se rappeller du moment où il l'avait ouverte.
Puis la rouvrir, juste pour dire : "Très bien, adieux alors." Politesse oblige. Puis il tourna les talons et laissa là le garde, sa provision de vin et sa garnison de pochtrons.

Mais Iluvatar (ou Mandos, ou qui que ce soit qui ai le pouvoir d'emmerder tout ce qui marchait, respirait ou se faisait crâmer les doigts par un Silmaril) en avait décidé autrement, et le pauvre Maglor, en sortant en grande hâte de son refuge nocturne, s'arrêta subitement pour ne pas foncer dans deux des créatures qu'il ne voulait absolument pas rencontrer.

Deux paires d'oreilles désagréablement pointues, deux peaux indubitablement immortelles, quatre yeux brillants et étrangement familiers... une véritable terreur gela le noldo sur place alors qu'une avalanche de vieux (et désagréables) souvenirs venaient troubler son regard bleu.
L'image de deux jumeaux aux yeux gris s'imposa et Maglor secoua la tête, oubliant presque de prendre la fuite. Presque. Car dès que le choc serait passé, il était évident que l'Action Prioritaire Numéro 1 s'imposerait : prendre la fuite !
Revenir en haut Aller en bas
Elladan & Elrohir



Nombre de messages : 120
Age : 25
Race, Pays : Elfes Noldor; Fondcombe/Imladris
Metier : Princes d'Imladris
Date d'inscription : 03/01/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: El'dan:Moi? Oh mais non, jamais! Mon frère peut-être? El'hir: Quoi? Mais qui aurait bien pu vous raconter un truc pareil! Vous devez me confondre avec mon jumeau...
**Aime/N'aime pas**: Avoir le droit à l'insouciance/ Être seuls.

MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Mer 9 Jan 2008 - 0:05

Elladan et Elrohir s'était déjà fait depuis longtemps la réflexion que ça ne ressemblait pas fort à un hasard (ni à leur père) que la première syllabe de leurs prénoms était la même que celle d'Elrond et Elros. D'ailleurs, ce n'était en quelque sorte que justice, puisque la ressemblance ne s'arrêtait pas là. Déjà, le fait d'avoir un frère jumeau...
Et puis, les deux frangins n'étaient pas sans avoir hérité de leur paternel quelques traits de physique. Pour être tout-à-fait honnête, personne n'aurait jamais pu hésiter à les mettre tous les trois dans la même famille. Hormis les yeux bleus et le corps un peu moins nerveux qui venait de leur maman et un visage à l'air foncièrement sympathique et ouvert qui leur était tout-à-fait propre, les deux Princes était des répliques parfaites de leur géniteur.
On pourra donc volontiers pardonner à Maglor son moment d'égarement.

Qui surprit pourtant les deux Premiers-Nés. Déjà, voir subitement un Elfe assez crasseux (et encore, en restant diplomatique...), et l'air peu engageant leur arriver dessus comme un Oliphant qui court vers une salade en bousculant tout sur son passage, c'était pas commun. Mais alors en plein Minas Tirith, ça s'appelait vraiment un coup du sort.
Elrohir s'arrêta subitement au milieu d'une phrase, gardant en suspens son frère qui connaissait pourtant parfaitement le récit qu'on lui faisait pour l'avoir entendu mille et une fois. Complètement hébétés -cfr avatar-, les deux fils d'Elrond regardèrent l'étrange personnage secouer la tête. D'un regard, ils se concertèrent pour savoir s'il fallait le prendre pour un fou, pour un imbécile ou pour un peu des deux à la fois. Puis, leurs expressions passant à quelque chose de plus sérieux et de mine de rien assez sévère, ils se lancèrent exactement en même temps, d'un timbre appaisant et grave, jouant sans même plus s'en rendre compte leur petit jeu du duo sur-coordonné.


"I hrón, Héru? Nar maná?"*


*"Un problème, Monsieur? Vous allez bien?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livre-des-etoiles.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Mer 9 Jan 2008 - 20:49

Ai, leur voix !

Maglor frisonna sans pouvoir s'en détacher. Leurs voix ! Leur façon de se regarder l'un l'autre, de parler en même temps ! Il ne voyait plus ces étranges visages jumeaux, mais ceux d'Elononi -si semblables ou presque, qu'il n'avait plus revu depuis si longtemps, plus depuis que Maedhros les avait renvoyé à Gil-Galad.

Le même accent, le même sang, Maglor le sentait et, revenant à la réalité, vit l'horreur de cette rencontre comme il voyait Anar dans le ciel. Ai, Eru, Elrond avait donc des fils en plus d'une fille ? Et que ferait le noldo si cet imbécile de semi elfe apprenait qu'il était encore là, pire ! Qu'il ne se trouvait plus si loin ?
Non ! Rien que la pensée qu'Elrond puisse être ne serait-ce que tenté de partir à sa recherche... de le contraindre à revenir parmis les siens ! Certainement pas ! Maglor n'avait-il pas causé assez de malheurs ?

Ces pensées le traversèrent en un éclair, le temps que le noldo cligne des yeux. Son regard suintait littéralement la peur, et pourtant il ne craignait guère ces deux guerriers qui, pour lui, n'étaient que des enfants, répliques trop ressemblantes d'un Elrond qu'il voyait pas autrement que l'adolescent qu'il était en le quittant.
Maglor se craignait lui même, et c'était bien suffisant pour le garder loin de ceux qu'il aimait. Quelle erreur que de venir ici !

"Laissez moi tranquille," répondit subitement Maglor, qui avait tout sauf envie de parler elfique... en haradrim. Avant de répéter en language commun, tout en reculant, les deux mains élevées à hauteurs de la poitrine, paumes faces contre les jumeaux, l'air de dire, au cas où ils n'auraient pas encore compris, qu'il ne voulait pas d'eux autours de lui.

Ceci étant dit, on remarquera qu'il n'était pas encore partit : le visage d'Elladan et Elrohir le fascinait, plus vivant que ses souvenirs lointains, et il ne pouvait s'en détacher.


Dernière édition par le Ven 11 Jan 2008 - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elladan & Elrohir



Nombre de messages : 120
Age : 25
Race, Pays : Elfes Noldor; Fondcombe/Imladris
Metier : Princes d'Imladris
Date d'inscription : 03/01/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: El'dan:Moi? Oh mais non, jamais! Mon frère peut-être? El'hir: Quoi? Mais qui aurait bien pu vous raconter un truc pareil! Vous devez me confondre avec mon jumeau...
**Aime/N'aime pas**: Avoir le droit à l'insouciance/ Être seuls.

MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Ven 11 Jan 2008 - 0:07

Les jumeaux allaient de surprise en consternation. Auraient-ils manqué de reconnaître quelqu'un? Car c'était bien l'impression que leur donnait Maglor, qui semblait si bien avoir leurs visages en tête... Et qui ne paraissait pas apprécier leur présence le moins du monde.

Elrohir, qui s'était approché d'un pas pour observer l'étrange individu, recula d'un bond, pris de court par la subite et violente réaction de l'Elfe. Il n'eut même pas le temps de deviner en quelle langue on lui adressait la parole, et attérit presque dans les bras de son frère, qui le réceptionna en l'attrappant fermement par les épaules. Et avec une crispation peu ordinaire, qui n'était que trop explicite.
Elladan se sentait mal. Et ce n'était généralement jamais anodin. Le peu qu'il avait pu extraire du peu de regard qu'il avait su capter de cet étranger pourtant si familier, semblait-il, l'avait dérouté.
Un ainé, c'était une certitude... Tellement ainé que le fils d'Elrond se sentit tout d'un coup faible et petit. Quelqu'un qui avait leurs visages déjà imprimé sur sa rétine, semblait-il. D'où auraient-ils bien pu le connaître? C'était tellement frustrant de ne pas arriver le moins du monde à cerner ce personnage dont il devinait qu'il faudrait des vies entières pour recomposer la sienne...
Sentant que son jumeau s'inquiétait de le voir si perturbé, Elladan le serra un peu plus fort contre lui, les bras passés dans un geste si dérisoirement protecteur autour de ses solides épaules. Par réflexe, peut-être, Elrohir lui attrapa les mains, formant ensemble sans vraiment l'avoir voulu un tableau enfantin. Deux gamins inquiets, cherchant désespérément dans la masse humaine qui grouillait autour d'eux sans vouloir les voir un soutien improbable.

Les secondes passèrent, laissant les deux partis figés, se regardant en chiens de fayence. Elrohir, essayant en vain d'oublier son frère qui s'accrochait à lui et lui nouait la gorge tant il semblait perturbé, força son cerveau à réfléchir analytiquement. Aussi vite que possible, il tenta de trouver à qui pouvait bien appartenir ce visage émacié qu'il était sûr d'avoir déjà vu quelque part... Mais où était-ce?
Elladan fut celui qui osa briser le silence. Enchainant en westron, vu que cela semblait mieux convenir à leur interlocuteur, il ne fit pas une seule tentative pour cacher son état d'esprit. Sa voix hésitait, et dérapait un peu dans les aigus, tandis qu'il planta inconsciemment ses ongles dans la paume de son jumeau.


"Qui êtes-vous? Qu'est-ce que vous nous voulez?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livre-des-etoiles.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Ven 11 Jan 2008 - 22:56

Ce qu'il voulait ? Maglor aurait bien aimé le savoir, mais les réponses étaient trop nombreuses (et trop contradictoires) pour être acceptables. Du "s'enfuir aussi vite que possible" à "rester là pour quelques centaines d'années en contemplant des parents dont il ne savait même pas qu'ils existaient", il y avait un gouffre, remplis d'autres avis qui se disputaient le droit d'être réalisés.
Et au milieu de tout cela, un noldo millénaire qui n'avait plus fréquenté son peuple depuis le premier âge pédalait dans la plus épaisse des semoules de l'Harad.

Maglor finit par reprendre ses esprits, au moins partiellement, ou en tout cas suffisament pour se rendre compte, avec choc, qu'il effrayait les deux semi elfes. Le noldo rougit aussitôt, soudainement honteux de sa saleté et de l'état particulièrement repoussant de ses cheveux [*]. Ah, il devait être beau, comme cela ! Il laissa retomber ses bras le long de son corps, et fit un pas en arrière.
A la fois dans l'espoir de se détacher des deux jumeaux et de les rassurer. Ou se rassurer lui même, au choix.

"Je ne vous veux pas de mal,"
assura-t-il, un peu gêné qu'on ai pu croire le contraire. Quand vous aviez Doriath, Sirion et Alqualondë sur la conscience, cela ne faisait jamais plaisir de voir que vous faisiez peur à des compatriotes. "Je suis désolé, fils d'Elrond ; je ne souhaitais pas vous effrayer."

~*~
[*] Point particulièrement important : les canons de beauté chez les elfes vont des cheveux une partie du corps très mise en valeur, jugée sensuelle ou signe de rang selon la coiffure, si bien que les elfes prennent forcément soin de leurs cheveux, à moins d'avoir atteint un stade de décripitude intellectuelle avancé :p
Revenir en haut Aller en bas
Elladan & Elrohir



Nombre de messages : 120
Age : 25
Race, Pays : Elfes Noldor; Fondcombe/Imladris
Metier : Princes d'Imladris
Date d'inscription : 03/01/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: El'dan:Moi? Oh mais non, jamais! Mon frère peut-être? El'hir: Quoi? Mais qui aurait bien pu vous raconter un truc pareil! Vous devez me confondre avec mon jumeau...
**Aime/N'aime pas**: Avoir le droit à l'insouciance/ Être seuls.

MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Sam 12 Jan 2008 - 1:11

La réponse de Maglor laissa flotter un nouveau blanc, qui permit aux jumeaux de plus ou moins reprendre une attitude normale et plus digne. Parce que, avouons-le, les Princes d'Imladris qui tremblaient presque face à un inconnu en loques, ça n'avait franchement rien des très glorieux guerriers qu'ils étaient sensés incarner...

Repoussant son frère légèrement d'une main pour s'ouvrir le passage, Elrohir s'aventura de quelques pas en avant d'un air peu engageant, voire carrément menaçant.


"Nous connaissons-nous, pour que vous sachiez qui nous sommes?"

Son ton, qui se voulait net et cassant, gardait néanmoins, plus par habitude que par réflexe, cette espèce de sollicitude toute diplomatique qui faisait du Semi-Elfe un excellent médiateur.
Un autre détail vint finalement complètement détruire sa tentative d'intimidation envers le Noldo: Elladan lâcha un bref éclat de rire et asséna une bourrade amicale à son frangin.


"Hola, tout doux, Elrohir! Pourquoi t'étonner du fait que toute la Citadelle soit au courrant de notre visite? Nous ne nous sommes pas cachés, loin de là, que je sache!"

Les jumeaux se toisèrent une fraction de seconde, juste suffisante pour accorder leurs violons. Et ce fut épaule contre épaule, la même expression sympathique de curiosité mellée à une certaine autorité menaçante qu'ils continuèrent leur diatribe, bien que seul un des deux pris la parole, cette fois-ci.

"Mais tout cela ne réponds en rien à ma première question: qui êtes vous? Et, aux vues de vos réactions, j'en reviendrai aussi à la première question de mon frère: nous sommes-nous déjà rencontrés par le passé... Pour ma part, je n'en ai aucun souvenir."

Elrohir, mine de rien un peu vexé de s'être fait devancer par son alter ego, laissa passer une ombre sur son visage et se permit, juste quelques instants, un léger sourire amusé. Sûr que dans cet état lamentable, l'étranger aurait pu être leur père, que les fils d'Elrond ne l'eussent pas plus facilement reconnus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livre-des-etoiles.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Jeu 17 Jan 2008 - 21:16

[Arf, j'avais pas vu que tu avais répondu T_T]

Un grand frisson parcourut Maglor de la tête aux pieds ; il prit naissance dans sa poitrine, face à l'agressivité du jeune Elrohir, puis glissa jusque dans ses cuisses, qui se raidirent comme prête à l'effort du combat. Jusque dans l'arrière de son crâne qui lui sembla soudain sonner l'alarme de la prudence.
Jusque dans ses doigts qui, vifs comme si son bras avec été un serpent, trouvèrent la poignée de sa lame, prêts à défendre le prince déchu.

Maglor se figea dans cette incomplète posture d'attaque, puis recula prestement comme si quelque chose l'avait brûlé. De là où se trouvaient les jumeaux, un pommeau couvert de cuir laissait pourtant entrevoir une forme de garde qui n'était guère usité chez les humains, ainsi qu'une paume étrangement noircie lorsque la main droite revint à sa place initiale.

Décidement, il se plantait sur toute la ligne et ces sales gosses mettaient tous ses efforts à sac. Fichus réflex d'auto-préservation (synonyme : de décapitation automatique) !

"Non, non, je ne vous ai jamais vu, et vous ne m'avez jamais rencontré," répondit vaguement un Maglor qui avait de plus en plus de mal à savoir ce qu'il voulait. Quelque chose le poussait à aller vers les jumeaux, membres de la seule famille qu'il lui restait, à apaiser la solitude qui le tenaillait à leurs côtés. Une frêle étincelle de ce qui devait avoir été son orë avant que le premier âge ne le pulvérisme sans mercie lui donnait l'espoir d'un pardon inespéré.
Sa raison se rebellait contre ce désir, aussi physique que les réflexes millénaires qui guidaient sa main à sa lame. En même temps qu'un désir viscéral, une peur odieuse donnait un goût de bile à la salive du noldo.

Mais sa raison disait aussi à Maglor qu'à présent, les jumeaux ne le laisseraient pas partir sans avoir leurs réponses. Voilà qui le terrifiait plus encore : que se passerait-il s'il était reconnu ? S'il se dénonçait ? Ils étaient les fils d'un sage, et ne pourraient ignorer son histoire !

"Vous... ressemblez à votre père," décida de confier Maglor, décidant qu'il ne se mouillait pas trop par ce chemin là, mais plutôt hésitant.
A présent, il craignait surtout que sitôt le dos tourné, les jumeaux n'aillent prévenir Elrond -dernière chose que Maglor aurait souhaité.
Revenir en haut Aller en bas
Elladan & Elrohir



Nombre de messages : 120
Age : 25
Race, Pays : Elfes Noldor; Fondcombe/Imladris
Metier : Princes d'Imladris
Date d'inscription : 03/01/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: El'dan:Moi? Oh mais non, jamais! Mon frère peut-être? El'hir: Quoi? Mais qui aurait bien pu vous raconter un truc pareil! Vous devez me confondre avec mon jumeau...
**Aime/N'aime pas**: Avoir le droit à l'insouciance/ Être seuls.

MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Jeu 17 Jan 2008 - 22:18

La subite mise en garde de Maglor avait légèrement fait tilter les jumeaux. Voilà un personnage qui ne devait pas être bien net pour avoir le réflexe de se défendre aussi vite... Et que d'étranges détails ne se dévoilaient pas en l'espace de ce geste aussi dérisoire qu'inutile. Pas un seul d'entre eux n'aurait pu échapper au double regard des fils d'Elrond, mais, sans doute par simple esprit tolérant, pas un seul ne leur arracha ne fusse qu'un écart de sourcils.

Elrohir faillit réagir quand le Noldo leur annonça qu'ils ne se connaissaient pas. Bon sang, par tous les Valars! Il était tellement sûr d'avoir déjà vu ce visage que ça le rendait malade! Et que son frère ne réagisse absolument pas ne faisait que l'énerver encore plus.


Citation :
"Vous... ressemblez à votre père,"

Le visage d'Elladan s'éclaira d'un grand sourire amusé. Son jumeau, lui se contenta d'un haussement de sourcils narquois.

"Ah, bon..."

Cette constatation de leur interlocuteur, lancée d'un ton mine de rien pas très assuré, eut au moins le mérite de détendre l'atmosphère. Un peu comme si les Princes d'Imladris se trouvaient appaisés, même à distance, par l'évocation de leur papa.
Ce qui était loin d'être faux, en plus. Elladan et Elrohir n'avaient jamais caché à personne leur admiration et leur amour pour leur père, dont la réputation de grand sage et d'être juste et bon faisaient leur fièrté, mais aussi leur fardeau: il semblait si difficile parfois de lui arriver ne fusse que à la cheville!

Mais il ne faut jamais se fier au calme apparent des Eldánoni, et ça, leur entourage ne le sait que trop bien. Après à peine une demi-seconde de regard dans le vague, leur iris se croisèrent, et un sourire diplomatique, certes, mais néanmoins situé quelque part à la limite de la sévérité et de la moquerie, apparut sur les lèvres d'Elrohir.
Sa voix était posée, tellement tranquille et indolente qu'elle en était presque insolente.


"Si vous le connaissez de visage et ne fusse qu'un peu d'esprit, vous saurez sûrement son caractère obstiné. Et sachez qu'en cela nous sommes les dignes fils de notre père..."

Où comment rappeler d'une façon relativement polie qu'on attend toujours encore une réponse à une question. Et au cas où il serait venu à l'esprit de Maglor d'oublier ce qu'ils lui voulaient, deux paires d'yeux bleus profonds étaient posés sur lui avec un sans-gêne et une insistance très assurée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livre-des-etoiles.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Jeu 17 Jan 2008 - 23:55

Maglor faillit répondre, hautain, qu'il savait parfaitement qu'Elrond était un sale gosse buté. Faillit, seulement, pour deux raisons :
D'abord parce que ce serait admettre qu'il connaissait personnellement le semi-elfe, ce qui n'arrangerait nullement ses affaires.
Ensuite parce qu'Elrond n'était plus un enfant depuis maintes années.

Plutôt que de répondre, le Fëanorien se renfrogna, si bien que ses sourcils vinrent former une presque-ligne entre ses yeux et son front. Malheureusement pour les jumeaux, si Elrond était têtu, ce n'était rien face à la légendaire détermination de la famille de Maglor. Autrement dit s'ils attendaient de lui qu'il décline tous ses noms et son arbre généalogique en prime, ils pouvaient toujours aller pleurer dans les jupes de papa pour le faire changer d'avis.

"Je n'en doute pas,"
répondit néanmoins Maglor, alors qu'une idée pointait dans sa cervelle d'elfe relativement intelligent. Parce qu'un fils de Fëanor ne peut être QUE intelligent.
Sauf Celegorm, avouons le, qui n'était pas une lumière, mais chut, c'est mal d'écrire du mal des morts.

"Mon nom est Nairë ; Nirnaeth dans la langue de vos terres."

~*~
Nairë : Lamentation en Quenya
Nirnaeth : Lamentation en Sindarin


Dernière édition par le Ven 18 Jan 2008 - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elladan & Elrohir



Nombre de messages : 120
Age : 25
Race, Pays : Elfes Noldor; Fondcombe/Imladris
Metier : Princes d'Imladris
Date d'inscription : 03/01/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: El'dan:Moi? Oh mais non, jamais! Mon frère peut-être? El'hir: Quoi? Mais qui aurait bien pu vous raconter un truc pareil! Vous devez me confondre avec mon jumeau...
**Aime/N'aime pas**: Avoir le droit à l'insouciance/ Être seuls.

MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Ven 18 Jan 2008 - 0:19

Encore un trait de caractère hérité de papa, les jumeaux détestaient qu'on se moquent d'eux. Et c'était manifestement ce qu'essayait de faire leur interlocuteur. Ou alors, il voulait juste les énerver.
Dans le second cas, il risquait d'être très déçu. Tout d'abord, parce que Les deux frères réservaient généralement leurs coups de gueule pour eux-mêmes, et ensuite, parce que le défi que représentait ce Noldo multi-millénaire et en très mauvaise état commençait à éveiller leur curiosité et leur intéret.

Faisant mine d'accepter la présentation comme complète, les jumeaux opinèrent de la tête et rendirent la pareille. Quand on veut arriver à ses fins, mieux vaut que celles-ci ne s'en aillent pas pour cause de manque de tact...


"Gîl síla na lû govaded. Eldánoni eneth met."*

Puisque l'autre venait de leur rappeler leur langue maternelle, autant la parler, non?
Et puisqu'il parlait justement de terres...


"Vous qui parlez comme un étranger de notre pays, d'où venez-vous? Car s'il est moins rare aujourd'hui de voir des Premiers-Nés dans la Citadelle, depuis qu'il y règne nos frère et soeur, il est encore peu de coutume de rencontrer des natif d'un royaume humain parmi les nôtres, non?"

*Traduction presque innutile...
"Une étoile brille sur l'heure de nôtre rencontre. Eldánoni est notre nom."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livre-des-etoiles.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Ven 18 Jan 2008 - 23:09

[J'ai édité un détail de la dernière réplique, à savoir "le nom que m'a donné ma mère", c'était plus logique et plus esthétique sans.]

Les jumeaux pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient, ils ne pouvaient accuser Maglor de mensonge. Lamentations, n'était-ce pas ce qu'il était maintenant ? Se lamenter, voilà ce qu'il faisait de ses journées, de ses nuits et de ses rêves ; des lamentations, voilà tout ce qu'il avait apporté aux Terres du Milieu.
Sa meilleure oeuvre n'était-elle pas une complainte ?

Mais Maglor se sentit de nouveau frisonner. Eldanoni ? Jumeaux ELFES ? Quelle belle bêtise ! Qui avait eu l'idée saugrenue de leur donner cet odieux sobriquet ?
Ils étaient semi-elfes ! Descendant de grandes maisons des Edains, et si Maglor faisait souvent peu de cas des mortels, il avait appris à ne plus penser hautement des immortels. N'était-ce pas Beren qui avait réussit là où Macalaurë et ses six frères avaient échoués ? N'avait-il pas touché le Silmaril sans être brûlé ?
Se pouvait-il qu'Elrond les ai nommé ainsi pour renier leur ascendance ? Et si ce n'était lui, qui d'autre, son épouse ? Ce serait bien une manigance de fille de Sinda !

Le noldo avait serré les mâchoires, mais détourna le regard, honteux, en se rappelant qu'il n'avait aucun droit sur l'epessë de ces jumeaux. Quand bien même Elrond aurait été son fils (ce qui n'était pas le cas), Maglor n'aurait quant même eu aucune critique à faire.

"Je viens de terres que ni vous, ni vos parents n'ont jamais foulés, si vous demandiez pour le lieu de ma naissance. Et s'il n'en est pas de même, mes pas foulèrent les sables du Sud pendant maintes années. L'Harad est ma terre d'avantage que votre Gondor."

L'Harad, le Khand, et bien d'autres royaumes malheureux autrefois sous la poigne de Sauron. Mais sous des dehors ardus la douceur est cachée ; et bien que Maglor ai une aspect de mendiant, il avait goûté maintes plaisirs de ces terres : les chatoyantes épices, la puissance nerveuse des fringuants chevaux du désert, ou même l'ombre et la vue qu'offraient les palanquins qu'on hissait sur le dos des Oliphants.
Et depuis le temps, Maglor pouvait le dire : si Seigneur il était encore, c'est dans le Sud que se trouvait son royaume... et que ses rêves le menaient désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Elladan & Elrohir



Nombre de messages : 120
Age : 25
Race, Pays : Elfes Noldor; Fondcombe/Imladris
Metier : Princes d'Imladris
Date d'inscription : 03/01/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: El'dan:Moi? Oh mais non, jamais! Mon frère peut-être? El'hir: Quoi? Mais qui aurait bien pu vous raconter un truc pareil! Vous devez me confondre avec mon jumeau...
**Aime/N'aime pas**: Avoir le droit à l'insouciance/ Être seuls.

MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Sam 19 Jan 2008 - 23:48

Décidément, les réactions de leur interlocuteur avait de quoi dérouter les fils d'Elrond... Ses légers frissons, ses infimes mouvements, aucun ne leur échappait, et aucun ne manquait de soulever de nouvelles questions.
Et d'apporter de nouveaux détails, qu'Elrohir tentait d'insérer dans le grand puzzle qui se profilait dans son esprit. Chaque minuscule froncement de sourcils lui importait, et le rendait plus fébrile. Il était certain, si certain, qu'il pourrait deviner qui était cet être étrange que ça l'obsédait.

Sentant la concentration de son frère, Elladan le laissa faire, et décida de prendre pour de bon les rênes de la conversation. La réponse du Noldo sembla le satisfaire, et il hocha gravement la tête. Et il fut bien obligé d'admettre qu'il ne savait pas trop quoi y répondre. C'était presque comme si l'autre faisait de son mieux pour achever la conversation...
Les jumeaux le sentaient bien: les deux partis étaient presque comme des aimants dont les pôles s'inverseraient régulièrement. Ils étaient intéressés, et à la fois se perturbaient.
Si ce n'était pour Elrohir, le Prince d'Imladris aurait volontiers mis un terme à cet échange de phrases vides. Et d'ailleurs, il ne se priva pas de le faire savoir à son jumeau en lui donnant discrètement un petit coup de pied dans les orteils.


"Le Harad est une terre que je connais mal, je vous l'avoue. Quelles en sont les nouvelles?"

Voilà qui aurait le mérite de faire parler un peu l'autre, et permetterait sûrement au Semi-Elfe de n'avoir qu'à opiner de la tête et lâcher quelques "mmh" réguliers. Le reste, Elrohir s'en chargerait. Parfait.

Elrohir, qui, justement, venait de faire un lien intéressant. Bêtement, presque, il avait fouillé aussi loin que sa mémoire lui revenait et s'était rappelé des histoires d'enfant: Beren et Luthien, la chute de Doriath. Les images des illustrations se plantaient devant ses yeux sans qu'il parvienne à s'en détacher. Et il n'y comprenait plus rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livre-des-etoiles.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Dim 20 Jan 2008 - 1:33

Niè ?

Ces garçons étaient-ils idiots, candides ou lunatiques ? Leur intérêt pour son identité avait-il disparut ou étaient-ils incapables de rester sur le même sujet plus de cinq minutes ?
Il était plus probable qu'il existe une troisième solution : Eldanoni détournait la conversation pour mieux attaquer.

Le problème quand vous vous débattez contre la langue d'un Ménestrel, fils et frère de très grands orateurs, c'est que vous risquez fort d'y laisser des plumes sans même vous en rendre compte. Heureusement, Maglor était suffisament perturbé par cette rencontre pour n'avoir pas usé de ce talent familial ; mais à présent, il devenait presque aisé de mettre à jour les plans des jumeaux.
Et s'ils étaient deux qu'on devait observer, Maglor avait l'avantage frappant d'être né en Valinor ; et Galadriel n'était pas la seule à posseder quelques dons en matière de pensées... Elrohir était clairement celui des deux sur laquelle la présence du Noldo avait le plus d'effet. Pourquoi ? Maglor voulait le découvrir, et tant pis pour Elladan.

Son regard bleu darda soudain toute sa lumière sur le plus jeune des jumeaux, celui des deux qui était silencieux. Galadriel donnait l'impression que vous vous teniez nu devant elle ; mais encore était-elle une femme, expérimentée et plus douce que les Fëanoriens, dont l'esprit allait plus comme une flamme qu'avec la douceur de la lignée de Finarfin. Que l'esprit de Maglor se fut soudain fixé sur les pensées d'Elrohir fut instantanément connu ; pas spécialement douloureux, juste soudain et un peu brusque, comme si l'aîné n'avait pas pratiqué ce genre de communications depuis longtemps.
Ce qui était le cas.

Le murmure des pensées n'est pas simple à appréhender, pas plus que les pensées elles même, mais l'idée de Beren et Luthien traversa l'esprit de Maglor, avant même qu'il n'ai réellement touché l'esprit d'Elrohir. Par analogie, l'idée des silmarils lui revint.
Il se retira aussitôt et recula en hoquetant, ramenant sans main brûlée contre sa poitrine, le poignet couvert par sa main valide. Une expression issue d'un souvenir de douloureux lui tordit un instant son visage, comme si Maglor avait rééllement souffert en ce instant - sa paume ne venait-elle pas de le brûler ?

Doriath ! Pourquoi fallait-il que les pensées d'Elrohir se soient tournées de ce côté ?


Dernière édition par le Dim 20 Jan 2008 - 13:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elladan & Elrohir



Nombre de messages : 120
Age : 25
Race, Pays : Elfes Noldor; Fondcombe/Imladris
Metier : Princes d'Imladris
Date d'inscription : 03/01/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: El'dan:Moi? Oh mais non, jamais! Mon frère peut-être? El'hir: Quoi? Mais qui aurait bien pu vous raconter un truc pareil! Vous devez me confondre avec mon jumeau...
**Aime/N'aime pas**: Avoir le droit à l'insouciance/ Être seuls.

MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Dim 20 Jan 2008 - 12:55

Maglor n'aurait pas pu mieux aider Elrohir... La subite intermittence du Fëanorien dans son esprit recolla presque instantanément les derniers morceaux de son puzzle. Sa réaction violente confirma le tout.

Evidemment que le fils d'Elrond connaissait le visage de son interlocuteur! Quel enfant-elfe n'avait jamais vu une image des sept fils de Fëanor? Et le manque d'intérêt de son frère était tout aussi logique, celui-ci ayant plutôt un faible pour l'histoire non-elfique...
Evidemment que le Noldo agissait comme s'il les connaissait! Il avait élevé leur père et oncle, dont leur duo était au premier abord une réplique parfaite.
N'empêche que l'Elfe eut un moment d'hébétement, durant lequel il se contenta de cligner des yeux en observant Maglor qui se débattait avec ses souvenirs et sa main. Faut admettre que c'est pas tous les jours qu'on rencontre un tel personnage, il y a de quoi en être surpris.

Elladan, lui, allait d'étonnement en surprise. Tout d'abord, il se retrouva presque seul à converser dans le vide. Génial... Puis, tout d'un coup, il sût que son frère avait trouvé ce qu'il voulait, et que c'était loin de le rassurer.
La légère crispation de son jumeau, posté juste derrière lui, son regard sombre dardé sur l'étranger qui se tordait de douleur -hein? Il avait raté un épisode ou quoi?-, tout lui indiquait que la situation venait de complètement changer de donne.
Violemment, il se retourna pour essayer de capter l'attention de son frère, ne fusse qu'une fraction de seconde. Ca lui aurait suffit pour se mettre au courrant. Mais Elrohir ne lui accorda pas même une tape sur l'épaule. Tout son esprit était tendu vers le Noldo.


"Il existe des façons plus polies de s'intéresser aux pensées des gens..." lança-t-il d'une voix sèche, mais pas désagréable. Le Semi-Elfe n'avait pas beaucoup aimé les manières de Maglor, c'était un fait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livre-des-etoiles.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Dim 20 Jan 2008 - 13:54

[Je devrais vraiment me relire, de temps à autre, ça m'éviterai d'écrire des bêtises comme "femme" à la place de "flamme" T_T Aïe, je déteste voir mes fautes >_<]

Maglor resta silencieux, encore une fois piégé dans un de ces énièmes duel de volonté : d'un côté, les souvenirs qui revenaient et dont il ne voulait pas ; de l'autre, toute son attention se portait à les repousser. Il trembla lorsqu'il sut qu'Elrohir l'avait reconnut, à l'expression seule de son visage, mais resta interdit, figé.

Il était découvert. C'était terminé, Maglor n'avait plus qu'à disparaître quelque part, n'importe où tant que personne n'irait l'y déloger. Tant pis pour Arwen, qu'il ne verrait sans doute jamais ; tant pis pour Elrond qui aurait bientôt des nouvelles de son passage, mais ne saurait jamais où le chercher.

Puis Elrohir parla, et Maglor se raidit tant que tout son corps aurait pu être de pierre. Le sens des paroles n'était pas important : la voix seule avait ramené sa conscience à la réalité, et cela suffit pour déclencher une action. Une action que Maglor, à présent, regrettait de ne pas avoir faite plus tôt : il partit soudain et à toute allure dans la direction opposée, écarta au passage un garde en cotte d'un simple coup d'épaule et, aussi vite que ses grandes jambes pouvaient le porter, vers ce qu'il croyait être la direction de la Porte de la Citadelle...
Revenir en haut Aller en bas
Elladan & Elrohir



Nombre de messages : 120
Age : 25
Race, Pays : Elfes Noldor; Fondcombe/Imladris
Metier : Princes d'Imladris
Date d'inscription : 03/01/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: El'dan:Moi? Oh mais non, jamais! Mon frère peut-être? El'hir: Quoi? Mais qui aurait bien pu vous raconter un truc pareil! Vous devez me confondre avec mon jumeau...
**Aime/N'aime pas**: Avoir le droit à l'insouciance/ Être seuls.

MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Dim 20 Jan 2008 - 18:08

Les jumeaux eurent à peine le temps de réagir, que l'autre fit volte-face et s'enfuit à toutes jambes.
Elrohir fut le plus rapide à s'élancer à sa poursuite, bousculant au passage son frère qui n'avait pas encore très bien saisi toute l'histoire. Poussant un cri rageur, il fendit la foule sans aucune considération pour la populace qui lui barrait le passage. Ben tiens! Pour une fois qu'il rencontrait quelqu'un d'intéressant, fallait qu'il le voit s'encourir à sa vue! Incroyable!

Elladan, tombé à terre suite au coup de coude de son jumeau, se releva en quatrième vitesse, et se lança à toute vitesse. Il avait un bon avantage sur les deux autres: à son passage, le chemin était déjà dégagé. Et puis, lui et son frère, les gardes n'osaient pas les retenir...
Bon à la course, il ne mit que quelques secondes à rejoindre Elrohir qui sprintait les poings serrés.


"El'hir! J'aimerais beaucoup une explication!"

"Tais-toi et cours!"

Refrognés tous les deux, côte à côte, les fils d'Elrond poursuivaient Maglor avec une hargne certaine pendant une bonne minute. Il parraissait impossible de le rattrapper...
Elladan faillit s'arrêter, quand un sourire éclaira subitement son visage. L'étranger venait de s'élancer dans une ruelle qui menait à la porte du cinquième cercle. Il claqua des doigts, et adressa un clin d'oeil à son frère.


"Dépèche-toi! Avec un coup de pouce de la chance, on va le coincer, ton Noldo!"

"El'dan! Tu es génial!"

Pas sûr qu'ils avaient réellement prononcés ces mots, mais en tout cas, ils l'avaient pensé assez fort pour que le message passe.
Le duo se sépara rapidement, Elladan prenant la même rue que Maglor en se forçant à une pointe de vitesse, Elrohir celle qui lui était parallèle.

Mauvaise pioche pour le Fëanorien, les Princes d'Imladris avaient la carte de Minas Tirith imprimée dans la rétine... Et il venait de s'engager dans une minuscule ruelle, presque vide.
Elladan, à ses trousses, adressa une prière muette à Eru pour que Elrohir se dépèche, et se força à ne pas quitter l'Elfe des yeux. Ce qui n'était absolument pas difficile...
Elrohir, quant à lui, après avoir rapidement attrapé sa cape d'une main pour ne pas qu'elle le gène, avait bousculé avec entrain quelques ménagères qui faisaient leurs courses, le tout agrémenté de l'un ou l'autre "Excusez-moi". Au tournant, il faillit déraper sur une flaque d'huile, puis reprit de la vitesse. La silhouette de Maglor apparut alors dans son champ de vision. Parfait...

Elladan apparut une seconde seulement derrière le Noldo, lui bloquant le passage du retour, la ruelle d'à côté étant occupé par son frère. La dernière solution n'était pas bonne non plus: la porte, et ses gardes, qui manifestement avaient un parti pris et se feraient un plaisir de réduire le Noldo en purée s'il le fallait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livre-des-etoiles.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Dim 20 Jan 2008 - 20:31

Maglor comprit trop tard qu'il était piégé et, lorsque la nasse se referma sur lui, il n'eu d'autre choix que de piler net. La garnison était trop importante pour qu'il ai ne serait-ce que l'espoir de passer en force ; le chemin de derrière bloqué et la rue empruntée par Elrohir était la seule à déboucher sur la minuscule place de la Porte.

Le Noldo pensa un moment à s'échapper par les toits, mais les lieux avaient été conçus pour être tenus en cas d'attaque : si la porte tombait, il était évident que les poternes qui perçaient les murs seraient difficiles à enfoncer (c'est à dire impossibles vu le matériel et le temps que Maglor pouvait y accorder), et les façaces n'offraient pas de prises. Impossible, donc, de s'enfuir par quelque endroit que ce soit : les trois accès disponibles étaient occupés.

Les yeux du Fëanorien flamboyèrent de fureur tout juste contenue. Etonnant de voir que même plus sale qu'un chien galeux, Maglor aurait encore assez de fierté pour se sentir humilié : lui, acculé par deux sales gosses, qui n'avaient même pas tout leur sang elfique ! Macalaurë serra les dents et recula vers un coin de la cour, le plus éloigné des jumeaux et des soldats humains, qui ne devaient vraiment pas comprendre toute cette affaire.
Le regard bleu étoilé se fixa tour à tour sur les jumeaux, avant de se poser sur Elrohir. Maglor aurait voulut atteindre son épée, au moins pour montrer qu'il n'était pas sans défense, mais sa main droite lui paraissait encore sensible (même si c'était idiot, en y repensant, il n'y avait aucune raison qu'elle recommence à faire mal), aussi tira-t-il légèrement sur la garde avec la main gauche.

Il n'avait pas le talent de Maedhros comme gaucher contrarié, mais il refusait de devenir le dindon de la farce, aussi facile à attraper qu'un lapin sans pattes !
Revenir en haut Aller en bas
Elladan & Elrohir



Nombre de messages : 120
Age : 25
Race, Pays : Elfes Noldor; Fondcombe/Imladris
Metier : Princes d'Imladris
Date d'inscription : 03/01/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: El'dan:Moi? Oh mais non, jamais! Mon frère peut-être? El'hir: Quoi? Mais qui aurait bien pu vous raconter un truc pareil! Vous devez me confondre avec mon jumeau...
**Aime/N'aime pas**: Avoir le droit à l'insouciance/ Être seuls.

MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Dim 20 Jan 2008 - 20:58

Elladan commençait à comprendre petit à petit qui il avait en face de lui. Tandis que Maglor cherchait désespérément un lieu de fuite, le fils d'Elrond se tourna vers son frère et articula sans lacher un son le nom qui résumait ses soupçons. Elrohir confirma d'un hochement de tête. Un vague haussement de sourcils signifiant quelque chose comme "hé ben, c'est pas commun..." déforma momentanément le visage de l'Elfe-Homme, puis, il se reconcentra sur leur "proie".

Maglor avait entretemps agrippé la garde de son épée... de la main gauche. Réelle douleur? Erreur? Tout est que c'était assez surprenant, et assez peu engageant pour qu'aucun des deux frères n'ait envie de l'imiter. Et puis, de toute façon, on ne massacre pas comme ça, même si c'est par non-assistance à personne entre les bras des Gardes de la Citadelle, son grand-père par adoption.
Autant essayer d'arranger la chose de façon pacifique.

Tandis qu'Elladan faisait autoritairement comprendre aux gardes que s'ils levaient les petit doigt contre l'Elfe, ça se terminerait très mal pour eux, Elrohir esquisça un sourire et leva les mains vides. Jusqu'à dernier ordre, c'était le signe de paix le plus international et interracial.
Histoire de ne pas mèler d'Humains à la conversation, il enclencha au quenya. Il aurait volontiers parlé Haradhrim, vu que son interlocuteur semblait apprécier cette langue, mais craignait de ne pas très bien réussi à se faire comprendre.


"Vous, avez-vous dit, ne nous voulez aucun mal, nous non plus. Aucun de nous n'a, je crois, le moindre intérêt à user de la violence. Je ne sais pas ce que vous craignez de notre part, nous qui sommes encore des enfants à votre regard, mais il est sûr que si vous accepteriez de nous en faire part, nous pourrions essayer d'arranger le problème.
Et sinon, hé bien... Allez! Je ne connais pas de droit qui nous permet de vous contraindre. Nous aurons été content d'avoir pu faire votre connaissance, quoique brièvement, et dans des circonstances peu propices aux bons souvenirs. Nous nous contenterons des bibliothèques d'Imladris et des dires d'Ada pour satisfaire notre curiosité..."


La déception d'Elrohir était sincère. Elladan n'arrivait plus non plus à cacher son intérêt, bien qu'il semble l'essayer pour ne pas compromettre Maglor face aux gardes.
En haussant les épaules d'un petit geste fataliste, le fils d'Elrond s'écarta du chemin et alla se coller à nouveau épaule contre épaule avec son jumeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livre-des-etoiles.forumactif.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Mer 23 Jan 2008 - 18:23

"Je ne vous crains pas," répondit brusquement Maglor, quelque peu insulté. Non mais ! Il avait affronté les armées de Morgoth, zut à la fin, c'était pas pour qu'on le prenne pour un demeuré qui avait peur de tout !

"Et je ne veux pas faire votre connaissance," ajouta Maglor avec une méchanceté toute étudiée : juste assez visible pour blesser et repousser, mais pas assez pour qu'elle paraisse feinte. Agir de la sorte lui fendait le coeur, mais venait de prendre une décision, à savoir garder les jumeaux et leur famille le plus loin possible de sa personne. Ne serait-ce que pour protéger les relations diplomatiques entre Imladris et Thranduil, car rappelons que ledit Thranduil avait vu quelqu'uns de ses oncles/cousins/cousines/blabla passer par le fil de l'épée de Maglor, celle qui, précisément, pendait bien tranquillement contre sa hanche.

Pour ce qui était du reste, et bien, Maglor n'y pouvait plus rien. Surveillant du coin de l'oeil les deux jumeaux, il passa lentement au milieu des gardes, comme un félin ou un loup qui observe ses géoliers avant de s'enfuir. Puis, avec une vivacité somme toute surprenante vu sa présente lenteur, il disparut dans une ruelle.

Mais les voix d'Eru sont impénétrables et il n'était pas dit que les route des jumeaux et de l'étrange Noldo ne se croiseraient plus...
Revenir en haut Aller en bas
Elladan & Elrohir



Nombre de messages : 120
Age : 25
Race, Pays : Elfes Noldor; Fondcombe/Imladris
Metier : Princes d'Imladris
Date d'inscription : 03/01/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: El'dan:Moi? Oh mais non, jamais! Mon frère peut-être? El'hir: Quoi? Mais qui aurait bien pu vous raconter un truc pareil! Vous devez me confondre avec mon jumeau...
**Aime/N'aime pas**: Avoir le droit à l'insouciance/ Être seuls.

MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Mer 23 Jan 2008 - 21:00

Le subit éclat de colère de Maglor énerva Elrohir. Non mais! Il essayait d'être sympa, consciliant, envers cet espèce de crasse mal dégrossie sans même assez de pudeur pour respecter les pensées d'autrui, et qu'est-ce qu'il récoltait? Môssier le Noldo qui se prend de haut!

"Mais je n'ai pas dit ça, par Eru!"

Ah, carrément... Et il ne voulait pas faire leur connaissance. Les fils d'Elrond n'avaient pas la grosse tête au point de penser qu'ils méritaient amplement d'être connus, mais tout de même. Un double soupir excédé, qui indiquait bien que les Princes d'Imladris considéraient avec mépris ce qu'il voyaient presque comme un enfantillage, accueillit la remarque.

Avant même de laisser filer leur grand-père adoptif, Elladan serra l'épaule de son frère et le força à se retourner.


"Allez, viens, El'hir. Rentrons auprès d'Estel et Undomiel."

L'incident était clos.
Il ressortiait sûrement des tiroirs de leur mémoire assez rapidement, par exemple dans la prochaine missive à leur père, mais, entretemps, la vie continuait. Avec ou sans le Fëanorien.

D'un pas entrainant, les Semi-Elfes remontèrent vers la Citadelle, histoire de se changer avant de demander audience au Roi. Après tout, ils n'avaient plus eu l'occasion de voir leur petit frère depuis cette surprenante soirée de l'avant-veille!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livre-des-etoiles.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rien qu'une ombre   Aujourd'hui à 23:21

Revenir en haut Aller en bas
 
Rien qu'une ombre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une ombre parmi tant d'autres. [PV Nuage Lunaire]
» °×---×° Kazuki Vs Train ... Elle était la mort, il était l'ombre. Elle créait les zombies, il les controlait.°×---×° [PV.Kazuki]
» A l'ombre d'un arbre [PV Maëlys + 1 qui veut]
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: GONDOR :: Minas Tirith - La cité du gondor :: La citadelle-
Sauter vers: