AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Retour du Magicien (suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gandalf



Nombre de messages : 128
Age : 28
Race, Pays : Istar, Valinor (Hypothétique)
Metier : Messager des Valar
Date d'inscription : 28/09/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: En cas de problème, toujours suivre son flair!
**Aime/N'aime pas**: L'herbe à pipe/ Le mensonge

MessageSujet: Le Retour du Magicien (suite)   Sam 12 Avr 2008 - 16:55

Les portes de la Citadelle, majestueuse demeure des Rois du Gondor et aujourd'hui occupée par le Roi Aragorn Elessar, Souverain des Terres du Milieu. Les sept niveaux de Minas Tirith furent gravis à vive allure, Gripoil connaissait cet endroit désormais, tout comme le vieux Magicien, il y avait combattus, les avait monté et descendu plusieurs fois, pour exhorter les hommes au combat, leur faire tenir leurs positions.

Arrivé au septième niveau, celui de la Citadelle, on le mena à l'écurie, alors que son ami gravissait les dernières marches à pieds, sur l'esplanade de l'Arbre Blanc, il n'y avait pasde place pour les chevaux, même les plus nobles...

La forme blanche du Magicien traversa d'un pas vif les quelques mètres qui le séparait des portes du palais. Sur les hauteurs, les vents se déchaînaient, et sa cape grise voletait en tous sens, ballotée sans ménagement. Gandalf se présenta enfin devant les gardiens du palais. Ceux-ci semblèrent figés, dans une expression de surprise sourde. Comme tétanisés par la présence du Magicien, il n'osaient bouger un cil.
Ce fût donc à Gandalf de les motiver un peu. D'une voix impatiente, tinté d'un ton légèrement menaçant, il s'adressa aux gardes.


-Allez-vous finir par ouvrir cette porte? Où faut-il donc qu'un vieillard puise dans ces dernières forces pour faire bouger ces gros battants?

Il est vrais que les portes du palais étaient imposantes, et lourdes. Et Gandalf, déjà fatigué par le voyage, n'avait absolument aucune envie de faire le moindre effort supplémentaire.
la voix du vieillard fit l'effet d'un electrochoc chez les deux gardes, qui s'empressèrent de faire pivoter les battants, pour lui laisser la voie libre.
Avec un sourire poli, il leur adressa un simple:


-Merci...

L'atmosphère du palais avait bien changée depuis tout ce temps. A l'époque de Denethor, elle était pesante, etouffante, opressante. Les années de vie d'Aragorn lui avait redonner un atmosphère supportable, propisce au recueillement, à l'apaisement, à la plénitude. Le Magicien s'avança, et redécouvra d'un regard brillant la salle du trône,, où les statues du Panthéon Numénoréen observait d'un oeil à la fois attentif et bienveillant, les invités qui se présentaient devant le Roi.

Ici, les claquements du bâton de gandalf résonnaient comme la marche inéluctable du messager. C'est ainsi que Gandalf le Blanc, messager des Valar, se présenta devant Aragorn II Elessar, Roi du Gondor et de la Terre du Milieu.
Pourtant, le messager attendrait la fin des retrouvailles, aussi, seraient-elles brèves, car le temps manquait. C'est avec un sourire malicieux, que Gandalf se courba devant le souverain, presque avec insolence...


-Roi Elessar...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aragorn II Elessar



Nombre de messages : 735
Age : 38
Race, Pays : Gondor
Metier : Roi du Gondor
Date d'inscription : 17/12/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Sauron ! Pour le salut du Gondor, je vais vous affronter !
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Le Retour du Magicien (suite)   Dim 27 Avr 2008 - 1:08

Aragorn, couronne au front, était en train de recevoir en audience les doléances de son peuple.
Lorsque la tornade blanche entra dans la salle du trône, le Roi était en train de lire un parchemin qui contenait les minutes d’une audience du tribunal de Pelargir à propos d’un procès que les bonnes gens de la ville voulaient attenter à leur gouverneur actuel. Le parchemin était un recueil de témoignages qui constituait une soi-disant preuve que le gouverneur de Pelargir s’était adonné à la luxure en pleine exercice de sa charge. Il aurait abusé de son pouvoir pour obtenir les faveurs de la femme d’un bourgeois de la ville en échange d’une licence pour l’exploitation d’un quai attribué à son mari. La vérité était que le mari avait lui-même glissé sa femme dans le lit du prince gouverneur dans l’espoir d’obtenir la fameuse licence mais que le gouverneur n’ayant finalement rien octroyé en échange des cornes dont il l’avait coiffé, le cocu cherchait à se venger en rameutant les confrères de sa guilde en portant son litige devant la cour royale.
Une histoire qui aurait somme toute pu sembler plaisante si le scribe qui avait retranscrit tout cela n’avait une écriture particulièrement désagréable et illisible. Ce n’était pas la première fois qu’Aragorn recevait des parchemins écrits de sa main et il avait surnommé le bougre " muskapel " ce qui voulait dire " la mouche de Pelargir " (et était accesoirement le surnom d'un ancien pirate très connu de la ville) en vieux Ouestron, la lecture lui était si pénible qu’il avait toujours une appréhension lorsque des affaires de Pelargir remontaient jusqu’à lui.
En attendant que sa majesté prît connaissance de " l’affaire du quai du cornard " (c’est ainsi que le peuple de Pelargir que cela amusait beaucoup l’appelait), le représentant des bourgeois patientait justement dans l’antichambre lorsqu’un barbu en robe blanche avec un bâton lui était passé devant et avait pénétré dans la salle du trône sans attendre l’huissier.

En le voyant approcher Aragorn laissa retomber son parchemin sur ses genoux et poussa un cri de surprise :


Elessar : " Gandalf ! "

Lorsque le magicien se courba et lui lança son vieux sourire malicieux, le Roi répéta plus calmement :

Elessar : " Gandalf. "

Lui rendant son sourire il ajouta:

Elessar : " Quel plaisir de revoir votre visage après tant d’années. Maintenant que je réside souvent au même endroit, je comprends enfin pourquoi on vous surnomme " le pèlerin blanc ". Il semble que votre changement de couleur n’aie point affecté vos mœurs : Vous allez et venez à votre guise comme autrefois, laissant vos amis d’ici dans le chagrin de la séparation tandis que vous allez consolez ceux d’ailleurs. "

Il inspira fortement et soupira :

Aragorn : " Quoi qu’il en soit, vous êtes et serez toujours le bienvenue ici, Gandalf mon ami. "

Au fond, même si cela ne plaisait pas aux convenances Aragorn était bien content d’avoir été arraché à son déchiffrage. Un premier effet positif du retour de Gandalf en Terre du milieu oserait-on dire…

_________________


Incarne aussi Graganos l'orque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gandalf



Nombre de messages : 128
Age : 28
Race, Pays : Istar, Valinor (Hypothétique)
Metier : Messager des Valar
Date d'inscription : 28/09/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: En cas de problème, toujours suivre son flair!
**Aime/N'aime pas**: L'herbe à pipe/ Le mensonge

MessageSujet: Re: Le Retour du Magicien (suite)   Lun 12 Mai 2008 - 0:51

Relevant la tête, Gandalf approuva du chef les paroles du Roi. S'il y avait bien quelque chose que le Magicien avait toujours détesté, c'était rester trop longtemps au même endroit et s'enquiquiner de protocoles pompeux et tout bonnement inutiles. Les convenances étaient pour les rois et les nobliaux, pas pour les Magiciens.
Il se félicitait chaque jour d'être venu au monde dans cette peau, même si par moment les devoirs qu'elle lui imposaient aurait été bien agréables de loin.

Le représentant du peuple se leva, prêt à s'insurger. Bien sûr, il reconnaissait Mithrandir, mais il n'était pas vraiment certain de vouloir lui râler dessus. Même si le principe l'exigeait, il y avait certaines choses que l'on ne pouvait pas se permettre avec un Magicien, et encore moins avec le Magicien Blanc.
Car plus que ses prouesses lors de la Guerre de l'Anneau, c'est son caractère explosif qui marquait encore les esprits. Encore un avantage qui n'était pas pour déplaire à Gandalf.
Afin de conforter le représentant dans son idée de départ, Gandalf se retourna pour lui lancer un regard assassin, la victime ne demanda pas son reste et s'excusa mollement dans un baragouinement avant de disparaître.
Voilà qui éludait la question des priorités du Roi pour aujourd'hui.


-J'ai pris l'habitude d'aller là où ma présence est nécéssaire, et cela que l'on m'y attende où non. Bien des guerres auraient mal tourné si j'avais cédé aux chantages affectifs de mes amis...

Il avait dit cela avec le même sourire malicieux. Il est vrai que la question de la peine que pouvait causer son départ ne l'avait jamais effleuré. Et maitenant qu'il l'avait osus les yeux, il se confortait dans l'idée qu'il avait bien fait de l'éviter jusque là. Trop de catastrophes se seraient produites, notamment durant la Guerre de l'Anneau.
Puis il repensa au message qu'il avait à porter à Aragorn, un message qui comme à l'accoutumé était annonciateur de malheurs à venir et de danger.
Son visage se rembrunit et son air devint plus grave. Quand il parla, sa voix était plus profonde et résonnait d'autant plus dans la grande salle du trône.


-Roi Aragorn du Gondor, je viens vous apporter une mauvaise nouvelle. Une ombre s'étend dans la Baie de Belfalas, à l'Ouest d'ici. Quelle qu'elle soit, cette menace s'avère particulièrement puissante car elle m'est apparue dans ma retraite d'Aman, et il semble que la Dame de Lorien ai elle aussi sentit le malheur.
J'ai pu croiser un messager en provenance de la Lothlorien, il ralliait Imladris afin d'informer le seigneur Elrond des rêves de Galadriel.
Nous n'avons aucune idée de ce qui se trame là-bas, mais nous devons être sur nos gardes et commencer à nous préparer à un éventuel conflit.


Il marqua une longue pause, laissant à Aragorn le temps de digérer l'information et d'en mesurer toute l'importance. Le vieil homme n'aimait vraiment pas les mauvaises nouvelles, mais elles semblaient le suivre comme la peste. Après quelques longues secondes de silence, il reprit.

-Je ne peux malheureusement rester en Gondor, car j'ai d'autres projets qui doivent voir le jour avant que la menace ne nous tombe dessus. Néanmoins, je dois pouvoir compter sur vous à tout moment. Vous êtes en première ligne, la Baie de Belfalas n'est qu'à quelques centaines de kilomètres de votre cité.
Plus que jamais, vous devez trouver des alliés. Allez quérir l'aide du Rohan, qui ne devrais pas vous opposer de conditions. Mais ce ne seras peut-être pas suffisant. C'est pourquoi, vous devez vous allier aux Hommes du Sud et aux Haradrims. Je sais de source sûr que vous avez reçu récemment un délégation d'Hommes des sables. Ne les méprisez pas, quitte à faire quelques concessions que vous pourrez récupérer par la suite, leur aide nous doit être acquise.


Il fixa son regard bleu acier dans celui de la même couleur d'Elessar. Son regard dur laissait entendre qu'il ne plaisantait plus du tout, et que l'heure était grave.

-Puis-je compter sur vous?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aragorn II Elessar



Nombre de messages : 735
Age : 38
Race, Pays : Gondor
Metier : Roi du Gondor
Date d'inscription : 17/12/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Sauron ! Pour le salut du Gondor, je vais vous affronter !
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Le Retour du Magicien (suite)   Lun 16 Juin 2008 - 16:54

Gandalf a écrit:
J'ai pris l'habitude d'aller là où ma présence est nécéssaire, et cela que l'on m'y attende où non. Bien des guerres auraient mal tourné si j'avais cédé aux chantages affectifs de mes amis...

L'orgueil qui suintait de cette phrase amusa Aragorn, il ne s'écoulait décidément aucun millénaire qui put voir changer Gandalf.
Débarassé provisoirement des charges primales de l'état par le mauvais caractère de son hôte à la barbe chenue, Aragorn put l'écouter avec attention, cependant il ne s'attendait pas à ce que le vieux magicien prît un ton aussi grave.
Il l'écouta avec toute son attention royale, la pensée concentrée sur les mot de son interlocuteur.


Gandalf a écrit:
Roi Aragorn du Gondor,

*Aragorn : "Quelle solennité inquietante..."*

Gandalf a écrit:
je viens vous apporter une mauvaise nouvelle. Une ombre s'étend dans la Baie de Belfalas, à l'Ouest d'ici. .

*Aragorn : "La baie de Belfalas? Manque de pot je viens d'y envoyer le fiston, décidément rien ne va plus en ce moment. Il manque plus que les sauterelles sur les récoltes et ce ce sera complet."*

Quelle qu'elle soit, cette menace s'avère particulièrement puissante car elle m'est apparue dans ma retraite d'Aman, et il semble que la Dame de Lorien ai elle aussi sentit le malheur.

*Aragorn : " Oùla, si ces deux là se liguent pour nous faire des prédictions, c'est au minimum le retour de Sauron qu'on va nous annoncer, si ce n'est pas Morgoth..." *

Gandalf a écrit:
J'ai pu croiser un messager en provenance de la Lothlorien, il ralliait Imladris afin d'informer le seigneur Elrond des rêves de Galadriel.
Nous n'avons aucune idée de ce qui se trame là-bas, mais nous devons être sur nos gardes et commencer à nous préparer à un éventuel conflit

*Aragorn : " Me préparer à un conflit ? Je ne fais que ça depuis 6 mois, mais encore faudrait-il qu'on m'en laisse le loisir... Enfin bon, ne nous emballons pas. Pour l'instant il ne s'agit que de deux personnes d'un grand âge (et d'un autre âge surtout) qui ont des cauchemards, pas de quoi mobiliser l'Ost des royaumes réunifiés"*

C'est ainsi en résumé qu'Aragorn digéra le début de l'information. L'exercice du pouvoir l'avait rendu quelque peu sceptique et des prophètes annonçant le retour de Sauron, les prisons du Lieutenant Haakon en recevait un par semaine. Il n'était plus un Rôdeur attentif à la lutte contre l'ennemi, mais un Roi qui doit veiller au bien être de ses sujets.
Cependant cette fois-ci l'information semblait émaner de Gandalf, mais comme Roi il lui fallait plus que des présages pour prendre des décisions mettant en branle les rouages du Royaume.

Gandalf poursuivit:


Citation :
Je ne peux malheureusement rester en Gondor, car j'ai d'autres projets qui doivent voir le jour avant que la menace ne nous tombe dessus.

*Aragorn : " Cela ne nous change pas beaucoup de d'habitude: je viens, je vous annonce les problèmes et je m'en vais en vous les laissant. " *

Citation :
Néanmoins, je dois pouvoir compter sur vous à tout moment.

*Aragorn : " Bien sûr, je n'ai que ça à faire. Au pied le Roi. " *

Citation :
Vous êtes en première ligne, la Baie de Belfalas n'est qu'à quelques centaines de kilomètres de votre cité.

*Aragorn : " Merci, ça je n'étais pas au courant." *

Citation :
Plus que jamais, vous devez trouver des alliés. Allez quérir l'aide du Rohan, qui ne devrais pas vous opposer de conditions.

*Aragorn : " Oui à condition de lui donner de bonnes raisons. " *

Citation :
Mais ce ne seras peut-être pas suffisant. C'est pourquoi, vous devez vous allier aux Hommes du Sud et aux Haradrims.

*Aragorn : " Ils ne sont pas faciles à convaincre, déjà si on arrive à les empêcher de nous sauter dessus tous les deux mois il y a de quoi se réjouir..."*

Citation :
Je sais de source sûr que vous avez reçu récemment un délégation d'Hommes des sables. Ne les méprisez pas, quitte à faire quelques concessions que vous pourrez récupérer par la suite, leur aide nous doit être acquise

*Aragorn : " Les nouvelles vont vite. Visiblement Gandalf au cours de ses deux milles ans d'errance n'a jamais essayé de mener une négociation avec ces gens là... Le mot "concession" ne fait pas partie de leur vocabulaire. Chaque fois qu'on leur concède quelque chose ils estiment que si on a cédé c'est certainement parce que ça leur revient de droit et ils en demandent encore. Ce n'est que le glaive sur le cou qu'on peut leur faire entendre raison. Non, mieux vaut manger un chaudron entier de brouet d'Eowyn que de négocier avec les Hommes du Sud." *

Citation :
-Puis-je compter sur vous?

Cela, il allait falloir voir. De son scepticisme il ne laissa d'abord rien paraitre. L'exercice de la royauté l'avait en quelque sorte entrainé à se donner un air très préoccupé des paroles d'un interlocuteur même quand il ne l'écoutait qu'à demi.
Puis il se souvint que Gandalf était son ami et décida de lui parler en toute franchise, même si la salle du trône n'était pas le lieu pour parler franchement, parce que c'était Gandalf il fit une exception:


Aragorn : " Gandalf mon ami, vous allez probablement trouver que je parle comme Denethor, mais je me dois de vous le dire: je ne puis vous donner aucune garantie et ce pour une raison très simple: ce que vous demandez est au delà de mes capacités.
Je ne puis point mobiliser toute la force du royaume pour une durée indéterminée à partir de prémonitions nébuleuses.
Je dois pour cela en savoir plus sur la menace en question, une ombre dans la baie de Belfalas vous dites ? Je n'ai pas ouïe dire quoi que ce fut à ce sujet, peut-être ce représentant des marchands de Pelargir que vous avez si poliment ramené derrière la porte pourrait nous éclairer à ce sujet.
Je ne peux pas rameuter tous mes alliés et engager de couteux préparatifs à partir de simple visions. Il me faut savoir ce que j'aurai à affronter et quand j'aurai à l'affronter."


Il fit une pause, le désaroi de l'homme au pouvoir qui doit s'occuper du sort de la multitude est souvent plus grand que ne le pense le conseiller qui veut le guider. Il reprit:

Aragorn : " En revanche je suis prêt à mettre tous les moyens possibles permettant d'identifier la menace à votre disposition, à moins que vous ne m'ayez pas dit tout ce que vous savez... Mais je ne puis rien faire de plus pour le moment Gandalf. "

_________________


Incarne aussi Graganos l'orque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gandalf



Nombre de messages : 128
Age : 28
Race, Pays : Istar, Valinor (Hypothétique)
Metier : Messager des Valar
Date d'inscription : 28/09/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: En cas de problème, toujours suivre son flair!
**Aime/N'aime pas**: L'herbe à pipe/ Le mensonge

MessageSujet: Re: Le Retour du Magicien (suite)   Mer 9 Juil 2008 - 15:22

Les réponses d'Aragorn finirent d'assombrir totalement l'humeur du Magicien. Comme le soulignait lui-même Aragorn, ses propos ressemblaient beaucoup trop à ceux de Denethor au goût du Magicien Blanc, il n'avait pas délogé un incompétent du trône pour y placer un nouveau. Mais Gandalf chassa cette pensée presque avec culpabilité. Il connaissait Aragorn depuis qu'il n'était qu'un enfant, même si ce dernier ne l'avait rencontré pour la première fois que bien plus tard. Il comprenait les conditions d'Elessar, et s'y était plus ou moins attendu, mais il aurait préféré compter sur l'ancien Aragorn, celui qui n'était pas Roi.

Par les Valars, ce que le pouvoir pouvait changer un homme. Heureusement, il n'avait pas corrompu Aragorn, mais l'avait simplement rendu plus raisonnable. Qui pouvait l'en blâmer? Certainement pas Gandalf, il savait par expérience que la raison avait bien souvent le dessus sur l'inconscience. Après tout, peut-être n'était-ce pas une mauvaise chose. Malheureusement, il ne pouvait se permettre de perdre du temps en restant ici. Gandalf devait repartir au plus vite, trop de choses étaient encore à mettre en place.
Il n'avait pas le temps d'épiloguer sur les choix du souverain, et bien qu'il soit un peu déçu de ne pas voir Aragorn aussi fougueux que lors de la Communauté de l'Anneau, il décida de ne pas le blâmer pour ses refus.


Gandalf ne cacha pourtant pas son mécontentement, la Baie de Belfalas n'était qu'à quelques centaines de kilomètres de Minas Tirith, en cas d'invasion, le premier coup serait porté à la cité.
Après un berf silence qui semblait durer des heures, le Magicien repris la parole.


-Je suis navré d'entendre que mes mises en garde ne sont désormais plus que de simples délires de vieillard à vos yeux.
Je n'insisterais pas, Roi Aragorn. Repensez cependant aux événements de la Guerre de l'Anneau, et rappelez-vous ce qui nous a fait atrocement défaut: le temps! Maitenant que nous avons le pouvoir d'être prêt au moment où les événements surviendront, il serait idiot de négliger les histoire d'un pauvre Magicien par orgueil ou par simple volonté de ne pas se précipiter.


Son regard bleu acier lança des éclairs en direction du souverain.

-Je ne vous dirais pas comment agir, il me semble que vous êtes seul juge de ce qui est bon ou non pour votre peuple. Voyez cela comme une faveur à me faire, que de surveiller très attentivement la Baie de Belfalas, d'y laisser des éclaireurs, qui pourront vous informer rapidement des événements en cas de problème. Et si vous le pouvez, tenez m'en informé. Je compte faire une longue halte en Isengard dès mon départ de la cité, et Orthanc sera à nouveau sous le contrôle des Magiciens, si vous désirez me faire parvenir un messager, envoyez-le là-bas.

Il s'arrêta longuement. Sa fureur retombant. Il détestait que les choses ne se passent pas comme il le voulait. Les hommes ne comprendraient-ils jamais que les paroles d'un Magicien étaient synonymes de malheur?
Gandalf était profondément déçu de n'être plus considéré que comme un vieil homme presque sénile, qui venait enquiquiner les seigneurs avec ces prédictions et ses mises en garde.
Pourquoi avait-il fallu que les Valar le choisissent lui? Il n'était pas le seul Maiar en activité...
Gandalf releva la tête vers Aragorn, la fatigue des âges et des centaines et des centaines d'années s'y reflétait avec clarté.


-Roi Aragorn, je n'ai rien de plus à vous dire. Aujourd'hui, j'ai accompli la tâche que l'on m'avait confié auprès de vous, je n'ai pas autorité pour vous forcer à quoi que ce soit. Mais si vous apporter encore un peu de crédits aux paroles d'un vieux fou comme moi, alors vous vous tiendrez prêt.

Il faisait déjà demi-tour, son corps plus pesant que jamais, il se sentait vidé de toute énergie. Il sentait désormais que son bâton lui était devenu indispensable pour tenir debout. D'un geste lent, il vint attraper la garde de Glamdring. Pourrait-il encore la brandir? Comme il l'avait fait autrefois?

-Je dois désormais repartir. D'autres obligations m'attendent, ailleurs... Que votre vie soit encore longue, Seigneur Aragorn du Gondor. Ainsi que celle de vos descendants...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aragorn II Elessar



Nombre de messages : 735
Age : 38
Race, Pays : Gondor
Metier : Roi du Gondor
Date d'inscription : 17/12/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Sauron ! Pour le salut du Gondor, je vais vous affronter !
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Le Retour du Magicien (suite)   Jeu 31 Juil 2008 - 19:08

Aragorn percevait bien la déception de son vieil ami, qui ne s'en cachait pas d'ailleurs, mais il sentait qu'il était de son devoir de mentir à Gandalf. Tout au moins de ne pas lui dire toute la vérité sur ce qu'il faisait ou préparait en ce moment.
En effet si le roi du Gondor était si peu disposé à mobiliser son armée pour des opérations dans le sud ce n'était pas par pusillanimité mais parce qu'il avait pour projet de la porter à l'est. La reconquête de l'Ithilien lui semblait une chose bien plus importante que des rumeurs sur le sud. Au sud il n'y avait que des pirates et des Haradhrim très affaiblis ou au moins en partie tenu par des alliés à lui, pas de quoi s'alarmer.
Seulement les préparatifs de ces opérations devaient demeurer secrets, alors même vis à vis de Gandalf, il lui semblait qu'il valait mieux ne rien dire.
Aragorn était bel et bien devenu roi, et comme tous les rois ses relations avec Gandalf étaient ambigües, de confiance et de méfiance mêlées.

Comme il s'en voulait un peu de traiter ainsi un de ses plus ancien et fidèle ami, sentant son désespoir il lui sourit avec bonté et lui dit:


Aragorn : " Oui je ferai cela. Je regrette que vous deviez partir si tôt mon ami, vous me combleriez de joie moi et ma famille en demeurant quelques jours notre hôte mais je sais qu'il y a des temps où les magiciens ont trop de choses à faire pour demeurer longtemps auprès des mêmes hommes. Je souhaite simplement que ces temps ne soient pas de retour...
Pour ce qui est de votre affaire ne vous tourmentez pas Gandalf mon ami, j'envois séant mes meilleurs guetteurs surveiller les marches du sud et au moindre signe d'alerte je mettrai les trois royaumes (note: Gondor, Rohan et Arnor) sur le pied de guerre.
Allez en paix et en confiance. Et en gage de notre éternelle et indissoluble amitié acceptez ce présent."


Il appela puis dit au serviteur:

Aragorn : " Qu'on fasse ajouter un tonnelet de feuille de longoulet aux bâts de cheval du seigneur Mithrandir. De ma reserve personnelle."

Se tournant vers le magicien avec un large sourire et des yeux brillants de malice:

Aragorn : " J'imagine qu'un séjour en pays d'Aman n'a pas pu faire oublier à votre palais la saveur de l'herbe à pipe de la Comté...
Adieu Gandalf mon ami, que les Valar vous protègent et vous guident"


Et il salua le magicien.

_________________


Incarne aussi Graganos l'orque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gandalf



Nombre de messages : 128
Age : 28
Race, Pays : Istar, Valinor (Hypothétique)
Metier : Messager des Valar
Date d'inscription : 28/09/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: En cas de problème, toujours suivre son flair!
**Aime/N'aime pas**: L'herbe à pipe/ Le mensonge

MessageSujet: Re: Le Retour du Magicien (suite)   Sam 20 Déc 2008 - 20:12

[Eh bah, te faire poireauter tout ce temps, simplement pour un post de conclusion... Je suis vraiment désolé, j'espère que tu ne m'en voudras pas trop...]

Rester? Oui, c'était une idée tentante. Se poser quelques jours, retrouver de vieux amis, de vieilles connaissances, se reposer convenablement. Depuis trois semaines déjà il était en Terre du Milieu, et pas une seule nuit autre qu'à la belle étoile, lové contre le flanc de Gris-Poil. Etait-ce encore une vie pour un vieillard? N'avait-il pas assez donné dans les voyages interminables et les chevauchées à brides abattues? Ces vieux os commençaient à souffrir du mauvais temps et des mauvais traitement.
Mais le devoir d'un Maïar passe avant sa propre personne, avant même ses amis, même les plus fidèles. Aussi ne pouvait-il pas prendre de repos. Il devait être de retour en Isengard au plus tôt afin de reformer le Conseil et d'organiser une nouvelle fois, et de façon plus sûre les défense de la Terre du Milieu.

Aragorn réussit néanmoins à le rassurer un peu en promettant de faire surveiller les rivages de Belfalas. Et arriva même à lui faire retrouver le sourire en lui offrant un tonnelet de Longoulet.
L'herbe à pie aux parfums si particulier lui avait bien manqué depuis son départ en Aman, il en avait bien emmené une petite réserve, mais qui s'était bien vite tarit au rythme plutôt soutenu de sa consommation. Il avait bien essayé de cultiver sa propre herbe sur les Terres Immortelles, mais n'avait jamais réussi à égaler le fumet du trésor de la Comté.
C'était un présent qui lui réchauffa le cœur, plus qu'il ne le laissa paraître, presque une récompense pour ses loyaux services.


-Aragorn, mon ami, tenteriez-vous d'apaiser mon humeur avec quelque douceur?

Il partit d'un rire franc, qui lui fut salutaire. Le temps d'un éclat, il oublia tout, tout ce qui pesait sur ses épaules. Il n'y avait de meilleur remède aux plus terribles des maux que le rire.
Il s'inclina une nouvelle fois devant le souverain, avec moins de lassitude cette fois, puis, après un dernier clin d'oeil complice fit demi-tour pour quitter la salle du trône. Malgré ses craintes et ses inquiétudes, il avait suffit d'un rire pour alléger son fardeau...

Le rire était décidément le plus efficace des remèdes...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Retour du Magicien (suite)   Aujourd'hui à 23:26

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Retour du Magicien (suite)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour chez soi (suite de moment de détente) [PV : Calypso]
» Retour aux sources (suite) - chez Ichiraku
» Retour aux sources~~[suite]
» Retour de Thanatos avec...Un chevalier d'Or
» Un retour brusque à la réalité (suite à D'ombre et de lueur)[PV Daaf et Archie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: GONDOR :: Minas Tirith - La cité du gondor :: La citadelle-
Sauter vers: