AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nérond Ossian Homerick



Nombre de messages : 62
Age : 38
Race, Pays : Hobbit, La Comté, La Grenouillère ^^
Metier : Barde, poète et écrivain, philosophe ?
Date d'inscription : 16/09/2008

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Du sublime au ridicule...il n'y a qu'un pas!"
**Aime/N'aime pas**: Aime toutes les nourritures possibles et imaginables ( charnelles et spirituelles ), et n'aime point ... l'eau ^^

MessageSujet: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Lun 20 Oct 2008 - 0:33

La complainte du sieur Nérond Ossian Homérick, s'en allant promener par monts et par vaux ...


Quelque part entre la Comté et le Rohan, approchant du pays de Dun, Nérond le barde hobbit, poursuit son chemin "gaiement". Et ... obstinément.


Un curieux équipage déambulait allègrement sur les vastes plaines nues, stériles et jaunâtres annonçant l'arrivée en pays Dun ... Tandis que le soleil, encore vaillant, mais vacillant, se trouvait peu à peu voilé par l'action de noirs nuages ténébreux, dont les vagues d’assauts successives commençaient a produire leurs sombres effets. Se faisant, les prairies dorées encore inondées de lumière sombraient, progressivement, dans une froide pénombre.

Tout observateur serait en droit de s'étonner, de voir ici, une telle équipée en ces lieux inhospitaliers : un hobbit, vêtu de pieds ( velus ) en cape ( couleur sombre avec de subtiles reflets mauve ), juché sur un vigoureux poney ( une ponette fringante en l'occurrence ), et ... suivis de loin par un cochon -!?-
Celui ci avançait en se dandinant, un peu à la manière d'un chien de compagnie, mais en ne se pressant nullement, s'attardant même ça et là : qui pour déterrer quelques chose ou dévorer quelques aliments à sa portée, qui pour s'attarder dans la contemplation d'un papillon ou autre oiseau chantant, qui, pour faire royalement suer son maître ... Nérond ( car c'est lui !! ), stoppait fréquemment sa « monture » ( qui elle était sage ), pour ensuite se retourner vers Poléon. A chaque fois le barde dépressif devait également s'interrompre de jouer de sa divine lyre ( il composait tout en "chevauchant " ), et ceci commençait à l'indisposer souverainement .

Que faisait là ce semi homme frêle et inconscient ?
Que cherchait il et surtout ou allait il de si bon train ?
Le savait il seulement lui même, en vérité ?


Poléon !!
Veux tu bien venir ici !
Allons presse toi, bougre de saucisses ... sur pattes !


Le cochon "rugit" quelque peu en guise de protestations, puis s'empressa de rejoindre le "cavalier". Ce dernier soupira et flatta avec tendresse l'encolure de sa bonne Pommélia :

Toi au moins, tu es une bonne fille !

Voilà une pensée qui ne manqua pas de faire songer à notre ami, que cet animal fut, il y a encore peu, la « monture » de Tripacia . Le hobbit allait se laisser envahir par une douce mélancolie, quand …
Le cochon facétieux arriva auprès de Nérond et entama une folle sarabande autour de la ponette, qui observait son « collègue » d’un œil blasé . Le barde esquissa un mince sourire amusé, pour s’emparer, ensuite, de sa lyre : ce moment cocasse l’inspirait il à ce point ?


Nérond, son « canasson » et … Poléon :

Poème épique aussi … comique que tragique !

Narrant le passionnant et hilarant …

Périple de …



La charge, plutôt bruyante de Poléon attira l’attention du hobbit : le cochon avait repéré une sorte de caverne perdue dans la végétation ( plus tout à fait luxuriante ), et y entra en grognant joyeusement . Nérond, tout d’abord interdit et circonspect, afficha un large sourire :

Je crois, ma bonne amie, que ce ventre mouvant nous a trouvé un repaire pour la nuit !

Puis le cochon donna de nouveau de la voix, tout en se précipitant hors de la grotte aussi vite, sinon davantage, qu’il n’y était entré précédemment .

Mais bon sang quelle mouche le piquait encore ?


Qu’est-ce que ? !

Le petit barde n’allait point tarder à le savoir, et ne serait pas déçu du voyage …


Dernière édition par Nérond Ossian Homerick le Dim 29 Mar 2009 - 19:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orcanie.forumactif.com/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Sam 29 Nov 2008 - 10:47

Le dragon dormait profondément. Il était là depuis plusieurs jours à digérer d'une longue chasse et et appétissante chasse.

Un groupe d'hommes, en quête de mine à exploiter, avaient la grande surprise de tomber sur le saurien noir. Au nombre d'un bonne dizaine, ils avaient pensé pouvoir faire face à ce lézard qu'i n'avait pas la taille de ses comparses à l'époque de Melkor... Le prenant tout simple pour une Bête Ailée... Dommage pour eux de cette tromperie d'apparence, surtout quand une langue de feu avait jailli de la gueule dragon... En bref, Throkmaw s'était bien amusé à les carboniser lentement, d'entendre leur agonie, lui rappelant ses bons vieux souvenirs de conquêtes et de destruction....

Une bonne digestion imposait une bonne sieste et chez un dragon, ce n'était pas qu'une seule nuit ou une demi-journée. Elle pouvait durer une bonne semaine, si rien ne venait perturber. Mais tout n'avait pas une belle fin...Quelque chose s'approchait de l'antre végétal du reptile endormi et commençait à peine à faire frissonner ses narines... Son instinct ne mesurait pas de danger immédiat. Peut-être que les intrus passeraient uniquement. Malheureusement...

Un petit quadrupède à groin entra dans la grotte, reniflant et grognant pour visiter les lieux et quand il buta contre le bout du museau écailleux du dragon, il poussa un hurlement digne d'un cochon effrayé, strident et fort... Ce qui était largement suffisant pour réveiller Throkmaw. Ce dernier ouvrit des yeux de colère et se redressa en sentant qu'il y avait du monde dehors. Il gronda nerveusement et se redressa.

Sans attendre, il sortit et poussa un grondement en hérissant les écailles de ses épaules. Un nain ? Ses yeux se plissèrent.


"J'ai trouvé mon petit déjeuner...."
Revenir en haut Aller en bas
Nérond Ossian Homerick



Nombre de messages : 62
Age : 38
Race, Pays : Hobbit, La Comté, La Grenouillère ^^
Metier : Barde, poète et écrivain, philosophe ?
Date d'inscription : 16/09/2008

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Du sublime au ridicule...il n'y a qu'un pas!"
**Aime/N'aime pas**: Aime toutes les nourritures possibles et imaginables ( charnelles et spirituelles ), et n'aime point ... l'eau ^^

MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Mar 2 Déc 2008 - 7:32

Si le pauvre Poléon fut grandement étonné de se retrouver groin à ... gueule avec un terrifiant dragon .

Nérond resta bouche bée devant l'apparition venant de surgir de cette caverne, cette créature monstrueuse qui se tenait désormais devant lui .

Tandis que le cochon gaffeur allait se placer juste derrière Pomélia, le barde hobbit observait en silence, terrifié et fasciné à la fois, cet imposant reptile .

Certes les toutes premières paroles du dragon n'incitaient guère à l'optimisme ... Mais peut être qu'en s'excusant platement pour tout ce dérangement ... Nérond pourrait au moins provoquer l'hilarité du bestiaux, pour ensuite prendre plus aisément la poudre d'escampette !

Il lui lança :


Je vous demande bien pardon noble dragon !

Vous si puissant, magnifique, et sûrement ... fort bon ( ? )

Je m'excuse au centuple pour ce fâcheux désagrément !

Et vous quitte à l'instant, reprendre ma route, prestement .


Cette idée n'était pas forcément stupide, après tout, mais loin d'être génial également .

Ici, tout dépendrait de l'humeur et de l'appétit de la bête .


Dernière édition par Nérond Ossian Homerick le Dim 29 Mar 2009 - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orcanie.forumactif.com/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Dim 14 Déc 2008 - 18:53

Le dragon ne cilla pas une seul fois, laissant son imposant regard noir et au puits abyssal de malveillance se poser sur le petit hobbit. Il n'avait encore jamais croisé cette race. Il l'avait pris au début pour un enfant d'homme, mais le visage n'était pas celui de la jeunesse et son parler était trop franc, trop sûr. Ses naseaux frémirent nerveusement et humant l'odeur délicieux d'une chair plus savoureuse que celle d'un orc ou d'un gobelin... Au moins, il aura d'un hors d'oeuvre pour tenir son estomac tranquille quelques temps.

Il l'écouta d'une oreille attentive, avant de commencer à marcher, digne allonge de tigre pour contourner le hobbit et lui barrer la route. Il s'arrêta juste devant lui, son corps luisant sous la lumière du jour.


"Tu veux déjà me quitter alors que tu m'a réveillé ? On ne quitte par la présence de Throkmaw sans sa permission... Et j'ai connu louange plus magnifique que ces vulgaires mots....Bon moi ? As tu vu la couleur de mes écailles. Noires comme la nuit, sombres comme les ténèbres... En plus, en me tirant de mon sommeil, tu m'as ouvert l'appétit. Si tu es le premier petit être que je rencontre, tu verras honneur à ta race en te faisant dévorer avec satisfaction par le Fléau Noir"

Sa langue bifide passa sur ses crocs.
Revenir en haut Aller en bas
Nérond Ossian Homerick



Nombre de messages : 62
Age : 38
Race, Pays : Hobbit, La Comté, La Grenouillère ^^
Metier : Barde, poète et écrivain, philosophe ?
Date d'inscription : 16/09/2008

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Du sublime au ridicule...il n'y a qu'un pas!"
**Aime/N'aime pas**: Aime toutes les nourritures possibles et imaginables ( charnelles et spirituelles ), et n'aime point ... l'eau ^^

MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Lun 22 Déc 2008 - 10:36

Nérond était dans de beaux draps !

Pourquoi donc avait il eut l'idée saugrenue d'emmener ce coquin de porcin avec lui ? Ce n'était pas la douce et sage Pomélia qui l'aurait plongée dans cette situation, elle !

Donc non seulement le dragon était bougrement courroucé d'avoir été tiré brusquement de son sommeil ... Mais de plus disait ne pas avoir apprécié les quelques vers ( impromptus ) du barde hobbit : quelle vilaine bête !

Car ce monstre était malfaisant, assurément, lui même le claironnait avec morgue . Et n'hésiterait donc pas un seul instant a dévorer notre pauvre Nérond .

Alors que faire ?

Se prosterner devant lui ou ... prendre la poudre d'escampette ?
Il n'y avait pas d'autres alternatives .

Mais le très dépressif sieur Homérick n'avait pas peur, inconscient qu'il était et voyait plutôt dans cet impondérable, une sorte de signe du destin ...

Était ce l'occasion d'en finir ? Et ce ... glorieusement !
Était ce l'occasion de ... rejoindre ( enfin ) sa bien aimée ?

Contre toute attente, Nérond esquissa un sourire énigmatique, puis ... s'empara d'une sorte de tubercule qui se trouvait dans l'une de ses sacoches, et enfin, décocha un regard mauvais au méchant saurien :


Essaie donc de m'avaler sale bestiole que tu es !
Je n'en ai cure : je suis déjà "mort" !
Alors prends ça et ... tente donc de m'attraper !!


Dit le petit impudent tout en projetant la "patate" de toutes ses maigres forces vers le dragon . Le légume tomba comme une pierre aux pieds du monstre et après avoir rebondit contre une roche alla taper de "plein fouet" ... l'une des griffes de Throkmaw .

Tout obnubilé par son estomac, Poléon fonça alors tête baissée vers le projectile ( comestible ) et ne se rendit compte que trop tard qu'il y avait (encore ) une affreuse créature devant lui ...

Plutôt que de stopper sa course, le fier cochon accéléra davantage la cadence et ... n'hésita guère a passer entre les jambes du colosse ailé !

Puis entreprit de filer de ces lieux maudits .

Nérond, lui, qui n'avait d'autre alternative que de fuir du côté opposé à la trajectoire prise par son porc domestique, fit se retourner sa monture et déguerpit sans demander son reste .

Évidemment, l'attitude insensée de Poléon allait forcer le dragon a faire un choix, mais le hobbit poète espérait bien revoir son ami au groin vivant .

S'il s'en tirait lui même sain et sauf, ce qui n'était vraiment pas certains !

Qu'importe : la roue du Destin venait d'être enclenchée, que le sort en soit ( donc ) jeté et ... rende rapidement son verdict .




( hj/ps : Si une bonne âme -et lame- passant par là est disposée a donner un coup de main à mon hobbit ... Je dis pas non ! dwarf )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orcanie.forumactif.com/forum.htm
Marnak Holderek



Nombre de messages : 70
Age : 26
Race, Pays : Nain
Metier : Officier et ingénieur
Age du personnage : 67 ans
Date d'inscription : 27/12/2008

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Arouk, horisnéphalista! Homésneki poturi na afke gra tagra tsoul émenton.
**Aime/N'aime pas**: :) / :(

MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Sam 21 Nov 2009 - 15:26

[HRP] Marnak ne va pas tarder à se pointer avec 3 autres nains... Mais quelqu'un de sympa pourrait-il d'ores et déjà reprendre le rôle de Throkmaw? Ce serait bien sympathique... [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fiddlerjohn90.blogspot.com/
Nérond Ossian Homerick



Nombre de messages : 62
Age : 38
Race, Pays : Hobbit, La Comté, La Grenouillère ^^
Metier : Barde, poète et écrivain, philosophe ?
Date d'inscription : 16/09/2008

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Du sublime au ridicule...il n'y a qu'un pas!"
**Aime/N'aime pas**: Aime toutes les nourritures possibles et imaginables ( charnelles et spirituelles ), et n'aime point ... l'eau ^^

MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Sam 21 Nov 2009 - 20:41

Surtout pas! O.o

Si le dragon n'est plus incarné...on aura aucun mal a lui échapper! :p

(cqfd)

Plus sérieusement, je me joins à Marnak pour cette demande! Smile

Vilain dragon! qui veut incarner un vilain dragon? :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orcanie.forumactif.com/forum.htm
Eowyn d'Ithilien



Nombre de messages : 26
Age : 30
Date d'inscription : 24/09/2009

MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Sam 23 Jan 2010 - 15:51

Throkmaw :

Les mots de Throkmaw avaient claqué dans l'air, clairs et limpides et ne laissaient aucun doute sur la suite des événements. Laisser cette petite créature partir? Lui? Il fallait bien être sot pour le penser, car il était tout sauf bon et conciliant. D'ailleurs, son petit-déjeuner l'avait bien rapidement compris et semblait maintenant en proie à une réflexion rapide sur sa situation (désespérée, était-il besoin de le rappeler?). Etrangement, c'était avec patience que la masse noire et luisante attendait une quelconque réaction. Il scrutait le hobbit et sa monture avec dédain, de toute sa hauteur, attendant des supplications qui allaient au moins avoir l'avantage de le distraire un peu. Car il se doutait que ce petit homme n'allait pas se battre, il n'était pas taillé pour et même si cela avait été le cas, il n'aurait bien évidemment eu aucune chance! Mais après tout, pourquoi pas? Maintenant qu'il avait été sorti de son sommeil digestif, le saurien avait envie de s'amuser avant de goûter à cette chaire inconnue dont l'odeur agréable faisait frémir ses narines. Qu'il essaye donc de s'en prendre à lui...

Il en était donc là dans ses réflexions lorsque son en-cas esquissa un mouvement pour chercher quelque chose dans sa besace. Le dragon regardait la scène d'un oeil mi-amusé, mi-mauvais alors que le hobbit reprenait la parole et jetait ce qui semblait être une petite pierre dans sa direction. Il suivit l'objet des yeux jusqu'à ce qu'il ricoche sur l'une de ses griffes. Il resta une fraction de seconde interdit avant de relever la tête et de reposer son regard sur le petit homme. Il plaisantait? Il voulait vraiment l'attaquer avec.... ce caillou? Etait-il fou ou simplement désespéré? Ne voyait-il pas la masse qui se dressait devant lui et que les épées des derniers hommes qu'elle avait croisé n'avaient pas réussi à faire tomber? Comment pouvait-il avoir cette audace? Cette action lui arracha un "sourire" qui disparu très vite lorsqu'il fit attention aux paroles qui avaient accompagné ce geste. Il l'insultait?! Throkmaw avait peut-être envie de s'amuser, mais il ne fallait pas pousser le bouchon trop loin et cette petite bestiole allait bientôt s'en rendre compte!

Le dragon ne remarqua pas immédiatement le petit quadrupède qui se faufilait entre ses jambes, tout concentré qu'il était sur Nérond, mais lorsque ce fut fait, un choix s'imposa à lui. Devait-il courir après le hobbit ou le porc? La décision fut bien vite prise et il s'élança à la poursuite du barde. Il lui avait fait l'affront de l'insulter et il n'allait pas laisser passer cela. De plus, il aurait bien plus de quoi manger avec sa proie et sa monture plutôt qu'avec un simple cochon! La chasse était ouverte...

En deux enjambées à peine, le saurien avait rattrapé son casse-croûte et lui barrait à nouveau la route. Son regard flamboyait autant que le feu qu'il cracha au-dessus de sa tête en signe d'avertissement. Une sorte de démonstration de ce qui attendait la petite créature qu'il confirma avec des mots.


- Je vais prendre plaisir à te croquer... Une bouchée et tu reposeras dans mon ventre, petit être, que tu le veuilles ou non.

Une expression mauvaise d'avidité s'afficha sur son visage tandis qu'il déployait ses ailes et se redressait de toute sa hauteur. Face à lui, le malheureux hobbit ressemblait à une fourmi. Petit et insignifiant, certes, mais qui allait tout de même se faire dévorer et souffrir au préalable!


(HRP : je ne me suis pas permise de faire mourir ton cher Poléon ^^ Si tu veux qu'il y passe, je pourrai toujours le faire après Mr.Red )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marnak Holderek



Nombre de messages : 70
Age : 26
Race, Pays : Nain
Metier : Officier et ingénieur
Age du personnage : 67 ans
Date d'inscription : 27/12/2008

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Arouk, horisnéphalista! Homésneki poturi na afke gra tagra tsoul émenton.
**Aime/N'aime pas**: :) / :(

MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Mar 26 Jan 2010 - 21:50

Peu de temps avant et non loin de ces joyeuses mises en bouche draconienne, Raâgahal décida de suivre seul les traces du poney et du cochon, tandis que son compagnon d'armes, Horek, s'en allait chercher Marnak et Talik. (Cela faisait royalement chier Horek, au sens premier du terme... cfr. "Le retour des nains" en Moria)

C'est ainsi que l'ex-barbare finit par retrouver le poney, qui semblait bien être monté d'un petit cavalier semi-homme! (Haha! Il l'avait deviné et il aurait mis sa main au feu par la marteau d'Aulë! Sur un poney, il n'y a que des gens tout petit! Et il n'y a que les semis-hommes qui soient assez marteau (Aulë, pardonnez ce petit jeu de mot) pour se balader avec un cochon, quoiqu'il n'ait jamais rencontré de semi-homme...).
C'est en cherchant le cochon des yeux, plus profondément dans la caverne, qu'il se rendit compte qu'il y avait une immense silhouette face au semi-homme!

Il se rapprocha aussi discrètement qu'un nain barbare puisse le faire, quand il put contempler la scène dans toute sa splendeur alors qu'un immense jet de flammes illuminait la caverne. Après la déflagration, c'est sa vision bichromique naine qui prit le relai.

Deux instincts opposés s'imposèrent à son esprit: l'un lui disait de courir se planquer et tant pis pour le semi-homme, surtout qu'il n'avait plus son cochon (on est en droit de se demander comment il put penser à la nourriture en de telles conditions, mais rappelons-nous qu'il s'agit d'un ex-barbare nain affamé), l'autre lui disait de charger parce qu'il était un nain qui n'a peur de rien, et que ce connard de dragon, c'est comme les dragons dans les histoires et que les dragons sont des connards et que RAAAAAAH!

Le temps subit alors une sorte de distorsion. Pour le barbare nain enragé, il devint très lent, mais tout se passa bien plus vite que ce que Nerond et Throkmaw auraient pu s'imaginer. Non pas que les réflexes du vénérable dragon soient remis en cause, mais du moins il ne sut pas s'expliquer comment un deuxième amuse-gueule gigotant avec un bout de métal venait de se matérialiser à côté du "petit-déj'-sur-poney".


[HRP: Désolé pour le contre-temps pour la réponse, mais j'ai eu quelques affreuses migraines et une copine également en vacance qui m'ont quelque peu retardé. J'espère que ce post fera au moins sourire quelques lecteurs ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fiddlerjohn90.blogspot.com/
Nérond Ossian Homerick



Nombre de messages : 62
Age : 38
Race, Pays : Hobbit, La Comté, La Grenouillère ^^
Metier : Barde, poète et écrivain, philosophe ?
Date d'inscription : 16/09/2008

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Du sublime au ridicule...il n'y a qu'un pas!"
**Aime/N'aime pas**: Aime toutes les nourritures possibles et imaginables ( charnelles et spirituelles ), et n'aime point ... l'eau ^^

MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Jeu 28 Jan 2010 - 23:37

hj : Tout d'abord je tenais à remercier Eowyn pour avoir repris le méchant dragon qui persécute mon perso! Razz
Et également Marnak pour son aide et son humour Wink
Bon, à moi je crois?! Smile


Alors que la poneytte "cavalait" comme une bête de compétition survoltée, et que son cher maître, Nérond, tentait (tant bien que mal) de se maintenir en selle...

Une ombre gigantesque et menaçante se mit soudain a planer au dessus des deux fuyards.
Les enveloppant ainsi, un très bref instant, dans une totale obscurité...glacée.

(Au temps...suspends ton vol...plané!)...

Se doutant, pourtant, de ce que ceci pouvait bien être...Nérond eut tout de même le réflexe de lever son petit nez retroussé au ciel.
Pour n'apercevoir que le bout de la queue du monstre ailé "serpenter" dans l'air frais (de cette fin de journée)...

Et heureusement que Pomélia eut, ensuite, la présence d'esprit de freiner des quatre sabots : auquel cas son propriétaire s'offrait de lui même en pâture à la bête (immonde!).

Stupéfait, mais pas surpris, de voir se dresser l'immense lézard devant lui...Nérond fut traversé par une vague de frissons irrépressibles.
Oui...terrifié, il l'était, évidemment...mais également...(étonnement?) fasciné, presque "hypnotisé" par cette si imposante masse de muscles et d'écailles.

Trop écrasé par cette présence "dragonique"...une sorte de fascination baroque (et lyrique?) s'imposa bien vite à l'esprit du semi-homme, chassant ainsi, en partie, toute la frayeur que lui inspirait la terrible créature.

*(Et évidemment...en cette circonstance, notre héros ne remarqua aucunement la présence discrète mais somme toute, malgré tout, assez proche, du guerrier nain...pour l'instant simple "spectateur"?.)*

Il allait mourir.C'était une certitude (un sombre espoir?)
Alors...à quoi bon se débattre outre mesure, et même exposer d'autres êtres par sa faute?
Nérond caressa avec une infinie tendresse l'encolure de sa brave monture, avant de sauter à terre...
Sans même prendre garde au monstre et à ses menaces (ses promesses?)...le barde dégaine la courte lame qui trônait sur la selle de l'animal, et enfin, enjoignit la pauvre bête à se détourner de cette bien funeste scène.
En la plaçant dans la direction ou il souhaitait la voir partir...et vlan, un bon coup sur la croupe, et Pomélia s'élançait au petit galop.

Nérond considéra, un moment, le petit cheval déguerpir...en retenant ses larmes lorsque...un halo de lumière, provoqué par le soleil couchant, fit se matérialiser une quasi silhouette féminine(?) sur le "destrier".

Tripacia?!
Illusion, certes, mais peut être, aussi...signe du Destin!
Et appel de l'au delà(?)...
Le hobbit se plut, et voulut y croire, afin de se gonfler de suffisamment de courage...pour faire face...à l'innommable.

Et c'est donc avec une apparente détermination que le frêle petit être se retourna vers le dragon, arme au poing, les yeux (encore humides) emplit de haine et de dédain.

Il ne défiait point le colosse, il faisait bien plus!
Il narguait la Mort elle même...
Davantage par bravade, et fatalisme, que mue par une hypothétique témérité.

Au fond il acceptait son sort et le provoquait presque.
Mieux valait une fin "glorieuse" qu'un long et lent trépas...sur le chemin de sa morne vie vouée au chagrin et aux regrets!

Il ferait face!
Pour elle.
Déjà il entendait son doux murmure porté par la brise des plaines d'Eriador!
Qu'elle élève encore plus la voix, et il l'entendrait davantage, et ainsi...
Lui insufflerait le courage, qu'il mimait fort habilement...mais dont il manquait cruellement.


Tripacia!
Je suis là ma douce amie...vois!
Pour toi j'ai fais le grand pas...
Qui m'amena jusqu'à toi...
Celle que j'adore et admire plus que tout...oui, moi!
Rien n'existe, rien n'est réel, sans toi et loin de toi!
Tripacia.


Il ferma les yeux, ce qu'il lui permis...de la voir, il était tout proche d'elle! son charmant minois l'invitant en silence.
Il lui suffisait de tendre le bras, il lui suffirait d'attendre le jugement du Destin...

Nérond souriait, il était heureux...
Enfin!


Dernière édition par Nérond Ossian Homerick le Sam 30 Jan 2010 - 0:23, édité 2 fois (Raison : *Ajout d'un nain* :p)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orcanie.forumactif.com/forum.htm
Eowyn d'Ithilien



Nombre de messages : 26
Age : 30
Date d'inscription : 24/09/2009

MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Mar 16 Fév 2010 - 3:59

(HRP Mille excuses pour ce retard! Mais revoilà le dragon affamé et énervé.... prêt à vous croquer!)

Throkmaw fixa de ses petits yeux cruels le hobbit et son poney s'arrêter de justesse à ses pieds dans un petit nuage de poussière. La "pauvre" bête tremblait de tous ses membres et semblait paralysée, incapable de faire le moindre mouvement, se contentant de le regarder d'un air idiot. Un silence s'installa entre eux, aucunement dérangé par un quelconque mouvement ou par la moindre parole de l'un ou de l'autre. Le dragon regardait sa proie frémir avec une délectation et un sadisme à peine voilé, se laissant aller à imaginer le goût qu'elle pouvait bien avoir. Jamais il n'avait goûté à cette petite chaire, il avait même rarement eu l'occasion de humer un fumet si appétissant depuis fort longtemps. Bien sûr les hommes étaient toujours meilleurs que les orques ou les gobelins, il s'était d'ailleurs offert un festin lors de son dernier repas, cependant, il leur manquait cette fraîcheur qui émanait de ce petit être. La cerise sur le gâteau, voilà ce qu'il était! Et le saurien allait prendre un malin plaisir à le torturer quelque peu avant de l'engloutir.

Cependant, il ne bougeait toujours pas tandis que Nérond renvoyait au loin sa monture. Ce que ça pouvait l'écoeurer ce genre de geste d'amour! A quoi bon sauver la vie de cet animal? Pourquoi n'essayait-il pas plutôt de sauver sa propre peau? Ca aurait été tellement plus amusant! Mais alors que cette pensée lui traversait l'esprit, le petit être s'était retourné vers lui pour lui faire face, une épée à la main. Ahah! Il allait finalement pouvoir se distraire un peu et essuyer l'affront que lui avait fait cette sale bête! On n'insultait pas impunément Throkmaw sans en payer les conséquences et il allait le lui prouver... Mais décidément, cette journée semblait être faite de rebondissements! Car alors qu'il allait se jeter sur la misérable créature, une forme un poil plus grande que le hobbit (et quel poil! De longs cheveux hirsutes et une barbes pour compléter le tout!) s'était matérialisée à ses côtés! Ainsi donc un nain serait également de la partie? Bof... après tout, il n'était pas à ça près et son estomac aurait bien assez de place pour contenir les deux bestioles qui osaient le défier.

Nérond avait fermé ses yeux alors qu'il déclamait un poème qui retourna littéralement l'estomac du dragon. Pouah! Quel besoin avait-il de faire preuve d'autant de mièvrerie? Rien que pour le faire taire, la grande masse noire avança d'un pas lourd dans sa direction, crachant un nouveau jet de flammes, mais cette fois-ci, beaucoup plus près de la tête de ses futures victimes. Ses yeux s'étaient rétrécis et on ne les distinguait plus qu'à travers une petite fente entre ses paupières, mais toute sa cruauté y était encore visible. Le coup d'envoi était donné! Il avança vers eux d'un pas déterminé et lorsqu'il fut à portée, il leva une patte qui vint frapper le sol entre le nain et le hobbit, avant d'éjecter celui-ci sur le côté. Il ne voulait pas encore le tuer, il préférait qu'il reste vivant le plus longtemps possible. La créature avait atterri un peu plus loin et Throkmaw se détourna du nain pour aller la rejoindre prestement. Il offrait peut-être une possibilité à ce dernier de l'attaquer par derrière, mais il doutait fortement qu'il arrive à le blesser! Il le chassa donc de ses pensées et se concentra tout entier sur Nérond. C'était lui qui l'avait insulté, c'était donc lui qui périrait dans les plus atroces souffrances...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marnak Holderek



Nombre de messages : 70
Age : 26
Race, Pays : Nain
Metier : Officier et ingénieur
Age du personnage : 67 ans
Date d'inscription : 27/12/2008

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Arouk, horisnéphalista! Homésneki poturi na afke gra tagra tsoul émenton.
**Aime/N'aime pas**: :) / :(

MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Mer 12 Mai 2010 - 22:22

Tandis que le hobbit trouvait le courage de se suicider d'une manière digne d'être chantée, le brave et redoutable Marnak, lui, s'était légèrement planqué sur le côté. Du moins dira-t-on qu'il préféra créer une diversion en laissant Nérond s'exposer au dragon!
Qu'il était bon d'attraper le lourd marteau de guerre. C'était... réconfortant en pareille situation. Priant pour qu'il ne retourna pas à la pierre en ce jour et en de si bêtes circonstances, Marnak se promit de payer une bière aux trois autres confrères s'il en réchappait, une deuxième si le hobbit avait également cette chance et une troisième si le coch... "Ah non! Si le cochon en réchappe, autant le mettre sur une broche!" se coupa-t-il lui même.
Pendant ce temps, ses réflexes tournaient au maximum, en même temps que sa mémoire : il se remémorait les nombreux cours qu'il avait eu à l'académie sur les créatures plutôt grosse, essayant de se focaliser sur le chapitre "les vraiment grosses qui ont des ailes et crachent du feu", tandis qu'il courait se mettre à couvert derrière un gros rocher, tout en scrutant les parois de la caverne que le hobbit ne voyait certainement pas. D'ailleurs en parlant de hobbit, il se mettait à geindre "Tripacia" en avancant vers le dragon. Et le stupide canasson était revenu pour le dessert...


"Grand et puissant dragon, nous repartons comme nous sommes venus, et vous laissons en paix pour l'éternité au moins" était l'intention de la phrase que Marnak s'apprêtait à dire, mais une partie de son cerveau imbibée de rage volcanique lui fit interpréter:

- RAAAAAAAAAH

Ca y est, le dragon le regardait derrière son rocher.

- Grouiiiiik !
fit au loin le groin du futur-lardon-dans-la-soupe, d'une manière à peine perceptible.

Marnak l'avait à peine entendu, mais il recevait des données supplémentaires en direct de la roche : ce coquin de porcin avait trouvé un chemin de l'autre côté de la grosse bestiole, à en croire la distance du son, la résonance et tout ça, tout ça.


- SUIS LE COCHON, SEMI-HOMME! Hurla le nain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fiddlerjohn90.blogspot.com/
Nérond Ossian Homerick



Nombre de messages : 62
Age : 38
Race, Pays : Hobbit, La Comté, La Grenouillère ^^
Metier : Barde, poète et écrivain, philosophe ?
Date d'inscription : 16/09/2008

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Du sublime au ridicule...il n'y a qu'un pas!"
**Aime/N'aime pas**: Aime toutes les nourritures possibles et imaginables ( charnelles et spirituelles ), et n'aime point ... l'eau ^^

MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Dim 6 Juin 2010 - 1:33

L'ombre de l'immense et terrifiant dragon couvrait désormais complètement la frêle petite carcasse de l'insensé hobbit...

Nérond, aussi éperdu qu'inconscient, marchait à tâton, résolument, vers un trépas certain, mais presque espéré.

*Mais l'action de la vile créature fit brusquement voler en éclats le silence lourd et funeste...de cette "rêverie" qui se muait, à présent, en pire des cauchemars.La chaleur et le fumet âcre des flammèches de la grosse bête firent sursauter le petit homme...Puis un vigoureux déplacement d'air, suivi d'un véritable séisme le fit littéralement décoller du sol...et retomber, lourdement, un peu plus loin : c'était le début de la fin(?).

Mais décidément les évènements et rebondissements semblaient vouloir s'enchaîner et se précipiter dans cette scène si dramatique...*
Un cri rauque de rage et de combat retentit soudain...
Et le poète lunatique rouvrit ses yeux en amendes remplit de larmes...tout en s'efforçant de se relever, péniblement...Pour ensuite tourner la tête en direction du potentiel nouveau venu.
Il n'aperçut qu'une ombre évidente mais indistincte derrière le plus imposant rocher de cet endroit...

Nérond, de nouveau debout (sur des jambes certes flageolantes), s'apprêtait alors à se retourner, puisqu'un léger trottinement se faisait entendre, derrière lui.
Quand le couinement de ce sacré Poléon éclata du côté opposé au tout premier grognement (car rien ne laissait, pour l'instant, présager de la nature exacte de l'autre créature, dissimulée...)

Fallait il donc que ces maudites bêtes soient aussi folles que leur maître...pour revenir s'exposer avec lui, et sans aucun doute possible...subir le même triste sort.

Mais tout cela...était de l'entière responsabilité de l'infortuné hobbit, le pauvre bougre en avait, enfin, pleinement conscience, désormais.
Il s'agissait donc d'opérer un replis aussi précipité...que fort rapide! (et nullement stratégique).

D'ailleurs, une voix caverneuse, sortie d'on ne savait ou déchira l'air ambiant (qui était, il est vrai, à couper à la hache) :


"SUIS LE COCHON, SEMI-HOMME!"

A ceci...inutile de répondre, et encore moins de protester...ni même point le temps de cogiter...Surtout que le dragon se dirigeait vers lui, il était...sa proie principale!
Toutefois, et comme si un plan tacite et silencieux se mettait en place...les drôles d'animaux se mirent à réagir de concert : le brave et gras cochon fila comme une flèche...d'où il était (re)venu...et la fidèle ponette se rapprocha sans tarder, et au petit galop, de son propriétaire.

Plus une seconde à perdre : Nérond sauta sur Pommélia et l'invita énergiquement à accélérer la cadence...
Un dernier coup d'oeil en direction du nain au marteau providentiel...et le semi bonhomme s'éloignait de plus en plus prestement du monstre hideux.
A la poursuite du jambon sur pattes...et aux trousses d'un miracle...plus si aléatoire que cela.


Nous nous retrouverons, un jour, Tripacia...
Mais point maintenant, ma douce aimée...
Point maintenant!


Prononça t-il doucement, plus hébété que réellement soulagé.


Dernière édition par Nérond Ossian Homerick le Dim 8 Aoû 2010 - 20:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orcanie.forumactif.com/forum.htm
Marnak Holderek



Nombre de messages : 70
Age : 26
Race, Pays : Nain
Metier : Officier et ingénieur
Age du personnage : 67 ans
Date d'inscription : 27/12/2008

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Arouk, horisnéphalista! Homésneki poturi na afke gra tagra tsoul émenton.
**Aime/N'aime pas**: :) / :(

MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Dim 6 Juin 2010 - 2:14

[Mais naaaan, le cochon, il est au fond de la caverne, puisqu'il est passé entre les papattes du dragon! Je vois mal comment un dragon serait si lent qu'il te laisse attendre le retour du cochon,monter en selle, partir par la grande porte avec ton cheval et ton cochon et déclamer un dernier petit poème!
Ceci dit, qu'il en soit ainsi, je me demande ce que le grand méchant dragon aura le temps de nous faire pendant ce temps...
Au moins mettre la table, les couvert, préchauffer le four, ouvrir une bouteille et attraper tous les joyeux guignols que nous sommes!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fiddlerjohn90.blogspot.com/
Nérond Ossian Homerick



Nombre de messages : 62
Age : 38
Race, Pays : Hobbit, La Comté, La Grenouillère ^^
Metier : Barde, poète et écrivain, philosophe ?
Date d'inscription : 16/09/2008

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Du sublime au ridicule...il n'y a qu'un pas!"
**Aime/N'aime pas**: Aime toutes les nourritures possibles et imaginables ( charnelles et spirituelles ), et n'aime point ... l'eau ^^

MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Dim 6 Juin 2010 - 2:49

hj : Hey!!!

A l'origine j'avais pas dit que Poléon se dirigeait vers l'entrée de la grotte! :p
Relis le passage, si tu en as le courage Wink

Et pour ce qui est de la fuite de Nérond...je compte pas mal sur la diversion que constitue ton cher nain!, en fait Mr.Red

EDIT : Bon, on me dit dans l'oreillette que j'ai omis certains détails...j'édite! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orcanie.forumactif.com/forum.htm
Eowyn d'Ithilien



Nombre de messages : 26
Age : 30
Date d'inscription : 24/09/2009

MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Jeu 8 Juil 2010 - 20:36

Throkmaw s'approchait du semi-homme avec une rapidité que l'on n'aurait pu soupçonner pour un être de sa taille lorsqu'il fut interrompu par un cri pour le moins rageur juste derrière lui. Il avait à peine eu le temps de voir le nain se mettre à couvert mais il était évident que c'était cette créature qui venait....... de sonner une charge? Non, pas possible, il ne serait pas si idiot tout de même, si? Il était seul et n'avait pour toute défense qu'une hache ou une quelconque autre arme qui ne ferait de toutes les façons pas le poids contre lui., qu'espérait-il donc? Que l'autre nabot vienne à son secours? Il en doutait fortement... Le saurien se tourna instinctivement pour le regarder d'un air mauvais, mais à nouveau, son attention fut détournée de son but par un autre bruit pour le moins alléchant. Le cochon était revenu et, apparemment, offrait une porte de sortie à son casse-croûte, ce que ne manqua pas de souligner l'une de ses proies. Cependant, c'était mal connaître l'orgueilleux dragon que de croire qu'il se laisserait insulter ainsi sans se venger! Ces petites bestioles lui avaient ouvert l'appétit, à eux maintenant de le combler! Délaissant donc le nain poilu en n'oubliant pas au passage de cracher un long jet de flammes en sa direction, il se remit à la poursuite du hobbit qui avait l'apparente attention de filer à l'anglaise. Comme c'était mal élevé de sa part de ne pas rester pour le dîner! Ni une ni deux, le dragon se rua sur lui afin de lui rappeler la plus élémentaire des politesses. Il réussit sans trop de mal à le rejoindre en quelques enjambées et à lui barrer à nouveau la route. Cette fois-ci, sa patience commençait à s'user et il comptait bien le faire comprendre à Nérond et à ses animaux de compagnie.

Une expression maligne s'affichant sur ses traits, ses babines se retroussèrent tandis que ses yeux prenaient un pli mauvais. Il sortit les griffes de ses deux pattes avant, aiguisées comme des poignards tranchants par endroits, cassées comme des lames émoussées à d'autres et s'avança d'un pas lourd vers sa proie. Sans prévenir, sa patte droite vint s'abattre sur le cavalier et sa monture qu'il projeta à nouveau dans les airs. Cette fois-ci cependant, les dégâts risquaient d'être un peu plus importants. En effet, Throkmaw avait cru sentir sous son violent coup, quelque chose se casser ou se déchirer. S'agissait-il du poney ou du semi-homme, il n'en savait rien, mais cela tournait de toutes les manières à son avantage. Le cochon, lui, s'était enfui un peu plus loin et semblait se demander pourquoi son maître ne venait pas le rejoindre. Celui-là, il lui ferait sa fête plus tard, tout du moins si l'envie lui prenait de lui courir après. Pour l'instant il se consacrait aux pièces maîtresses de sa petite partie de chasse! Le hobbit était à terre, très certainement sonné et il risquait de ne pas se relever avant un petit moment. Autant dire que cela n'aurait rien de drôle de le dévorer sans que ce dernier ne soit conscient. Son compagnon à quatre pattes semblait être blessé et un long filet de sang coulait sur son flanc, créant une petite flaque de liquide rouge sur le sol terreux de la caverne. Lui non plus n'irait pas très loin, il aurait donc tout à loisir de le manger devant son maître, histoire de la torturer un peu plus. C'est pour ces raisons que le dragon, satisfait de lui-même, se dirigea vers le rocher derrière lequel se cachait si grossièrement Marnak.

Il était temps de faire sortir l'animal de sa tanière et de s'occuper un peu plus précisément de son cas en attendant que le semi-homme reprenne ses esprits. Avançant d'un pas lourd, de la bave coulant de sa gueule pour venir atterrir sur le sol sans qu'il ne s'en rende réellement compte, il poussait des grognements de convoitise qui n'auguraient rien de bon. Le nain restait dissimulé par un rocher de taille moyenne que le saurien entreprit de bouger sans trop de difficultés, crachant de temps à autres des flammes en direction de son repas pour lui rappeler le sort qui l'attendait. Lorsqu'enfin le rocher céda, l'excitation perverse de Throkmaw était à son comble. Ses yeux noirs brillaient d'une flamme avide tandis qu'il se redressait de toute sa hauteur. Son instinct de tueur prenait le dessus et plus rien ne comptait à présent hormis le fait de manger cette bête si savoureuse, bien qu'un peu rugueuse. C'est que c'est coriace sous la dent un nain! Durant quelques secondes, sa queue fendit l'air à plusieurs reprises avant qu'il ne s'élance sur la misérable créature qui n'aurait même pas le temps de faire ses prières avant de rejoindre ses aïeux. Dommage pour lui, mais en même temps, il l'avait cherché! A venir se mêler ainsi des affaires des autres, on s'en mordait les doigts...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...   Aujourd'hui à 0:48

Revenir en haut Aller en bas
 
La complainte du sieur Homérick, s'en allant promener ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rick Roll de la nouvelle star !
» Rick Nash fait ses bagages!
» Rick Perry vs Barack Obama
» Rick DiPietro G UFA 30 4500000 0 B B B B B B B- B- B- B- C B- B B B-
» Rick Dipietro quitte St-Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: ERIADOR :: Terres d'Eriador-
Sauter vers: