AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deux cavaliers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elladan & Elrohir



Nombre de messages : 120
Age : 25
Race, Pays : Elfes Noldor; Fondcombe/Imladris
Metier : Princes d'Imladris
Date d'inscription : 03/01/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: El'dan:Moi? Oh mais non, jamais! Mon frère peut-être? El'hir: Quoi? Mais qui aurait bien pu vous raconter un truc pareil! Vous devez me confondre avec mon jumeau...
**Aime/N'aime pas**: Avoir le droit à l'insouciance/ Être seuls.

MessageSujet: Deux cavaliers   Mer 27 Jan 2010 - 13:01

Támir et Lendal chevauchaient sans relâche depuis Imladris. Leurs montures épuisées ahanaient violemment sous leur poids pourtant tout elfique. Les deux cavaliers eux-mêmes parraissaient éreintés, le regard cerné, mais pétillant de bonne humeur.

C'est que les nouvelles d'Imladris étaient excellentes, de toute évidence! Le retour de la Reine Celebrían devait être porté aussi prestement aux oreilles de ses enfants que les messagers de la Maison Simple en étaient capables. Dès lors, les deux longs courriers n'avaient pas ménagés leurs efforts...

A la porte principale de Minas Tirith, ils n'avaient pas daigné s'arrêter, et avaient répliqué d'un ton sec aux questions des gardes que leur messages allait en premier aux Princes d'Imladris.
A présent, à l'entrée de la Citadelle, fébriles et rendus impatients par la fatigue, les deux elfes faisaient noblement face aux chiens de garde d'Aragorn.
Plutôt petit, ses cheveux bruns coupés courts, Támir avait des allures de rôdeur, renforcées par un teint très foncé pour un Premier-Né. De grands yeux clairs le rajeunissaient de quelques siècles.
Mince et grand, Lendal était l'antithèse de son compagnon. Avec la noblesse des anciens Noldor, il posait autour de lui un regard condescent. Ses vêtements poussiéreux n'arrivaient même pas à entamer son arrogance naturelle.


"Nous arrivons en hâte d'Imladris-la-Belle et avons un message à délivrer en toute urgence aux Princes de notre demeure."


________________________


Elladan était d'humeur étrange depuis le matin. Il n'avait guère touché à ses repas, et s'était enfermé dans un mutisme inquiétant. Son frère, trop préoccupé par le fait qu'Arwen les évitait depuis qu'ils lui avaient annoncé le départ imminent de leur père vers Valinor, n'avait pas tenté de le raisonner. Mais cela lui pesait mine de rien un peu plus.

Les jumeaux s'étaient installés à l'abri d'un grand arbre, dans les jardins, et profitaient du soleil d'hiver en fin d'après-midi. Du haut des tours du Gondor, c'était une vue formidable. Elrohir, les yeux fermés, laissait les rayons de l'astre du jour carresser son visage. A côté de lui, il sentait Elladan s'agiter.
Finalement, agacé, le second-né des jumeaux se redressa, son sourire bienheureux fondant comme de la neige contre un feu de camp.


"Hé bien quoi! Tu crois que tu vas te faciliter les choses en râlant seul dans ton coin? Je te préviens, Torn, ou bien tu me parles et me dis ce qui ne va pas, ou bien, je te plante là et tu ne reverras pas de si tôt!"

Elladan sembla sursauter. Son frère avait le sang chaud -et encore, c'est un doux euphémisme que de dire cela-, mais il avait tendance à être plutôt tendre et doux avec les gens qu'il aimait. Cet éclat de violence avec de quoi déstabiliser...
Lentement, l'aîné posa sa tête entre ses mains et son regard plongea dans le vague.


"Alors, ça vient?" s'énerva de plus belle Elrohir.

"S'il-te-plait, Tinu."

Elladan avait parlé d'une voix qui se voulait posée, mais dans laquelle transperçait une pointe d'angoisse.
En haussant les sourcils, son frère le dévisagea. Il ne s'était jamais vraiment arrêté plus de quelques instants à cette considération, mais le premier des jumeaux ressemblait d'une façon de plus en plus marquée leur père. Le même profil, la même ride de réflexion qui lui plissait le front lorsqu'il ne savait pas par où commencer, le même calme délicat quand il avait peur de blesser quelqu'un, le même air perdu lorsqu'il ne savait pas partager ce qui l'inquiétait. Du vrai Elrond tout craché...


"J'ai..."

Il soupira un coup, et se frotta le visage comme pour chasser un cauchemar.

"C'est idiot..."

"Mais, dis-moi!"

"J'ai fait un rêve étrange."

Il l'avait dit. Il avait espéré sentir un poids s'envoler de ses épaules, mais ce n'était absolument pas le cas. Son regard était triste et perdu, et Elrohir semblait ne pas savoir quoi faire.
Finalement, il se rassit et entoura les épaules de son frère de ses bras.


"Tu veux dire... Que tu as vu quelque chose?"

"Oui."

D'habitude, Elladan avait toujours les pieds sur terre. Mesuré dans ses paroles et ses actes, il lui fallait des preuves tangibles pour croire à quelque chose. La magie, les prémonitions, ce n'était pas du tout son truc.
Et pourtant, il était celui des deux qui avait hérité de cette étrange faculté à voir au-delà du temps. Elrohir ne savait pas s'il devait en être jaloux ou content. Ce genre de facultés ne parraissaient pas être vraiment agréables...


"Tu veux bien me raconter?" glissa-t-il avec un mélange de curiosité et d'inquiétude partagée.

"C'est très flou. Je me souviens que je chevauchais. J'étais content et troublé, et face à moi, là où aurait dû se trouver notre demeur, il y avait comme un soleil. Je rentrais dans cette chose lumineuse et je m'y sentais bien. Tous mes soucis s'envolaient. C'était comme si cette entité me tenait dans ses bras et que rien ne pouvait m'y atteindre. Je me souviens ne pas avoir été seul dans cette torpeur.
Puis, la lumière se mua en une ombre, pleine de regrets et de tristesse. J'eu l'impression d'en être la cause. Imladris réapparut, en pleine guerre, et l'ombre s'envola vers le Sud."


Elladan posa son front sur l'épaule de son frère.

"C'est tout." se crut-il obligé de rajouter d'une voix blanche.

Elrohir ne répondit pas, tentant de démèler ce qu'il venait d'entendre. Il avait l'impression que cela se recoupait avec d'autres choses qu'il avait entendu. Il fallait qu'il y réfléchisse plus en profondeur...
Entretemps, il se contenta de serrer contre lui son jumeau.


[Je sais pas si quelqu'un veut 'introduire mes cavaliers. Sinon, je le fais toute seule^^.
On avait déjà Elrond et Galadriel, on a maintenant Elladan! Encore un elfe jouant les corbeaux de malheur, chouette!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livre-des-etoiles.forumactif.com
 
Deux cavaliers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est parti pour l'aventure! {pv. Nikolas o/
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Deux humoristes virés du poste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: GONDOR :: Minas Tirith - La cité du gondor :: La citadelle-
Sauter vers: