AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De retour... [Famille royale ou autres]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eldarion



Nombre de messages : 255
Age : 27
Race, Pays : Homme, Gondor
Metier : Prince héritier du trône de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 30/08/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: .:Peu importe la façon, l'amour triomphe toujours... :.
**Aime/N'aime pas**: Sa douce Kahlan, Taquiner sa soeur^^, s'entrainer au combat à l'épée avec Locklear.../ la jalousie de sa soeur, certains choix de son Père...

MessageSujet: De retour... [Famille royale ou autres]   Mar 10 Aoû 2010 - 15:57

[Voilà mon topic de retour! J'espère que ça vous plaira! S'il y a des incohérences, dites-le moi et j'arrange ça tout de suite!^^]

Le soleil descendait rapidement dans le ciel, et l’heure était venue pour les animaux diurnes de laisser leur place à ceux nocturnes. Cependant, du haut des remparts de la grande Cité Blanche, on pouvait apercevoir un groupe de cavaliers qui se dirigeaient à un train soutenu en direction des portes de la ville. Rien de bien inhabituel pour une Cité florissante et qui attirait bon nombre d’homme en quête d’un travail plus ou moins honnête. Cependant, lorsqu’on s’attardait un peu sur ces hommes, on ne pouvait que se dire qu’il s’agissait d’une bien étrange compagnie. En effet, leurs vêtements auraient pu les faire passer pour de simples chasseurs partis quelques jours en quête d’un butin à vendre par la suite, notamment par leur état d’usure avancée et de rafistolage fréquent. Mais à y regarder de plus près, ces guerriers n’avaient rien de banal. Tout d’abord, la plupart d’entre eux possédaient des armes très inutiles pour des chasseurs : grandes épées gondoriennes, voire même elfique... Et ces armes, très ben entretenues malgré des traces évidentes de combat, prouvaient qu’il fallait y réfléchir à deux fois avant d’oser s’en prendre à cette poignée d’hommes. Chacun portait sur son dos une cape de couleur naturelle et sombre à la manière des Rôdeurs, histoire de se fondre dans le paysage. Certains avaient les traits tirés, d’autres guérissaient à peine de leur dernier affrontement... Lorsque Minas Tirith se dévoila sous leur champ de vision, ils restèrent un moment silencieux à contempler leur Cité, leur bijou, leur Maison.
Cela faisait presque un an.. Un an pendant lesquels ils ont parcouru de long en large le Gondor du Sud, en passant par Pélargir, découvrant l’île de Tolfalas, allant jusqu’à Dol Amroth, se retrouvant même à poursuivre des pirates jusqu’à une région nommée Andrast... La quête du Palantir d’Osgiliath avait été longue et fastidieuse, et les compagnons ne désiraient plus qu’une chose : rentrer chez eux... Le jeune homme qui les menait laissa son regard gris se poser sur la Citadelle, tout en haut de la Cité, sa Maison. Eldarion, fils d’Elessar, car c’était bien lui, poussa son cheval en avant, imposant un rythme soutenu à toute la troupe. On avait sûrement du se poser des questions au Gondor. Pourquoi est-ce que le Prince ne revenait pas de sa mission diplomatique ? Un an, cela commençait à faire beaucoup. Son Père avait sûrement trouvé de nouvelles bonnes raisons. Mais il savait que sa sœur, par exemple, n’en aura pas cru un mot. Il sentait la présence rassurante de Locklear à ses côtés, et des autres compagnons qu’il avait personnellement choisi pour l’accompagner dans cette entreprise périlleuse. Son cœur se réjouissait d’être de retour, et pas seulement parce qu’il avait mené à bien la quête que lui avait confié son Père, mais parce que sa famille lui manquait, et il ne rêvait que d’une chose, prendre sa sœur dans ses bras... Bien entendu, il aurait du annoncer son retour en envoyant un messager, mais il avait tout sauf envie qu’on lui prépare une fête et l’effet de surprise ne manquerait pas d’être un succès. Et puis, raison plus pratique : il ne pouvait imposer à l’un des chevaux de ses compagnons de galoper à un train d’enfer alors qu’ils étaient déjà à la limite de s’effondrer.

Une bonne demi-heure plus tard, la petite troupe se trouvait aux portes de la Cité, leurs chevaux piaffant d’enthousiasme tandis qu’ils sentaient l’odeur de l’écurie qui se rapprochait. Eldarion se trouvait à l’avant, sur sa droite se tenait Locklear, en loyal défenseur de son Prince et sur sa gauche Ragnarolf, un fier Rohirim en qui le Prince Héritier avait appris à avoir toute confiance. Derrière eux les Rôdeurs Lyam et Arutha formaient l’arrière-garde, tandis que Dashel était parti un peu en avance, pressé de retrouver SA ville. Eldarion avait à peine pu lui dire au revoir, mais il savait qu’il le reverrait bien assez tôt et qu’il n’avait pas à s’en faire pour son ami, qui était le plus débrouillard de tous. Les cinq hommes entrèrent dans Minas Tirith alors que le soleil finissait de se coucher. Ils traversèrent rapidement la ville basse, en essayant de se faire remarquer le moins possible, autant pour ne pas qu’on reconnaisse le Prince que pour éviter d’avoir des problèmes avec tous les bandits qui pouvaient rôder dans ce coin mal famé. Leur ascension parut durer une éternité, et tandis que les secondes s’égrainaient, Eldarion sentait son cœur se serrer... Kahlan.... L’avait-elle attendu ? Est-ce qu’elle voudra toujours de lui ? Où pouvait-elle être ? De nombreuses questions se bousculaient dans l’esprit du Prince. Mais son voyage lui aura au moins appris une chose : il ne sert à rien de se poser des questions auxquelles on ne peut répondre. Il faut chercher des solutions, aller de l’avant. Secouant doucement la tête, il chassa rapidement ses angoisses, faisant place à l’excitation du retour. Ses parents seront-ils fiers de lui ? Il l’espèrait de tout son cœur. De toute manière, il était clair qu’il avait changé, autant physiquement que psychiquement. En effet, leur dernière rencontre avec des bandits de grand chemin sur la route du retour avait laissé des traces, et notamment des blessures qui peinaient encore à guérir. Fatigués et meurtris par leur quête, Eldarion et ses hommes avaient perdu de leur vivacité, et un moment de faiblesse avait failli lui coûter la vie. Seuls ses réflexes elfiques l’avaient sauvé... A présent, il arborait une longue entaille sur le haut du torse. Certes, elle n’était pas très profonde, mais elle le faisait souffrir dès qu’il faisait des mouvements un peu trop brusques, et sa fatigue ne l’aidait pas à récupérer rapidement. Il y a trois mois, alors qu’ils étaient sur un des bateaux sur lesquels ils ont navigué, ils se sont fait attaquer par des Pirates d’Umbar, et il en avait reçu cette longue cicatrice sur la main droite qui remontait sur presque tout son avant-bras. Quant à ses campagnons, ce n’était pas beaucoup mieux : Arutha avait failli perdre un œil et arborait à présent une cicatrice le long de l’œil gauche. Lyam et Locklear s’en étaient heureusement sorti avec seulement quelques égratignures et des bleus énormes. Enfin, Dashel s’était cassé le bras et aujourd’hui encore, il avait des difficultés à le bouger... Ragnarolf, lui, semblait avoir trouvé cette petite bagarre assez amusante...

Un soupire presque imperceptible sortit de la bouche du Prince tandis que la Citadelle s’offrait à leur vue. Approchant de l’écurie royale, les compagnons s’arrêtèrent au pied de la Citadelle. Aussitôt, un garde de la citadelle s’approcha d’eux, l’air méfiant. Pourtant, il lui suffit de quelques secondes à peine pour reconnaître le Prince Héritier. Certes ce dernier portait des habits qui laissaient à désirer et ne s’était pas rasé depuis quelques jours, mais il restait un fils de Roi, et son charisme était tel qu’on ne pouvait se tromper. S’agenouillant, il dit de suite :

« Altesse. Permettez-moi d’aller prévenir Sa Majesté et la famille royale que vous êtes de retour . »

Acquiescant d’un simple signe de tête, Eldarion regarda le garde s’en aller rapidement, franchissant à la vitesse de l’éclair les portes du palais pour se diriger avec hâte vers l’aile du Palais où se trouvaient les appartements royaux.
Toujours à cheval, Eldarion se tourna vers Lyam et Arutha et leur dit d’une voix solennelle, pleine de reconnaissance :

« Mes amis, nous sommes enfin chez nous... J’aimerais que vous sachiez que je vous suis extrêmement reconnaissant pour votre confiance, votre aide et votre soutien. Je n’oublierai jamais ce que j’ai vêcu avec vous. Jamais. A présent, allez rejoindre vos quartiers, offrez-vous à boire de ma part, passez une bonne nuit. J’ai bien peur que mon Père lui-même vous rappelle pour vous remercier de votre loyauté... Merci. »

Arutha : « Ce sera toujours un honneur de combattre à vos côtés, Altesse. Vous serez un bon Roi, j’en suis certain. »

Le remerciant d’un geste de la tête, Eldarion lui sourit chaleureusement alors que Lyam ajoutait d’une voix théâtrale, enjouée :

Lyam: « C’était une belle aventure, Altesse. Ne m’oubliez pas, si jamais vous envisagez une nouvelle entreprise de ce genre ! »

Sur ce, les deux hommes repartirent vers la Cité haute, à la recherche d’une auberge pour la nuit, non sans faire un signe de la main à leurs compagnons... Ragnarolf lui-même partit de son côté, saluant le Prince. Eldarion ne put s’empêcher de penser que le guerrier rohirim devait encore avoir une mission sur les bras. Ce genre de courrier était tout le temps occupé... Finalement seul avec Locklear, son « protecteur », ils échangèrent un regard, puis le neveu de Valtaïr descendit de cheval, en grognant après ses jambes qui peinaient après une si longue chevauchée. Eldarion voulut faire de même, sauf qu’il ne s’attendait pas à être si faible, et ses genoux se dérobèrent sous son poids. Ravalant un cri de douleur dû à sa blessure récente, le Prince se força à respirer lentement, allongé sur le sol, épuisé. Locklear se précipita vers lui et l’aida à se tenir assis, ses mains posées à même le sol pour se soutenir.
Alors qu’un palefrenier venait chercher les chevaux, Eldarion montra l’une de sacoches de son cheval et dit à son ami :

« Prends-là s’il te plaît. Tu sais ce qu’elle contient... »

Obéissant, Locklear détacha la sacoche et la posa à terre près du Prince tandis qu’on emmenait les deux chevaux. Prenant un bras du Prince qu’il plaça sur ses épaules, Locklear soutint son ami pour l’aider à marcher, au moins jusqu’au Palais, tout en gardant la sacoche sur l’une de ses épaules.
Soudain, Eldarion vit une lueur au loin, et tandis qu’il peinait à marcher, il aperçut des silhouettes familières qui s’avançaient vers eux.
Enfin. Il était de retour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tindomiel



Nombre de messages : 176
Race, Pays : Humaine - Gondor
Metier : Princesse de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 06/10/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "C'est pas moi c'est Eldarion!" Na! :P
**Aime/N'aime pas**: Les siens-le Gondor et les Gondoriens-son beau collier d'émeraude///Les Hobbits fous au dîner-Kahlan *jurons étouffés*

MessageSujet: Re: De retour... [Famille royale ou autres]   Mer 18 Aoû 2010 - 15:38

[J'ai pnjisé un coup Arwen... Wink]

    Lorsque l’eau bouillante effleura le pied glacé, blanc comme neige, Tindomiel eut un brusque mouvement de recul. Puis sa peau se fit doucement au contact du liquide brûlant (bien trop chaud pour être supportable pourtant !) et la princesse soupira d’aise en enfonçant ses extrémités dans la petite bassine qui lui était présentée juste avant qu’un éternuement haut perché ne vienne rompre ce sublime instant de béatitude.

    - Voilà votre bouillon, princesse. Ah vraiment ! Quelle peine nous épargnerez-vous ? On vous y reprendra à vous mouiller jusqu’à l’os sous la pluie !

    Tindomiel releva ses yeux brillants d’une fièvre latente sur la vieille intendante qui n’avait jamais eût sa langue dans sa poche. Essuyant aussi élégamment que possible la goutte qui luisait au bout de nez, elle répondit d’une voix rauque et nasale :

    - Je le sais bien, ma chère Narthel, je le sais bien… J’en suis bien la première punie, vous le constatez !

    Le dernier orage où elle s’était attardée dans la cour de l’Arbre Blanc avait été fatal à sa nature déjà fragile, et le soir même, elle s’était mise à grelotter sans parvenir à se réchauffer, comme gelée de l’intérieur. Le rhume qui la tenait depuis ces quelques jours n’était pas bien méchant, mais assez pour défaire ses traits d’habitude si pleins et lumineux et la clouer dans ses appartements. Il ne lui restait plus que les va et vient entre son lit surchauffé et son fauteuil auprès de l’âtre ou bien la lecture que lui faisaient des dames de compagnie lorsqu’elle n’était pas trop tourmentée par une fièvre qui commençait d’ailleurs à chuter.

    Elle savoura son bouillon de poule comme s’il s’agissait de son dernier bonheur sur terre, la chaleur apaisait sa gorge en feu et se répandait ensuite dans tous ses membres. A peine lavait-elle fini que la porte de sa chambre s’ouvrit brutalement et alla frapper le mur avec un bruit qui fit pratiquement trembler les murs. Elle poussa un léger cri de surprise et reconnut un jeune page engagé depuis peu, habillé aux couleurs de la Maison du Gondor, qui peinait à reprendre son souffle. Elle allait le réprimander avec véhémence lorsqu’il s’inclina profondément et dit simplement entre deux respirations bruyantes :


    - Le Prince… Le Prince !

    Cela devait être la fièvre qui lui embrumait l’esprit mais Tindomiel ne comprit pas tout de suite… Il fallut que ce soit Nareth qui aille courir à la fenêtre et s’exclama au bout de quelques secondes :

    - Ah ! Par mes ancêtres ! Le Prince est de retour ! Altesse, il faut vous vêtir !

    Renversant presque la bassine fumante dans laquelle elle trempait ses pieds, Tindomiel n’en crû pas ses oreilles et se précipita aux côtés de Nareth semant de petits flaques sur son passage. Elle suivit le doigt pointé de la matrone et plissant les yeux, elle reconnut la silhouette de son bien aimé frère à travers les irrégularités du vitrail. Son cœur rata un bond. Ce retour, elle ne l’attendait plus… Ou plutôt si, elle l’attendait tous les jours.
    Eldarion était parti remplir ses devoirs de prince, elle le savait bien, son père la rassurait, ainsi que sa mère, en évoquant la mission qu’il avait confié à Eldarion auprès de leurs aïeuls de Lorien. Cependant, Tindomiel ne se faisait guère d’illusions. Elle aurait crû sans sourciller et de bon cœur tout ce que son père pouvait lui dire mais il y avait un élément qui la faisait sérieusement douter.
    En partant, elle avait confié à Locklear, compagnon fidèle d’Eldarion, une lettre à remettre à la dame Galadriel et celle-ci ne lui avait jamais répondu ce qui n’arrivait jamais. Les lettres de la dame parvenaient toujours avec une régularité de métronome, à croire qu’elle écrivait ses réponses avant même d’avoir reçu la première missive.
    Alors que son cœur s’affolait, Tindomiel crût qu’elle allait se mettre à pleurer comme une enfant, à la fois de soulagement et de bonheur, mais la pragmatique Nareth lui ôtait déjà sa robe de chambre fourrée et une robe à la main, la suppliait de se dévêtir. Avec une joie non dissimulée, car non dissimulable, la jeune fille l’aida afin de rendre la chose plus rapide. Pour un peu, le gros rhume qui lui enserrait la tête comme dans un étau s’était envolé, ainsi que tous ses soucis et toutes ses peines depuis ces derniers mois…


    ***

    La reine Arwen en tête du petit cortège qui s’avançait pour accueillir le prince balaya une larme qui roulait le long de sa jolie joue. Sans un mot, elle prit gentiment entre ses mains fines et blanches le visage d’Eldarion et le regarda longuement. Un sourire lumineux se dessina sur ses lèvres et elle prit son fils dans ses bras :

    - Mon garçon ! Mon prince ! Quel bonheur… Il me semble que je puis respirer de nouveau sans que mon cœur se serre et que le chagrin ne m’étouffe ! Sois bénis, mon fils, sois béni…

    Les notables gondoriens s’avancèrent pour présenter leurs respects et leurs hommages, heureux de revoir sain et sauf l’héritier du trône. Malgré les nouvelles fréquentes que leur donnait le roi Elessar, certains d’entre eux s’étaient mis à douter depuis une poignée de mois de jamais revoir Eldarion vivant. Ils le pensaient mort mais que le souverain cachait délibérément cette funeste nouvelle pour le royaume, afin de le préserver d’un mouvement de panique. La succession et la pérennité du Gondor assurée, les vénérables conseillers n’en demandaient pas plus et ils accueillirent le prince avec chaleur et force compliments.

    ***

    Tindomiel passa le nez dehors, ce qu’elle n’avait pas fait depuis plusieurs jours, et fut ébloui par le feu du soleil couchant et par la chaleur qui dégageait. Du terrible orage qui avait déferlé sur la Cité Blanche il ne restait plus, ça et là, que de petites flaques sur le pavé de la cour.
    Emmitouflée dans une mante de fourrure bien trop chaude pour la saison, la princesse à la santé fragile avait tout de même tenue à faire honneur à sa famille et à son frère en se parant de beaux atours, même si son visage fatigué, ses pommettes et son nez rougi, trahissait son imprudence de l’autre jour.

    Elle avançait d’un pas peu sûr, distinguant mal les formes devant elle. Sa respiration était courte car malgré tout le bonheur qu’elle éprouvait à l’idée de ces retrouvailles, elle n’avait pas oublié, ces mois durant, qu’elle et Eldarion s’étaient quittés en très mauvais termes. Ce souvenir lui causait d’ailleurs beaucoup de tourments, songeant que si jamais son frère devait disparaître dans cette mission, elle ne se pardonnerait jamais que leurs derniers mots aient été si cruels et si froids.
    Lorsqu’enfin Eldarion se dessina clairement dans son champ de vision, elle fut choquée de voir comme il se tenait courbé, son visage affichant un léger rictus de douleur. Elle accéléra la cadence de son pas et vint se placer aux côtés de sa mère.

    Avant d’ouvrir la bouche, son frère une fois devant elle, elle chercha dans son regard ses sentiments à son égard. La dernière fois, elle y avait vu tant d’amertume, tant de peine, de la haine même presque, qu’il lui était à cet instant difficile de le soutenir. Elle lui sourit timidement d’abord, puis la joie l’emportant sur ses craintes, fondées ou non, elle posa sur sa joue (un peu sale, beurk !) un baiser heureux, le baiser de la paix. Le prenant dans une étreinte exaltée, elle dit :


    - J’ai connu bien des moments heureux dans mon existence, mais ce jour surpasse tous les autres ! Bienvenue ! Bienvenue, mon frère !

    Puis elle rajouta un peu plus bas à son oreille :

    - Que t’arrive-t-il ? Es-tu blessé ?

    Sentant le souffle d’Eldarion dans son cou, elle le savait bien vivant et cette pensée seule déclencha en elle un flot d’émotion qu’elle contint avec peine. Elle songeait alors à quel point les périls dont elle avait rêvé la nuit pour son frère avaient été réels. Peut-être était-il passé près de la mort… Peut-être cette étreinte entre eux n’aurait jamais dû exister… Penser de façon rétrospective aux dangers auquel leur amour fraternel avait échappé la fit sangloter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldarion



Nombre de messages : 255
Age : 27
Race, Pays : Homme, Gondor
Metier : Prince héritier du trône de Gondor et d'Arnor
Date d'inscription : 30/08/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: .:Peu importe la façon, l'amour triomphe toujours... :.
**Aime/N'aime pas**: Sa douce Kahlan, Taquiner sa soeur^^, s'entrainer au combat à l'épée avec Locklear.../ la jalousie de sa soeur, certains choix de son Père...

MessageSujet: Re: De retour... [Famille royale ou autres]   Jeu 4 Nov 2010 - 21:45

Se tenant à son cher ami Locklear pour avancer le long du chemin qui menait aux grandes portes du Palais, Eldarion se sentait revivre peu à peu, à la fois soulagé d’être revenu et tout excité de revoir ceux qu’il aime. Ses yeux avaient du mal à s’habituer au temps maussade qui s’était installé en haut de la citadelle, et il mit quelques minutes à apercevoir des silhouettes plus que familières venir à leur rencontre. Son cœur battit un peu plus fort encore et il se décolla un peu de Locklear pour essayer de faire meilleur figure face à sa famille. Apercevant le visage de sa mère, un grand sourire illumina son visage miné par le voyage et la douleur. Arrivé face à elle, ses yeux bleus-gris plongèrent dans ceux si bleus de sa mère bien-aimée et il vit à quel point il lui avait manqué. Un seul regard leur suffit pour exprimer leur joie de se revoir. Locklear, quant à lui, s’inclina respectueusement devant la Reine et la cour. Le Prince Héritier ferma les yeux un moment alors qu’elle prenait son visage dans ses mains et apprécia avec silence ce contact si familier, si chaleureux. Se laissant enlacer, il soupira d’aise, tout en grimaçant légèrement à cause de sa blessure qui se faisait rappeler à son bon vouloir. D’une voix douce et peut-être un peu plus profonde que d’habitude, il répondit :

« Mère... Que je suis heureux de vous voir ! Vous n’imaginez pas le bonheur que c’est pour moi de revenir enfin chez moi, chez nous ! »

Voyant les notables s’avancer en s’inclinant respectueusement, le Prince leur rendit leur salut, conscient que sa seule présence devait les rassurer. En effet, il était prévenu que sa longue absence était mal vécue par les notables qui étaient de plus en plus nombreux à le penser mort. En arrivant ainsi, il mettait fin à toutes ces rumeurs et montrait également qu’il savait mener à bien une mission. Cependant, même s’il savait qu’il était important de rassurer la cour, il n’attendait qu’une chose : l’arrivée de sa sœur Tindomiel. Elle lui avait manqué tellement... Et il avait si peur qu’elle soit encore fâchée de leur dernière conversation. Il se sentait coupable d’être parti sans essayer de faire la paix et lors des ennuis qu’ils avaient rencontré, la première chose à laquelle il pensait était : je veux revoir Tindomiel une dernière fois, une dernière fois...

Et c’est alors qu’elle apparut dans son champ de vision. Emmitouflée dans son manteau, l’air malade mais toujours aussi gracieuse et vive. Ses yeux la regardèrent s’avancer vers lui, une lueur inquiète en arrière-plan. Une fois face à elle, ses yeux rencontrèrent les siens et il ne suffit que de quelques secondes pour qu’ils se pardonnent mutuellement. Plus de haine, plus de colère, juste de la joie. Ils s’aimaient beaucoup trop pour se faire la tête alors qu’ils ne s’étaient pas vus depuis si longtemps ! Il accueillit le baiser de sa sœur avec plaisir, avant de répondre à son étreinte exaltée aussi fort que pouvait le lui permettre sa blessure.

« Ah ma sœur.... Je n’ai cessé de te chercher là où mes pas me conduisaient. Dans nos cœurs, nous n’avons pas été séparés, mais je me languissais de revoir ton sourire ! »


Un sourire doux se dessina sur son visage tandis qu’il déposait un léger baiser sur le front de Tindomiel. Comme elle lui demandait s’il était blessé, il se pencha légèrement à son tour, comme s’il la prenait dans ses bras :

« Rien de bien grave... Mais il vaut mieux nettoyer tout ça. En fait, je ne rêve que d’une chose : dormir ! Tu voudras bien me lire une histoire pour m’endormir ?^^ »

Un ton légèrement moqueur, mais on pouvait sentir qu’il n’était pas totalement dans son assiette, ou plutôt que sa blessure l’empêchait d’être parfaitement détendu. A vrai dire, c’était plutôt le regard inquiet de Locklear qui devait alarmer la jeune fille. En effet, il faisait tout pour ne pas le montrer mais le jeune homme savait que son Prince n’allait pas si bien que ça. Sentant sa sœur sanglotait légèrement, il la serra un peu plus fort et rajouta d’un ton doux :

« Calme-toi... Je suis là maintenant, non ? Alors, je t’interdis de pleurer sur mon épaule !Aide-moi plutôt à aller me reposer, tu veux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De retour... [Famille royale ou autres]   Aujourd'hui à 23:24

Revenir en haut Aller en bas
 
De retour... [Famille royale ou autres]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Famille Royale [1/5]
» La glorieuse et compliquée famille royale d'Alabasta
» Membre caché de la famille royale et comploteUR , est-ce possible ?
» [spoiler] La série Grimm plus d'infos
» Des armoiries de la famille royale d'Ambre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: GONDOR :: Minas Tirith - La cité du gondor :: La citadelle-
Sauter vers: