AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le camp des prisonniers Orques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Le camp des prisonniers Orques   Ven 16 Juin 2006 - 1:38

Le camp où était enfermé les soldat de Graganos était situé sur une langue de terre ferme à la frontière des marais des morts.
Il était gardé par une cinquantaine d'hommes et autant d'Uruk.
Outre le camp réservé au prisonniers orques, il y avait aussi un enclos pour les wargs et les chevaux à côté des réserves de ravitaillement.

Totalement entouré par les marécages maudits, il n'était pourvu d'aucune fortification, seules quelques tours de guet en bois faisaient office de modestes structures défensives.
On ne pouvait en partir et y entrer que par une route menant hors des marais qui traversait le camp du nord ouest au sud est.

Ce grand isolement en faisait à la fois un excellent avant poste pour les armées sortant de la Porte noire et un camp de prisonnier idéal puisqu'il était pratiquement impossible de s'enfuir à cause des lugubres marais qui l'entouraient..

Toutefois il existait un petit chemin oublié au nord est, négligé par les gardes car noyé sous la vase qui affleurait en surface et laissait croire qu'il n'y avait pas de terre suffisament ferme où poser les pieds.

voici le plan aérien de ce camp :




[Hj : Kody, je me suis pas foutu de toi là Cool J'espère que ça te plait lol ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nessameldë

avatar

Nombre de messages : 1963
Age : 31
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Ven 16 Juin 2006 - 13:40

[Petite note: Lol! Non mais je rêve! 'Tain Gorny tu te moques pas du peuple! mdr! Quelle classe! lool! Tu as déjà pensé à faire des cartes pour l'armée de terre?! Mr. Green lool!]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Dim 18 Juin 2006 - 21:05

Le dragon volait depuis plusieurs heures à la recherche du campement et il commençait à se lasser. Il se demandait encore pourquoi il avait accepté ce pacte. Il était condamné maintenant à être lié toute sa vie avec l'orque. Il en fulminait.
Puis une odeur de feu lui chatouilla les naseaux : un feu de camp, mélangé à de nombreuses odeurs...
D'un puissant battement d'ailes, il prit la directeur de l'odeur de la fumée et au bout de quelques minutes, ses yeux noirs perçurent un campement.
Il vit trois camps, dont un où il reconnut des orques, enchaînés au sol.

"cela doit être les orques de Graganos"

Puis il observa les deux autres, des hommes et des uruks. Une centaine de combattantrs suceptibles de venir à bout du Fléau Noir. Mais pour le moment, ils ne l'avaient pas vu. Il volait trop haut pour leurs yeux faibles.
Il compta le nombre de tout de guet. Six au total. Il se demanda s'il été assez en forme pour en venir à bout. Puis son regard lorgna les chevaux, quelque peu affolé par la présence des Warg attaché non loin d'eux, claquant de faim leur mâchoires. En les voyant, il eut aussi faim. Son estomac gargouillait.
Ilo n'avait pas mangé depuis des jours. Il enrageait.

*Tout cela a cause de cet orque ! *

La colère l'aveugla et il se mit à rugir son mécontement, avant de pousser un cri de défi et piqua sur le campement Uruk
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Mar 20 Juin 2006 - 1:34

[Hj : Bon bah là puisque Throky sonne la charge, je vais faire les Uruk et les mauvais hommes Mr. Green ]

Dans le campement, tout était normal jusque là, tout le monde vaquait à ses occupations : les Uruks se battaient entre eux et mangeaient des vers de vase, les Dunedains noirs (n'oublions pas que ce sont les hommes d'Araldarion) jouaient aux osselets avec des vertèbres d'orques nains ou bien s'entraînaient au tir, à l'épée ou à la lance pour garder la forme, qaunt aux Orques prisonniers parmi lesquels se trouvaient ceux de Graganos, ils ne faisaient rien d'autre que de rester assis les chaînes aux pieds sous le regard mauvais des maitres de chiourme et des sentinelles qui les surveillaient.

Le rugissement de Throkmaw fit lever le nez à pratiquement tous les éléments de cette faune, qui cherchèrent dans toutes les directions du ciel gris l'origine de ce cri.

Soudain, un Uruk leva un doigt noueux et hurla dans son dialecte grossier :


Uruk : "LA HAUT !!!!!! "

Tous lèvèrent les yeux en suivant la direction indiquée et aperçurent la forme noir du dragon qui fondait sur eux à une vitesse vertigineuse.

Courant en tous sens, ou regardant le dragon tomber sur eux en piqué, les Uruk étaient sous le coup de la surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Jeu 22 Juin 2006 - 13:06

En une fraction d'une seconde, l'esprit du Fléau Noir fit le choix des premières cibles qui allaient mourir. Tout en piquant, il inspira et cracha une puissance gerbe de flammes sur le groupe encore assez compacte des Uruks, les inondant de son feu rageur. Puis il redressa avec majesté à ras du sol, et vit un virage serré. Il se posa avec brutalité vers le groupe des humains, qui réagissaient de la même façon que les Uruks. Il bondit en avant pour en plaquer deux entre ses pattes et le sol boueuex et souffla sur le reste du groupe humain, un nouveau souffle enflammé

[h.j là c'est la bête sauvage qui agit et non la raison ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Jeu 29 Juin 2006 - 20:15

Une ombre, d'abord indistinct se forma dans le brasier, d'épais nuages d'ébène vinrent absorber les flammes crachées par la sinistre créature et une violente bourasque de vent probablement d'origine magique projeta le vers dans les airs, menaçant de l'emporter dans l'abîme ténebreuse que formait la nuit omiprésente sur les terres sombres .

Les halots de ténebres qui trainaient au sol se rejoignirent pour prendre petit à petit la formes d'un visage fantomatique dont les traits formaient des courbes trops harmonieuse pour appartenir à celles d'un humain, le spectre plus connu sous le pseudonyme de Nergal fixait stoïquement Throkmaw.
La face sombre du seigneur du Mordor surplombait largement la taille du dragon et gardait une certainnes passivité calme et glaciale.
Une voix sépulcrale raisonna dans toute la vallée.


Nergal: " De deux douleurs simultanées, la plus forte obscurcit l'autre. "

Le visage du spectre eut un sourire étrange.

Nergal: "Ainsi tu risquerais d'entrainner ta fin pour un peu de divertissement."

A la vue de leur seigneur, les rares survivants orcs, humains et uruk-haïs ayants échappés au massacre tombèrent à genou, une expression de crainte mêllé à celle du respect se dessinait sur leurs visage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Jeu 29 Juin 2006 - 21:04

[euh... j'ai pourfendu que les uruks et les hommes qui retiennent prisonniers les orques ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Ven 30 Juin 2006 - 0:50

[Hj : dsl Kody, mais jai beaucoup de boulot en ce moment alors passer c pas si facile. Je reprends donc notre bagarre là où elle en était Razz]

Au souffle ardent déchaîné par le dragon, les Numénoriens s'égaillèrent comme des moineaux.
Trois se consumèrent sous les noirs flammes de Throkma, quelques autres furent grièvement brûlés.
Quelque tentes en toile prirent feu malgré la forte humidité qui règnait dans le camp.

Les prisonniers Orques eux n'avaient aucun endroit où fuir, leurs entraves les empêchant de bouger. Ils se contentèrent d'enfoncer la tête dans le sol boueux en attendant la mort qu'ils pensaient certaine.

Mais tout n'allait pas être si simple pour Throkmaw, car la riposte commençaient à s'organiser :


[Hj : bah oui quand même, je suis pas embêté à faire une carte pour liquider ça en deux posts quand même. Je veux voir tes talents militaires en action Kody Mr. Green ]

Les Uruks qui gardaient les orques de Graganos qui avaient échappé au premier brasier allèrent se rassembler dans l'enclos à wargs, sous les hurlements de leur chef, un grand mâle à crête d'iroquois, qui avait survécu.

Chef Uruk : "Allez bande de crétin approchez ! Rassemblez vous sous les tours mais gardez vos distance entre vous ! Nous allons percer ce gros lézard !"

Il avait compris que les groupes compacts étaient une proie trop facile pour les flammes du dragon.

Ce chef criait aux monteurs de Wargs de sortir de leurs trous et d'aller au devant du dragon.

Les hommes eux même n'étaient pas en reste, certes ils étaient atteints, mais ils n'étaient pas encore en déroute. Ils se dispersaient mais certains trouvèrent la force de lancer quelques flèche au dragon.

Puis il y avait les hommes placés dans les tours...
Ceux des 3 tours de guet autour du camp des hulmains, deux par tour, commençaient à revenir de leur surprise.
Ils étaient en possession de puissantes arbalètes qu'ils armèrent.
Visant le Noir fléau,


#Tchac# #Tchac# #Tchac# #Tchac# #Tchac# Tchac#

6 trait mortels partirent en direction de sa puissante cuirasse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Sam 8 Juil 2006 - 12:39

D'un bond le dragon s'envola pour éviter les traits mortels. L'un d'eux transperça le cuir fin de son aile, au plus bas. Il en rugit de haine. Il n'allait pas commettre l'erreur de se faire tirer dessus à coup de flèches ou autres projectiles.
Avec de puissants battements d'ailes, il se tira vers l'une des trois tours et arqua violemment son coprs, pour donner l'impulsion à sa queue et fracassa l'une des sources des carreaux d'arbalètes. Elle se pulvérisa sous le choc.
Puis il vit le nuage et le visage qu'il représentait. Il entendit lui aussi la voix ténébreuse. Il souffla de la fumée par les naseaux. D'un oeil il le darda de façon menaçante et lui lança une boule de feu. Il lui fallait bien plus pour l'impressionner.

* Seul Morgoth pouvait imposer uen certaine "terreur*

- Tu n'es rien pour moi !

Il laissa le pseudo-nuage et plongea vers la seconde tour, où il s'y accrocha. Ses griffes transperçèrent les poutres. La tour gémissait sous le poids du reptile écialleux. A coup de mâchoires, il écrasa ses assaillants.
Puis son oeil tourna en direction du chef Uruk
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Lun 10 Juil 2006 - 16:15

L'illusion du spectre disparut aussi vite qu'elle était apparut, cependant, les nuage de ténebre semblèrent se solidifier et changer de forme.
Quelque part dans Barad-Ghot, deux yeux jaunes, semblables à ceux d'un serpent se plissèrent, un doigt d'un blanc nacré se leva lentement. A plusieurs kilomètres de là, les volutes d'ébènes semblèrent obéire au geste de Nergal, et s'enroulèrent doucement autour de la tour qui commençait à pencher sous le poid du ver.
La construction changea peu à peu de structure sous l'effet de la masse imalpable qui l'entourait, donnant peu à peu la réplique exacte d'une main griffu d'une taille démesurée par rapport à celle du Dragon.
Avec rapidité, celle-ci s'étira en direction du monstre, tentant de refermer sa prise mortel sur son corps écailleux.

Au loin, on pouvait distinguer deux fentes fixer la créature.
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Lun 10 Juil 2006 - 22:00

La tour qu'avait frappé Throkmaw avec sa queue vola en éclat, les deux occupant en furent expulsé avec un vol plané qui se termina dans les marais allentour dans un grand "splatch".
Malgré cette destruction les 2 autres tours situé près de l'endroit où se trouvait le dragon continuèrent à faire pleuvoir leurs carreaux en direction de Throkmaw. Les soldats de ce camp étaient pour partie des soldats d'élite qui étaient en transit sur place, pas de chance... [pour qui Razz ]

Le chef Uruk de son côté terminait d'organiser les restes de ses troupes en petits groupes pour limiter les effets du souffle de feu de Throkmaw.
Il avait un physique imposant aux bras musculeux qu'il agitait en tous sens.
Tendant son glaive en direction du dragon il lâcha les quelques meutes de wargs qu'il avait pu rassembler en direction du dragon en hurlant de sa grosse voix guturale :


Chef Uruk : "En avant poltrons !!!!!"

Malgré leur crainte, les chiens de guerre se ruèrent sur Throkmaw en jappant, tandis que le chef uruk se lançait à l'attaque. Il n'espéraint rien de ces wargs, sachant très bien que le dragon noir était plus fort qu'eux. Ce qu'il éspérait, c'était se servir d'eux comme bouclier pendant suffisamment de temps pour se rapprocher du dragon noir et appuyer les tours restantes.

Il avançait donc à leur suite avec ses arbalétriers et ses javeliniers, voulant faire crouler Throkmaw sous le nombre. des traits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Jeu 13 Juil 2006 - 21:30

La tour, transformé en une sorte de nuage commençait à faire choir le dragon, qui a coup d'ailes, décolla.Un autre carreau transperça sa membrure mais se concentra sur un autre intérêt. Il prit de l'altitude, suffisamment pour être à l'abri quelques instants des tirs.
Les troupes se mettaient en place en dessous de lui. Il les ignora.
La "main" se rapprochait. D'un coup d'aile, il l'évapora presque. Il poussa en même temps un rugissement. Puis il parla dans l'ancienne langue noire du mordor


- Qu'espères tu ? M'abattre ?

Il en ricana

- Tu as peut-être de la magie, mais tu sembles ignorer une chose. Je suis fait de la magie de Morgoth, la plus puissante qu'il n'y est jamais eu. La tienne n'aura aucune prise sur moi. Seul mMorgoth lui-même pourrait me contrer par magie ! Ne cherches pas ta propre destruction.

Puis il tendit un oeil vers le chef uruk, sa prochaine cible.

- Un Seigneur Noir qui s'intéresse à ces misérables crapauds ? Pitoyable ! Tu t'en soucie comme un homme.

Il souffla son dédain et piqua cette fois droit vers l'uruk, le point nevralgique. Les meutes de warg et des troupes à point munis de traits pointèrent leurs armes vers lui.
Deux carreaux trouèrent une nouvelle fois ses ailes. Il rugit sa colère. Il se rapprochait du chef uruk à grande vitesse. Il ouvrit ses mâchoires et au lieu de le déchiqueter, il planta ses gros dans l'un de ses deux bras massifs et se posa avec brutalité sur le sol, pivotant son corps musclé pour faire face à la troupes, présentant l'Uruk comme une cible pour les trairs mortels. Malgré sa proie prise entre ses crocs, il parla fortement


- Tu as le choix de deux morts, Uruk, soit par moi, soit par tes larbins ! Sauf si tu décides de te plier à ma volonté et de me jurer loyauté envers moi !
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Mer 19 Juil 2006 - 19:04

[hj : hé hé hé très joli Kody Wink ]

Le visage de l'Uruk était déformé par un rictus hideux que provoquait la douleur des griffes du dragon (si j'ai bien compris...) profondément enfoncé dans la chair de ses bras.

Sa troupe se tenait devant lui, javelots levés et arbalètes bandées. Elle hésitait devant le corps encore vivant de son chef dont l'impuissance obscène était exhibée sous ses yeux.
L'Uruk gesticulait pitoyablement comme pris par les dernières convulsion d'une mort violence, il était fait...
Les Uruks sont des êtres moins grossiers que les orques et celui ci était de surcroit un grand capitaine. Se sachant prit, la dernière expression des restes de cet honneur barbare qui lui restait consista à nier cet ennemi tout puissant qui le tenait à sa merci.
Il trouva donc la force de crier à ses guerriers d'une voix éraillée mais puissante :


Uruk : "TIREZ BANDE D'ABRUTIS ! TIRRRREEEEEEZ !"

Sa troupe hésita encore puis alors qu'il hurlait encore, au lieu de tirer comme il leur en donnait l'ordre, ils se débandèrent tous. Même les dernières sentinelles des tours se jettèrent au sol pour fuir en direction des marais.

Voyant ses rombiers fuir comme des pleutres plutôt que de mourrir avec lui, le chef Uruk poussa un hurlement si monstrueux qu'aucune bête sauvage n'a jamais poussé en terre du milieu.
Il s'agita encore et les griffes s'enfoncèrent plus profondément encore dans ses bras et son dos, le sang noir dégoulinait des plaies répandant une puanteur qui surmontait même celle des marais.

Le sauve qui peut fut prononcé et tout les soldats noir : hommes, orques, monteurs de wargs et uruks s'enfuirent tous du campement, espérant échapper à la fureur du dragon
[Hj : Bruce Lee WOOOOAAHHHH ].

La plupart allèrent se noyer dans l'eau putride tandis que les autres se piétinaient

La déroute fut complète et ne resta bientôt plus dans le camp, qu'un dragon, un Uruk morribond et... une troupe d'Orques enchainés qui tremblaient de connaitre leur sort à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Mer 19 Juil 2006 - 21:25

[joli débandage. J'adore ce passage, il est magnifiquement fait. A moi de me faire plaisir. bongrose; je vais me régaler et jouer la grosse sadique ^^]

Le dragon noir exaltait en suivant des yeux avides de massacre, la scène de panique. Quel plaisir de retrouver cette peur qu'il provoquait d'autant à chacun de ses passages; Et cette odeur. La peur, la fuite. Quel parfum. Quel extase. Il en rugit de plaisir en dressant son cou en direction du ciel.
Il décida de les laisser fuir. Couards comme ils étaient, ils n'iraient pas loin.
Les hommes ? Mauviette à deux pattes qui iront se cacher pleurer dans un coin.
Les orques ? Ils ont vu sa puissance et sa cruauté, il sera facile de les faire rejoindre à sa bannière. S'ils rechignaient, ils en tuerait quelques uns. La seule façon de les faire obéir, pour certain.

il prit également plaisir à voir ses adversaire minables se piétiner les uns sur les autres et le délice... ceux qui se noyaient. Entendre leur cri désespéré, tentant veinement de rester à la surface survivre une seconde de plus. Puis l'eau qui les attire dans son étreinte humide et mortelle, provoquant les bulles d'une veine espoir et remplissant leurs poumons d'un plaisant gargouillis. Puis le silence. Mise à part les grognements de l'uruk. Il regretta déjà le délicieux bruit de la mort liquide.


*il m'en vient une idée*

Dragon de feu, il savait que l'eau était son ennemi. Mais il prendrait ses précautions. Il retira ses griffes du corps de son prisonnier. Le sang noir de L'uruk continuait
de couleur, mais avaec moins d'intensité.
D'un coup de patte, sans ménagement, il le retourna et plaqua ses doigts griffus sur son corps, sans l'écorcher et ni trop l'étouffer.


- Alors Uruk ? Tu as vu tous tes hommes se sauver. Quel dommage.... Quelle bande de pleutres! Toi tu valais tous ces couards et tu as cru à leur courage et leur loyauté. Quel ironie. Si tu avais accepté de me servir, tu aurais eu une place de choix dans ma future armée. tu as choisi ta voie. et tu vas payer ton refus !

Avant qu'il eut le temps d'offrir la bouche, ses doigts l'enlacèrent et le dragon noir se dirigea vers l'eau, assez profond pour y plonger la tête de l'Uruk et et suffisamment pour sa propre sécurité.

Je vais redécouvrir le plaisir de la torture et même en profiter pour en expérimenter de nouvelle !

Puis sans ménagement, d'un mouvement de poignée, il retourna l'Uruk et plongea sa tête dans l'eau. Puis il se rappela qu'il avait les orques de Graganos à libérer

* le plaisir avant*

Il apprécia les convulsions faites par l'uruk, pour chercher à se redresser pour respirer l'air. Le dragon le retourna pour lui permettre de respirer une goulée d'air.

- J'aime les supplices ? par toi ?

[hrp : je te laisse parler si tu veux. Je ne pouvais m'empêcher ce petit passage, pour le Fléau noir ^^. Je te laisse l'action du dragon pour continuer à faire trempettre avec l'uruk, jusqu'à ce que mort s'en suive ^^.)
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Sam 22 Juil 2006 - 2:13

[HJ : lol, elle me fait le suplice de la baignoire Mr. Green , une vraie sadique qui connait des trucs cette Kody Razz ]

A la première plongée, l'Uruk était enfoncé jusqu'à mi-corps dans l'eau vaseuse.
Il agitait pitoyablement les jambes jusqu'à qu'une inspiration incontrôlée le trahît, laissant pénétrer l'ennemi liquide dans ses poumons.

Brusquement saisi par l'angoisse de la noyade que provoquait la sensation de brûlure de l'eau, l'Uruk s'agita plus fort et plus pathétiquement encore, mais Throkmaw le noir le maintenait trop fermement pour que se débattre put constituer une quelconque source d'espoir.
La volonté de vivre, qui était forte chez cet Uruk, céda progressivement la place à l'acceptation de la mort.

Mais c'était exactement à l'instant où l'angoisse de mourir disparaissait pour se muer en résignation, et donc que l'Uruk cessait de vraiment souffrir, que Throkmaw le retirait de l'eau noire.

Les poumons de l'Uruk se vidèrent par la bouche et par le nez dans un sinistre bruit d'écoulement .
L'Uruk ouvrit ses yeux jaunis, comme on se réveille en sursaut la nuit, arraché provisoirement à un cauchemard dont on sait qu'on va le retrouver en se rendormant.

Il toussa bruyament et cracha les restes de vase qui lui obstruaient la trachée.
Ses poumons le brûlaient encore, ses plaies lui faisaient mal et pourtant...

Ses yeux voyaient à travers une brume de larmes grises les cadavres de ses soldats qui flottaient non loin du lieu de son supplice.

Il entendit dans le brouillard Throkmaw le provoquer, mais il distinga mal les mots prononcés.
La vase qui lui obstruait les oreilles et surtout la perte de son sang en grande quantité commençait certainement à l'affaiblir.
Mais les restes de sa volonté bestiale s'étaient excités à la vue des corps flottants de ceux qui étaient autrefois ses féaux.

Sous l'effet de cette excitation, son cerveau forma des mots qu'il aligna du mieux qu'il le put et ordonna à sa voix de les prononcer :


"Debout les morts ! Sus au noireau !"

Mais aucun son ne sortit de sa bouche, sa parole avait été la première de ses facultés à rejoindre la tombe...
Ses bras pendaient lamentablement et aucune révolte ne bouillait en apparence sur son corps ou son visage. C'était à peine si ses muscles se raidissaient encore un peu.
Pourtant son âme, si les Uruk en ont une, s'agitait comme une tempête sous son crâne humide.
Cette impuissante et rageuse volonté qui habitait encore sa tête était comme le capitaine abandonné d'un vaisseau en train de sombrer qui hurlent des ordres de manoeuvre à des matelots qui n'existent plus.

Il avait bel et bien commencé de mourir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Dim 23 Juil 2006 - 0:23

Throkmaw fixa un instant sa victime qui remuait à peine. Il aurait espérer un peu plus de répondant, même après une moitié de noyade

- Les uruks ne sont pas aussi fort que je le pensais...

Il lâcha l'Uruk, qui tombait contre le sol boueux avec un bruit mou. Le dragon noir s'était lassée de son jouet. Le jeu avait été drôle pour lui, un temps uniquement. Mais il n'allait pas abandonner sa proie pour autant

- Tu fus à peine amusant Uruk.

Le Fléau Noir ouvrit sa gueule et la referme brusquement sur le corps de l'Uruk, qui ne poussa même pas un gémissement.
Comme un chat secouant une souris, le dragon donna de grand coup de tête sur les cotés. Sa proie se broya entre ses crocs..
Il ouvrit les mâchoire et il retomba plus qu'une marionnette sanguinolente.
Le reptile l'a délaissa sans remors et se dirigea avec un pas impérial vers les orques enchaînés. Il sentait leur profonde peur et lisait dans leurs yeux une crainte profonde.


- Vous vous demandez si c'est votre tour, créatures minuscules.

Il n'avait pas oublié qu'il devait les libérer pour ses plans

- Vous avez ce que j'étais capable de faire, orques. Et bien sachez que je suis, Throkmaw, le Fléau Noir. Je suis l'allié de Graganos, votre chef. Et je ne crois pas que couardise et peur soit dans son vocabulaire. Vous aurez intérêt, pur votre vie, à lui obéir et lui prêter sermet

Il n'en revenait pas qu'il dise cela...

- Je vais aller le chercher pour qu'ils vous voye.

Il décolla et alla chercher le "courageux" Graganos
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Lun 24 Juil 2006 - 1:06

Les orcs de Graganos avaient été traités en prisonniers par les hommes d'Araldarion.
On les avaient menés là par des chemins pénibles et cela faisaient plusieurs semaines qu'ils étaient enchaînés dans ce camp.

Les Orcs étaient habitués à la souffrance et aux mauvais traitements, cela faisaient partie de leur éducation de base. Ils étaient battus depuis leur naissance jusqu'à leur mort, apprenant ainsi à devenir méchant. Les chefs se sélectionnaient alors parmi ceux qui étaient plus cruels plus sournois que les autres, un forme brutale et primaire de sélection naturelle.
Ainsi, lorsqu'un chef disparaissait, un autre était "élu à la mode Orquesque", c'est à dire que les prétendants au pouvoir s'entretuaient.
Le cas des Orcs de Graganos était particulier car le chef avait disparu, mais sans que l'on sache s'il était mort.
La coutume des Orcs dans ces cas là étaient que l'on attende 20 jours, et si au terme de cette période, le chef n'était pas reparu, on procédait à l'élection d'un nouveau chef et si d'aventure l'ancien chef finissait par revenir et bien tout se réglait naturellement : le plus fort abbatait le plus faible, une bande ne pouvant supporter d'avoir deux chef.
Enfin du moins c'était la coutume ancienne, celle du temps de Sauron où les trous du Mordor vomissaient les Orques par légion entière.

Pour les Orcs de Graganos, la disparition subite de leur chef avait entrainé la désignation logique de Cogor, premier lieutenant de Graganos, pour chef.

Lorsque que Throkmaw évoca le nom de Graganos, un murmure parcourut l'ensemble des orcs enchainés.
Cogor ouvrit des yeux ronds, et même si le portrait flatteur (pour un Orque) qu'en faisait Throkmaw lui fit un instant se demander s'il ne s'agissait pas là d'un autre Graganos, il se ramassa sur lui même, effrayé.

Une fois le grand dragon parti et presque disparu à l'horizon, un orc dit joyeusement :


Orc : "Vous avez entendu ? Graganos est vivant ! Et cette grande créature lui obéit ! "

Des murmures d'admirations se firent entendre dans la troupe enchainée.

Puis un autre orque dit en ricannant :


Orc : " Si c'est vrai tes heures sont comptées Cogor !"

Il y eu un grand éclat de rire général, sauf pour Cogor bien entendu.

Cogor : "Silence crétin ! Si ce dragon revient, il nous tuera tous ! On devrait plutot essayer de briser nos chaines avant qu'il revienne, que Gragn soit avec lui ou pas ! "

Malgré la surprenante pertinence de ce conseil, surprenante par sa sagesse, la troupe continua à chambrer ce chef entravé par ses chaines :

Orc : "Tu peux de faire dessus Cogor, ça ne se verra pas dans ces marécages... La boue y est assez liquide..."

Orc : "Et ça sent assez mauvais pour que tu ne gêne personne" ajouta un orc aux dents en avant.

Cogor : "La ferme ! Tapdur fais taire tes abrutis ou je m'en charge !"


Tapdur était le deuxième lieutenant de Gragagnos, un orc aussi massif que stupide, dont tous les moqueurs étaient sous ses ordres directs.

Tapdur : "Heuu, si tu veux... BOUCLEZ LA ! TAS DE CROUPIONS DE WARGS ! OU JE VOUS FAIS BOUFFER VOS SALES TRIPPES !"

Il y eu encore des ricannements mais le calme revint. Cogor, lui, tremblait. Il était idiot lui aussi mais sa cervelle savait quand même travailler un peu, les mots de Throkmaw tournaient dans sa tête à l'infini :

"Et je ne crois pas que couardise et peur soit dans son vocabulaire"

*Cogor : "Ce n'est pas lui c'est impossible...Il y a erreur... Pourtant il n'existe qu'un seul idiot assez débile pour se faire appeler Graganos(*)... "*

C'est ainsi que Cogor demeura à trembler et à transpirer dans l'angoisse de voir revenir son stupide et sournois chef qui avait un si puissant allié...

[Hj : Kody, tu retrouveras Graganos là où tu l'as laissé, en lisière des marais ]

(*) : précisons qu'en dialecte Orc, "Gra gaa anos" signifie à peu de chose près "le grand bênet" ou la "grande limace " selon les dialectes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Ven 28 Juil 2006 - 0:24

Le dragon arriva bientôt là où il avait laissé son "compagnon" orc. Comme cela lui répugnait !
Au moins il avait retrouvé la violence, le goût du sang... Tout ce qu'il faisait avant. Maintenant, ce serait à l'orc de jouer son rôle de chef.
Le fléau pourrait difficilement gardé la discipline dans les rangs seul, au risque de s'énerver et de se "défouler" sur les hideuses créatures.
Le dragon se posa en douceur, non loin de Graganos


Tes soldats sont toujours attachés. Tu prendras le soin de les détacher. Maintenant, à toi de leur dire que tu es un puissant chef. Je ne crois pas qu'un orc peut se vanter d'avoir un dragon comme allié.

Il serra les mâchoires

Tu vas monter sur mon dos. Ainsi, cela fera plus impressionnant pour tes couards de soldats
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Dim 30 Juil 2006 - 16:26

Pendant que Throkmaw s'ébattait gaiement dans les marais, Graganos lui de son côté, avait profité de la pause pour dormir un peu.
En effet cela faisait plusieurs jours que Throkmaw l'obligeait à mener un train d'enfer sans presque s'arrêter et encore moins dormir.

Quand le grand dragon revint, il trouva donc l'orque exactement à l'endroit où il l'avait laissé, ronflant comme un sonneur.

Le battement des ailes et surtout l'atterissage qui déplaça l'air allentour réveilla Graganos qui se redressa lentement sur ses pieds.

Throkmaw lui parla alors qu'il était encore un peu vaseux du sommeil insuffisant qu'il venait de quitter. Il ne comprit pas tout et manqua les dernière phrase car son intellect, déjà faible lorsqu'il était bien éveillé, ne pouvait analyser qu'une seule idée à la fois.


Graganos : "Vous les avez trouvé alors, ils ont en vie ? Sont-il bien gardés ? Combien sont-ils ? L'armée qui les garde est-elle grande ? Bien sûr que nous allons les libérer, pour vous servir votre grandeur..."

En effet il ignorait que le dragon noir avait déjà liquidé toute la garnison du camp...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Dim 30 Juil 2006 - 19:30

Le dragon soupira de colère. Ces orcsétaient plus que des larves. Des êtres sans cervelle ! Il inspira profondément pour se calmer. Il était au bord de la folie destructice.

"Ils sont tous en vie et ils ne sont plus gardés. L'armée adversaire a été déchiquetée à mes soins"

Puis il tendit son cou pour pointer son museau au plus prêt du visage de l'orc

"Je demanderai un peu plus d'attention de ta part. Tu es un chef. Agis comme tel ! Maintenant grimpe sur mon dos !"
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Mar 1 Aoû 2006 - 3:00

En entendant ces nouvelles, Graganos eut un air encore plus ahuri qu'il ne l'avait d'habitude. [HJ : Si si c'est possible !]

Graganos : "Vous avez déchité l'armée qui les gradait grand prince des ténèbres !"

Graganos fut traversé par un sentiment étrange. Il se demanda s'il n'avait pas commis une grave erreur en liant son sort à ce dragon.
En effet un être capable d'écraser un campement complet, dont il savait qu'il était nombreusement gardé, était un allié peut être un peu trop puissant pour lui.
Comme lorsqu'il avait prit le pouvoir dans sa bande, en pactisant avec Throkmaw il avait agit habilement mais sans réfléchir à long terme. Il était évident qu'il allait avoir les plus grandes difficultés du monde pour dominer ou même simplement manipuler le dragon. Du coup les rêves d'indépendance s'éloignait encore un peu plus...

Bien que la perspective de voler ne l'enchantait pas, il dit à Throkmaw :


Graganos : "Heu oui bien sûr, j'arrive tout de suite messire Chrokmaw."

Il s'avança un peu puis hésita devant le dos écailleux.

Graganos : "Où dois je m'asseoir ? Sur le cou devant ou plutot à l'arrière ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Jeu 3 Aoû 2006 - 11:33

Le dragon l'attrapait non san douceur et le pos sur ses épaules, juste à la base de son cou entre deux épines dorsales

"Oui, je les ai tous décimés. N'est-ce pas ce que tu désirais ? Imagine la renommée que tu vas avoir auprès de tes soldats, graganos. Toi un simple orc allié à un puissant dragon comme moi"

Le dragon noir ouvrit ses ailes

"accroches toi, seigneur Graganos"

Il était bien obligé de le complimenter car il avait perçu un début de doute. Il décolla, direction le campement
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Sam 5 Aoû 2006 - 0:40

Les paroles de Throkmaw eurent leur petit effet sur Graganos. Comme tout imbécile digne de ce titre, il était sensible à la flatterie et se faire appeler "seigneur Graganos", ne pouvait que lui faire bomber le torse.

Il se câla donc fièrement entre les deux épines dorsales saillantes du dos de la créature.

Toutefois, il gardait dans un coin de son faible esprit que Throkmaw avait à lui tout seul décimé tout un campement de redoutables guerriers, chose qui avait changé de façon radicale la manière dont il voyait le dragon.
Quand ils s'étaient rencontrés, Graganos n'avait vu qu'un pauvre animal traqué et mourrant alors qu'après ce sanglant épisode, Throkmaw révélait sa vraie nature, c'est à dire un être puissant qui dans la hiérarchie établi par Morgoth devait logiquement dominer l'orque qu'il était.
Le pacte qu'ils avaient contracté faisait de lui son égal, ce qui n'était pas dans l'ordre habituel des choses.
Il était vrai que l'ère des serviteurs de Morgoth touchait à sa fin et puis Graganos était un orque paradoxale...

Le dragon séleva dans les airs et au bout de quelques minute de voyage, Graganos sentit son ventre le barbouiller : les orques n'ont pas l'habitude de l'altitude.
Il devint encore plus vert que sa peau ne l'était naturellement, puis il fut pris de hoquets.
Il tâcha de se retenir et de prévenir Throkmaw mais...


Graganos : "Seigneur... descendez, je crois que je vais..."

Trop tard...

Le maigre repas qui lui restait dans l'estomac se répandit sur le dos du dragon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Mer 9 Aoû 2006 - 22:38

Le dragon gronda en réaction au vomissement de l'orque. Bien que cela coulait sans danger sur ses écailles noires, il considérait cela comme une insulte. Rabaissé à jouer la monture pour un orque ! Du temps de Mordor, jamais il ne serait permis cela. Il l'aurait tout simplement dévoré !

"il faudra bien que tu t'y fasses. Car pour nos plans, ce ne sera pas l'unique fois que tu voleras sur mon dos !"

Pendant le trajet, le dragon devint songeur. Il sentait bien que l'orque se sentait mal à l'aise. Sans doute la nouvelle du campement détruit par sa seule puissance avait dû l'effrayer. La nature même des orques étaient la peur et la couardise, surtout quand un individu se retrouvait tout seul. Sans doute reprendra du poil de la bête quand ils auront rejoint le reste du campement.
Maintenant la petite vermine qu'il portait sur son dos était son égal et son seul moyen de rester en vie. Ce n'était pas le moment de voir son "allié" flanché pour un vol !


"Nous arrivons en vue du campement. reprends toi pour ne pas être la risée de tes soldats. Cela ne Sied guère à un Seigneur Orque"
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Lun 21 Aoû 2006 - 13:19

Graganos était, comme on dit, "malade comme un warg", plié en deux sur le dos de Throkmaw. Il était grand temps qu'ils arrivassent.

Il ne put répondre au dragon tellement il avait la bouche emplie de vomis. La pestilence provenant du flux de ses entrailles se mêlangeait à la puissante odeur de soufre qui émanait du grand dragon noir, une odeur que seul un orque ou un dragon pouvait supporter.
Pendant que le plus stupide se vidait, le plus puissant frémissait encore du massacre qu'il venait de perpétrer.
Deux êtres maléfiques se mêlant dans la même ordure : était ce donc cela les effets du pacte de Morgoth ?

Dans son style majestueux et brutal, Throkmaw atterrit au milieu du campement.

A peine eut-il posé les pattes sur le sol et stabilisé sa position par les battements de ses larges ailes que Graganos
[Hj : le craignos Mr. Green ], plus vert que d'habitude, glissa sur le côté et tomba la tête la première dans l'eau sale dans un grand

#SPLATCH#

sous les regards ahuris de sa soldatesque toujours enchaînée.

Il resta ainsi la tête plantée dans le sol boueux jusqu'à mi bras, ses jambes courtaudes en l'air et trop raides.
Puis, des bulles commencèrent à se former à la surface de l'eau marron, premier signe d'une noyade imminente...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le camp des prisonniers Orques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Attaque d'un camp orque
» Listes et demandes de métiers Orques & Gobelins
» René Préval à camp Corail
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais
» les prisonniers dont on ne parle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: MORDOR :: Dagorlad et le Marais des Morts-
Sauter vers: