AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le camp des prisonniers Orques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Ven 25 Aoû 2006 - 14:19

[H.J oui je confirme le surnom Le craignos. Tu trouves le moyen de le faire se noyer. tu cherches vraiment à me ridiculiser ^^

Le dragon avait atterri avec sa souplesse habituelle : brutale et spectaculaire. Il sentit l'orque glisser le long de ses écailles

*Qu'il soit au moins présentable*

Il gronda en le voyant tomber tête la première dans la boue et commencer à faire des bulles, cela lui rappela l'Uruk qu'il avait pris un malin plaisir à tuer lentement. Il aurait pris aussi plaisir à le faire avec Graganos, à cet instant même. Rien que de mettre la patte pour l'enfoncer davantage et le voir se débattre dans la boue...
D'un léger coup de patte, il le décoinça de sa situation grotesque. Puis il redressa la tête en direction des prisonniers, en attendant que son "compagnon" reprenne son souffle


"Alors, bande de bouseux d'ingrats ! Vous ne saluez pas votre chef ? "
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Sam 2 Sep 2006 - 1:01

[Hj : mais non Kody ! C'est moi qui suit ridicule pas Throkmaw Razz mais tu vas voir, Graganos n'est pas qu'un pitre : c'est aussi et surtout un monstre. Bon sinon je vais pouvoir être un peu plus là la semaine prochaine.]

Graganos s'essuya la face avec sa main caleuse. Depuis qu'il avait posé les pieds sur la terre ferme, il se sentait un peu mieux, surtout depuis que le grand dragon l'avait tiré de l'eau.
Il reprenait petit à petit sa couleur naturelle.

Sa troupe Orc le regardait avec un mélange de surprise et de crainte : il ne disait rien. Il faut dire qu'ils étaient très impressionné par le dragon : voilà bien le genre de créature que même un orc stupide n'a pas envie de contrarier...


[Hj : à moins d'être lié à lui par un pacte Mr. Green ]

Graganos lui, reprenait rapidement ses esprits. Il regarda autour de lui et la vision du carnage fait par Throkmaw fit frissonner la peau épaisse de son échine mais le réjouit tout de même : la vue d'hommes et d'Uruks morts sont toujours une source de jubilation pour un Orc.

Il sourit et désignant d'un geste un tas de cadavres commença son numéro, dans le dialecte de sa tribu, dont était la plupart de ses Orcs :


Graganos : " Parfait ! Nous allons avoir ce qu'il faut à manger pour fêter mon retour !"

Il toisa ces créatures difformes et enchaînées qui le regardaient avec ahurissement, en levant un menton méprisant. [Hj : un peu comme Mussolini si vous voyez Mr. Green ]

Puis il se souvint qu'ils étaient enchaînés alors il reprit les bonnes habitudes :

Graganos : "Ah ah Tapdur, Cogor, où êtes vous ?"

Tapdur se signala en levant la main, Cogor lui fut plus discret...

Graganos : "Ah te voilà !"

Il alla vers son deuxième lieutenant et soupesa les lourdes chaine qui l'entravait. Il fit la grimace : c'était du costaud, pas du mithril mais de l'acier noir de Morgull.
Graganos s'apprêta à aller chercher une grosse tenaille, mais dans son petit cerveau, une autre idée lui vint :


*Graganos : " C'est le moment d'impressionner ces imbéciles..."*

Il se tourna avec autant de majesté qu'un orc est capable (c'est à dire vraiment peu) vers Throkmaw et lui dit dans son mauvais parler noir (pour crâner) mais comme s'il parlait à un égal :

Graganos : "Messire Chrokmaw, je pensons vos flammes ou vos griffes être assez puissantes contre acier Morgul. aidez Vous libérer moi lieutenant ?"

[Hj : comme vous voyez il a des problèmes avec la grammaire...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Sam 2 Sep 2006 - 1:21

[Oui heureusement que tu es lié à un pacte, sinon, il y a longtemps que tu servirai d'engrais pour les plantes ^^]

Le dragon noir le regardait faire son manège et attendit la suite. Il savait que du temps avait coulé dans le sablier et que les langues avaient changé, mais son intelligence draconique avait tôt fait de rattraper la très légère différence de compréhension du dialecte orc. Il s'abstenait pour le moment de faire comprendre à l'orc qu'il comprenait son dialecte
Après tout, ce n'est que du primitif. Rien de bien compliqué.
Il jubilait de voir que Graganos s'était vite repris en main et agissait en chef. Il faisait impression devant ses soldats[/i]

*Rien de plus facile avec moi a ses côtés.*

Puis il écouta le pseudo-ordre de l'orc. Il s'était bien attendu à avoir ce genre de comportement de la part de son "'allié". Il le fallait bien pour ses plans

*Il croit me manipuler. Que c'est drôle, du fait que c'est l'inverse*

"Je vais opter pour les griffes" Dit-il en langue noire"Il serati regrettable de brûler vos soldats en tentant de les libérer"

Il se dirigea vers le deuxième lieutenant, et entre deux griffes, prit les maillons et d'une simple pressions, les ouvrit comme une simple noix. Une manière simple pour lui de les libérer sans les blesser...
Une fois qu'il eut fini, il souffla son haleine putride sur le groupe avant de reculer
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Dim 3 Sep 2006 - 2:28

Sous le souffle du dragon les orcs tentèrent de fuir en poussant des petits cris appeurés, cependant leurs chaînes ne leur laissaient guère beaucoup de latidude. Il se recroquevillèrent sur eux même comme des petites crevettes faisandés.

Seuls n'avaient pas bougé Tapdur qui avait un cerveau trop rudimentaire pour avoir compris et Graganos qui commençait à s'habituer à la forte odeur de soufre que dégageait l'haleine de Throkmaw.

Il resta les mains sur les hanches (enfin ce qu'on peut identifier comme étant les hanches sur le corps difforme des orques), à crâner, jouant à celui que rien n'impressionne, l'air de mépriser la pietaille qui s'affolaient d'une telle broutille.


Graganos : "Tsss Tsss. Bande de couards...
N'ayez pas peur ! Ou plutôt si ayez peur ! C'est messire Chrokmaw, Chrokmaw le noir, Chrokmaw le terrible ! Et c'est mon allié, notre allié. Avec lui nous allons conquérir toute la terre et venger le grand oeil ! Mieux encore nous allons prendre sa place !"

Et se tournant vers Tapdur :

Graganos : "Trouve une tenaille, et libère tous ces pleutres !"

Tapdur partit docilement en quête de l'outil. Tapdur était un orc géant d'1 mètre 90 qui n'était pas un Uruk, mais qui se caractérisait surtout par sa grande, très grande bêtise. Difficile d'imaginer un être plus primaire que lui. Pour un chef cela peut avoir ses avantages mais aussi ses inconvénients...

Graganos se retourna à nouveau vers sa troupe d'orcs de plus en plus dubitatifs, il sembla chercher quelque chose des yeux car il plissait ses grossières arcades sourcillières. Las de chercher il dit :


Graganos : "Où est Cogor ?"

Les orcs se regardèrent comme s'il cherchaient Cogor, mais finirent par éclater de rire.

[Hj : Un orc qui rit ça fait : "Gouark gouarg gouarg gouark" ]

Graganos : "Qu'est ce qui vous fait rire, tas de pouilleux ?"

Un orc répondit :

Orc : "Il faut le chercher dans un flaque de moustille..."

Tous éclatèrent de rire.

"Gouark gouarg gouarg gouark"

Graganos ne comprit pas ce trait d'humour, cela lui déplut beaucoup. Il ajouta énervé :

Graganos : "Qu'est ce que ça veut dire ça ?"

Orc 1: "Il se fait dessus quelque part dans un trou ! Il faut te dire que... depuis quelques jours c'est notre nouveau "chef"..."

Graganos faillit avaler sa langue.

Graganos : "Quoi !"

Un autre enchaina :

Orc 2 : "oui il a été désigné selon la tradition il y a une demi lune."

Orc 1 : "Et tout le monde a été pour, pas vrai les gars ?"

Tous les autres opinèrent, comme une bande de sales menteurs qu'ils étaient. Menteurs car Cogor n'avait absolument pas été nommé "dans les règles" si l'on peut dire.
Le rituel d'intronisation exigeait en effet que le chef lèvât son arme au dessus de sa tête et qu'au même instant tous les membres de la ba,nde réunis en cercle autour de lui, lui crachent dessus en choeur.


[HJ : Oui les rituels orc sont un peu spéciaux...]

Tout ceci ne pouvait avoir été fait puisqu'ils étaient tous enchaînés à ce moment là. Simplement, l'idée de voir Graganos et Cogor s'entretuer les amusaient beaucoup. Les orcs sont les orcs...

Entendant cela, Graganos regarda Throkmaw, redoutant sa réaction en apprenant qu'il n'était plus le chef "officiel". La logique du raisonnement autour des rituels échappait pour l'instant à son cerveau.


Au même moment, Tapdur revenait et commençait à libérer tout le monde à grand coup de ciseau à métal..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Dim 3 Sep 2006 - 11:19

Le fléau noir s'était assis, laissant l'orc parler à son groupe soldatesque. Seule sa queue remuait lentement et souplement sur le sol.
Puis en écoutant la converstion, il comprit ce qui s'était déroulé dans ce group de minable. Ces orcs, tous comme les espèces bipèdes ont besoin d'un chef. Et ils s'en étaient désigné un...Selon des traditions... Quelle ennui. Le soi-disant chef était un pleutre...
Masi si le dragon décidait de laisser faire les choses, déjà que Graganos n'était pas d'un naturel très courageux, il risquait de voir ses plans mal tourné, voi même y passer si Graganos se faisait tué...


"Graganos, mon ami, ta position est constesté par un peureux ? Je ne connais en rien à votre hiérarchie, mais il me semble que ce Cogor ou couard, un nom qui lui va mieux d'ailleurs...n'a pas acquis sa place comme il fallait...."

Il en bâilla à s'en décrocher la mâchoire. Avant de se tourner vers les orques

"Un combat ne se discuterai pas. Réfléchissez...Cogor un orc peureux comme chef, ou Graganos, qui a réussi à vous libérer ? "
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Mar 12 Sep 2006 - 17:29

[Hj : dsl si j'ai traîné Kody, mais il fallait le temps de le préparer celui là qui est assez important à mon sens ]

Les Orcs qui avait vu Throkmaw en action, ne mirent pas longtemps à réagir à ses paroles. Un brouaha favorable à Graganos se fit entendre dans la troupe. On y distinguait les mots obséquieux de "sauveur", "grand chef Graganos".

Graganos fut satisfait de l'entendre et se rassura un peu. Décidément avoir un dragon dans la poche ça peut être bien utile dans certaines circonstances.
Il y eut soudain un grognement, grognement caractéristique de Tapdur :


Tapdur : "Greeuhh"

Tout le monde tourna la tête en direction du grand orc pour découvrir la bonne nouvelle qui était cause de ce grognement : il avait retrouvé Cogor !

Ce dernier avait essayé de rester caché dans la boue putride qui servait de sol au campement du marais, mais difficile de tenir en apnée si longtemps. Il était donc couvert de cette terre humide couleur marron poisseux.

La touche grotesque que cela lui conférait provoqua les rires de toutes la troupe. Mais il y avait autre chose dans ces rires, quelque chose de bestiale et de mauvais, comme la populace avide qui rie des dérèglements intestinaux du condamné au moment où il monte les marches de l'échaffaut..

Graganos blêmit en l'apercevant
(enfin de vert il passa à vert pâle).
Tapdur fit sauter ses chaînes d'un grand coup de pince et lui mit une tappe sur le dos avant de poursuivre son déchaînement.

D'un voix qui se voulait autoritaire, mais qui tremblait un peu, Graganos dit :


Graganos : "Approche Cogor..."

A pas lent, Cogor vint à son chef, les yeux baissés.
Quand il fut assez près de lui, il le toisa de son regard de biais et déclara :


Graganos : "Est ce toi le nouveau chef ?"

Cogor répliqua presqu'instantanément :

Cogor : "Non ! Je ne le suis pas."

Un cri sortit de la foule des orques libérés qui grossissait lentement. sous l'effet des tenailles libératrice de Tapdur

"Il ment ! Nous l'avons nommé il y a trois jours !"

Cogor tonna :

Cogor : "Me,nsonge ! Ces imbéciles ont inventé cette nomination, je n'ai rien demandé à personne moi. Que crèvent tous les menteurs et que leurs entrailles pourrissent !"

Maintenant que Cogor était libéré, il faisait de nouveau peur au vulgum des orcs moyens. Il reculèrent d'un pas en l'entendant crier.
Même s'il avait de l'ascendant sur lui, Cogor était intrinsèquement un meilleur combattant que Graganos et ce dernier le savait.
Ce qui avait fait que Graganos était devenu chef et pas un autre, c'était qu'il était plus vicieux et un peu plus malin
(ou un peu moins stupide).
La perpective d'un combat avec Cogor ne l'enchantait donc que moyennement, que la solution trouvée fut diplomatique l'arrangerait beaucoup mieux.
De plus Graganos savait que Cogor n'était pas ambicieux, contrairement à lui même, ça n'était guère son genre de se prendre pour le chef, il savait aussi qu'il avait besoin de Cogor pour tenir cette bande d'Orcs.
Graganos était certes globalement un imbécile, mais s'il y avait un domaine dans lequel il était imbattable c'était celui de la rivalité au sein de sa race. Il avait parfaitement compris que si tous ses soldats le poussaient à tuer Cogor, ce n'étaient exclusivement pour jouir du beau spectacle d'une mise à mort, c'était aussi pour qu'il les débarassât d'un sergent de chiourme par trop efficace. S'il accèdait à leur demande d'exécuter Cogor, il aurait eu par la suite beaucoup plus de difficulté à les tenir en respect sans son aide.
Ainsi sont les orques..

Graganos, jouant les grands chefs impartiaux, demanda à Cogor :


Graganos : "Que s'est-il passé alors ? "

Cogor : "Rien. Il se sont amusés entre eux à me nommer pour amuser nos gardiens et quand il y avait des bagarres c'est à moi qu'on demandait de régler les différents et s'il y avait une requête, c'était moi qui m'adressait aux gardiens. Mais c'est arrivé deux fois en tout ! "

Graganos : "Ah quand même ! Tu leur servais de porte parole ! As tu été "baptisé" selon la coutume ?"

Cogor leva fièrement le menton :

Cogor : "Bien sûr que non !"

Et il tourna immédiatement vers la troupe son regard mauvais, pour anticiper toute réplique mensongère, même si on le sait dans ce genre de situation la vérité compte moins que le rapport de force.

Graganos regarda longuement Cogor avec l'air de réfléchir
(spectacle qu'on a du mal à se représenter...), puis il dit :

Graganos : "Normalement, si tu n'es pas baptisé tu n'es pas chef, un combat ou une exécution n'est pas nécessaire."

Un mumure de mécontentement ondula dans le groupe d'orc qui étaient presque tous libres à présent.

Graganos : "En plus nous ne sommes plus aussi nombreux qu'avant, alors si on s'entretue, on fait le jeu des hommes, cependant... C'est comme si tu avais été chef, donc... je ne sais pas trop. Je crois que..."

Il inspira profondément.

Graganos : "Je crois que je vais demander à notre nouvel allié et maître, le seigneur Chrokmaw de servir d'arbitre dans cette affaire. Lui nous dira si Cogor doit périr pour trahison ou vivre et continuer à vous gouverner en mon nom de sa poigne de fer !"

Il se tourna sollenellement ent vers Throkmaw et lui dit :

Graganos : "Messire vous avez tout entendu, quel est votre jugement pour Cogor : a-t-il été félon ou bien simplement suppléant en attendant le retour du vrai chef ?"

Graganos espérait bien que Throkmaw lui laisserait son lieutenant, mais le grand démon noir était seul juge désormais et si par sa volonté Cogor devait périr, il périrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Mer 13 Sep 2006 - 20:48

[HJ : c'est un vrai régal ce que tu as écrit, je ne regrette en rien ce que tu as fait direà Graganos. Le duo de choc est en marche _queen !
Toi qui voulait refaire renaître quelques conflits, légers bien sûr, je pense que cela pourra se faire.
Il faudrait voir quel territoire on va commencer à conquérir. Un petit bien sûr ^^
Tenez vous prête les Forces de la lumière, Le Fléau noir est le nouvea Sauron ! _eye ^^
Le délire ....]

Le dragon qui commençait légèrement à s'ennuyer, retrouva son attention quand à ses oreilles lui parvinrent. Il écouta la discussion des orques et il fut presque surpris du calme, si on pouvait appeler cela du calme pour un roque, qu'affichait Graganos.
Sans doute le fait de s'insinuer dans leurs affaires pour les manipuler redonnait du poil de la bête à l'orque son "allié"...

Il le trouva presque intelligent, plus que la moyenne orque. [/i]

*Finalement, sans doute que mes grands projets réussiront à prendre forme. *

La couardise habituelle de Graganos n'apparut pas une seule fois, malgré l'odeur légère de sa peur qui parvenaient à ses naseaux. Il faudra au dragon continuer de le surveiller et de le manipuler avec douceur

*Avec lui, les nouvelles forces de l'obscurité renaîtront et je pourrais imposer ma puissance sur un territoire avant de l'imposer sur toute la Terre du milieu. Les dragons seront de nouveaux en mesure de s'imposer comme les seuls vrais mâitres...*

L'idée de pouvoir et de puissance envahissait son coeur. Quel régal ! De nouveau il allait combattre. Bientôt l'odeur du sang envahira les aires de combats !
Quand Graganos s'adressa à lui pour avoir son jugement, il revint à la réalite et étudia le problème.
Etriper l'orque jugé aurait un vrai plaisir, mais il avait besoin de soldats. Ils n'en avaient pas beaucoup...Il ne pouvait pas se permettre de les tuer par "jeu".
Doucement il avança sa tête vers Cogor et lui souffla dessus avant de s'adresser à Graganos.


"Rien ne prouve sa trahison. Mais qu'il sache que d'un coup de griffe, ses tripes noires se déverseront aussi vite que l'éclair tombe sur le sol.Il pourra continuer à servir dans ton armée, Graganos. Qu'il tente de nous trahir ou de bafouer sa loyauté, il le paiera dans d'atroces souffrances...Une mort lente...Qui peut durer des jours....Qu'il jure de nous servir et qu'il ne reniera jamais sa parole !"
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Dim 17 Sep 2006 - 20:31

[Hj : lol et oui, Throkmaw le nouveau Sauron et Graganos le nouveau Roi sorcier Cool Accroche toi bien Aragorn le gueux, c'est nous que vlà !]

Graganos se sentit soulagé en entendant les paroles de Throkmaw et Cogor aussi bien entendu.

Graganos se tourna vers Cogor et dégaina son épée. Il la tendit dans sa direction.


Graganos : " Cogor, tu as entendu la sentence du Grand Chrokmaw ? Tu as droit à la vie. Allons approche."

Cogor s'approcha et Graganos lui toucha le coude avec sa lame, en symbole de l'allégeance rebâtie.

Ensuite Graganos se tourna vers la troupe et dis en montrant ses dents d'un ton hargneux :


Graganos : "Vous aussi vous avez entendu ! La sentence est définitive, Cogor est à nouveau mon lieutenant, qui n'est pas d'accord ?"

Il leva son arme et dit d'une voix de menaces en parler noir :

Graganos : "Quelqu'un... a-t-il une objection formuler ?"

Pas de réponse... Les Orques grimaçant baissaient la tête, soumis, pour cette fois du moins.
Graganos ajouta :


Graganos : "A présent que je suis de nouveau votre chef, j'en profite pour vous signaler un important changement dans l'exercice de mon commandement..."

Les orques se regardèrent, inquiets. Même chez les Orques l'annonce d'un changement ne présage en général rien de bon.

Graganos : "Désormais, je partage le pouvoir sur le groupe avec messire Chrokmaw. Ses décisions sont les miennes et inversement. Nous sommes liés... Par un pacte... Aussi vous lui devez obéissance autant qu'à votre chef, compris ?"

Un gromellement généralisé parcourut le groupe d'Orques, cela voulait peut être dire "oui".

Graganos : "Bon ! Alors maintenant il est temps pour vous de redevenir ce que vous êtes : des combattants. Vous avez assez fainéanté pendant des semaines bande de larves, il est temps de se réarmer et de se rééquiper ! Aller chercher vos armes et votre équipement, il ne faut plus traîner ici très longtemps ! Allons !"

Pendant ce temps, Tapdur avait terminé de libérer les derniers membres de la bande.

Graganos : "Cogor, Tapdur, accompagnez ces abrutis et secouez les un peu ! Je les trouve bien mous, j'ai l'impression qu'ils ont pris du lard pendant mon abscence... Il va falloir me transformer ça en muscles !"

Cogor se tourna vers la troupe et de sa grosse voix tonnante il dit :

Cogor : "Vous avez entendu le chef ! Allons en route bande de crêpes à cancrelats des marais ! Fouillons le camp, les armes ne doivent pas être bien loin ! On en trouvera d'autre au besoin."

Et pendant que Cogor et Tapdur emmenèrent la troupe geignante en quête d'armes, Graganos se tourna vers Throkmaw :

Graganos : "Voilà seigneur, tout est rentré dans l'ordre maintenant. Il faut à présent décider de la direction que nous allons prendre."

Son oeil vitreux s'alluma soudain.

Graganos : "M'est avis que nous devrions d'abord apprendre à nous faire craindre des anciens serviteurs du Mordor avant de s'attaquer... à ces infects créatures humaines !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Lun 18 Sep 2006 - 20:51

Le dragon jubilait. Son "allié" commençait à jouer son rôle en prenant en charge ses orques.
Il avait cru un moment qu'il n'arrivait pas à assurer son grade de chef.
Avec une certaine fierté, il avait regardé ce début d'armée se mettre en marche.
Par contre il avait légèrement tiqué quand Graganos avait énoncé le mot "pacte". Heureusement qu'il avait pris "l'intelligence" de ne pas en dire plus et surtout... qu'aucun soldat n'avait posé la question de ce qui les unissait....

Puis il les observa chercher des armes. Il y en avait assez pour équiper le petit groupe, mais pas assez pour les potentiels recrues

Graganos se rapprocha de lui et sa proposition lui plut. Se faire craindre des peuples du Mordor serait bienvenue pour les fanatiser à sa cause


"Cela est une excellente idée Graganos. Nous pourrons ainsi établir un début de royaume et avoir plus de monde dans nos rangs. Connaîtrais-tu des lieux ou nous pourrions encore vivre des orques et des Uruks. Ils font de bons soldats. "

Il allait oublier l'essentiel

"Je suppose que des Hommes vivent dans le Mordor. Ils seraient un bon moyen pour combattre ce que vous appelez le Gondor..."

Et surtout, du peu de l'histoire qu'il connaissait, de déstabiliser la faible autorité dont disposait le Gondor. Héros de la ville blanche ? Il en riait intérieurement.
La Terre du milieu doit toujours croire que le Mal n'a plus de force... Il allait prouver le contraire !
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Jeu 21 Sep 2006 - 1:46

Graganos grimaça quelque peu en entendant dire que les Uruks faisaient de bons soldats. Il haïssait les Uruks, encore plus que les hommes et n'était pas du tout d'accord sur leur qualité militaire.

Mais bon, il n'avait pas trop envie de contredire Throkmaw, ils auraient tout le temps de plus tard d'échanger des points de vues sur les qualité et les défaut des troupes à enrôler.
Il répondit donc :


Graganos : "Oui... Il y a des hommes en Mordor. Des hommes qui font de bons esclaves et qui vivent beaucoup plus à l'Est. Les Numénoriens noirs les dominent et les enrôlent dans leurs armées. Parfois ils les font même passer pour les leurs, pour faire croire qu'ils sont très nombreux.
Mais il n'y a pas beaucoup de Numénorien noirs en réalité, vous avez pu juger vous même de leur médiocre qualité en les combattant."

Il désigna vaguement l'étendue de cadavres.

Graganos : "De plus les quelques uns qui sont assez forts pour dominer les autres se battent entre eux. Iil essayent aussi de nous dominer, c'est ce qui m'était arrivé avant de vous rencontrer seigneur.
Pour trouver des Orques, ils n'existe plus qu'un seul lieu en Mordor qui en produise encore. On en trouve sur les contrefort de Cirith ungol dans les allentours de Minas Morgul, c'est là que se trouve les dernières sources qui ne soit pas taries.
La région de Minas Morgul est sous le contrôle, si l'on peut dire, des bandes d'orques et d'Uruks qui se battent tout le temps pour le contrôle des fosses à Orques.
Les chefs Numénoriens contrôlent à peu près le nord du Mordor, mais ils ne contrôlent pas le Sud qui est à ceux de ma race. Lorsqu'ils ont besoin de contingents d'Orques pour leurs guerres, les hommes noirs s'adressent aux chefs des bandes d'orques qui leur prêtent leurs troupes en échange d'armes ou d'aide dans leur propre guerre contre les autre bande d'orques.
Mais les hommes ne sont pas les maîtres, ils traitent avec les chef Orques d'égale à égale ! Sauf les plus arrogants, mais les plus arrogant finissent en général les négociation avec un sabre noir planté entre les épaules...

Moi même je suis né près de Morgul mais ma bande n'était pas de Morgul, j'ai longtemps combattu pour et contre les seigneurs de la guerre orques avant de devenir moi même un chef indépendant.
Si je connais bien la situation en Mordor, c'est parce que j'y ai passé toute ma vie.

Voilà le tableau sommaire que j'en peux brosser et qui répond j'espère à vos questions messire Chrokmaw."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Sam 21 Oct 2006 - 20:38

Le dragon noir se frotta l'angle de sa mâchoire d'un air légèrement distrait. Le Mordor, bien qu'étant une région de taille assez importante, diposait encore de force assez conséquente si il réussissait à toutes les réunir. Ces restes d'armées avaient besoin d'un chef Fort pour les gouverner et les mener au combat. La perspective d'une revanche sur le Gondor affaibli et le partage de ses terres après sa défaite ferait un bon argument d'engagement.

"Des Chefs indépendants ne cherchent qu'à s'entretuer. Le commandement d'un contingent sous nos autres les calmèrent un peu. Il nous faut regrouper toutes ces forces. "

Il réfléchissait. Pour réunir une armée, il fallait une bannière représentative

"Graganos, écoutes ce que je vais te dire. Nous allons débuter notre destinée. Notre bannière sera une paire d'ailes noires, mettant en avant notre alliance. Nous allons rejoindre sur les contreforts de Cirith Ungol. Ces rebus de soldatesques se rallieront à nous ou périront sous mes flammes.

Il lui faudra se contrôler pour garder un maximum de soldats en vie, en passant sa fureur sur autre chose qu'un être vivant

"Une fois que nous aurons pris le contrôle des fosses à Orques et rallier ses gardiens pour grossir nos rangs, il faudra envoyer des messagers vers les autres chefs Orques et Humains pour les inciter à nous rejoindre. Sur notre chemin, le moindre soldat de vue et de trouvé se verra enrôler. Je pense qu'en me voyant, il aura l'occasion de réfléchir qu'une fois !"

Puis ses yeux pétillèrent d'ambition. Pas un seul être du Mordor ne lui résistera. Le sang noir de Morgoth pulsa dans son sombre coeur. Il allait enfin montrer ce qu'était vraiment capable de faire un Dragon ! Glaurung serait faire de sa progéniture ! Il devra bientôt aussi important que Scatha lui-même. Ces vers méprisables ne connaissaient pas le potentiel de l'intellingence offerte par Morgoth : la capacité de gouverner les autres et le monde entier !

"Graganos mon ami, Nous allons réaliser nos rêves. Tu vas devenir un véritable Orque, reconnu comme un Grand Chef et redouté de tous. Le premier de ta race à être allié à un puissant Dragon"

Puis il se tourna vers le reste de la bande de Graganos et monta le ton de sa puissante voix. Il voulait donner de la fierté à ses troupes

"Soldat de l'Ancien Mordor. Vous êtes aujourd'hui sous le commandement de Graganos et de moi-même. Aujourd'hui, nous allons avoir l'occasion de refaire notre force et de nous venger de la Terre des Hommes du Gondor. Nous allons nous rallier sous une seule et unique bannière pour ne pas commettre les erreurs du passé. Tous alliés pour une même cause ! Sous un seul étendard. Vous êtes la nouvelle force du Mordor, la forces des Ailes Noires, la force vengeresse qui débarrasera le monde de cette vermine humaine qui se dit bonne ! Faisons nous reconnaître comme étant les seuls vrais maîtres ! "

[H.S : Je te laisse la suite et si tu veux créer un nouveau post pour le déplacement jusqu'aux fosses, pas de prob, je suivrai ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Ven 27 Oct 2006 - 2:38

Graganos se gratta le cou avec sa rapière orque. Il était temps d'aborder les problèmes techniques.

Throkmaw voulait une bannière... C'était une bonne idée, mais encore fallait-il trouver quequ'un capable de tisser. Les orques ne sont pas réputés pour leur talent de tisserans, il faudrait donc trouver un esclave humain ou elfique pour le faire.
Sans compter qu'il allait falloir la peindre et la graver sur tous les boucliers et les plastrons.
Pour l'instant sa troupe avait des vieilles armures frappées de la lune de Morgul.
Et puis deux ailes noires c'était bien gentil, mais ça mettait surtout en avant le dragon... Deux ailes noires avec deux cimmeterre orque qui se croisent en dessous lui aurait semblé plus juste.
Enfin il aurait tout le temps de parler de cela en route au moment de la confection de la bannière.

En fait Graganos se souciait surtout pour l'instant de la route qu'il allait falloir suivre.
S'il était incapable de lire une carte, il connaissait bien le pays de Mordor et ses allentours.

Il prit Throkmaw à part pour lui dire :


Graganos : "J'approuve vos paroles seigneur. Mais il va falloir choisir le chemin à suivre car nous ne sommes pas pourvu d'ailes comme vous. Il n'y en a pas cinquante, il y en a deux : en longeant la ceinture de montagnes qui mène à Morgull, ce qui demande de traverser l'Ithilien sous le regard des hommes de l'ouest et des anciens serviteur de Galdarith. Soit en passant par la porte noire pour passer derrière les montagne, mais en affrontant ces chiens de numénoriens noirs qui contrôlent le nord.
Les deux routes sont dangereuses mais celle du nord l'est plus parce qu'après ce qui vient d'être fait ici, ils vont nous chercher pour nous tuer tous. Et nous sommes très peu nombreux encore, sans ravitaillement et sans allié pour l'instant..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Mer 1 Nov 2006 - 14:59

Le dragon noir gronda intérieurement, il avait hormis le détail évoqué par Graganos : le ravitaillement et le sous-nombre de son groupe armé.

"Pour le ravitaillement, ces chiens qui jongent le sol boueux de ces marais doivent avoir encore de la nourriture de voyage. De plus, la viande d'Homme et D'Uruks pourra vous être profitable, une fois préparé à votre convenance. Vous aurez de quoi mangé pendant plusieurs jours. "

Puis le dragon réfléchit. Il ne voulait passé par l'Ithildien. Les Hommes, bien que moins intellingent que lui, devineraient ses intentions. La porte noire sembalit plus indiqué et les luttes intestines passeront pour normal aux yeux des régions de l'Ouest

"Venir nous chercher pour nous tuer... Ils auront des éclaireurs avec eux. Ils devineront ce qui s'est passé ici. Découvrant la force de ma puissance, il sera aisé de rallier les hommes éventuels. Les Uruks, s'ils y en a, seront notre ravitaillement"

Il eut envie de rugir de plaisir

"Nous allons rejoindre la porte Noire. Une fois arrivée à elle, je me chargerai de les "convertir" à notre cause. Pour ce qui est des hommes éventuels que nous rencontrons, soit la cupidité, soit le goût de la vie les décidera à nous rejoindre. Tu peux me faire confiance."

Ses yeux pétillèrent

"A moins que tu es meilleure suggestion à proposer mon ami"
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Mar 7 Nov 2006 - 3:44

Graganos acquiesca aux dernières paroles de Throkmaw en frémissant un peu.
La perspective de se retrouver à nouveau face aux Numénoriens noirs ne l'enchantait pas.
Il n'avait pas oublié la manière dont il avait été traité la dernière fois qu'il avait tenté de passer la porte noire.


Graganos : "Très bien, seigneur nous passerons par la porte noire. Pour notre bannière peut-être qu'il y aussi ce qu'il faut dans ce camp.
Je vais voir avec mes lieutenants."

Il se détacha de Throkmaw pour aller parler à Cogor et Tapdur qui aboyaient leurs ordres à la pietaille affairée.

Il dit à Cogor :


Graganos : " Il va falloir trouver à manger ici, des provisions à emporter pour plusieurs nuits. Et préparer ce qu'il faut avec tout ceux qui trempe autour de nous. On aura au moins de la viande fraîche pour quelques temps...
Ne te sers que des hommes et laisse la viande d'uruk pourrir ici ! La dernière fois j'ai failli crever en bouffant de l'uruk ! "

Cogor : "Comme tu veux."

Puis se tournant vers Tapdur :

Graganos : "Toi, trouve moi du tissus noir et une ampe de lance solide."

Tapdur : "D'accord."

Puis Cogor demanda alors que Graganos allait repartir vers Throkmaw :

Cogor : "Où est ce qu'on va ?"

Graganos : "Tu n'as pas entendu le noireau tout à l'heure ? A la conquête du monde ! On va à la Porte noire. "

Cogor : "Mais on en vient ! "

Graganos : "Pose pas de question, laisse penser les chefs !"

Cogor : "Ouais... Mais comment on va sortir de ce camp ? On est entouré d'eau et on connait pas les chemins ferme. On fera pas une lieue avant de se noyer..."

Graganos serra les dents. Il n'avait pas pensé à ça. Il était arrivé par la voie des airs et ne s'était guère préoccupé de regarder les chemins praticables depuis le ciel, malade comme il était.
Il était inutile de demander à Throkmaw de les trimballer un à un sur son dos hors des marais. Il fallait trouver autre chose.
Il répondit à Cogor d'un ton agacé :


Graganos : "Je sais, on a tout prévu. Occupe toi dejà de la bouffe et ça suffira !"

Il retourna vers Throkmaw, laissant Cogor et Tapdur à leur tâche.

Il dit d'une voix aussi aimable que le lui permettait ses cordes vocales :

Graganos : "Voilà, tout sera prêt d'ici quelques heures mais... hum hum. Un problème demeure messire : Nous ne connaissons pas du tout cette région. Nous sommes du Mordor.
Les marais vont nous ensevelir si nous ne trouvons des chemins de terre ferme. La région est plus traitresse qu'une femelle elfe : on se noit avant même de s'apercevoir qu'on a de l'eau sous les pieds..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Dim 12 Nov 2006 - 4:13

Le dragon soupira. Il n'aiamait pas que les problèmes s'accumulent, sans doute un coup du destin pour le mettre à l'épreuve sur ses capacités. Il allait réussir à les contourner une fois de plus. Il ne se laisserait pas abattre par un détail aussi futile.
Il ne pouvait se permettre de jouer les éclaireurs en marchant en devant de ses troupes. Et marcher était indigne de sa personne. Il ne pouvait encor emoins les renseigner en survolant le sol boueux du marécage.


"c'est bien simple Graganos. Tu n'auras qu'à désigner quelques orques qui auront pris de grosses lances à partir des débris qui restent de ce camps et s'en serviront pour sonder le sol devant eux en marchant. Si le sol est trop instable, ils en chercheront un autre. Si vous venez de la porte noire, il existe donc un passage pour l'y retourner"

Il espéra que les orques seraient suffisamment intelligent pour ne pas oublier l'acte simple qu'il demandait. Quoique...Ils le seraient bien capable... Pour les plus stupides. Il ne faudrait pas avoir de perte pendant le voyage...
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Dim 12 Nov 2006 - 5:01

En entendant les ordres de Throkmaw Graganos pensa :

[Hj : oui oui, il pense...Mr. Green]

*Graganos : "Espérons que ces imbéciles ne suivront pas les lumières... ça risque de nous prendre du temps avant de trouver un chemin. On va rester dans ces marais maudit combien de temps ?"

Il dit :

Graganos : "Bon, je vais passer les ordres. J'espère simplement qu'on trouvera vite le chemin.
On est pas loin de la lisière des marais, en prenant au sud le plus possible on y arrivera peut-être..."


Ne cachant guère son scepticisme, Graganos retourna donner ses nouvelles consignes et organisa les sondeurs par groupe de deux.

Quelques heures plus tard, la petite troupe d'orques était prête à partir sous les yeux sévères de leurs maîtres chiourmes et de leur chef Graganos.
Ils n'attendaient plus que Throkmaw donnât le signal du départ...


Graganos : "Seigneur nous sommes prêt et n'attendons plus que votre bon vouloir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Sam 18 Nov 2006 - 0:55

[HRp : désolé du retard ^^. Tu penses ? Ah bon première nouvelle ^^ mdr]


"Il faudrait mieux pour eux qu'ils ne se noyent pas. S'ils survivent, ils auront récompense pour leur effort dès que nous commencerons à former notre royaume"

L'idée de concevoir une armée était géniale. Mais celle de la vengeance se rajoutait de plus en plus chaque jour. Il ne supportait pas la défaite qu'il avait eu à la Cité Blanche. Cette cité brulera par ses flammes !

" Mes troupes en avant pour notre destin ! "

Juste après il prit son envol
Revenir en haut Aller en bas
Graganos

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 39
Race, Pays : Orc
Metier : Combattant, pillard, gros méchant
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   Dim 19 Nov 2006 - 18:28

Alors que Throkmaw s'envolait, Graganos hurla :

Graganos : "Les sondeurs à vos perches !"

Cogor aboya ses ordres en dialecte orque et les 3 groupes de sondeurs commencèrent à fourager le sol gluant des marais avec des hampes de lances brisées.

Il prirent la route du Sud est avec prudence et avancèrent lentement.

Après plus de trente six heures de marche dans la boue et deux crétins qui se noyèrent, rajoutant ainsi deux flammes aux marais putrides, ils débouchèrent au bord de la chaîne occidentale des montagnes du Mordor, à une trentaine de kilomètres au Sud de la vallée d'Udun, mince trouée où se tient la Porte Noire.


Ils arrivent au bord des montagnes du mordor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le camp des prisonniers Orques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le camp des prisonniers Orques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Attaque d'un camp orque
» Listes et demandes de métiers Orques & Gobelins
» René Préval à camp Corail
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais
» les prisonniers dont on ne parle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: MORDOR :: Dagorlad et le Marais des Morts-
Sauter vers: