AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maegaldar Anertoas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maegaldar Anertoar

avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 28/10/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**:
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Maegaldar Anertoas   Dim 28 Oct 2007 - 17:03

Nom : Maegaldar Anertoar

Race : Dunàdan

Age : 58ans

Force: Lumière

Histoire
: Maegaldar naquit en Arnor non loin de Tharbad, de parents tout deux d’ascendance dunàdan. La situation était alors orageuse dans cette région, le retour du seigneur des Ténèbres se faisant ressentir par une recrudescence de l’activité des bandits, gobelins des Monts Brumeux, et autres engeances qui s’évertuaient à répandre mal et misère sur leurs chemins. Les terres de l’Ancien Royaume d’Arnor à présent en ruine n’étaient gardé de l’occupation totale par ces créatures que grâce à la vigilance de tout instant et la poigne de fer des dunedains qui malgré leur nombre infimes veillaient sur des peuples qui n’avaient même pas connaissance de leur existence.
Cependant l’enfance de Maegaldar réussit à rester insouciante une dizaine d’années. Son village natif semblait épargné par les errants de tout origine grâce en grande partie au guet des dunedains dont les familles y habitaient. Maegaldar reçut l’enseignement des hautes lignées de dunedains car l’un de ses lointains parents n’était autre qu’Aragorn fils d’Arathorn, l’héritier d’Elendil, le seul encore en vie, celui que l’on prénommait Estel soit l’Espoir… L’Espoir d’un peuple qui rêvait de sa grandeur passée. Et ainsi l’histoire ancienne lui fut contée devant ses yeux émerveillés et rêveurs. Il lui fut enseigné la langue des Eldars, les coutumes de l’ancien temps de Nùmenor et la langue de leurs ancêtres, l’Adunaic.
Ce temps devait apparaître plus tard au rôdeur comme une lucarne heureuse et brillante dans un monde dur et ténébreux.

Et alors que ses 12ans venait d’être fêtés, cette lucarne se brisa.

Le village fut attaqué par une horde de gobelins errants. Les hommes tentèrent de retenir ces engeances des ténèbres le temps que leurs familles fuient mais une dizaine ne pouvait retenir vingt fois leur nombre. En vérité bien peu de familles furent sauves. Maegaldar et sa mère furent de ceux-là. Mais ni son père ni son frère et sa sœur n’eurent cette chance.

Ils se réfugièrent chez un cousin de son père défunt, nommé Maevar, membre de la loyale Compagnie Grise. Il avait jadis accompagné Arathorn, le jour même où une flèche l’avait conduit à sa perte. L’enfant gai devint sombre et discret. Ses yeux rieurs devinrent vigilants et ternes. Ils ne retrouvaient leur éclat qu’aux seuls moments où Maevar lui enseignaient l’art du combat, du pistage et de l’écoute de la nature. Il fut un professeur dur mais ô combien expérimenté et talentueux. Et Maegaldar s’abreuvait de tous ses conseils.

La vie passa ainsi jusqu’à ce qu’il atteint sa majorité selon les coutumes de Nùmenor, à 25ans. Il put dès ce jour accompagner Maevar dans ses périples. Il croisa bien vite le fer et s’en sortit dignement.
Dix années passèrent où les deux hommes parcoururent les terres du nord en tout sens, chassant tout ennemis. Maegaldar faisait preuve d’une hargne terrible à chaque combat. Il semblait se venger à chaque coup d’épée des blessures affectives que lui avaient infligé les gobelins. Bien souvent Maevar dut retenir sa fougue pour qu’il ne les conduise pas à leur perte dans sa fureur. Il se battait mieux à l’épée mais connaissait aussi les finesses de l’utilisation de l’arc. Il pouvait pister n’importe quelle créature sur des lieux et des lieux. La nature sauvage était son jardin et il s’y plaisait. Cette vie dangereuse lui plaisait.

Ce fut pendant ces années qu’il fit la connaissance de la maisonnée de Maître Elrond, en Imladris. Les elfes le ravirent en tout points et ses yeux se posèrent émerveillés sur chaque sculpture, chaque cours d’eaux, chaque feuille et chaque noble visage elfique. Lorsqu’il fallut repartir, après que Maevar eut pu s’entretenir avec son Capitaine, le futur Roi des Hommes, ce fut une douleur pour le jeune dunadan de 37ans de quitter ce havre de paix.

Les années passèrent… L’expérience naissait peu à peu en lui. Il devenait toujours plus redoutable jusqu’à égaler son mentor qui, malgré la grande longévité des dunedains de la famille royale, commençait à sentir le poids des années dans ses mouvements.
Les temps s’assombrirent encore. Les ténèbres se mirent ouvertement et sans retenu en marche.
Et le jour arriva où Halbarad vint chercher Maevar pour qu’il se joigne à la Compagnie Grise qui se rassemblait en toute urgence pour partir dans le sud aider leur Roi. Mais Maevar était alors las. Il sentait ses forces diminuer et ne voulait pas affronter cet ultime combat dans cet état, craignant de n’être pas un rempart suffisamment solide pour son Roi. Il s’entretint longtemps avec Halbarad. De ce qu’ils se dirent nul autre n’a eu connaissance. Mais à l’instant de repartir Halbarad chevauchait devant Maegaldar.

Le périple de cette Compagnie est contée ailleurs et ne sera donc pas relaté ici en détail. Mais nombreuses furent les épreuves qu’elle affronta. Mais malgré cette multitude de périls d’apparence insurmontable aucun dunàdan ne faillit. Fiers et fidèles à leur Roi par delà la mort nul ne courba le cou devant les épreuves. Maegaldar suivit l’exemple et ne fléchit pas. Il était le plus jeune avec seulement 40ans. Mais faisant bon usage de son expérience déjà acquise il sut s’illustrer.
Nombreuses furent les pertes que tout le courage des hommes ne purent empêcher. Que ce soit sur les Champs du Pélennor ou devant les battants de la Porte Noire de multiples dunedains trouvèrent la mort. Si Maegaldar y survécut il ne devait pas en sortir le même.

Aussi lorsque la victoire fut acquise au-delà de tout espoir, sa joie ne fut que tempérée. Il avait par trop souffert physiquement et mentalement. Tous les amis qu’il s’était fait durant la chevauchée avaient péri. Et si les survivants formaient aussi ses frères d’arme et étaient tous soudés par un lien indescriptible, son cœur saignait.

Il ne s’attarda pas en Gondor, obtenant l’autorisation d’Aragorn de rejoindre l’Arnor avant son couronnement. Il voulait y retrouver son mentor et sa mère, s’enquérir de leur santé et leur proposer de rejoindre le Gondor afin d’assister au couronnement imminent du Roi, symbole de la victoire sur Sauron.

Maegaldar chevaucha sans perdre de temps, étreint d’un terrible pressentiment à mesure qu’il se rapprochait de terres plus familières. Et ce pressentiment devait malheureusement se vérifier.
L’Arnor était ravagé, mis à mal par le départ des rôdeurs pour le Sud. Il pullulait de brigands et bandits en tout genre. Maegaldar réussit à éviter sans peine toute mauvaise rencontre grâce à son talent et son expérience. Mais il ne put rien modifier du spectacle qui l’attendait à son arrivée chez lui… Les murs de la chaumière étaient noirs de suie, ayant visiblement brûlés depuis de longues semaines. Des corps en décomposition gisaient un peu partout. Le dunàdan identifia parmi les morts les deux êtres chers qu’il était venu retrouver. Les deux derniers qu’il avait.

Sa peine fut difficilement supportable. Il n’y survécut que grâce à la rage. Et celle-ci se fit froide, glaciale. Serrant les dents il se mit à parcourir le Nord en quête de tout ennemi qu’il pourrait pourchasser. Il chassa et tua nombre d’hommes sombres. Harcelant les groupes et massacrant les insensés qui étaient en petit comités. Il manqua mourir de nombreuses fois, ces rencontres laissant de profondes blessures sur son corps qui ne devaient pas disparaître.

Il erra longtemps, la vengeance seule animant son coeur… Mais vint un jour où le nord se fit plus sûre. Sa rage s’éteignit alors doucement, laissant place à une lourde mélancolie. Il se mit à voyager. Vers le nord principalement, dans des terres glaciales. Puis il se dirigea à l’Est des Monts Brumeux jusqu’au Mont Solitaire puis vers le sud vers la Mer de Carnen. Il vivait seul, ombre solitaire errante.

Mais enfin après tant de temps, il réussit enfin à accepter sa peine. Le monde des hommes l’attira à nouveau. Et il se mit lentement en marche pour le Gondor. Il entendait partout parler du Roi Elessar et de sa maisonnée. Mais aussi de certains périls que les rumeurs contaient. La situation en Ithilien notamment et d’autres histoires étrangement terribles.
Peut-être était-il temps de revenir vers son Roi afin de lui offrir ses services une nouvelle fois… Services qui n’auraient pas du le quitter, quelque soit la peine qu’avait pu ressentir le dunàdan. Sa fidélité aurait du le guider, mais il n’était peut-être pas trop tard pour se racheter.



Description physique : Fidèle aux traits distinctifs des dunedains Maegaldar est de grande taille et de carrure large. Cependant il se dégage de lui une impression de souplesse et de vivacité. Sa démarche est assurée, en homme qui a vu la mort droit dans les yeux et s’en est sorti. Ses traits sont à la fois encore assez jeunes mais marqués par les épreuves et la tristesse, son age indiscernable provenant de son ascendance dunàdan. On y distingue également une certaine noblesse venant de ses filiations avec la famille royale. Ses cheveux sont d’un noir profond et ses yeux gris bleu. Il porte des habits de forestier par-dessus une cotte de maille et une cape maintenue par une broche ornée du symbole distinctif de la Compagnie Grise que bien peu de gens connaisse encore. Sa taille est constamment accompagné d’un fourreau dans lequel se niche une épée d’excellente facture et bien entretenue tandis que de derrière son épaule dépasse un carquois bien rempli de flèches qu’il a lui-même créé ainsi que d’un arc.

Psychologie : Les successives tristesses qu’il a du affronté au cours de sa vie ont gommé la jovialité de son caractère. Loin d’être rieurs ses traits sont sérieux et bien souvent fermés, impassibles. Les quelques sourires qui s’y laissent entrevoir sont bien souvent cyniques ou ironiques. Mais la résolution de revenir activement dans le monde des hommes l’a poussé à s’efforcer de faire renaître en lui les nobles manières qui lui ont été enseignées. Aussi si son visage ne respire pas la gaieté il n’est pas vu non plus comme un masque agressif, loin s’en faut.
Son caractère est à la fois composé d’un côté calculateur réfléchi qui lui permet d’accomplir froidement et efficacement certaines actions en les préméditant soigneusement, mais aussi d’un côté impulsif auquel il cède quand la rage remonte à la surface et que la colère prend le pas sur ses autres émotions. Dans ce même ordre d’idée il n’aime guère être ou se sentir insulté et peut réagir bien promptement et violemment dans ces cas là.
Sa vie lui a enseigné la méfiance. Et il n’est pas prompt à faire confiance excepté peut-être à quelques rares personnes pour lesquels il éprouve beaucoup de déférence. S’il admire les Eldars il n’est pas pour autant esclave de ce sentiment et a appris par les récits du passé que certains parmi les Nobles-Nés avaient pu devenir des dangers pour leurs frères et par la même les hommes. Aussi s’il ressent une grande déférence pour ce peuple il garde en lui une certaine méfiance envers tout étranger.

Mais par-dessus tout cela le sentiment d’avoir failli à son serment de loyauté envers son Roi a renforcé en son cœur la volonté de lui être fidèle dans l’avenir en toute occasion. Et s’il y a bien en lui une émotion, un sentiment, un serment qui peut le pousser à se dominer ou à se surpasser, c’est bien celui-là, cette loyauté sans plus aucune faille qui porte ses pas.


Code: [Ok]


Petit plus:

Comment avez-vous connu le forum? Par Google, en recherchant un forum sur Tolkien dont le niveau le rende particulièrement intéressant. Je suis le forum depuis quelques jours sans m’être inscrit et la qualité d’écriture de tous les adhérents, oui oui vous tous mesdemoiselles (mesdames ?^^) et messieurs, m’ont convaincu de m’inscrire.
Et j’en profite pour saluer tout le monde bien sûr Wink
En espérant que le pavé ne soit pas trop indigeste. Si vous voulez une version plus courte je pourrais vous écrire ça.


Dernière édition par le Dim 28 Oct 2007 - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maegaldar Anertoas   Dim 28 Oct 2007 - 17:42

Bienvenue et merci pour tes compliments je les prends évidements tous pour moi tnat pis pour les autres zavaient à être là les premiers d'abord. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Legolas

avatar

Nombre de messages : 883
Age : 30
Race, Pays : Elfe sylvain de la forêt Noire
Metier : Archer
Date d'inscription : 11/04/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: "Je cherche la clef des évasions vers ces pays désirés et c'est peut-être la mort..."
**Aime/N'aime pas**: Les rousses ! / N'aime plus la mer...

MessageSujet: Re: Maegaldar Anertoas   Dim 28 Oct 2007 - 18:55

Ca aurait été bien dommage d'avoir une version plus courte ! Loin de trouver ça indigeste, je me suis plutôt régalée. C'est une très belle fiche et une écriture de très bon niveau... L'histoire est construite, personnalisée, la psychologie rend le personnage vraiment intéressant.

Enthousiaste je suis, avec enthousiasme je check ! Bienvenue ! Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Vardë Moredhel

avatar

Nombre de messages : 1275
Age : 25
Race, Pays : Elfe Nandorin, banni de la Lorien
Metier : Vagabond mercenaire
Date d'inscription : 27/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: Dites, mon Prince, à propos de votre père... Galadriel, Lothlorien, vous situez plus ou moins? hé bien, il se trouve que...^^
**Aime/N'aime pas**: Regarder la Soleil se lever/Tomber comme un cheveu dans la soupe

MessageSujet: Re: Maegaldar Anertoas   Dim 28 Oct 2007 - 20:01

Wahouw! Vardy est bluffée!
J'ai tout lu, sisi, et j'aime bien.
C'est donc avez plaisir que je CHECKE le smilblick, et te souhaite bon jeu!

_________________

Interpète également Ellendaë Hildorwen, Elladan & Elrohir & Elrond et Aran des Sables
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troupeymaje.skyblog.com
Maegaldar Anertoar

avatar

Nombre de messages : 144
Age : 26
Date d'inscription : 28/10/2007

Qui suis-je?
**Citation personnelle**:
**Aime/N'aime pas**:

MessageSujet: Re: Maegaldar Anertoas   Dim 28 Oct 2007 - 20:20

Merci à tous deux je suis très touché et bien content de voir ma fiche validée. C'est avec plaisir que je vais chercher un topic pour me lancer. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maegaldar Anertoas   Dim 28 Oct 2007 - 20:30

Je te souhaite la bienvenue à mon tour même si je viens d'arriver il y a quelques temps ^^
Revenir en haut Aller en bas
Nessameldë

avatar

Nombre de messages : 1963
Age : 30
Race, Pays : Noldo, Lothlorien
Metier : Dame de Compagnie de Galadriel
Age du personnage : 6559 ans, très précisément!
Date d'inscription : 16/09/2005

Qui suis-je?
**Citation personnelle**: My light shall be the moon And my path- the ocean My guide, the morning star As I sail home to you...
**Aime/N'aime pas**: Son pays/Tout ce qui sent mauvais et qui a des pustules...

MessageSujet: Re: Maegaldar Anertoas   Mar 30 Oct 2007 - 20:07

*cataclop cataclop* En arrivant avec retard mais non sans panache, je partage l'enthousiasme de mes collègues et je valide à mon tour quoique ça ne soit plus vraiment nécessaire! Razz

Que le séjour ici vous soit doux cher Homme de l'Ouest! :smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maegaldar Anertoas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maegaldar Anertoas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu : Chroniques du Quatrième Âge :: PROLOGUE :: Registres :: Habitants validés-
Sauter vers: